Notre Dame de Paris, un monument d’Histoire

Notre Dame de Paris, un monument d’Histoire

Suite à l’incendie dévastateur du 15 avril, Notre Dame de Paris faisait l’objet d’une restauration au long cours, qui aujourd’hui bouleverse sa réhabilitation dans sa totalité

 





A l’heure où nous écrivons ces lignes, le président du Groupement des Entreprises de Restauration de Monuments Historiques (GMH), membre de la FFB, compte s’exprimer au cours d’une conférence de presse sur la catastrophe de la cathédrale de Notre Dame de Paris. Patrimoine Mondial de l’UNESCO et monument le plus visité d’Europe, cet ouvrage gothique précieux et symbolique, construit selon la géométrie du nombre d’or, a offert au fil du temps une source inépuisable d’inspiration littéraire, cinématographique, musicale…


Engagée sous le règne de Louis VII par l'Évêque Maurice de Sully, évêque de Paris, sa construction s'est étalée de 1163 à 1345. Depuis, se sont succédés à sa protection, les plus grands menuisiers, architectes et historiens, garants des plus grands soins et de sa pérennité. En travaux constants, la façade et les deux clochers de l’édifice avaient été restaurés dans les années 90.

 

Philippe Villeneuve, l’architecte en chef des monuments historiques chargé de la cathédrale depuis 2013, et la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) Île-de-France préparait un important programme de restauration, visible depuis avril 2018 avec la mise en place d’un colossal échafaudage qui devait permettre de travailler sur toute la hauteur de la flèche culminant à 96 m, avalée par le brasier lundi dernier.


Composée de bois de chêne, la charpente de la cathédrale avait nécessité 21 hectares de chênes. Elle comportait plusieurs parties. La plus ancienne, au-dessus du Chœur est datée de 1220. Ses dimensions exceptionnelles - 100 x 13 m dans la nef, 40 m de largeur dans le transept, avec une hauteur de 10 m – supportaient la structure de la flèche composée de 500 tonnes de bois vieux de plusieurs centaines d’années.


Jeudi 11 avril, les 16 statues de cuivre grutées et posées au pied de la flèche pour une phase de restauration en atelier, ont échappé par chance, à l’incendie. Cette première phase, dont le coût atteignait 11 M€, devait se poursuivre durant 4 ans jusqu’en 2022. L’ensemble de la rénovation devait durer dix ans et coûter environ 60 M€. Une enveloppe désormais partie en fumée et déjà refinancée par de nombreux mécènes.

 


Source : verre-menuiserie.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter

Restez informés !
Abonnez-vous à notre Newsletter.
 

Produits



Dernière revue

N° 296 - Août / Septembre 2021

   

Articles