Les moustiquaires ne sont plus accessoires

Les moustiquaires ne sont plus accessoires

Produit de niche qui l’est de moins en moins, la moustiquaire grimpe dans les sondages, à condition de bien informer le consommateur
final et de la valoriser dans les showrooms.



Le jeu des trois familles

 

Le marché se répartit entre les :
• moustiquaires enroulables verticalement (le volume principal) ;
• moustiquaires plissées ou latérales enroulables pour les grandes baies, les portes-fenêtres et les portes ;
• moustiquaires fixes pour les petites fenêtres, salles de bains...

 

Cette année, Mariton lance MoustiPliss. Il s’agit d’une moustiquaire latérale permettant d’équiper les coulissants de grandes largeurs © Mariton

 

Même si aucune étude n’est disponible sur ce marché, le sentiment général valide son dynamisme et sa progression. Sabine Mariton, PDG de Mariton, le confirme : « en l’absence d’étude réelle, ce secteur est très peu chiffré. Toutefois, ce marché de niche est dynamique et affiche une croissance à deux chiffres. La moustiquaire est un produit saisonnier et météo-dépendant mais, depuis 4 à 5 ans, la saison se décale. Comme nous bénéficions de très belles arrière-saisons, les particuliers continuent à s’équiper ».

 

Depuis Equipbaie, Lakal commercialise le volet roulant Rénovation à motorisation solaire avec moustiquaire intégrée. Fabriquée sur-mesure, elle convient aux coffres Rénovation R, RS et VA © Lakal

 

Philippe Gertz directeur marketing chez Lakal, constate pour sa part, que « depuis 4-5 ans, nous enregistrons une croissance de 8 à 10 % chaque année. Il s’agit d’un produit mature, technique mais très simple, pas très cher et qui apporte du confort. Et si le volume des moustiquaires associées aux volets roulants reste constant, celles combinées avec les volets roulants solaires progressent depuis un an, un an et demi ». Autre signe de bonne santé : le nombre d’acteurs s’accroît.

 

Le fabricant allemand heroal a mis au point les moustiquaires heroal IS protégeant à la fois des insectes et des pollens. Elles existent en plusieurs versions, cadre fixe ou pivotant, intégrées dans le volet roulant, plissées, pour baies de grandes largeurs, etc. Trois types de tissus sont disponibles, fibre de verre ou polyester avec revêtement PVC, et acier inoxydable.

 

© heroal

 

Analyse identique pour Fabrice Aitehocine, directeur commercial chez Bandalux France et Olivier Sabater, responsable technique chez Velux. Le premier note que « le marché est en constante progression depuis trois ans », le second se réjouit « d’un accroissement de 20 % des ventes l’an dernier ». Pour Bruno Brossard, chef de produits chez Franciaflex, « cette famille de produits se développe depuis plusieurs années. Elle enregistre même une croissance à deux chiffres chez nous depuis cinq ans ».

 

La moustiquaire Protec’R+ de La moustiquaire Protec’R+ de Franciaflex assure une finition parfaite, même en cas de murs irréguliers, et peut être équipée, en option, d’une toile antipollen © Franciaflex

 

De son côté, Gilles Capdessus, PDG du groupe CSW, considère que « la moustiquaire est un produit à la notoriété grandissante, ne serait-ce qu’en raison des phénomènes environnementaux ».

 

La moustiquaire latérale Planéa de MSL (groupe CSW), qui équipe les portes d’entrée et baies coulissantes, existe en version manuelle et motorisée © CSW

 

Et 2019 commence fort pour CSW avec une progression de 30 % en volume (le groupe fabrique annuellement 30 000 pièces sur-mesure). « Il est bien difficile d'estimer le marché global français qui se répartit en deux axes de distribution : d’un côté, les produits standards recoupables distribués en GSB et destinés à une clientèle de bricoleurs avertis, de l’autre, les produits sur-mesure proposés par un réseau d'installateurs, tels que les storistes et fenêtriers », relève Thierry Jabaudon, directeur de Storipro. « Une chose est certaine, au regard du marché de nos voisins européens, la France accuse un retard important en matière de taux d'équipement ».

 

Les nouvelles moustiquaires de Storipro se manoeuvrent par chaînette, treuil, motorisation électrique ou solaire © Storipro

 

Se protéger des moustiques, mais pas seulement !

 

Le développement des moustiquaires ne doit rien au hasard. Depuis dix ans en effet, l’on assiste à la montée du moustique tigre du Sud-Est au Nord du pays sous l’effet du réchauffement climatique ; et où l’on parle aussi de plus en plus du chikungunya. « Les particuliers souhaitent se protéger des mouches et des insectes rampants », explique Fabrice Aitehocine. « Surtout dans certaines régions de l’Hexagone notamment dans les zones d’élevage. Certes dans le Sud-Est, on évoque beaucoup les moustiques et le chikungunya, mais ils ne constituent pas la motivation première ».

 

Analyse identique pour Martine Benoit George, responsable marketing et Mireille Wittmer directrice produits chez Ates (groupe MHZ).

 

Atès (groupe MHZ) propose des moustiquaires enroulables verticales et horizontales (pose en tableau ou en applique), ainsi que plissées © Atès

 

Les utilisateurs cherchent à se protéger des moustiques, et surtout du moustique tigre », constatent-elles. « De plus, les personnes souffrant d’allergies apprécient les toiles antipollen ». Olivier Sabater souligne que « les consommateurs souhaitent se protéger, non seulement du moustique tigre, mais encore des insectes en général, guêpes, frelons et envahisseurs divers ». Sabine Mariton remarque le besoin accru de se protéger dans le résidentiel pour dormir tranquillement. « Incontestablement, la moustiquaire participe au confort intérieur. Mieux, c’est un produit "écolo", une alternative intéressante aux produits chimiques ». Ce que confirme Gilles Capdessus. « Les particuliers s’intéressent de plus en plus aux moustiquaires, ils se protègent davantage. Mais surtout, c’est un produit écologiquement vertueux qui évite d’utiliser les insecticides et la climatisation ».

 

Un avis partagé par Didier Bernède, directeur des opérations commerciales chez Flo Fermetures : « une moustiquaire protège des insectes tout en aérant la maison ».

 

Les moustiquaires Ouvea – enroulables ou plissées – de Flo Fermetures s’adaptent à toutes fenêtres ou portes-fenêtres et toutes dimensions, également disponibles en fonctionnement latéral avec 1 ou 2 vantaux.

 

© Flo Fermetures

 

Ce produit multiplie les avantages : écologique (ne nécessite aucun insecticide) et confort d’utilisation ; les coulisses munies de brosse font barrage aux insectes tout en assurant une bonne tenue de la toile au vent. Les moustiquaires remontent en souplesse grâce à un système de frein intégré dans l’axe d’enroulement.

 

Aujourd’hui, la moustiquaire va plus loin puisque certaines toiles protègent aussi des pollens. C’est le cas chez Lakal et Franciaflex. Seul bémol, elles demeurent marginales. « Certes, elles suscitent la surprise », reconnaît Bruno Brossard. « Malheureusement, cela ne se concrétise pas par un achat ».

 

Une niche de marché riche en innovations

 

Sur ce marché de taille encore modeste, les innovations font florès. « Nous fabriquons des moustiquaires depuis 2009 et proposons une gamme complète, pivotante, plissée, enroulable, coulissante, etc. », explique Philippe Gertz pour Lakal. « Parallèlement aux toiles classiques en fibre de verre, nous commercialisons aussi les toiles antipollen Polltec qui arrêtent 99 % des pollens de bouleau ou de graminée ; Transpatec, quasi invisible ou en acier inoxydable, assure une protection totale contre l’intrusion de petits animaux ». De son côté, Bandalux a enrichi son offre de moustiquaires verticales enroulables et coulissantes avec Lavender, un cadre fixe démontable. Dédié aux fenêtres et fenêtres de toit, il se fixe sans perçage sur les ouvrants.

 

« Chez BIER Stores de Tournus, nous proposons des moustiquaires enroulables, verticales et horizontales, ainsi que des modèles plissés à un vantail ou deux vantaux », précise Patrick Roos, PDG. Mariton note une tendance à assortir la moustiquaire aux menuiseries (l’entreprise propose dix coloris standards), commercialise les moustiquaires enroulables MoustiRoll 2 et MoustiPliss latérale. La première permet de rattraper le jeu du tableau ; la seconde, lancée cette année, est dédiée aux coulissants jusqu’à 4 900 mm de large et 3 000 mm de haut.

 

La société BIER Stores de Tournus a mis au point une moustiquaire latérale plissée, deux vantaux (1 900 mm par vantail), à ouverture latérale dont le guidage en partie basse s’effectue grâce à une chenille rétractable. Résultat : le passage est totalement dégagé © BIER Stores de Tournus

 

Soprofen étoffe sa gamme avec un modèle latéral destiné aux grandes baies. « Il s’ajoute aux moustiquaires pour portes battantes, fixes et enroulables verticalement », indique Laurent Darous. « Réalisable dans de grandes dimensions, jusqu’à 2 000 mm en un vantail et 4 000 mm en deux vantaux pour des hauteurs pouvant atteindre 3 000 mm ; cette nouvelle moustiquaire à ouverture latérale coulissante est particulièrement adaptée aux ouvertures à fréquence de passage
important comme les portesfenêtres, les baies vitrées ou même les portes d’entrée ».

 

A sa gamme courte répondant à tous les besoins, Franciaflex ajoute Protec’R+, une moustiquaire enroulable disposant d’un système innovant et pratique de contre-coulisses garantissant une finition impeccable, quel que soit l’état du mur. Et Flo Fermetures a désormais intégré la remontée lente à ses moustiquaires verticales.

 

GoCap lance Mostiglass

 

© GoCap

 

Plus qu’une moustiquaire, Mostiglass est un pare-insectes fabriqué en polycarbonate. « Il existe en deux versions », explique François Capitaine, PDG de GoCap. « Une souple qui, très fine, peut s’utiliser pour une moustiquaire enroulable ou s’intégrer dans un volet roulant ; une rigide pour les modèles fixes. La fiabilité de Mostiglass (100 % contre le moustique tigre mauricien, l’un des plus petits au monde) a été validée par un laboratoire accrédité auprès de l’OMS ». Avantage supplémentaire, les trous permettent d’aérer le logement et de rafraîchir l’air entrant, donc de limiter le recours à la climatisation. A noter que GoCap est actuellement en contact avec un gammiste susceptible d’associer Mostiglass à sa gamme de fenêtres.

 

Au travers de sa marque MSL, le groupe CSW a mis au point Planéa : « cette moustiquaire latérale se manoeuvre par trois systèmes de commandes, Push & Go, Push & Go avec capteurs par effleurement et Push & Go avec détecteurs de mouvement », explique Gilles Capdessus. Et puis, Profils Systèmes commercialise le pare-insectes Ksar. Une moustiquaire enroulable qui s’installe dans toutes les ouvertures grâce à son système d'enroulement et à la fermeture magnétique. Enfin, Storipro qui fabrique des moustiquaires depuis 2002, vient de lancer le CA68ZIP pour les fenêtres dont les dimensions n'excèdent pas une largeur de 2 400 mm et une hauteur de 1 800 mm, et le CA96ZIP pour des dimensions maximales de 3 500 mm x 2 700 mm.

 

Valoriser

 

Le dynamisme du marché ne doit pas masquer le manque de mise en avant de la moustiquaire. « Ce produit ne s’utilise pas que sur la Côte d’Azur, il faut absolument lever cet a priori ! », tempête Bruno Brossard. Pire, le particulier qui ne sait pas où l’acheter, a le réflexe d’aller en GSB plutôt que chez le storiste. « Il faut mettre la moustiquaire en avant pour la défendre », ajoute Bruno Brossard. « Nous menons un important travail de communication auprès de nos clients au travers de maquettes pour le showroom. Une offre d’équipement qui permet de lancer la conversation autour du produit. Les clients qui l’ont mis en avant sont très satisfaits ». Pour Laurent Darous, directeur commercial chez Soprofen, « les moustiquaires constituent un précieux complément d’offre. Encore insuffisamment développé par les professionnels, ce marché a de l’avenir à condition d’être soutenu par des efforts commerciaux. Le consommateur n’étant pas suffisamment informé, il convient d’exposer les moustiquaires dans les showrooms, au même titre que les fenêtres et les volets. Elles méritent, clairement, une meilleure valorisation ». Et Didier Bernède enfonce le clou : « les installateurs ne parlent pas suffisamment des moustiquaires à leurs clients. Or, ils passent à côté de ventes additionnelles pouvant atteindre 20 % de plus que le prix d’un volet roulant ! La plupart du temps, une moustiquaire figurant sur un devis se transforme en vente ».

 

D’un montage simple et aisé, la moustiquaire enroulable de Velux s’installe en tableau sur le mur. Grâce à une maille ni trop grande, ni trop fine, elle laisse passer la lumière © Velux

 

Enfin, Gilles Capdessus est catégorique. « Les particuliers, surtout s’ils sont satisfaits de leur poseur de fenêtres, s’adressent aux artisans mais les bricoleurs se fournissent en GSB ou sur Internet », regrettet- il. « Les artisans ne mettent pas les moustiquaires assez en avant. Il est vrai qu’ils ne dégagent pas une forte marge en cas de vente sèche. Mais leurs produits haut de gamme garantissent une plus forte valeur ajoutée, surtout pour les modèles latéraux ». Un argument à ne pas négliger.

 

M.L.

Source : verre-menuiserie.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Produits







Articles