Trois Notaires associés subliment un immeuble familial du XIXe à Alès

Trois Notaires associés subliment un immeuble familial du XIXe à Alès

© Richard Sprang-Aitec Architecte-Profils Systèmes

Le destin voulait qu’un tel bâtiment, érigé en 1854 au coeur de la cité cévenole d’Alès, fût rénové avec goût, entre tradition et modernité.





Aujourd’hui, une étude notariale tout aussi florissante. Du commerce de proximité aux professions juridiques : les métiers évoluent, mais l’esprit, empreint d’élégance, de travail et de discrétion, demeure.

 

© Richard Sprang-Aitec Architecte-Profils Systèmes

 

L’édifice s’insère dans l’une des pénétrantes du coeur de ville, reliant la rue du docteur Serres et la place Henri Barbusse à la rue d’Avéjan, une des rues commerçantes principales. Il fut bâti selon un système Eiffel, avec une structure métallique portante, caractérisée par huit piliers en fonte, des voutains sur tirants en acier et des écrous inversés, assurant une rigidité parfaite de l’immeuble.

 

© Richard Sprang-Aitec Architecte-Profils Systèmes

 

Les piliers servent également de chenaux, les eaux pluviales se répandant au sous-sol par puits perdu et se jetant dans le Gardon. « Lorsqu’il pleut, on entend l’eau passer à l’intérieur des piliers », souligne Frédéric Borrelly, gérant d’Aitec (Architecture Ingénierie Technique Économie de la Construction), mandaté pour ressusciter le site.

 

© Richard Sprang-Aitec Architecte-Profils Systèmes

 

La façade en pierre de l’immeuble, rehaussée d’un fronton ouvragé Napoléon III, incarne avec bonheur ce voyage dans le temps : enduit à la chaux pour recouvrer l’aspect originel, et nouvelles menuiseries en aluminium pour projeter l’ensemble dans le 21e siècle. Les espaces et les volumes frappent l’attention. Joliment éclairé la nuit, ses généreuses ouvertures cerclées de bleu, l’immeuble, haut de 25 mètres, a été, et reste, rythmé par le travail.

 

Orienté au soleil levant, « pour profiter au mieux du soleil l’hiver, sans trop en souffrir l’été », précise l’un des notaires, qui sait de quoi il parle. Il a lui-même travaillé dans ces murs, de 1977 à 1987, après avoir arrêté ses études de droit. 1987 : clap de fin de l’entreprise créée en 1820. Pas d’état d’âme. 9 ans plus tard, reprise du fil interrompu des études de droit. Et le fils, petit-fils et arrière-petit-fils de quincailler devient notaire. Toujours à Alès, mais pas dans ce lieu, au 9 bis, boulevard Louis Blanc.

 

Près de 30 ans après la liquidation de l’affaire familiale, 20 ans après la mort de son père, l’opportunité de concrétiser le transfert de l’Etude dans ce lieu familial inévitable, se présente enfin. L’opération revêt un aspect économique : devenir propriétaire, pour s’affranchir d’un loyer, et profiter de ce transfert pour s’étendre (de 250 m2 à 500 m2). Mais la dimension affective, filiale, héréditaire, l’emporte, et s’impose aux yeux du visiteur, dès la porte d’entrée.

 

© Richard Sprang-Aitec Architecte-Profils Systèmes

 

La société civile immobilière propriétaire des murs a été baptisée… « Souviens toi ». « Ce retour, c’est une marque de respect, non seulement pour cet endroit, mais aussi pour les miens, pour tous ceux qui ont travaillé ici, et ceux qui y travaillent désormais », expliquet-il. Un vrai projet entrepreneurial, mené en 2014 et 2015. Les deux niveaux de plancher, en duplex, sont reliés par un escalier intérieur. Le premier niveau déploie 350 m2 et le second 150 m2, où évoluent 20 personnes. Les bureaux prennent place dans des sortes de boîtes. Cet agencement préserve les volumes et modernise l’image parfois engoncée du notaire. « Nous ne sommes pas comme ça, car nous ne sommes pas du sérail, prévient l’un des Notaires associés, un brin provocateur. Ici, on se comporte comme des libéraux, pas comme des rentiers. »

 

Pratiquant, aux côtés de son épouse, première nommée, et de sa jeune associée, un métier technique, mais qui requiert aussi un bon contact humain. « Les situations à traiter sont très diversifiées : successions, ventes, partages, droit des sociétés, promotion immobilière… ». Reproduits sur des films adhésifs - oeuvre du Nîmois Julien Jardon -, des actes anciens de l’étude et des extraits du Code civil recouvrent les vitres des bureaux. La structure d’époque – voutains, écrous – a été volontairement ouverte.

 

© Richard Sprang-Aitec Architecte-Profils Systèmes

 

Aux fenêtres, les petits carreaux ont cédé leur place à de grandes vitres. La grande verrière aspire la lumière naturelle vers l’intérieur. « C’est un pari gagnant, se réjouit le plus ancien des notaires, trois ans après. Nous n’avons aucun regret. J’ai mené ce projet à 61 ans : il ne peut être que pérenne ! » Morale de l’histoire : « Il n’y a point de chemin trop long à qui marche lentement et sans se presser. Il n’y a point d’avantages trop éloignés à qui s’y prépare par la patience. » Jean de la Bruyère.

 

© Richard Sprang-Aitec Architecte-Profils Systèmes

 

Vu du chantier

 

© Richard Sprang-Aitec Architecte-Profils Systèmes

 

Les installations des sept grands ensembles en châssis vitré sur la façade, et des deux constituant la toiture de la verrière, ont nécessité de bloquer la rue, se souvient Michel Braut, gérant d’Alu’Space (fabricant et poseur de menuiseries, portails et vérandas), basé à Bagnols-sur-Cèze (Gard). Le chantier fut remarquable à plusieurs égards : l’adaptation à la pierre existante, les arches et les grands ensembles du bâtiment…

 

Une anecdote : l’enseigne en métallerie rivée de l’arrière grand-père a été laquée avec les poudres de Profils Systèmes. « Nous avons ensuite adapté l’imposte vitrée de la porte d’entrée pour que cette enseigne rentre dans la dimension du verre ». Michel Braut travaille avec Profils Systèmes depuis 20 ans : « J’aime leur choix de couleurs, le design des gammes, leur technicité. » Frédéric Borrelly, architecte du projet, insiste sur le rôle de la verrière, créée lors de la rénovation : « Elle apporte la lumière naturelle sur les deux niveaux de l’étude. Une seule façade du bâtiment donne sur la rue. Grâce à ce puits de lumière, les questions d’éclairage naturel et de circulations verticales entre les bureaux ont été résolues. »

 

© Richard Sprang-Aitec Architecte-Profils Systèmes

 

La structure métallique a été volontairement peinte en rouge, pour rappeler le Code civil. Les bureaux prennent place dans des «boîtes» en verre, délimitées par des cloisons vitrées et en aluminium. La façade a été débarrassée des câbles d’alimentation et éléments de climatisation. 

 


Source : verre-menuiserie.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter

Restez informés !
Abonnez-vous à notre Newsletter.
 

Produits



Dernière revue

N° 297 - Octobre / Novembre 2021

   

Articles