Les marchés du neuf et de la rénovation en demi-teinte

Les marchés du neuf et de la rénovation en demi-teinte

Le secteur relève la tête et se montre résilient malgré les difficultés qui ne manquent pas – hausse des prix, délais d’approvisionnement, pénurie, manque de main d’oeuvre – car les carnets de commandes se remplissent…



«De mai à juillet 2021, les logements autorisés sont en progression (+ 2,8 %) par rapport aux trois mois précédents, en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables (CVS-CJO). Durant cette période, le nombre de logements autorisés a dépassé (+ 1,7 %) sa moyenne des douze mois précédant le premier confinement (mars 2019 à février 2020) », selon les données de Stat Info (août 2021). Au cours des trois derniers mois, les logements commencés sont estimés en repli (- 5,5 %) par rapport aux trois mois précédents, en données CVS-CJO. Pendant cette période, on estime que les mises en chantier de logements ont été inférieures (- 1,1 %) à leur moyenne des 12 mois précédant la crise sanitaire. Au cours des 12 derniers mois, d’août 2020 à juillet 2021, 445 100 logements ont été autorisés à la construction, soit 43 500 de plus qu’au cours des douze mois précédents (+ 10,8 %). Dans le même temps,  386 300 logements ont été mis en chantier, soit 29 400 de plus (+ 8,2 %) que pendant les 12 mois précédents. Ces progressions, prévient le document mis en ligne par Stat Info (Construction de logements – Résultats à fin juillet 2021), sont à mettre en perspective avec les périodes de comparaison incluant le premier confinement, durant lequel les autorisations ont reculé et où de nombreux chantiers ont été retardés.

 

 

"Au niveau du neuf, les estimations de mise en chantier sont fragiles, avec en cause notamment les perturbations liées à la crise sanitaire"

 


© AFP

La pénurie des matériaux affecte principalement
les métiers de la maçonnerie - entreprise générale (67 %)
et la menuiserie, serrurerie (60 %)

 

 

Du côté des entreprises artisanales, les chiffres de l’activité au 2e trimestre 2021 sont encourageants avec une croissance globale de + 37 % par rapport à la même période en 2020, selon une étude de la Capeb publiée en juillet 2021. Si la situation reste préoccupante due aux difficultés d’approvisionnement et la hausse des prix, la Capeb indique que le secteur a retrouvé au 1er semestre 2021 le niveau d’activité de 2019, le dépassant même de + 0,5 %. Une progression plus réaliste que les données comparées à 2020 et au premier confinement qui a mis le secteur à l’arrêt. La construction neuve affiche un recul de - 1, 8 % au 1er semestre 2021 versus le 1er semestre 2019, alors que le secteur de l’entretienrénovation reprend des couleurs avec + 2,2 %. Au 2e trimestre 2021, l’activité construction fait un bond de + 30 % par rapport au même trimestre en 2020. La Capeb explique ces bons résultats par le nombre de logements autorisés à la construction (390 600), soit + 9,6 % par rapport aux douze mois précédents. Une évolution positive dans le collectif (+ 8,4 %) comme dans le logement l’individuel (+ 9,3 %). En rénovation, le rythme de la reprise semble inédit avec + 42 % par rapport au 2e trimestre 2020, l’activité en entretien-rénovation frappe vite et fort. Elle bénéficie selon la Capeb, du dynamisme des travaux de performance énergétique des logements. 

 

 

© Finstral

Le secteur de la rénovation reprend un rythme inédit dû notamment au dynamisme des
travaux de performance énergétique des logements ; ci-dessus, façade vitrée en aluminium
sur une maison individuelle rénovée avec la solution optimale FIN-Vista de Finstral

 

 

Interview

 

3 questions à : 

Maxime Boileau, responsable marketing et communication division Window Solutions France Rehau

" D’une manière générale, le bâtiment connaît un regain d’activité dans le neuf comme dans la rénovation "

 

 

© Rehau

 

 

« Le marché envoie des signaux forts, quelle perception avez-vous de son dynamisme ? »

Nous sommes, nous industriels, extrêmement sollicités puisque les deux segments d’activité sont dynamiques. Avec un bémol, les élections municipales de 2020 ont ralenti la délivrance des permis de construire… En outre, nous sommes à la croisée de chemin, à la veille d’un changement de paradigme dans notre société, la poussée verte aux dernières élections en témoigne ; à l’avenir, nous devrons construire moins, mais plus intelligemment. L’objectif des 500 000 logements neufs construits chaque année n’a jamais été atteint.

 

 

« Quelles sont les perspectives en rénovation ? »

En rénovation, le marché a redémarré très fortement après les confinements de 2020. A notre niveau, nous nous battons pour que notre PVC soit utilisé par les architectes dans les programmes de réhabilitation, son impact environnemental étant compétitif. Nous allons proposer des produits offrant davantage de lumière naturelle aux occupants et davantage de confort grâce à la domotique. La rénovation a de belles perspectives, plusieurs millions de maison sont à rénover en France !

 

 

« Quel est l’impact de la hausse des matériaux et quelles solutions envisager ? »

Au niveau des prix, la situation se complique. Nous continuons à livrer nos partenaires. Nous attendons que l’envolée s’arrête, nous surveillons la situation de près et essayons de prendre les bonnes décisions pour nos marchés européens et français. A nous d’écrire une nouvelle page, nous avons commencé grâce au PVC recyclé…

 

 

Des artisans plutôt confiants


77, 2 % des artisans augurent que l’évolution de leur activité va se stabiliser, voire s’améliorer, selon une autre étude menée pour CMA France (1). Les indicateurs sont positifs mais le secteur reste vigilant en sortie de crise. Les enjeux étant liés à la pérennité et à la rentabilité des TPE artisanales au moment où elles doivent aborder une transition responsable et durable. Les défis de la rentrée 2021 sont nombreux, avec au premier chef, la question des prix et des délais d’approvisionnement. La Capeb s’est penchée sur la question et a publié en juillet un supplément, dédié à ce sujet, à sa note de conjoncture. Il en ressort que toutes les entreprises artisanales, quelle que soit leur taille et leur métier sont impactées par la hausse des prix et par la pénurie des matériaux, avec en tête le secteur de la menuiserieserrurerie (86 %) concernant la hausse des prix devant la couverture, plomberie, chauffage (81 %) et l’aménagement décoration, plâtrerie (80 %). La pénurie de matériaux affecte principalement les métiers de la maçonnerie et entreprise générale (67 %), la couverture, plomberie, chauffage (65 %) et la menuiserie, serrurerie (60 %). Avec trois conséquences selon la Capeb : des retards – voire des reports – de chantiers, l’impossibilité pour les entreprises artisanales de répercuter toutes ces hausses sur leurs prix de vente (seulement un quart des entreprises déclarent répercuter la hausse des coûts sur le prix des prestations) et des difficultés de gestion des achats en vue des commandes à venir. Les trois matériaux qui ont connu les plus fortes hausses pour les serruriers métalliers sont le bois, le PVC et l’aluminium. 67 % des entreprises interrogées – tous métiers confondus – déclarent subir des retards ponctuels de chantiers, 29 % ont opté pour des changements de distributeurs, 24 % actent des reports de chantiers et 19 % utilisent des matériaux de substitution.

 

 

Louineau se positionne sur le marché de la construction bois

 

 

L’école Joséphine-Baker dans le quartier Prairie-au-duc sur l’Île de Nantes a été livrée en 6 mois grâce à un process de construction en blocs modulaires. Cette structure préfabriquée, imaginée par MCM Architectes en partenariat avec l’entreprise générale Eiffage Construction Grand-Ouest, pourra être aisément démontée, transportée et réutilisée selon les besoins de la ville.
La fabrication sur mesure par Louineau de 19 précadres d’habillage PrecHab OSB, monoblocs et ensembles composés XXL de près de 12 m de longueur, convenait particulièrement bien à ce mode constructif. Livrés prêts-à-poser, ils ont garanti une mise en oeuvre rapide, fiable et sans ajustement spécifique par l’entreprise vendéenne Charrier Bois. En acier thermolaqué, ils sont également gages de robustesse et de durabilité, facilitant le démontage et le montage. Saillants sur 250 mm à l’extérieur, les précadres mettent en relief l’enveloppe en bardage bois. Le jeu d’animation renforcé par leur teinte bleue fait écho aux habillages de certains modules selon le souhait de l’agence d’architecture. L’écriture atypique de l’ouvrage témoigne du savoir-faire Louineau et de sa capacité d’adaptation.

 

 

© Louineau - Agence MCM Architectes

 

 

Les majors maintiennent leurs marges

Les grandes entreprises du BTP ont également connu un fort rattrapage de leur activité sur le second semestre. Une étude de Mazars, groupe international spécialisé dans l’audit, la fiscalité et le conseil, "Comment les majors européens du BTP ont-ils traversé la crise de la COVID-19 en 2020 ?" (Juillet 2021), indique qu’il permet de limiter l’impact négatif de la crise sur l’exercice 2020 et de maintenir une marge opérationnelle positive. « Après un recul très marqué au premier semestre 2020, avec une diminution de - 8,5 % de l’activité (étude Mazars "Les acteurs français du BTP face à la crise de la Covid-19", novembre 2020), les acteurs du BTP ont connu un fort rattrapage de leur activité sur le second semestre de l’année dernière, notamment pour les majors français, permettant de limiter l’impact négatif de la crise sur l’exercice 2020, et de maintenir une marge opérationnelle positive pour la majorité des groupes », précisent les auteurs. Malgré la crise, les majors enregistrent une augmentation de leur carnet de commandes liée aux métiers de la construction à hauteur de + 4,9 %.  « Cette tendance, pouvant être surprenante dans ce contexte incertain, témoigne d’une réelle continuité des investissements qui se sont maintenus à un niveau élevé en 2020. La poursuite en 2020 de la croissance du carnet de commandes, observée depuis plusieurs années déjà (+ 3,7 % en 2019, + 2,6 % en 2018), est toutefois à rapprocher également de la moindre activité réalisée sur la période », ajoutent-ils. Olivier Thireau, associé responsable du secteur immobilier et BTP pour Mazars en France, commente : « même si l’année 2021 pourrait être marquée par les effets de la crise de la Covid-19 d’une autre manière, avec l’apparition de nouveaux enjeux tels que la hausse des coûts de matières premières ou l’apparition de difficultés d’approvisionnement, les majors du BTP confirment leur confiance en l’avenir. Cette confiance portée par la résilience du secteur passe également par le maintien des stratégies de développement d’activités clés et de croissances externes, mais aussi par la responsabilité sociale des entreprises ». 

(1) Étude Qualitest menée du 22 juillet au 23 août 2021 sur 2083 artisans.

 

 

Coup de pioche du côté de Villejuif Institut Gustave-Roussy

 

 

Linkcity (filiale de Bouygues Construction) et Brownfields (gestionnaire de fonds d’investissements spécialisés dans la requalification de sites industriels, tertiaires ou commerciaux) ont signé le 6 juillet dernier l’acquisition du terrain avec Sadev 94, aménageur de la ZAC Campus Grand Parc, et la majorité des Véfa du lot D1b de Villejuif, opération multiproduits. Le projet, mené en lien avec Gustave-Roussy, 1er centre de lutte contre le cancer en Europe, a pour objet de contribuer au développement d’un campus urbain, dédié a? la sante? et à vocation internationale. Au pied de la future gare du Grand Paris Express "Villejuif Institut Gustave-Roussy", le projet se situe a? quelques minutes de la capitale et de l’aéroport d’Orly.
Figure de proue de la ZAC et premier lot a? sortir de terre, le lot D1b (près de 25 000 m²) réunit plusieurs fonctions urbaines : 7 000 m² de laboratoires-bureaux acquis par Perelis (Groupe Edmond de Rothschild - REIM), une résidence hôtelière, 143 logements – 66 logements sociaux pour l’OPH de Villejuif et 77 logements libres pour in’li (Foncie?re Cronos) – une crèche pour les enfants du personnel de Gustave-Roussy, un établissement médical et un centre sportif
pour Atlantic REIM (Foncière de Villejuif).
Conc?ue par les agences d’architecture MGAU, NRAU et les paysagistes de l’Atelier Roberta accompagnés des bureaux d’études EPDC et Beming, l’architecture utilise un alliage de matériaux de qualité (brique pleine, béton brut architectonique, menuiseries bois-aluminium...). Tous les logements sont certifiés NF Habitat HQE, quatre bâtiments sont labellise?s E2C1 et les laboratoires-bureaux sont certifiés BREEAM niveau Good.
Les travaux réalisés par Bouygues Bâtiment Ile-de-France et Valgo démarrent pour 36 mois.

 

 

© MGAU & NRAU
Villejuif - lot D1b

 

 

Les métiers du BTP et de la construction les plus recherchés !

 

 

Une des difficultés que rencontrent les entreprises provient des recrutements et de la pénurie de main d’oeuvre. Les métiers du BTP et de la construction seraient les plus recherchés dans l’intérim selon le Baromètre emploi Régions Job/Paris Job, publiée par HelloWork au mois d’août. Ainsi, 1offre sur 4 en intérim concernerait lesdits métiers (26 %) devant la maintenance et la production (24 %) et les métiers de la logistique et des transports (23 %). Le marché de l’emploi reste dynamique avec une progression de + 23 % du volume des offres au second trimestre 2021 par rapport au premier. Au niveau régional, l’Auvergne- Rhône -Alpes et l’Ile-de-France sont sans surprise les régions qui recrutent le plus. La Nouvelle Aquitaine et les Pays de La Loire occupent respectivement les 3e et 4e place. 

 

 

Pascal Boulanger, nouveau président de la FPI France

 

 

© Groupe Pascal Boulanger

Pascal Boulanger, président de FPI France 

 

 

« L’acte de construire est nécessaire, utile et noble. Nous sommes particulièrement conscients, heureux et fiers d’être des acteurs majeurs du développement durable en produisant des logements sobres. Qualitativement et quantitativement, nous garantissons aux générations futures un habitat agréable tout en améliorant leur qualité de vie », a déclaré Pascal Boulanger, nouveau président de la FPI France, qui succède à Alexandra François- Cuxac, dont le mandat est arrivé à son terme le 30 juin. La nouvelle équipe de la FPI – Pascal Boulanger est accompagné d’un président délégué, Christian Terrassoux, et de vice-présidents – promet de mener un combat culturel pour redonner sa légitimité au neuf. « La construction est le moteur de la relance dont notre pays a besoin : la chaîne de production est prête ; les acquéreurs sont là, portant de légitimes exigences ; l’impératif climatique s’est imposé dans les esprits et révolutionne notre secteur. Les adhérents de la FPI sont au rendez-vous de ces aspirations », a encore assuré le nouveau président.

 

 

© Kermarrec Promotion - Vinci Immobilier
Source : verre-menuiserie.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter

Restez informés !
Abonnez-vous à notre Newsletter.
 

Produits



Dernière revue

N° 301 - Mai / Juin 2022