La nuisance sonore insuffisamment prise en compte par les politiques et architectes

La nuisance sonore insuffisamment prise en compte par les politiques et architectes

La nuisance sonore n'est ni dans l'esprit des politiques ni dans l'esprit des architectes, a dénoncé Christian Hugonnet, président de la Semaine du Son. 





La COP24 n'a notamment pas pris cette dimension en compte, a estimé Christian Hugonnet en présentant à des journalistes la "Semaine du Son 2019", qui tient sa seizième édition jusqu'au 3 février dans toute la France.

 

Elle porte cette année sur une meilleure prise en compte "en amont" du facteur sonore dès le lancement de tout projet d'architecture et d'urbanisme. Des plafonds absorbant le bruit pourraient être efficacement installés dans les gares, et certains revêtements pourraient le limiter sur l'asphalte des rues comme cela se fait notamment à Tokyo, a-t-il suggéré.

 

Selon M. Hugonnet, les effets sur la santé publique sont nombreux mais souvent ignorés. Dans une mégalopole comme Le Caire, "on assiste à une mutation de perception auditive chez les jeunes enfants"."On fait du bruit pour recouvrir le bruit. Dans un open space, on parle toujours plus fort au téléphone", a-t-il dénoncé, en soulignant que "quand on n'a plus de micro-silence, on n'a plus la possibilité de réfléchir".

 

"On est dans la malbouffe sonore", a protesté l'architecte et urbaniste Roland Castro, qui collabore avec la Semaine du son. Selon un sondage Opinionway, commandé par les organisateurs, 61% des Français interrogés ne sont pas satisfaits de l'environnement sonore à leur travail : en cause, entre autres, les open spaces qui génèrent fatigue et dispersion de l'attention.

 

51% des Français sont gênés par les musiques d'ambiance dans les lieux de restauration, et 41 % dans les supermarchés et centres commerciaux. Plus généralement, ils sont 60% à regretter qu'il y ait trop d'effets sonores d'ambiance dans les lieux publics, selon ce sondage réalisé début janvier auprès d'un échantillon de 1.024 personnes de 18 ans et plus. Les environnements sonores trop bruyants peuvent générer de la violence, s'inquiètent 79 % des personnes interrogées. 85 % disent pouvoir éviter de fréquenter les lieux publics pour fuir les décibels. 11% le font souvent et 38% de temps en temps. Les Français goûtent davantage les sons de la nature (65%), un morceau de musique en solitaire (54%) ou le crépitement d'un feu de bois (50%).



Source : verre-menuiserie.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter

Restez informés !
Abonnez-vous à notre Newsletter.
 

Produits



Dernière revue

N° 297 - Octobre / Novembre 2021

   

Articles