Le projet de rénovation du Parlement européen à Bruxelles dévoilé par Thomas Coldefy

image

Colauréat du concours international lancé par le Parlement européen pour la rénovation du bâtiment Paul-Henri Spaak qui abrite l’hémicycle à Bruxelles, l'architecte Thomas Coldefy dévoile les contours du projet.



Sur les 132 candidatures internationales déposées auprès du Parlement européen, dont celles de Renzo Piano, Shigeru Ban et Snøhetta, Coldefy et Associés Architectes Urbanistes a réussi à séduire le jury du Parlement européen en présentant un projet innovant, pensé et réfléchi avec quatre autres partenaires et colauréats réunis au sein du collectif d’architectes pan-europe?en Europarc : Carlo Ratti (Italie), JDS Architects (Belgique), Ensamble Studio (Espagne), et NL Architects (Pays-Bas).

 

Un édifice modernisé, végétalisé et tourné vers les citoyens grâce un hémicycle directement visible depuis son rooftop arboré et ouvert au public

Dans leur proposition gagnante, Thomas Coldefy et ses partenaires ont fait le choix d’une réhabilitation du bâtiment plutôt que d’une reconstruction pour en garder l’approche circulaire et ils ont exprimé la volonté de faire de cet édifice emblématique un modèle d'architecture vertueuse, écologique, ouverte sur la ville et qui reconnecte l'urbain et la nature.

L’équipe a donc engagé un processus créatif qui incarne l’idéal démocratique de l’Union Européenne et prend en considération les défis auxquels l’Europe est confrontée, au premier rang desquels l’urgence climatique. Le collectif Europarc s’est ainsi exprimé : « dans un contexte d’urgence environnementale et climatique, notre proposion collective est de repenser le ba?timent du Parlement européen le rendant plus ouvert et inclusif tout en réduisant son empreinte carbone ».

 

Une empreinte carbone réduite

Si l’édifice actuel comporte de nombreux défauts, sa destruction et son remplacement par un bâtiment nouvellement construit aurait été un non-sens écologique dans la mesure où 50 % de l’empreinte carbone dans la construction est générée par l’édification des structures brutes ex-nihilo. La strateégie choisie a donc été de réutiliser rigoureusement l’essentiel de la structure pour en limiter la dépense carbone.


Le premier hémicycle au monde visible directement depuis l’extérieur

 

© Thomas Coldefy 

 

Le nouvel hémicycle du Parlement européen est repositionné vers les niveaux hauts du bâtiment. Profondément modernisé, il sera doté d’équipements digitaux qui faciliteront l’expression du discours démocratique au-delà des contraintes physiques. Les larges baies vitrées qui le surplombent instaurent un dialogue visuel entre le Parlement et les citoyens qui pourront désormais le contempler depuis les jardins aménagés sur le toit de l’édifice, arborés et ouverts au public. Cette configuration architecturale est inédite et unique au monde pour l’hémicycle d’un parlement de cette envergure.

 

L’Agora Verte

Située au plus haut niveau, sur les toits aménagés en jardin botanique, l’Agora Verte est le point culminant de la visite du public. Connectée visuellement à l’hémicycle par le plafond ouvert de ce dernier, cette Agora Verte est envisagée comme un symbole de la démocratie européenne, point de rencontre entre les citoyens et leurs élus.

 

Une nouvelle connexion avec la ville 

A l’échelle urbaine, le projet vise à renforcer le lien entre le Parlement et le reste de l’aire urbaine. L’ouverture du bloc permet d’assurer la continuité du flux de piétons et de créer une interconnexion entre la Place du Luxembourg et le Parc Leopold. Le domaine public est donc étendu à l’intérieur et à l’extérieur de l’ensemble architectural, créant ainsi une expérience plus accueillante pour les habitants et les visiteurs. Ainsi, le bâtiment n’est plus infranchissable mais devient un espace ouvert et de cheminement piéton.

 

Un écosystème européen et polyfacétique


                    
Ce nouveau bâtiment – avec le rez-de-chaussée ouvert qui offre un circuit de circulation piéton et l’hémicycle visible depuis l’Agora Verte – crée un écosystème civique qui place les peuples au centre d’une expérience spatiale et les rapproche du processus démocratique. Le budget prévu pour la régénération de cet édifice de 84 000 m² - surnommé "le Caprice des Dieux" - est évalué à près de 500 M€. 

Thomas Coldefy compte plusieurs réalisations internationales majeures à son palmarès comme le mémorial de la tuerie d'Orlando aux Etats-Unis, le Hong Kong Design Institute à Hong Kong (déjà été livré), le méga centre culturel culturel et artistique de Bao-Han à Shenzhen en Chine (en cours de chantier). Il fait aussi partie du classement "The Good Life Magazine" des architectes qui font rayonner la France dans le monde. 

Ce projet d’envergure vient renforcer la renommée du savoir-faire architectural français et son rayonnement à travers le monde, à l'instar d'autres grands noms de l'architecture hexagonale comme Jean Nouvel ou Jean-Michel Wilmotte.

© Thomas Coldefy 


Source : verre-menuiserie.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter

Restez informés !
Abonnez-vous à notre Newsletter.
 

Produits



Dernière revue

N° 303 - Octobre 2022

  magazine  

Nouveautés Produits