Les thermes de Nancy : renaissance architecturale

Les thermes de Nancy : renaissance architecturale

Inscrit au titre des Monuments historiques, Nancy Thermal renoue avec l’œuvre de Louis Lanternier initiée au début du 20e siècle, tout en réinventant un nouveau dispositif architectural signé Anne Démians.





Au fil de l’eau 

Nous sommes en 1909 et Louis Lanternier, architecte de renom et conseiller municipal de Nancy, rêve d’un grand établissement thermal nancéien pour poursuivre l’extension de la ville dans laquelle plus de 200 millions de visiteurs s’y pressent pour découvrir l’Exposition internationale de l’Est de la France. Au sein de l’actuel Parc Sainte-Marie, parmi les nombreuses attractions, un forage artésien fait jaillir une source d’eau chaude de 800 m de profondeur. Deux ans plus tard, l’Académie nationale de Médecine donne l’autorisation d’exploiter l’eau de Nancy Thermal, notamment pour traiter les rhumatismes et les troubles de l’appareil digestif et en 1913, l’inauguration de l’établissement thermal s’ouvre alors sur la plus grande piscine d’eau minérale au monde. La guerre de 14 stoppe brutalement l’élan et les ambitions de Louis Lanternier, dont la symétrie de l’œuvre reste sous sa forme actuelle… jusqu’en 2016, où la métropole du Grand Nancy relance un projet d’envergure pour exploiter l’eau du quatrième forage à des fins thérapeutiques, l’extension de Nancy Thermal appelant à devenir ainsi le seul établissement en France dans sa catégorie et cette dimension, installé au centre d’une grande agglomération. Enfin en 2018, étape décisive dans sa concrétisation, Architectures Anne Démians, en association avec Chabanne Architecte et Chabanne Ingénierie, remportent le projet d’extension et de restructuration des Thermes de Nancy. Unique par sa taille et la diversité des activités réunies sur un même site - thermales, sportives, ludiques, de bien-être et de santé – le nouveau Nancy Thermal s’ouvrira sur un nouvel univers en 2023. 

 

Le choix de l’hybridation des styles

 Pour Anne Démians, architecte et urbaniste reconnue, il s’agissait non pas de dupliquer le bâtiment historique, mais de l’achever avec audace et respect envers l’œuvre de Louis Lanternier : « plutôt que répliquer l’existant, avec le risque évident de faire moins bien que l’original compte tenu de la compétence perdue en matière de complexité sur la pierre, le renouveau des thermes repose sur l’hybridation des styles avec une nouvelle mise en scène de la façade historique.  La juxtaposition d’une écriture contemporaine réinvente le regard qu’on peut porter sur elle, et c’est donc en accolant de façon symétrique un volume habité de même gabarit tel le négatif assumé de l’original, que j’ai envisagé l’extension du bâtiment, à la fois à travers sa couleur - noir pour blanc - et ses lignes de façades - horizontales pour verticales ». Un dialogue entre patrimoine et modernité, qui pour premier acte, s’est attaché à la suppression des extensions parasites pour dégager le plus d’espaces extérieurs possibles et faciliter la cohérence de toutes les constructions du site, le projet se développant dans deux grands corps de bâtiments disposés sur les axes historique. Puis dans un second temps, il s’agit de libérer les perspectives « et tirer le Parc Sainte-Marie jusqu’à la rue du Sergent Blandan », précise Anne Démians ; « l’enchaînement des plans d’eau extérieurs se situant sur une direction nord-sud valorise une meilleure mise en scène des thermes dans un rapport fusionnel jardins, plans d’eau et masses bâties, pour le plus grand confort des utilisateurs ». Dans cet ensemble recomposé, les jardins encadrent invariablement et géométriquement les constructions, les mettant à distance les unes des autres sans qu’aucune activité ne se perturbe entre elles (des plus actives aux plus apaisantes). Un mouvement architectural naturel qu’Anne Démians définit  davantage comme un art de l’assemblage bâti sur le sens, où derrière la résolution rationnelle des enjeux politiques et esthétiques, la pensée artistique fait jeu de bascule pour provoquer alors curiosité, respect et émotion. 


Les acteurs du projet 


-    Maitre d’ouvrage : Grand Nancy Thermal Développement 
Grand Nancy Thermal Développement est délégataire de service public pour le compte de la Métropole du Grand Nancy, propriétaire de l’équipement. 
-    Grand Nancy Thermal Développement assure la conception, la réalisation, le financement et l’exploitation du site Nancy Thermal. 
-    Autorité concédante et propriétaire de l'équipement : Métropole du Grand Nancy 
-    Exploitant : Compagnie Européenne des Bains / Valvital 
-    Architectes : Anne Démians (mandataire), Chabanne Architecte (associé)
-    ACMH : Pierre-Antoine Gatier. 
-    BET structure : Egis
-    BET façade : VP&Green
-    BET fluides : Chabanne Ingénierie 
-    Constructeur : Bouygues Bâtiment Nord-Est 
-    Investisseur : Omnes Capital 
-    Avec le soutien financier de la Région Grand Est. 30 

 

© Architectures Anne Démians
Source : verre-menuiserie.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter

Restez informés !
Abonnez-vous à notre Newsletter.
 

Produits



Dernière revue

N° 297 - Octobre / Novembre 2021

   

Articles