France Fermetures, une partition bien rodée


L’industriel qui vient de fêter ses 120 ans d’existence en 2020 continue de moderniser son outil de production pour répondre à une clientèle de plus en plus sensible aux thématiques environnementales.



« L’entreprise France Fermetures est aujourd’hui indissociable du paysage de la menuiserie industrielle française avec plus de 400 salariés, quatre sites de production et quelque 6 000 clients installateurs actifs » 

 

 

© France Fermetures

L’histoire de France Fermetures débute sous la marque d’Usine de Métallurgie du Berry (UMB)

 

 

Difficile dans ce contexte de croire que près de 40 ans en arrière, en 1983, la société avait bien failli rendre l’âme avec une mise en liquidation évitée de justesse. Qu’il semble donc loin ce temps des difficultés économiques pour France Fermetures qui a dégagé en 2021 un CA de 64 M€, en hausse de plus de 20 % par rapport aux exercices des deux années précédentes. Il faut dire que France Fermetures, c’est plus de 120 ans d’histoire. Fondée en 1900 à Vierzon dans le département du Cher, elle débute ses activités avec la fabrication de serrureries et de persiennes métalliques sous le nom d’Usine de Métallurgie du Berry (UMB Fermetures). Une société qui ira bon an mal an jusqu’au sortir de la seconde guerre mondiale, date à laquelle Charles Février prend les rênes de l’entreprise, suivi par son fils Robert en 1968. Lequel diversifiera les activités en lançant dès 1970 la première gamme PVC qui sera produite toujours dans les ateliers de Vierzon, mais dans une usine agrandie en 1972 pour faire face à la demande.

 

 

© France Fermetures

Spécialiste multimatériaux de la menuiserie industrielle, avec plus de 120 ans d’existence,
France Fermetures possède quatre sites de production à Massay, Boussac, Capdenac et Vierzon.
Ci-dessus, le site de Massay, modernisé en 2020 avec notamment la création
de nouveaux postes de peinture

 

 

Après le fer et le PVC, la société UMB prend un nouveau virage industriel en misant sur la croissance externe avec le rachat en 1977 de la société Viannot à Capdenac dans l’Aveyron. Une entreprise alors spécialisée dans la fabrication de persiennes et de portes de garage en bois, et à laquelle viendra bientôt s’adjoindre le rachat en 1979 de la société Gibard à Boussac dans la Creuse. L'entité UMB Gibard vit alors des heures difficiles avec en 1983 une quasi liquidation. Mais l’entreprise est sauvée de justesse avec le retour aux manettes de Robert Février. Avec la participation des salariés, il rachète les actifs de l’entreprise sous la forme d’une SCOP et lance la marque France Fermetures. Une marque qui reprendra sa marche vers la croissance avec l’acquisition en 1990 et 1992 de sociétés à Montbrison dans la Loire et à Massay, non loin de Vierzon. Reprise par le groupe SFPI en 1993, France Fermetures qui dégage alors un CA de 20 M€ entamera alors la success story qu’on lui connaît aujourd’hui. Avec quelques temps forts, comme le lancement en 2009 de la fabrication du volet battant en aluminium extrudé, complétant ainsi la gamme de matériaux usinés avec dans son escarcelle une palette allant de l’acier au PVC en passant par le bois et l’aluminium. 

 

 

© France Fermetures

Arnaud de Seigneurens, directeur général
de l’entreprise France Fermetures

 

 

Une entreprise aux 4 matériaux

Aujourd’hui, France Fermetures développe des gammes de produits dans quatre matières premières. A commencer par ordre d’importance par le volet roulant, navire amiral de l’entreprise, suivi du battant, des portes de garage et enfin, des rideaux métalliques. Mais l’industriel n’a pas pour autant enterré ce qui l’a vu naître. Il continue en effet de fabriquer des persiennes en fer pour répondre à une demande importante du marché de la rénovation des bâtiments classés, notamment de style haussmannien. « Sur nos quatre sites de production, nous utilisons les quatre matériaux, mais au vu des normes environnementales et des réglementations qui évoluent rapidement, des modifications sur la part de chacun pourrait être revue », note Arnaud de Seigneurens, directeur général de l’entreprise. « Le bois, en raison de son bilan carbone positif, pourrait par exemple prendre plus d’importance, et si le PVC est aujourd’hui en perte de vitesse, il pourrait bien revenir en force dans les années à venir, d’autant que ses caractéristiques d’isolation ne sont pas si mauvaises et qu’il pourrait à l’avenir être recyclé plus facilement. Il est donc difficile aujourd’hui d’enterrer certains produits ou matériaux, car ce qui est valable actuellement ne le sera sans doute pas demain ».

 

 

 

© France Fermetures

France Fermetures possède 400 collaborateurs, dont 300 sont intégrés aux postes de production. Une centaine d’intérimaires complètent les effectifs permanents

 

 

A la tête de l’entreprise depuis 2018, Arnaud de Seigneurens est précédé d’un long parcours dans le secteur de la construction. Il a oeuvré durant 16 ans à la direction commerciale du géant nord-américain de l’ascenseur Otis, avant de travailler dans la sécurité des bâtiments. Après un crochet de 7 ans dans le secteur de l’automobile, il est revenu dans le second oeuvre en prenant la direction de France Fermetures. « Je suis un chef d’orchestre qui est là pour faire en sorte que la musique que nous jouons pour nos clients soit encore plus belle à l’unisson qu’en solo », note cet ingénieur de formation.

« Nous avons d’excellents solistes, et mon rôle est de battre la mesure pour que tout le monde travaille ensemble au même rythme pour que nos clients, les spectateurs, soient satisfaits des produits que nous leur vendons ». 

 

 

© France Fermetures

Privilégier si possible, l'automatisation des postes de travail pour faire face
au manque de main d’oeuvre, fait partie des projets de l’entreprise

 

 

Diversifier ses approvisionnements

Si France Fermetures possède un outil de production conséquent avec pas moins de 300 opérateurs et plus d’une centaines d’intérimaires, elle reste une entreprise régionale à visée nationale. En effet, si elle vend sur tout le territoire ainsi qu’en Corse et dans les Outre-mer, elle n’a pas pour l’heure vocation à faire de l’export. D’autant que ses produits voyagent mal. Une donnée importante qui donne une particularité au menuisier industriel : il possède sa propre flotte de camions et une vingtaine de chauffeurs qui assurent 70 % de l’acheminement de sa marchandise vers le client final.

 

 

© France Fermetures

La ligne de stockage automatisée de panneaux sur le site de Massay

 

 

« Offrir des services à nos clients est un axe majeur du développement de l’entreprise », précise Arnaud de Seigneurens.

« Assurer la logistique en livrant directement à l’artisan sur des tournées bien rodées en fait partie. Dans nos enquêtes annuelles de satisfaction, cette relation de proximité arrive d’ailleurs en tête des points positifs. Nous sommes au final un industriel qui fait de l’artisanal car nous ne fabriquons que du sur mesure. Pour autant, nous sommes aussi une société de services. La livraison est donc essentielle et il serait suicidaire de changer une stratégie qui fonctionne et qui satisfait entièrement nos installateurs ». Un industriel qui a aussi compris que le made in France était un gage de respectabilité et de qualité. Si France Fermetures fabrique et assemble en effet 100 % de ses produits dans ses quatre usines, certains composants électriques ou électroniques sont toutefois importés de Chine, d’Espagne ou d’Italie. C’est aussi le cas de la tôle d’aluminium ou de certaines essences de bois qui peuvent provenir d’Amérique du Nord ou de pays nordiques. 

 

 

© France Fermetures

Le site de production de Boussac, anciennement Gibard Fermeture, a été racheté en 1979

 

 

Mais la crise sanitaire est passée par là et les cartes ont été rebattues. Depuis la pandémie, l’entreprise a réorienté ses achats pour mieux maîtriser ses approvisionnements. Mais aussi pour améliorer son bilan carbone. Elle a ainsi cessé de faire venir des moteurs de Chine pour se fournir auprès de fournisseurs français et notamment Somfy. Elle développe aussi depuis plus de 20 ans sa propre gamme de moteurs Well’Com pour les volets roulants, lesquels moteurs représentent actuellement plus de la moitié de ses ventes. Quant à son rideau classé A2P avec des lames d’aluminium auparavant achetées au Vietnam, il possède désormais des éléments fabriqués en Europe. Un recentrage qui ne s’arrête pas là. France Fermetures a ainsi cessé de se fournir en essences américaines pour privilégier des bois hexagonaux ou provenant d’Europe du Nord. Si l’entreprise continue pour l’heure d’importer des bois exotiques provenant d’Afrique, notamment en raison de leurs caractéristiques techniques intéressantes, elle a d’ores et déjà cessé d’acheter de l’Oregon, un bois très cher au bilan carbone exécrable. « Nous sommes actuellement en phase de transition pour le passage de bois lointains à des bois plus proches de nos usines », résume Arnaud de Seigneurens. « Notre bureau d’études intégré travaille ainsi sur d’autres essences de bois français qui permettront d’atteindre des résistances identiques au bois exotique. L’ensemble des investissements que nous faisons aujourd’hui prend en compte le bilan carbone qui fait partie de notre stratégie d’entreprise, au même titre que la satisfaction clients, le développement des talents au sein de l’entreprise, et la profitabilité. Deux ans en arrière, le bilan carbone, le traite ment des déchets, l’amélioration de la qualité via des produits socialement et environnementalement respectueux étaient des thématiques beaucoup plus abstraites et qui sont devenues centrales à notre activité ». 

 

 

© France Fermetures

Sa ligne de fabrication de volets battants en aluminium extrudé est un allier de poids
pour les opérateurs

 

 

Un plan d’investissement de 6 millions d’euros

Si France Fermetures possède un bureau d’études fort d’une dizaine d’ingénieurs, c’est aussi parce que l’industriel continue d’innover. Equipbaie a ainsi été l’occasion de présenter de nouvelles motorisations sur les volets roulants, et notamment la nouvelle version de son moteur Well’Com. Un produit moins gourmand en énergie, plus facilement démontable, et dont les mouvements d’accélération et de décélération apportent davantage de confort à l’utilisateur. Le Salon parisien a également permis de révéler aux visiteurs une nouvelle porte de garage, mais aussi des innovations sécuritaires sur les volets roulants. Le pack sécurité permet par exemple d’empêcher le cambrioleur de soulever le tablier pour pénétrer à l’intérieur des lieux, un système de blocage mécanique empêchant toute éventualité de levage manuel du volet.

 

 

© France Fermetures

Aujourd’hui, plus de la moitié des ventes s’effectue via le portail Web de l’industriel
qui a mis en place le paiement direct par carte bancaire. Pour accompagner ses clients,
sa boutique de vente en ligne de pièces détachées pour la pose, la motorisation
et la réparation des volets roulants est accessible depuis l’Espace Pro de son site Internet,
et permet à l’installateur de commander rapidement, facilement et à tout moment,
les accessoires dont il a besoin pour finaliser son chantier

 

 

France Fermetures a par ailleurs reçu un trophée de l’Innovation pour son appli Allô Visio qui permet à un installateur en proie sur un chantier à des difficultés de montage, de recourir par vidéo à l’assistance technique d’un technicien. Un outil parfaitement en phase avec la montée en puissance du numérique puisque plus de la moitié des commandes passe désormais par le site Web de l’industriel. Et France Fermetures de continuer à innover.

 

 

© France Fermetures

Volets battants Zefiral Thermic aluminium : design contemporain et isolation maximale

 

 

Après avoir mis sur le marché il y a un an un volet roulant avec un coffre plus petit par rapport à la hauteur à couvrir, l’entreprise sortira début 2022 de nouvelles solutions à faible encombrement. Une dynamique industrielle en phase avec des volontés de croissance toujours bien présentes puisque le fabricant va lancer sur les cinq prochaines années un plan d’investissement de 6 M€ pour moderniser son outil de production. 

 

 

© France Fermetures

Particulièrement adaptée pour la rénovation des garages en sous-sol,
Maestro VIP est la nouvelle virtuose des portes de garages sectionnelles
latérales conjuguant praticité, sécurité et fiabilité, répondant à un besoin
de modernité, de confort et de performance

 

 


© France Fermetures
Source : verre-menuiserie.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

7 PRODUIT(S) POUR FRANCE FERMETURES




Newsletter

Restez informés !
Abonnez-vous à notre Newsletter.
 

Produits



Dernière revue

N° 300 - Mars / Avril 2022