Saint-Gobain cède Aurys à l’un de ses anciens cadres

Saint-Gobain cède Aurys à l’un de ses anciens cadres

Très orientée sur l’aménagement intérieur et la décoration, l’activité verre plat de la société Aurys offrait une synergie commerciale limitée avec le reste des activités du groupe Saint-Gobain en France.

Portail aluminium modèle Topaze avec déco laser



Présent dans 70 pays, le groupe Saint- Gobain emploie plus de 167 000 collaborateurs. En 2020, il a réalisé 38,1 Mds € de CA malgré la pandémie du Covid 19. Poursuivant la stratégie d’optimisation de son portefeuille d’activités afin d’améliorer son profil de croissance et sa rentabilité, Saint-Gobain a décidé de céder Aurys, sa dernière miroiterie spécialisée dans le façonnage et la transformation du verre plat, le 31 août dernier. Le nouveau Président-directeur général d’Aurys, Samir Bou Obeid, nous dévoile sa stratégie…

 

 

Samir Bou Obeid, nouveau Pdg d’Aurys, compte investir 3,5 M€ : 1,5 M€ au titre des investissements
courants et 2 M€ pour moderniser le parc machines dans le cadre du plan Aurys 2.0

 

 

« Samir Bou Obeid, pouvezvous nous dévoiler votre parcours professionnel ? »

Diplômé de l’École Centrale en 1994, j’ai effectué l’ensemble de ma carrière au sein du groupe Saint-Gobain. Je possède 25 ans d’expérience industrielle, dont 20 ans dans le vitrage. Avant de reprendre Aurys, j’occupais le poste de vice-président de la branche Performance Céramiques et Réfractaires de Saint-Gobain, un business mondial dont le chiffre d’affaires atteint 270 M€. J’ai aussi une expérience internationale, ayant été basé en Pologne, à Katowice, en tant que directeur industriel Saint-Gobain Glass Polska de 2004 à 2006. Entre 2015 et 2018, j’occupais la fonction de viceprésident de la division Abrasives pour l’Inde et le Moyen-Orient, mon bureau étant situé à Mumbai, en Inde. J’ai entendu pour la première fois évoquer la possibilité d’une cession d’Aurys au début de l’année 2021. Ayant étudié le dossier, j’y ai trouvé un intérêt. Je me suis donc positionné en tant que repreneur. Cette reprise est effective depuis le 1er juillet dernier. 

 

« Comment la société Aurys se présente-t-elle aujourd’hui ? »

Aurys emploie 150 personnes sur son site de Carentan-les- Marais (Manche) et a réalisé un CA de 21 M€ en 2020, année du Covid. Les bonnes années, l’entreprise atteignait un CA de l’ordre de 24 à 25 M€. Aurys est la dernière entité de production de miroirs en France, tous verriers confondus. Elle s’adresse à trois marchés différents…
Le premier est lié à la fabrication de plaques de miroir et de verre laqué. Il réalise 25 % des ventes. Concrètement, nous achetons le verre transparent à l’extérieur et nous le transformons en miroir ou en verre laqué. Nous disposons d’une palette de 25 coloris différents pour l’agencement du verre intérieur. 
Le deuxième marché est celui des "mesures fixes" à destination de l’ameublement : il pèse 50 % de notre CA global. Aurys élabore des produits spécifiques pour les grands faiseurs de meubles, avec les acteurs du domaine en France et en Europe, un peu à l’image de ce qui se passe dans l’univers de l’automobile. Nous écoulons 30 % de notre chiffre d’affaires en Allemagne. Selon les modèles et les commandes, nous sommes capables de fabriquer de grandes séries.
La troisième et dernière activité est dite "de spécialité". Elle englobe notamment la production de parois de douche haut de gamme en verre émaillé revêtu d’un traitement anticalcaire.

 

« Pourquoi Aurys a-t-elle retenu votre intérêt ? »

D’abord, je perçois une reprise d’activité industrielle en Europe. Deuxièmement, la robotisation et la numérisation des tâches permettent d’être beaucoup plus compétitif, à terme, sur le territoire national. Troisièmement, Saint-Gobain qui se définissait auparavant comme un verrier est devenu un agenceur de l’Habitat : sa mission est d’apporter des bénéfices de confort aux occupants des logements. De fait, l’activité de verres décoratifs pour l’intérieur n’est plus au coeur de sa stratégie. Saint- Gobain n’investira donc plus dans Aurys à l’aune des besoins qui permettraient de continuer à mener cette activité, de la développer et de la faire prospérer. En revanche, je connais le verre et l’activité de l’entreprise, j’entrevois d’énormes possibilités de développement, c’est pourquoi j’ai décidé de me lancer dans l’aventure… Et cela se passe très bien.

 

« Quelles sont les perspectives que vous entrevoyez pour Aurys ? »

Il nous faut revenir à un niveau de profitabilité à deux chiffres, à hauteur de 10 % de résultat, très rapidement. Cette trajectoire est tout à fait à notre portée. Nous devons également opérer un développement commercial. Sur le plan industriel, nous allons entrer dans l’univers de la digitalisation et mener une modernisation de l’atelier de production. Nous lançons pour cela le projet Aurys 2.0. Nous étudions déjà très activement différentes options d’investissement. Nous les concrétiserons à partir de l’année 2022 pour retirer les bénéfices de notre stratégie à partir de 2023, année au cours de laquelle le CA devrait atteindre 24 M€. Nous avons volontairement élaboré un business plan prudent.

 

« Allez-vous accroître la part de l’export ? »

Le développement à l’export est une priorité pour Aurys. Nous sommes actuellement en train de créer une filiale en Allemagne : Aurys Deutschland. Il s’agit d’une société de droit allemand, animée par des commerciaux allemands. Nous sommes également actifs en Grande-Bretagne où nous vendons des plateaux de miroirs. Nous commercialisons également notre production en Benelux. Nos produits de niche s’écoulent un peu partout dans le monde, à l’image de notre verre vieilli antique qui plaît beaucoup au Moyen Orient. Toute nouvelle opportunité sera bonne à saisir, en marge du business plan qui est déjà projeté. Reste que la plus grosse partie de notre activité trouve ses débouchés en France et en Allemagne, avec respectivement 50 % et 30 %. Tout le reste représente 20 % de notre CA.

 

« Allez-vous opérer des rapprochements en France avec d’autres miroitiers ? »

Nous sommes très ouverts. Aurys qui était indépendante de Saint-Gobain jusqu’en 1995 a retrouvé sa liberté. Nous pouvons donc très bien collaborer avec des entités du groupe – avec le volant d’activités existant – mais également avec d’autres miroitiers indépendants.

 

« Allez-vous investir pour augmenter la surface des bâtiments ? »

L’une des spécificités d’Aurys est de bénéficier d’une surface totale couverte de 26 000 m², répartie entre deux bâtiments qui nous permet de mener une activité de verre décoratif de série. C’est l’un des points forts de la société. La surface au sol est plus que suffisante. Il n’y a donc pas besoin de construction supplémentaire. Nous allons entretenir l’existant. En revanche, nous allons mener un investissement de 2 M€ pour moderniser notre parc machines. Il s’ajoutera au 1,5 M€ que nous allons injecter dans les investissements courants. Nous disposerons ainsi des dernières technologies que permet l’état de l’art, pour envisager l’avenir sereinement. Nous bénéficions d’un accompagnement fort des banques privées et des pouvoirs publics. Enfin, les représentants du personnel d’Aurys ont émis un avis favorable à la cession de la société. C’est l’une des conditions clés du succès du projet.

 

© Aurys


Source : verre-menuiserie.com

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Articles qui devraient vous intéresser

Newsletter
Restez informés !
Abonnez-vous à notre Newsletter.
 
Produits


Dernière revue
N° 306 - Avril / Mai 2023

  magazine  

Nouveautés Produits