Le CSTB, au service de l’innovation dans le bâtiment

Le CSTB, au service de l’innovation dans le bâtiment

Si la certification et les Avis Techniques du CSTB sont connus de tous, ses autres activités, recherche et expertise, évaluation, essais et diffusion des connaissances, le sont moins.



Le CSTB en chiffres (2018)

 

• Effectif : 948 collaborateurs
• Produit d’exploitation : 114, 92 M€ (hors filiales)
• Projets de recherche collaborative : 69
• Certification produits : 5 178 (certificats actifs)
• Titulaires : 1 720 dont 54 % étrangers

 

Résolument tourné vers l’avenir, le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) accompagne la mutation de la construction. Développement de l’innovation oblige. « Elle est le fait de tous », explique Etienne Crépon, président du CSTB.

 

Etienne Crépon, président du CSTB © Raphaël Dautigny

 

Des industriels qui conçoivent de nouveaux produits et procédés, mais aussi des maîtres d’ouvrage et des maîtres d’oeuvre qui s’approprient un produit innovant et décident de changer leur process de travail ou de déroger aux normes et aux règles, comme le permet désormais la loi qui offre la possibilité d’en sortir et de proposer des solutions alternatives aux stricts respects des obligations règlementaires. Nous avons déterminé cinq grands moteurs de l’innovation. Le premier est la transition environnementale qui va bien au-delà de la seule question énergétique : elle intègre la question du carbone, les enjeux sanitaires… Les aménageurs, les maîtres d’ouvrage s’ouvrent à de nouveaux sujets environnementaux, la gestion et l’économie de l’eau et des déchets, la prise en compte de l’économie circulaire, la protection de la biodiversité ».

 

Le CSTB est un organisme formateur certifié e-AFAQ Formation Professionnelle. Cette certification atteste que les formations professionnelles du CSTB répondent aux critères du décret n° 2015-790 du 30 juin 2015 relatif à la qualité des actions de formation professionnelle continue © Gilles Delacuvellerie

 

Second moteur, la révolution numérique. La filière de la construction se saisit des outils numériques dont elle découvre progressivement toutes les potentialités… et tous les risques. Troisième facteur, l’exigence de plus en plus forte des usagers pour une performance réelle des bâtiments, des quartiers et des villes, et conforme à la promesse qui leur a été faite. La simple réponse normative ne suffit plus. « Un autre mouvement, lié aux précédents, est le développement de l’industrialisation de parties d’ouvrage assemblées en usine, pour constituer un système dont la qualité et les performances seront vérifiées sur place, avant livraison sur le site de construction », poursuit Etienne Crépon. « Longtemps réservés à des niches industrielles, de tels systèmes qui se développent notamment grâce aux outils numériques, permettent de réduire les temps de chantiers et le risque de malfaçons. Enfin, l’énorme mouvement de la rénovation du parc de bâtiments existants, qui constitue une priorité du fait de la politique de transition environnementale, est un fort moteur d’innovation. Des produits de construction sont désormais conçus spécialement pour ce marché ».

 

La salle immersive Oscar Niemeyer du CSTB Paris assure la simulation numérique en 3D © Florence Joubert

 

Quelques actions spécifiques

 

• Le CSTB a entrepris des travaux de recherche pour déterminer comment recycler au sein de produits de construction, des PVC vieux de plusieurs dizaines d’années, donc susceptibles de contenir des matériaux, plomb ou du cadmium, aujourd’hui interdits.
• Il soutient les start-up et entretient un vivier d’une quinzaine de jeunes pousses innovantes au sein du CSTB’Lab, lancé en 2017, tout d’abord généraliste, puis tourné vers le numérique, la rénovation, la qualité de l’air intérieur…
• La formation sur mesure intra-entreprise se développe pour accompagner les clients du CSTB, qui a été par ailleurs, choisi pour co-animer le Club BIM de la Communauté du Grand Paris Express. La Société du Grand Paris propose l'utilisation de la plateforme KROQI et le CSTB dispense une campagne de formation de très grande ampleur au regard de la multiplicité des intervenants.

 

Les cinq clés du CSTB

 

Le CSTB garantit la qualité et la sécurité des bâtiments, et exerce une mission à 5 axes : la recherche et expertise, l'évaluation, la certification, les essais et la diffusion des connaissances.

 

• La recherche et expertise

 

Son approche systémique intègre l'ensemble des enjeux sociologiques, économiques et de sécurité qui s'impose aux bâtiments, quartiers et villes, en concentrant ses efforts de recherche dans des domaines prioritaires. Il accompagne aussi les acteurs du marché dans leur mutation numérique en s'appuyant sur le BIM et les nouvelles technologies, ou dans la conception et l’optimisation de leurs solutions.

 

Par ailleurs, il s’est engagé l’an dernier dans un nouveau cycle de recherche à l’horizon 2025. Au programme : anticipation des ruptures à venir et accompagnement de la filière du bâtiment dans les grands changements qui s'imposent à elle, transition énergétique et numérique, notamment.

 

Le CSTB travaille également sur l'adaptation de l'environnement bâti au vieillissement de la population, le développement de l'économie circulaire, la durabilité des matériaux et solutions technologiques…

 

• L'évaluation

 

Elle apporte aux acteurs de la construction des informations fiables sur les niveaux de performances et de durabilité des composants (procédés, matériaux, éléments ou équipements), dans une utilisation et des conditions de mise en oeuvre bien définies. De plus, le CSTB instruit les demandes d'Avis Technique ou ATec, et propose des prestations d'évaluation technique pour accompagner les entreprises dans le développement de leurs innovations. Pour les fabricants de
produits ou procédés dont les techniques sont jugées suffisamment matures mais pour lesquelles il n'existe pas encore de texte de référence, le CSTB propose l'Appréciation Technique de Transition (ATT).

 

• La certification

 

Elle permet d'attester de la performance d'un produit, selon un référentiel établi avec des représentants de la profession et de la société. Cette démarche volontaire garantit la constance de la qualité des produits certifiés, notamment au travers d’un suivi des process de fabrication. Avantages : différenciation de l’offre et levier de développement économique pour les industriels ; signe de qualité pour les prescripteurs et les utilisateurs.

 

• Les essais

 

Basée sur une approche multiphysique du bâtiment, l'ingénierie d'essais et les plateformes associées permettent au CSTB (il dispose de plus de 1 200 bancs d'essais) de mener à bien ses activités, tant de recherche et d'expertise que d'évaluation ou de certification.

 

• La diffusion des connaissances

 

Le CSTB contribue au partage des connaissances auprès des professionnels en lien avec les enjeux de performance multicritères d'un bâtiment, les évolutions des réglementations et la progression des innovations. Accessibles et directement utilisable au travers de publications et de services d'information, de logiciels métiers et d'une offre de formation professionnelle inter et intra-entreprises.

 

M.L.

Source : verre-menuiserie.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Produits







Articles

Agenda