Les étudiants valorisent des sources d’énergie inexploitées façe au climat

Les étudiants valorisent des sources d’énergie inexploitées façe au climat

Pour répondre au défi lancé par Syntec-Ingénierie, les étudiants de France n’ont pas manqué d’idées lors de ce concours.



« Je trouve les projets primés cette année particulièrement intéressants. Tous se fondent sur une valorisation durable, efficace et particulièrement astucieuse de l’écosystème existant. Comment créer de l’énergie ? En tirant profit des ressources inexploitées comme l’air, ou des nuisances comme le bruit… Comment en faire bénéficier les populations locales ? En concevant des solutions low tech et facilement reproductibles. En cela, ils nous ramènent à l’essence de l’ingénierie : concentrer l’intelligence humaine sur les grands enjeux pour rendre des services aux populations. » Pierre Verzat, président de Syntec-Ingénierie.

 

Prix Espoirs : un oasis urbain pour arrêter l’avancée du désert

 

 

Comment lutter contre l’avancée massive du désert en Afrique ? Nicolas Agache, Mélissa Lefèvre et Arnold Fotso, étudiants en ingénierie mécanique et en génie urbain à l’UTC - Université Technologique de Compiègne – ont imaginé un concept global baptisé « Un oasis urbain au sein du désert africain ». L’équipe propose de positionner un condenseur au sommet des dunes pour récupérer l’humidité présente dans l’air et la valoriser en eau.

 

Pour ce faire, le dôme présente une surface hydrophile, inspirée de la carapace d’un scarabée endémique. L’eau est ensuite acheminée via des tuyaux en PVC vers une cuve de stockage, garantissant ainsi un accès continu en eau potable.

 

Deuxième pan du projet : l’équipe propose de collecter l’urine pour fournir une source d’engrais intarissable et augmenter le rendement des parcelles agricoles. Conçu à partir de matériaux locaux, le projet se veut low tech, duplicable et utilisable directement par les populations locales.

 

Prix Talents : les Innov’Arts convertissent le bruit en énergie

 

 

« Faites du bruit pour faire vibrer notre projet ! » Voici le cri du coeur de Jérémie Coste, Ludovic Ricôme, Julie Nadal et Mélanie Saint-Denis, jeunes ingénieurs qui ont décidé d’utiliser une source d’énergie inexploitée : le bruit. L’équipe, surnommée Les Innov’Arts, entend valoriser les nuisances sonores générées par les aéroports ou les autoroutes pour chauffer et éclairer les foyers.

 

Concrètement, les 4 amis proposent de disposer le long des pistes d’atterrissage ou des routes encombrées des patchs piézoélectriques. En vibrant, ce matériau produit un champ électrique qui peut être converti en électricité. Selon leurs simulations, 70 000 plaques d’environ 100 cm3 déployées le long d’une piste de l’aéroport Charles de Gaulle permettraient de générer 200 MWh d’énergie, soit la consommation de 50 foyers français. Une solution astucieuse pour convertir une nuisance en profit.

 

En fin d’études ou récemment diplômés de Centrale Supélec, Arts et métiers et de l’Essec, les ingénieurs ont l’ambition de chercher des investisseurs pour réaliser un prototype en conditions réelles. Une première étape vers l’industrialisation de leur solution et pourquoi pas, à terme, la création de leur start-up.

 

Prix du Public : un éco-quartier africain low tech et facilement reproductible

 

 

Plébiscité par le public, Smart Green Village est un concept global, low tech et facilement reproductible d’éco-quartier africain. Conçu par Serge N’Da Kra, Julien Dassing, Sosthène N’Guessan et Michel Ibarrondau, le projet ambitionne d’apporter une réponse simple aux différentes problématiques rencontrées par les populations locales sur le continent africain. L’accès à l’électricité, tout d’abord.

 

Les étudiants, en dernière année à Polytech Annecy-Chambéry, proposent d’installer des panneaux solaires afin d'alimenter un stockage électrique et un stockage thermique. Une solution simple pour palier l’intermittence de la ressource et fournir de l’éclairage en continu aux ménages. Une énergie qui servirait également à réfrigérer des locaux de stockage de denrées alimentaires.

 

Enfin, l’équipe a imaginé un tricycle solaire avec batteries qui permettrait aux habitants de se déplacer et d’assurer un transport réfrigéré de la nourriture. Un projet global, que l’équipe souhaite implanter dès 2021 dans un village africain pionnier.

 

Le Prix de l’Ingénierie du Futur

 

Le Prix de l'Ingénierie du Futur a été créé en 2006 par Syntec-Ingénierie. Il distingue des projets réalisés par des étudiants d'écoles d'ingénieurs, d'universités ou des apprentis de CFA de l’Enseignement Supérieur ayant imaginé des solutions scientifiques et technologiques pour répondre aux défis de demain. 3 prix ont été remis dans le cadre du 18e Meet’ingé, forum de recrutement.

 

À propos de Syntec-Ingénierie

 

Avec près de 400 entreprises adhérentes et 13 délégations régionales, Syntec-Ingénierie est la fédération professionnelle de l’ingénierie. De la conception à la réalisation, les entreprises d’ingénierie pilotent les projets dans les secteurs du bâtiment, des infrastructures et de l’industrie. Garantes des solutions technologiques, elles concrétisent les idées nouvelles qui répondent aux défis et modes de vie de demain : infrastructures connectées, smart building, industrie du futur, ville durable… L’ingénierie est un secteur dynamique et créateur de richesses qui compte 47,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 312 000 emplois partout en France.


Source : verre-menuiserie.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter


Retrouvez toute l'actualité du bâtiment.

 

 

Produits







Articles