Groupe Akena - Soko, la fabrique de l’univers outdoor

image

Coeur battant de sa force industrielle, les deux usines du groupe Akena regroupent aujourd’hui des capacités de production à la hauteur des ambitions de ses dirigeants.



Visite des ateliers au rythme de nouvelles perspectives… et de nouvelles pulsations.

 

 

© Soko - (De g. à dr.) Dany Rabiller, directeur général d’Akena et Christophe Chabot, président d’Akena, développent le groupe en suivant plusieurs pistes : croissance externe, lancement de nouveaux produits ou services et implantations à l’étranger

 

 

 Chaque semaine nous produisons entre 120 et 130 vérandas et entre 80 et 90 pergolas et carports avec des éléments vraiment très variés 

indique Vincent Fabry, directeur technique d’Akena - Soko

 

© VMA/JLC

 

Christophe Chabot et Denis Rabiller, les dirigeants du groupe Akena - Soko comptent dynamiser leur offre de services à destination des professionnels de la véranda et de la pergola qui constituent une branche importante de leur activité économique. Les deux usines de Dompierre-sur-Yon (85) accueillent régulièrement des formations et assurent des pré-montages à l'attention des adhérents de Soko. Suivez le guide...

 

© Soko - Magali Lemeunier, chargée marketing et communication de Soko

 

En 2021, le groupe Akena - Soko présidé par Christophe Chabot avait réalisé un chiffre d’affaires de 175 M€ avec ses activités de fabrication d’abris de piscine (Abrisud et Azenco) et de vérandas et de pergolas (Akena - Soko). Une performance encore améliorée cette année puisque le CA anticipé pour 2022 devrait s’établir à 225 M€. Cependant, la somme des biens et des services du groupe n’est pas à périmètre constant : elle s’enrichit en effet des résultats de Coublanc Stores, société bourguignonne spécialiste du store et de la pergola rachetée par Akena - Soko dans le cadre de sa politique de croissance externe.

 

© VMA/JLC - Dans l’usine historique du groupe, dix lignes de fabrication de vérandas se côtoient. Tous les éléments constituant une véranda sont fabriqués sur-mesure. Dans l’atelier, la véranda fournit plus de travail que la pergola

 

Parallèlement, la performance organique du groupe reste soutenue. La répartition du chiffre d’affaires s’établit actuellement à 45 % pour les abris de piscine et à 55 % pour les vérandas et les pergolas. La première activité a subi un coup de frein l’été dernier car les restrictions en eau dues à la sécheresse ont gêné les piscinistes lors du déploiement technique des piscines coques. Pas de piscine : pas d’abris de piscine. « Mais le dynamisme est revenu depuis », assure Christophe Chabot, amusé de voir qu’il se construit davantage de piscines aujourd’hui au Nord de la Loire qu’au Sud et qui voit là un effet positif du réchauffement climatique.

 

© VMA/JLC - En tête de ligne, les scies permettent de découper les profilés aluminium à la bonne longueur. Ceux-ci sont ensuite travaillés et usinés pour devenir des ouvrants de coulissants, de la fenêtre, des profils de toiture ou de structure. Chaque ligne est dimensionnée pour travailler un certain type de profil

 

© VMA/JLC - L’usine historique de Dompierre-sur-Yon est équipée de plusieurs bacs Kanban qui sont régulièrement réalimentés en quincaillerie afin que les compagnons puissent en équiper les vérandas et pergolas sans rupture d'approvisionnement

 

Du côté des vérandas, le marché se stabilise un peu en raison des contraintes techniques et urbanistiques qui interdisent parfois leur pose. « Nous progressons un peu dans un marché plutôt stagnant. Mais la pergola et le carport tirent notre business : nous devrions afficher une croissance à deux chiffres sur ce marché cette année, même si nous constatons une accalmie depuis quelques semaines. Nous avons cette chance malgré la catastrophique augmentation des coûts et de la hausse des matières premières », analyse le président du groupe Akena.

 

© VMA/JLC - Tous les colis nécessaires à un chantier sont groupés sur des palettes (de une à trois) référencées. Puis celles-ci sont rangées sur le parc, à l’extérieur de l’atelier, pour être chargées sur les camions de livraison. Environ 600 palettes, soit deux semaines de production, attendent d’être livrées

 

Bien que le prix de l’énergie ait été multiplié par 4, voire 5 depuis le début de l’année 2022, le groupe Akena n’est pas en péril pour autant. « En dehors du chauffage de nos usines et du carburant que nous mettons dans nos camions, l’énergie n’est pas au centre de notre process industriel », explique le président du groupe Akena qui se concentre actuellement sur l’export, notamment vers l’Italie (où il s’est rendu le 22 novembre dernier) : « nous plantons nos petits drapeaux de l’autre côté des Alpes. Et notre rythme de développement est conforme à nos souhaits en Espagne où nous sommes déjà installés, notamment à Barcelone, avec Abrisud. Cet effort à l’export devrait donner une nouvelle dimension au groupe dans les trois prochaines années… ».

 

 

Les pool houses vont émerger en 2023

 

Pour l’heure, si la croissance est repartie au-delà des Pyrénées et que les indicateurs sont bons partout, le président d’Akena ne cède pourtant pas à l’euphorie. Le traumatisant conflit ukrainien est toujours présent dans les esprits. C’est la raison pour laquelle Christophe Chabot, quoique toujours ambitieux, affiche une certaine prudence en anticipant 2023 : « la croissance du groupe ne continuera pas au même rythme. Nous projetons un CA de 230 M€ l’an prochain. Peut-être réaliserons-nous 10 à 15 M€ supplémentaires mais pas davantage, car nous ne portons pas de gros projets de développement : nous devrons attendre l’issue du conflit ukrainien. N’oublions pas que les principaux producteurs de vitrages simples sont localisés en Europe de l’Est et que le coût principal de leur fabrication demeure l’énergie ».

 

S’agissant de Soko et de ses gammes de produits et de services orientés vers les professionnels de la véranda et de la pergola, Christophe Chabot a le sourire : « nous constatons également une croissance sur ce marché où l’offre de services est déterminante. Ceux que nous proposons fonctionnent très bien. Des possibilités de croissance seront possibles avec un meilleur maillage territorial. Nous suivons actuellement quelques pistes de réflexion ».

 

 


 

 

Usine 1

Superficie totale : 16 000 m²

5 lignes vérandas

2 lignes pergolas

1 ligne carports

1 zone de prémontage

Capacité de production : 120 unités/semaine actuellement jusqu’à 180 unités pour les 2 usines

• Investissements 2019 : 3 M€

• Nombre de personnes dédiées à la R & D : 5 personnes

 

Usine 2

Date de démarrage d’exploitation : septembre 2021

Superficie : 7 800 m²

Lignes de production : pergolas & carports

Capacité de production : 60 unités/semaine

Objectifs de développement des carports : à 3 ans, 1 000 unités de carports/an

Investissements total : 11 M€

CA Groupe Akena 2021 : 200 M€

 

Akena a la capacité de produire des vérandas, pergolas et carports pour près de 10 000 unités/an

 


 

 

 

© VMA/JLC - Dans la nouvelle usine, une zone dédiée aux vitrages sera bientôt aménagée pour livrer directement les vitrages sur les lignes

 

 

Le groupe recrute 87 personnes

 

« La recherche de main-d’oeuvre est toujours compliquée mais elle l’est un peu moins chez nous qu’ailleurs. Comme nous avons fait le choix de privilégier le cadre de vie de nos équipes, nous sommes restés aux 35 heures hebdomadaires sans recourir aux 2 x 8 ou au 3 x 7. Ce message social très fort est reconnu par les salariés qui encouragent les recrutements par cooptation ou par parrainage », se réjouit le président du groupe Akena - Soko.

 

© VMA/JLC - Dans la nouvelle usine, une zone de formation permet de s’entraîner au montage des vérandas et des pergolas. Les poseurs des clients Soko viennent régulièrement se former. Emmanuel, le formateur référent, leur montre comment organiser leur chantier en déjouant les pièges qui se trouvent sur la façade de la maison

 

Au chapitre des recrutements, 87 nouvelles personnes sont prévues : 40 en production et 47 dédiées à la pose et aux métrés auxquelles s’ajoutent deux chargés d’affaires pour Soko. « Ces recrutements sont très en lien avec nos nouveaux produits. Notre usine de Challans verra en effet son effectif passer de 4 à 30 personnes d’ici à la fin 2023 afin de produire des pool houses. Il ne s’agit pas de se borner au local technique de piscine traditionnel mais bien de créer une pièce de la maison en plus, en fond de jardin, afin d’y accueillir la famille ou les amis pour le week-end ou l’été. Nous prévoyons de commercialiser entre 200 et 300 de ces pool houses en 2023 », révèle Dany Rabiller. Ce tout nouveau produit se lance sans véritable notion de marché : il adopte une structure en aluminium et ossature bois en façade prenant l’aspect d’une claire-voie. Très modulaires, ces pool houses seront fabriquées sur mesure en fonction des souhaits du client et équipées d’un coffret électrique de 230 volts et d’une prise de téléphone. « Si la sortie électrique est faite, ce nouvel espace immobilier du jardin sera immédiatement viable. Présentée au Salon de la Piscine, notre pool house a obtenu un bon accueil », indique le directeur général du groupe Akena - Soko.

Ce produit peut avoir un sens pour tous les propriétaires de jardins : multi-usages, il mise sur son aspect soigné pour séduire.

 

 

Deux nouvelles pergolas pour Soko

 

Ce ne sera pas la seule nouveauté griffée Soko : dès janvier, une nouvelle véranda à toiture plate va apparaître, munie d’un dôme Sage Glass® (ce vitrage pouvant s’assombrir grâce à une télécommande pour éviter le rayonnement solaire). Entre 300 et 400 exemplaires de ce nouveau produit – qui se signale par son faible encombrement d’accroche à la maison – seront proposés aux clients. Deux nouvelles pergolas Soko complèteront l’offre : l’une dite "légère" commercialisée en distribution pour que le client particulier puisse la monter lui-même (500 exemplaires prévus), l’autre dite "solaire" qui pourra être installée chez le client sans l’intervention d’un électricien (500 exemplaires prévus également).

 

© VMA/JLC - Plutôt que de créer un outillage spécial, les compagnons de l’atelier utilisent deux profils de pergolas à toit ouvrant qu’ils ont inversés. Cette inversion du support permet d’y appuyer des voûtes de pergolas et de procéder à leur montage avec le bon cintre

 

Soko va aussi mettre sur le marché des brise-vues à lames orientables que l’on peut ouvrir ou fermer en les plaquant de la main, très simplement. « Le store a ses avantages, mais si vous êtes exposé à l’Ouest, vous devez à la fois vous protéger du vent et du soleil. Or, un coulissant de verre enferme la chaleur dans la pergola tandis qu’un store filtre la lumière mais nécessite d’être relevé pour laisser entrer ou sortir les personnes. Le brise-vue à lames orientables offre une solution plus simple et utile. C’est un produit qui a du sens : on peut le mettre sur un seul côté de la pergola », argumente Dany Rabiller.

Présenté lors de la Foire de Paris, ce nouveau brise-vue à lames orientables a reçu un bon accueil sans même avoir fait l’objet d’un lancement officiel : « nous en commercialisons 50 par mois aujourd’hui. Ce produit sera encore plus efficient lorsqu’il sera connu », anticipe le directeur général du groupe Akena.

 

 


 

Le réseau Soko : 300 adhérents séduits par la largeur des gammes prêt-à-poser du fabricant

 

© Soko - La prochaine convention des partenaires Soko se tiendra début 2023 ; ici, à Budapest en 2020

 

Priorité à l’indépendance des clients de la marque, le réseau Soko, 100 % gratuit, propose un partenariat purement conventionnel, mais « gagnant-gagnant, associant les compétences de professionnels installateurs-poseurs régionaux à nos solutions d’extension en aluminium prêts-à-poser de qualité – vérandas, pergolas, carports, pool house – et de fabrication 100 % française », souligne Magali Lemeunier, chargée du marketing et de la communication de Soko. Un réseau qui se revendique à taille humaine bénéficiant d’un accompagnement marketing et technique riche et personnalisé.

 


 

 

Le prémontage : un service de plus en plus plébiscité

 

Pour faire face au développement spectaculaire du marché de l’outdoor ces dernières années, le groupe Akena a décidé de pousser les murs de son usine historique en réalisant une extension pour la porter à 16 000 m², moyennant 3 M€. Elle accueille les 10 lignes de montage des vérandas – produits conçus sur mesure pour chacun de ses clients – et celles dédiées aux pergolas dont la fabrication est plus standardisée.

Accompagner le lancement des nouveaux produits nécessite des changements d’habitudes et de moyens. Une souplesse d’adaptation à laquelle sont rompus les compagnons dans les ateliers, comme en témoigne Vincent Fabry, directeur technique du groupe Akena - Soko en nous entraînant dans la zone de prémontage qui est surtout utilisée pour les professionnels.

« Pour créer cette zone, nous avons décalé des lignes de production. Cela nécessite un atelier relativement modulable, d’autant plus que la zone de prémontage a grandi depuis un an : nous avons de plus en plus de clients professionnels. Le prémontage consiste à préparer, contrôler et prépercer l’ensemble d’une véranda ou d’une pergola commandée par l’un de nos clients professionnels. Nous prémontons et vérifions les choses pour lui de manière à ce qu’il ait le moins d’adaptation à faire sur le chantier. Cela lui prépare le travail, même s’il fait du sur mesure. Une fois sur le chantier du client particulier – le client final – les poseurs de notre client professionnel retrouvent plus facilement les montages, même s’ils ne sont pas habitués à en faire tout le temps. Une équipe qui passe deux jours à la pose au lieu de quatre obtient un gain très significatif », souligne-t-il.

Plusieurs niveaux de prémontages sont proposés par Soko en fonction de la demande du client et de la complexité du chantier. Il est possible de ne monter que la façade, que la toiture ou bien les deux. Le prémontage total est facturé selon un forfait supplémentaire au client professionnel. Mais il existe aussi un prémontage minimal opéré sans surcoût…

 

 

Montée en compétence avec la formation en atelier

 

À quelques centaines de mètres de l’usine historique d’Akena - Soko, une deuxième usine de 7 800 m² a éclos pour produire 60 pergolas et carports par semaine. « Ouverte en septembre 2021, elle monte en puissance. Nous l’avons déjà équipée d’un étage de bureaux supplémentaire pour loger tout le monde. La nouvelle usine est conçue pour fonctionner en 2 x 7, rythme qu’elle adoptera en septembre 2023 », annonce Dany Rabiller, directeur général du groupe Akena - Soko.

 

La zone de prémontage

© VMA/JLC - Une fois préassemblées, les vérandas et les pergolas seront filmées puis rangées sur le parc pour être livrées aux clients Soko

© VMA/JLC - Au bout des deux lignes de fabrication des pergolas, un espace de prémontage a été aménagé pour les clients Soko. Les compagnons y assurent toutes les opérations de préparation des pièces (préperçage, assemblage…), permettant aux poseurs de gagner du temps sur le chantier du client final

 

Dans la nouvelle usine, une zone de formation permet de s’entraîner au montage des vérandas et des pergolas. Le jour de notre visite, une formation interne était en cours pour familiariser les salariés chargés de contrôler les dossiers de commandes d’Akena - Soko aux différents métiers de l’entreprise. « Cela leur permet de comprendre les difficultés qui peuvent se poser sur un chantier. Les poseurs de nos clients viennent également ici pour se former. Emmanuel est le formateur référent pour tous ces publics : il provient du monde du nautisme », détaille Vincent Fabry. Classiquement, le client professionnel Soko se rend chez le client particulier. Il fait sa vente puis son métré. Il envoie sa commande avec le métré au groupe Akena - Soko qui étudie la véranda. « Nous lui faisons valider les plans. Nous approvisionnons la commande et nous fabriquons le produit. Nous le livrons et notre client professionnel s’occupe de la pose. Mais tout peut devenir très compliqué si, au départ, on a mal vu la vente ou le métré. Il y a une façon d’organiser son chantier dès le métré pour que tout se passe bien. Et nous apprenons la façon de faire à nos clients professionnels », spécifie le directeur technique du groupe Akena - Soko.

 

Deux niveaux de formation leur sont destinés. Le premier correspond à la partie opérationnelle du chantier : il s’agit d’apprendre à bien réaliser un métré puis à bien poser la véranda ou la pergola. Le second niveau est plus subtil : « le client particulier veut qu’on installe chez lui le produit qu’il a imaginé et que tout se passe bien. Si on lui suggère au départ une petite variation sur la façon de construire le produit, en général, il dira oui dans la mesure où cela va conditionner le succès du chantier. Mais il faut savoir le lui proposer. Il y a là un savoir-être et un savoir technique à maîtriser en même temps. Il s’agit de bien orienter les choses, en imaginant toutes les étapes de production, de la vente jusqu’à la pose, afin que la véranda ou la pergola soit posée de main de maître et que l’expérience client soit satisfaisante », explique Vincent Fabry.

 

Les réalisations

© Soko Vérandas & Pergolas - M. Greffier  -  Véranda et pergola Soko-Brise-vue coulissant à lames orientables

© Soko - En 2023, Akena - Soko va produire entre 200 et 300 pool houses : il s’agit de créer une pièce supplémentaire de la maison, en fond de jardin, afin d’y accueillir la famille ou les amis pour le week-end ou durant l’été. Nominé aux Trophées de l’Innovation, un succès confirmé à Batimat

 

Pour éviter les erreurs de mesures, Soko propose des prestations d’assistance au métré et parfois au commerce. « Nos chargés d’affaires sont là pour épauler leurs clients à tous les niveaux de la vente. Il leur arrive d’aller en rendez-vous chez le particulier lorsqu’un client professionnel débute et qu’il ne se sent pas à l’aise sur le chantier. Pour chaque premier chantier, nous prévoyons d’office une assistance premier métré. Tous les mois, nous dispensons également des formations pour nos clients professionnels au siège social de Soko. Les clients y inscrivent leurs poseurs et leurs métreurs. Les personnes formées modifient leur façon de vendre et de mettre en oeuvre certains composants pour aboutir à des gains de productivité. Elles rencontrent aussi moins d’ennuis chez les clients », conclut-il.

Tout un monde de savoir-faire développé de l’intérieur, pour fabriquer le monde extérieur merveilleux de l’outdoor…

 

 

 

 

© VMA/JLC - Puissance et nouvelle impulsion du groupe Akena-Soko sur son marché de l’outdoor avec sa nouvelle usine qui s’étend sur 7 800 m² sur son site de Dompierre-sur-Yon (85) et se destine à la production des pergolas & carports


Source : verre-menuiserie.com

L'auteur de cet article

photo auteur Jacques LE CORRE
Titulaire d’un DUT Information - Communication spécialisation Journalisme obtenu auprès de l’IUT de Bordeaux III, Jacques Le Corre est journaliste professionnel depuis 36 ans. Passionné par les grands enjeux économiques, il a relaté plusieurs grands défis industriels dans des magazines, notamment la construction du paquebot “Queen Mary 2” et la mise en place des programmes A380 et A400 M d’Airbus. Homme de terrain (texte et photos), il collabore avec V&MA depuis près de 4 ans.

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

1 PRODUIT(S) POUR SOKO VERANDAS ET PERGOLAS

Newsletter

Restez informés !
Abonnez-vous à notre Newsletter.
 

Produits



Dernière revue

N° 304 - Décembre 2022

  magazine  

Nouveautés Produits