La RSE, véritable chemin stratégique

La RSE, véritable chemin stratégique

Certaines entreprises formalisent leur démarche de manière à se positionner comme des entités responsables, quand d’autres s’en tiennent à des actions multiples…





De la raison d’être à la santé et la sécurité des salariés, en passant par la réduction de l’empreinte carbone et au bien-être au travail, la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) rassemble de nombreux objectifs sous sa bannière. Voyons comment les entreprises du secteur l’abordent… 

Le groupe CETIH (Compagnie des Équipements Techniques et Industriels pour l'Habitat) devient une entreprise à mission et ouvre la voie d’un modèle innovant fonde? sur une gouvernance collective et responsable. Il a d’ailleurs annoncé le 1er juillet dernier faire évoluer son capital pour conjuguer fonds de dotation philanthropique (35 %), actionnariat salarie? et direction renforcés (33 %) et fonds d’investissement choisis (32 %). « C’est le prolongement d’un chemin stratégique engagé depuis longtemps, CETIH s’est intéressé à la RSE dès 2009 avec un plan d’actions à 5 ans et en allant chercher le label Lucie, Yann Rolland, ex-président, a été à l’origine de la création de l’association des dirigeants responsables de l’ouest, etc. », commente Anne-Claire Perin, directrice des Ressources Humaines, RSE & sécurité du groupe.
Comment aller plus loin ?
La loi Pacte apporte des réponses. « Devenir une entreprise à mission représente un moyen d’inscrire nos engagements et les valeurs RSE dans nos statuts et donc de les ancrer à l’extérieur comme à l’intérieur, concrètement cela oblige à la réflexion », affirme-t-elle.

 

 

© CETIH

Anne-Claire Perin, DRH du groupe CETIH

 

 

La raison d’être : "S’engager pour une entreprise et un habitat harmonieux, durables et tournés vers l’humain" positionne le groupe comme un acteur clé de l’habitat de demain. CETIH déploie sa stratégie responsable autour de 3 objectifs : Vivre et innover (placer l’environnement au coeur de la stratégie enagissant
et innovant à toutes les étapes du cycle de vie) ; Vivre et travailler (mettre l’action au service de l’Humain, en cultivant des relations responsables avec les salariés et les parties prenantes) ; Vivre et s’engager (agir pour un développement pérenne permettant l’indépendance et un juste partage de la valeur avec les équipes et les territoires). « Par exemple, nous sommes passés de 200 salariés actionnaires à 650, soit à peu près la moitié de la masse salariale et sur nos territoires, nous nous impliquons via des activités de mécénat et de partenariat avec des associations », se félicite la DRH. Une des réalisations les plus emblématiques étant l’aide apportée à l’association "Toit à Moi" via le versement d’un pourcentage sur les ventes et le don de menuiseries… 

 

 

Réduire l’impact carbone

Dans le groupe Herige, la RSE est incarnée par Caroline Lutinier, responsable communication & RSE. Un comité RSE a été formé au sein du conseil de surveillance. C’est dire si ce sujet est pris au sérieux par la direction. La démarche RSE se structure et s’articule autour de quatre valeurs clés : le progrès social, le respect de l’environnement, l’éthique et la transparence des actions, et le dialogue avec les parties prenantes externes. Atlantem (Groupe Herige) a publié son rapport RSE 2020 consultable sur son site Internet. Entre autres actions déployées, à noter la création de Menrec, nouvelle organisation de collecte et démantèlement de menuiseries en fin de vie dans le grand Ouest ou encore les efforts au niveau de la logistique : « nous essayons d’optimiser les transports, le ferroutage est en test depuis quelques mois… », indique Marie-Annick Coué, directrice des Ressources Humaines.
Afin de diminuer son impact carbone de manière significative, le groupe Hydro a pris tout un ensemble de mesures. « Les approvisionnements basculent vers des alliages à moindre impact, d’abord avec Reduxa (4 kg de CO2 émis par kg d’aluminium produit) et surtout avec Hydro CIRCAL 75R issu de l’aluminium recyclé (2,3 kg de CO2 émis par kg d’aluminiumproduit), chaque trimestre nous augmentons la proportion de CIRCAL utilisé qui est aujourd’hui largement majoritaire », précise Joan Bonnafous, directeur des opérations Hydro
Building Systems France. 

 

 

Joan Bonnafous,
directeur des opérations
Hydro Building Systems Toulouse

 


Autre axe, la réduction des emballages. « Nous coconstruisons des solutions avec nos clients afin d’utiliser des emballages plus légers tout en protégeant correctement les produits », ajoute-t-il. Le transport fait également partie des pistes d’amélioration, tout comme les investissements dans de nouveaux équipements de chauffe électriques, etc. Les sites européens du groupe Hydro sont certifiés ASI (aluminium stewardship initiative) sur l’ensemble de la chaîne de valeur de l’aluminium : coulée en lingots, laminage de bobines et de bandes d'aluminium, extrusion, fabrication et finition de surface, fabrication de tubes en aluminium. « Cette certification couvre les aspects environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), elle s’intéresse aussi bien au droit du travail au Brésil – afin de vérifier que les populations soient bien considérées – qu’au recyclage des déchets », note Joan Bonnafous.

 

 

© Groupe Hydro

La part de CIRCAL 75R
dans la production augmente

 

 

Au niveau du groupe Finstral, « nous sommes très attentifs à toutes ces questions de sécurité, environnement et qualité. D’ailleurs, pour offrir un niveau élevé de qualité à long terme, nous nous soumettons à des contrôles réguliers de la part d’organismes indépendants », assure Nicolas Laurent, responsable marketing Finstral France. Cet industriel bénéficie ainsi des certifications suivantes : « ISO 9001 pour le système de management de la qualité (le contrôle des standards appliqués dans les différents secteurs organisationnels de l'entreprise est assuré par l'Institut für Fenstertechnik (ift) de Rosenheim en Allemagne), ISO 14001 (le système de management environnemental certifié par l'institut allemand Kunststoff-zentrum SKZ garantit l'optimisation permanente et préventive des formances environnementales dans l'entreprise), ISO 50001 (le système de management de l'énergie certifié par l'institut allemand Kunststoff-zentrum SKZ garantit l'optimisation continue de la consommation d'énergie dans toutes les usines et dans tous les locaux administratifs) et enfin le système de management de la santé et de la sécurité au travail certifié suivant ISO 45001 par l'institut allemand Kunststoff-zentrum SKZ garantit l'optimisation permanente et préventive de la sécurité au travail dans l'entreprise », détaille Nicolas Laurent. 

 

 

© VMA

Dans ses usines ultramodernes, Finstral impose les plus hautes exigences de qualité
pour ses produits haut de gamme et engage les mêmes impératifs en matière de sécurité
et respect de l’environnement pour tout son écosystème

 

 

Accompagner les TPE artisanales

 

 

La CAPEB et Herige viennent de signer un partenariat pour accompagner la montée en compétences des entreprises artisanales du bâtiment sur les problématiques RSE. « Accompagner les entreprises artisanales du bâtiment dans leur démarche RSE et en particulier dans la collecte et la valorisation des déchets de chantiers, fait partie intégrante de notre ambition. Celle d’oeuvrer à une transformation durable et responsable des entreprises artisanales du bâtiment. Nous sommes très fiers de débuter ce nouveau partenariat avec la CAPEB et de travailler de manière étroite avec les entreprises adhérentes, à travers nos activités Atlantem, Edycem et VM », a déclaré Benoît Hennaut, président du directoire, Groupe Herige dans un communiqué. La CAPEB, via sa filiale Béranger Développement, s’engage à informer son réseau des offres de formations, produits et services développés par Herige.

La CAPEB permettra à Herige d’utiliser le logo ECO Artisan® RGE et lui donnera accès au club Partenaires CAPEB afin d’échanger sur la problématique métiers, l’évolution des marchés, la numérisation. À travers ses activités, Herige proposera des formations commerciales et techniques ainsi que des argumentaires et des outils de vente adaptés aux entreprises artisanales. L’ambition est de développer les connaissances de ces entreprises sur les produits et solutions proposées par le groupe pour contribuer à la transition énergétique des bâtiments, à la diminution de l’impact carbone et à l’économie circulaire, tels que les "écosolutions" de VM ou encore le béton bas carbone Vitaliss® d’EDYCEM. Les entreprises adhérentes à la CAPEB pourront bénéficier, ponctuellement, d’offres privilégiées sur des produits ou services. « La collecte et la valorisation des déchets est un sujet crucial pour les entreprises artisanales du bâtiment, et notamment les TPE. Ce partenariat s’inscrit au coeur de ces nouveaux enjeux et est donc, à ce titre, essentiel. Il permet d’apporter les outils et l’accompagnement nécessaires à une transition énergétique réussie dans notre secteur », s’est félicité de son côté Jean-Christophe Repon, président de la CAPEB.

 

 

© CAPEB Signature Capeb Herige

(De g. à dr.) Jean-Christophe Repon, président de la CAPEB
et Benoit Hennaut, président du Directoire du groupe Herige

 

 

Lakal vise la certification ISO 26 000, la norme internationale qui fournit les lignes directrices de la RSE. Beaucoup d’actions ont déjà été mises en oeuvre dans l’entreprise. Yannick Gross, directeur général de Lakal, cite « les 10 000 m² de panneaux solaires installés et les investissements lancés pour atteindre les 20.000 m², l’objectif d’alimenter les véhicules des salariés grâce à l’énergie solaire produite, le changement de parc de camions, la priorité donnée aux fournisseurs locaux et à l’emploi des frontaliers, etc. ». Le projet ISO 26 000 sera lancé fin 2022. « Une dizaine de personnes gère ce dossier, mais doivent d’abord travailler sur le renouvellement de la certification ISO 9001 l’année prochaine », justifie-t-il. 

 

 

Yannick Gross, directeur général de Lakal

 

 

Lakal vise la certification ISO 26 000, la norme internationale qui fournit
les lignes directrices de la RSE et envisage d’atteindre 20 000 m² de panneaux
solaires, où actuellement 10 000 m² sont installés sur le toit de son siège
emblématique à Sarrelouis ; responsables de leur mobilité, la plupart des salariés
rallient le site de Lakal en covoiturage, allant jusqu’à réorganiser leur poste
en fonction des aménagements de chacun

 

 

Installux agit sur différents aspects telles que l’empreinte carbone, l’écoconception, les performances thermiques des systèmes, etc. « Nous avons à coeur de répondre aux enjeux environnementaux et entamons une approche pour structurer et développer une démarche RSE », annonce Mélanie Martinez, directrice
marketing communication campus d’Installux. Chez E.A.SY Groupe, Yuna Shevchenko, directrice générale, l’affirme : « nous travaillons sur ces notions sans avoir défini une démarche précise, notre offre met en avant des machines Origine France Garantie, produite 100 % dans notre atelier, sans faire appel à la sous-traitance, nous créons des emplois, nos machines sont conçues de sorte qu’elles permettent à nos clients de réduire leur impact sur l’environnement, d’autant qu’elles optimisent les chutes ». En interne, le groupe cherche à diminuer sa consommation électrique – « les machines sont éteintes durant le week-end », glisse la directrice générale – et à optimiser ses consommations, etc. 

 

 

© Installux

Mélanie Martinez, directrice marketing communication campus d’Installux,
annonce le développement de la démarche RSE de l’entreprise
à tous les niveaux (empreinte carbone, écoconception, etc)

 

© E.A.SY Groupe

Yuna Shevchenko,
directrice générale d’E.A.SY Groupe

 

 

ISO 26 000, kezaco ?

La norme internationale ISO 26 000 fournit les lignes directrices de la responsabilité sociétale. Le document en décrit les principes et thèmes et propose une méthode de mise en oeuvre. Elle invite notamment les entreprises a? articuler leur démarche autour de sept questions centrales : la gouvernance de l’organisation, les droits de l’homme, les relations et conditions de travail, l’environnement, les loyautés des pratiques, les questions relatives aux consommateurs, les communautés et développement local.
Pour en savoir plus : consulter la brochure "L’ISO 26 000 en dix questions" téléchargeable sur le site de l’Afnor.

 

 

Prendre soin des salariés

La crise sanitaire a eu pour effet de mobiliser encore plus les entreprises autour du sujet global de la santé au travail. Ainsi, alors que la RSE fait partie de la stratégie globale de Griesser, la question, déjà présente dans les esprits, s’est renforcée avec la Covid-19. « La semaine suivant le 1er confinement, nous avons intégré dans nos équipes une référente santé afin de prévenir les impacts et le stress généré auprès de nos collaborateurs sur site. Ce qui a permis de mener les actions de préventions des risques liés au Covid (masques, gel, jauge des salles, communication interne, etc.), ainsi qu’un travail d’écoute et de prise en compte du stress et des difficultés de chacun dans un contexte anxiogène », témoigne Elle Steinbrecher, responsable de la communication corporate chez Griesser. L’entreprise entend prendre soin de ses salariés. « Cette action a eu un fort impact positif auprès de nos collaborateurs, mais également auprès de l’ensemble des organismes de contrôle type médecine du travail et inspection du travail », poursuit Elle Steinbrecher. D’autres décisions ont été prises, comme inviter les personnes en télétravail à des Morning coffee permettant de garder un lien social et de lutter contre le phénomène d’isolement. Point d’orgue des mesures liées à la crise, en juin 2021, une action de team building Inspired your team by the sun and the sand !!! a été organisée. « L’idée était de permettre aux managers en petit groupe et dans le respect des contraintes sanitaires, donc en extérieur, de bénéficier d’un moment convivial et de faire une pause digitale. Action qui a récolté un fort succès », se réjouit Elle Steinbrecher. Griesser s’interroge sur l’impact de la crise sanitaire sur les risques psychosociaux. « Nous allons visiter les locaux d’une société spécialisée dans ce type de prévention et voir comment nous pourrions adapter des outils afin de permettre à chacun de nos collaborateurs d’appréhender cette crise et le stress généré », confie Elle Steinbrecher. L’entreprise bénéficie d’un service qualité sécurité au travail au sein duquel a été nommée une référente pour les TMS (Troubles Musculo Squelettiques) pour prendre en charge les plans d’actions de lutte contre ces maladies et leur sensibilisation en interne.

 

 

© Griesser

Le siège social de Griesser à Aadorf en Suisse diffuse des valeurs fortes environnementales et culturelles jusqu’à sa filiale française à Carros
et s’engage fortement en faveur du développement durable

 

 

« Chez E.A.SY Groupe, nous nous intéressons particulièrement à l’épanouissement des salariés », déclare de son côté Yuna Shevchenko. L'entreprise réunit depuis six mois un groupe de travail sur le bien-être. « J’anime une fois par mois ou tous les deux mois autour d’un goûter des réunions informelles avec les représentants de chaque service, chacun y prend la parole pour faire le point sur les conditions de travail, cela permet d’avancer », rapporte-t- elle.
Chez Lakal, Yannick Gross rappelle les actions menées en matière de qualité de vie au travail, les horaires flexibles pour faciliter le quotidien des familles, etc. « Nous avons un coach sportif qui vient deux fois par semaine dans l’entreprise », fait-il savoir. Des mesures liées à la crise sanitaire ont ici aussi été prises : centre de test, vaccination, etc.

 

 

© CETIH

Gestion des postures chez CETIH

 

 

Saint-Gobain et son World Class Manufacturing (WCM)

 

 

L’ambition affichée par Saint-Gobain est connue, le groupe souhaite que chaque usine soit exemplaire sous de multiples aspects, et en particulier la sante? et la sécurité des personnes, ainsi que la protection de l’environnement. Le World Class Manufacturing (WCM) de Saint-Gobain est un programme spécifiquement adapte? a? la culture du Groupe, qui s’appuie sur 8 piliers opérationnels : la santé et la sécurité, l’environnement et la prévention des risques, la fiabilité, la performance industrielle, la qualité et la maîtrise du process, l’orientation client et le service client, le développement des personnes et enfin l’innovation, la croissance et le développement. Son déploiement par site est adapté a? la taille, aux forces et faiblesses de chacun. Les fondements du programme définissent les méthodes et les outils : analyser les pertes pour déterminer une hiérarchisation des actions ; résoudre les problèmes avec logique , rigueur et précision pour une amélioration durable ; impliquer et engager les collaborateurs ; améliorer les standards pour rendre les progrès plus faciles a? déployer et robustes dans le temps. Les piliers Qualité, Performance industrielle et Environnement contribuent par exemple fortement a? la réduction de
l’empreinte environnementale du groupe par la réduction des déchets générés en production et des consommations d’eau et par l’optimisation de l’efficacité énergétique. 

 

 

Interview

 

 

© Simu

Laetitia Bornot,
responsable communication, digital et e-business
de Simu nous explique l’importance
de la stratégie pour les salariés …

" La RSE. est systématiquement abordée lors des entretiens de recrutement "

 

 

« Est-ce que la question de la RSE est présente dans les entretiens de recrutement ? »

Oui, la RSE de l’entreprise est systématiquement abordée lors des entretiens de recrutement à l’occasion de la présentation de l’entreprise et du groupe Somfy. C’est une tendance de fond, notamment chez les jeunes générations qui arrivent sur le marché du travail. Certains candidats, notamment les jeunes ingénieurs, ont pour ambition de mettre leurs compétences au service de la Planète, c’est assez souvent pour eux une condition sine qua non de l’intérêt porté aux entreprises. 

 

 

« Quels investissements ont été réalisés chez Simu ? »

Tous nos collaborateurs et managers ont été formés à la méthode Exillance, méthode managériale et de l’amélioration basée sur l’exigence et la bienveillance. D’importants investissements ont été réalisés pour la rénovation des bâtiments (chaudière, isolation thermique…) et l’amélioration des espaces de travail. Depuis 2019, nous proposons des "journées solidaires" aux salariés pendant lesquelles ils viennent en aide, pendant leur temps de travail, à des associations partenaires. 

 

 

Simu s'engage en faveur de la réduction de l'empreinte carbone avec un parc
de véhicules hybrides

 

 

« Quels enseignements. avez-vous tiré de votre bilan carbone, quels projets en découlent et quels sont les axes de progrès ? »

Le bilan carbone a permis d’identifier les deux sources principales d’impacts environnementaux de notre activité : la consommation électrique liée au fonctionnement de nos produits et leurs matières premières. Simu met en place Act for Green®, une méthode d’écoconception basée sur l’application de cinq critères, permettant de réduire l’impact environnemental des produits sur l’ensemble de leur cycle de vie : depuis l’extraction des matières premières, jusqu’à la fin de vie du produit. En 2020, Simu lance son premier produit Act for Green® écoconçu, Autosun BHz.

Aussi, nos emballages sont progressivement écoconçus avec la suppression du polystyrène sur la gamme T8 par exemple, et nous continuons à sensibiliser le personnel à l’adoption des écogestes. Nos axes de progrès sont nombreux, citons : augmenter la part de nos produits écoconçus Act for Green®, optimiser la performance énergétique de nos locaux et réduire l’empreinte carbone liée aux déplacements, notamment à travers le télétravail et un parc de véhicules hybrides. 

 

 

Simu s'engage en faveur de la réduction de l'empreinte carbone avec un parc
de véhicules hybrides

 

 

« Quelle stratégie développez-vous en matière de sécurité des personnes ? »

La sécurité des personnes est depuis longtemps déjà une préoccupation forte de notre organisation et nous veillons à continuer de nous y investir tous les jours, sans concession. Dans ce cadre, les exigences sécurité pour le personnel sont une priorité absolue avec un engagement tout particulier en matière de pilotage et animation des DUER (Document Unique d'Evaluation des Risques). Afin d’accompagner cet engagement, l’entreprise s’est dotée d’un Responsable Hygiène Sécurité Environnement qui anime notamment les questions d’environnement, de Santé, Sécurité et Conditions de Travail (SSCT) aux côtés du CSE.

15 % de nos salariés sont sauveteurs secouristes du travail, afin d’accroître la sécurité de nos employés. Nous avons fait le choix de proposer cette formation tous les 12 mois, au lieu des 24 imposés par la loi. D’importants investissements ont été effectués en 2018-2019 pour sécuriser la circulation piétonne, et la construction d’un nouveau magasin logistique nous a permis de séparer nos flux entrants, sortants (engins et piétons). En 2019, les indicateurs d’accident du travail sont largement meilleurs que la moyenne du secteur : taux de fréquence 2,1 (16,8 pour la branche métallurgie en 2018) - taux de gravité 0,1 (vs 0,9). Enfin, en 2019 et 2020, un plan canicule, avec entre autres des horaires de travail aménagés, a été mis en place tout l’été.

 

 

Prévenir les risques

Atlantem vient d’être récompensée par la double distinction "Acanthe Bâtir plus sûr" pour la prise en compte des risques professionnels et des conditions de travail dans la conception et la construction du site AM-X de Saint-Sauveur-des-Landes en Ille-et-Vilaine, par Inn Situ pour l’intégration d’une démarche industrielle technologique et humaine qualifiée 4.0 engagée dans le cadre de l’"Alliance Industrie du Futur". 

 

 

© Charles Marion

Atlantem a été récemment récompensé par la double distinction "Acanthe bâtir plus sûr"
pour sa prise en compte des risques professionnels et des conditions de travail
dans la conception et la construction du site AM-X de Saint-Sauveur-des-Landes en
Ille-et-Vilaine, et Inn Situ pour l’intégration d’une démarche industrielle technologique
et humaine qualifiée 4.0 engagée dans le cadre de l’"Alliance Industrie du Futur"

 

 

« En janvier 2021, l’entreprise a recruté une responsable sécurité, qui est une des priorités du groupe ; d’ailleurs tous les jours, une minute sécurité est organisée, un format bref qui permet aux équipes de faire le point sur les chiffres de production de la veille et de rappeler les consignes de sécurité par poste de travail », récapitule Marie-Annick Coué, Directrice des Ressources Humaines d’Atlantem. La préventrice est chargée de la mise à jour du document unique, des bonnes pratiques, elle échange avec les collaborateurs. « Elle observe les postes de travail, interroge les opérateurs, échange avec eux, les salariés apprécient d’être acteurs de leur sécurité, tout comme les représentants du personnel », ajoute Marie-Annick Coué. Chacun est sollicité. « Nous plaçons le bien-être des salariés au centre de tous nos projets et les y faisons participer. Nous avons lancé une étude de l’opérateur au poste de travail afin d’analyser la gestuelle, les contraintes de l’environnement de travail, l’équipement, les organisations...Ce process personnalise? tient compte de trois paramètres essentiels : technique, humain et organisationnel. Il nous permettra de mettre en place une formation a? l’ergonomie propre a? chaque collaborateur/trice, au-delà du poste. Notre devise : c’est la machine qui doit s’adapter a? l’homme, et non l’inverse », précise Ce?line Bertho-Logeais, nouvelle responsable sécurité d’Atlantem, dans le communiqué annonçant sa nomination. 

 

 

© Atlantem (Groupe Herige)

Ce?line Bertho-Logeais, nouvelle responsable sécurité d’Atlantem

 

 

Chez Hydro, Joan Bonnafous revendique que « la sécurité est la priorité de l’entreprise » et que « chaque poste de travail bénéficie d’une animation spécifique pendant quelques minutes au démarrage d’une tranche de 8 heures ». Le groupe CETIH a participé aux Safety Days, atelier autour de la prévention (addiction, posture, TMS). « La prévention repose sur plusieurs piliers, le DUER (Document Unique d'Evaluation des Risques), l’audit sécurité que nous achevons avec l’APAVE, la formation et l’information afin de développer une culture de la prévention », indique Anne-Claire Perin. 

 

 

E.A.Sy Groupe mène depuis longtemps une démarche RSE proactive et travaille à la mise en place
de la norme 45 001 sur la sécurité ; ici, la conception des machines intègre la réduction
de leur impact environnemental et permet à ses clients une forte optimisation de leur utilisation

 


E.A.SY Groupe travaille à la mise en place de la norme 45 001 sur la sécurité au travail. « Nous procédons à l’identification des risques avec le personnel, car ce sont les collaborateurs qui connaissent le mieux les risques, nous modifions l’aménagement des ateliers, l’idée étant de gagner en sécurité et en productivité.», martèle Yuna Shevchenko. Et d’agir en entreprise responsable. 

 

 

Interview 

 

 

© Malerba

Richard Lasseigne, responsable des ressources humaines
de Malerba revient sur les actions en cours. 

" Malerba revisite son contrat social "

 

 

Engagée depuis longtemps dans une démarche environnementale, Malerba se penche aujourd’hui sur la RSE.

« Où en est votre entreprise sur les questions RSE ? Est-ce une demande de la part des salariés ? »

L’entreprise travaille actuellement avec les partenaires sociaux à l’élaboration d’une charte éthique. La direction précise que cette première étape a pour objectif de poser les jalons d’une autre façon de fonctionner au sein de l’entreprise, basée sur un contrat social revisité et laissant une plus large place à l’écoute et au dialogue. Il n’y a pas d’attente clairement énoncée de la part de nos salariés concernant la RSE, ni de nos candidats d’ailleurs. Mais il y a des aspects de la RSE qui les intéressent. On note un intérêt particulier pour tout ce qui touche à la QVT (Qualité de Vie au Travail) avec une priorité claire pour un meilleur équilibre entre la vie privée et le travail. En réponse à ces préoccupations, nous avons récemment accru la flexibilité des horaires dans les bureaux en instaurant des plages fixes et des plages flexibles, pour permettre aux salariés qui le souhaitent de mieux adapter leurs horaires à leurs contraintes. 

 

 

« Quelles actions concrètes ont été mises en oeuvre à ce jour en matière de sécurité et de prévention ? »

De nombreux projets sont en cours au niveau de la sécurité au travail. Nous avons de plus en plus de produits lourds à manipuler, de matériel de production sophistiqué et des cadences toujours plus élevées. Nous réalisons actuellement un gros travail de révision de nos dispositifs de sécurité qui va s’étaler sur plusieurs années. Nous venons d’ailleurs de recruter une responsable Sécurité en charge de peaufiner et déployer un nouveau plan sécurité.

Nous avons également mis en place un Service de Santé Autonome dédié aux salariés. Ce service devrait nous permettre de réaliser les visites périodiques des salariés et nous aider à travailler sur l’adaptation des postes de travail de manière encore plus efficace, et donc d’effectuer un travail de prévention des risques plus en profondeur. Avec l’arrivée du Responsable Sécurité et du Médecin du travail, nous attendons une analyse plus homogène des risques et des mesures de prévention à mettre en place. Parmi les postes les plus exposés dans l’entreprise, il y a bien évidemment ceux où l’opérateur est amené à pousser, tirer, soulever ou porter une charge lourde. Nous avons motorisé les transbordeurs dans l’usine de portes bois techniques. Les résultats étant probants, nous motorisons à présent progressivement l’ensemble des transbordeurs dans nos 11 usines.


Par ailleurs, nous testons actuellement des exosquelettes dans plusieurs de nos usines pour des opérations de maintenance spécifiques. Les résultats sont très prometteurs et offrent des pistes intéressantes pour résoudre la problématique des charges lourdes.

 

 

L’entreprise Malerba cherche à préserver
la santé de ses salariés par tous
les moyens… jusqu‘aux exosquelettes

 

 

« Quels projets en cours ? »

Sur une note plus environnementale, en 2020, les FDES (Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire) pour tous les produits bois Malerba et Montibert ont été finalisées. Ces documents sont disponibles sur le site de l’entreprise www.malerba.fr et sur la base de données INIES. L’entreprise travaille actuellement à l’élaboration des FDES des portes métalliques Habitat. Ces fiches devraient être finalisées et certifiées début 2022. Il restera ensuite à développer les FDES des portes métalliques techniques et des portes issue de secours. 

 


© CETIH
Source : verre-menuiserie.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter

Restez informés !
Abonnez-vous à notre Newsletter.
 

Produits



Dernière revue

N° 298 - Décembre 2021 / Janvier 2022

    

Articles