Façades : quand le verre donne le tempo

Façades : quand le verre donne le tempo

Il occupe le devant de la scène, refoule la structure dans les coulisses car il veut remplir tous les rôles : aujourd’hui le vitrage ne se contente plus d’envelopper les bâtiments, il les décore, les isole, les sécurise…



Nous constatons une reprise du marché de la rénovation parce que les consommateurs améliorent leur habitat, maisdans le secteur de la façade, l’activité est portée par les chantiers en retard, qui étaient déjà dans les tuyaux l’année dernière ; le second semestre risque donc de se révéler plus difficile », déclare Sébastien Joly, directeur marketing et communication de Riou Glass.

 

Sources d’inquiétudes, l’abandon de m² de bureaux liés à l’adoption – même partielle – du télétravail. « L’impact de la crise sanitaire est encore difficile à évaluer, mais le télétravail devrait perdurer et avec lui, 10 à 15 % des bureaux devraient être délaissés », estime Sébastien Joly. Or, le marché de la façade est intimement lié à celui des bureaux avant ceux des lieux associatifs, des commerces et des établissements de santé…

 

Vitrage respirant mis en oeuvre au siège de la Banque Populaire Grand Ouest à Rennes © Riou Glass

 


Au niveau des produits verriers dédiés à la façade, Sébastien Joly ne note pas de « rupture technologique », le 100 % sans aluminium apparent donne le ton. « La demande se porte sur des façades respirantes et à l’extérieur, la personnalisation via l’impression numérique est à la mode », relève-t-il.


Contrôle solaire et acoustique


Le contrôle solaire et l’isolation acoustique mènent la danse. Riou Glass développe une gamme de contrôle solaire à triple couche d’argent (70-33). « Le meilleur ratio transmission lumineuse (TL)/facteur solaire (FS) », commente Sébastien Joly, qui confie « y aller doucement » et tenter d’éduquer le marché, un travail de longue haleine !


Chez AGC, Valérie Vandermeulen, responsable communication- marketing AGC Glass France, s’en félicite : le Stop Ray Vision 70 à couche double argent cartonne, avec ses 70 % de TL et 35 % de FS. « La limite physique pour ce type de couche double argent », commente-t-elle. Ce produit, sorti en septembre 2020, séduit parce que très neutre. « Transparent, il n’a pas d’impact sur l’aspect architectural, il était très attendu, nous gagnons des marchés grâce à lui », confie encore Valérie Vandermeulen.

 

AGC Stopray Vision 70 © AGC Glass Europe

 


Pilkington commercialise aussi une nouvelle génération de verres de contrôle solaire pour compléter son offre. La gamme Pilkington Suncool™ Q se compose de trois produits : Pilkington Suncool™ Q 60 déjà disponible, Pilkington Suncool™ Q 50 récemment lancé, et Pilkington Suncool™ Q 70, qui sortira dans les prochains mois. « Cette gamme présente plusieurs avantages : elle est esthétique avec un aspect neutre et une réflexion lumineuse extérieure inférieure à 10 %, et technique car la sélectivité (rapport TL/FS) est supérieure à 2 ; ces vitrages laissent passer un maximum de lumière tout en bloquant la chaleur à l’extérieur, pour le confort d’été des occupants », explique Marc Amah, responsable technique Pilkington.

 

Par exemple, Pilkington Suncool™ Q 60 offre une TL de 60 % pour un FS de 27 %, Pilkington Suncool™ Q 50 donne un rapport 50/22 et Pilkington Suncool™ Q 70 devrait permettre d’atteindre les 70/33. « Il s’agit de verres à couches de contrôle solaire mais également à faible émissivité, pour garantir également le confort d’hiver (Ug de 1,0 W/m².K en double vitrage) », ajoute-t-il. Avant de glisser : « associé à un substrat de verre extra-clair Pilkington Optiwhite™ (verre à faible teneur en oxyde de fer), cette combinaison offre une transparence exceptionnelle et un parfait rendu des couleurs ».


Pilkington se positionne aussi sur le segment des façades de protection incendie avec les verres coupe-feu/EI Pilkington Pyrostop® et pareflammes/EW Pilkington Pyrodur®, qui permettent d’éviter la propagation des flammes en façade, d’un étage à l’autre et aux bâtiments voisins. « Une liste complète de procès-verbaux de résistance au feu est déjà disponible en menuiserie acier avec Forster et Jansen pour des classements allant du PF 1/2H au CF 1H30. Nous étendons cette offre à la menuiserie aluminium avec des PV existants avec Schüco (PF 1/2H à CF 1H), et en cours de développement avec Wicona en CF 1H (faisant suite à un PV déjà disponible en CF1/2H) ».

 

Tenue des volumes verriers XXL


Les volumes verriers augmentent. Aujourd’hui, « la limite, c’est le budget », lâche Valérie Vandermeulen. Avec comme conséquence directe, la nécessité de disposer de solutions capables de reprendre des vitrages plus lourds, tout en respectant la tendance esthétique de façades lisses sans aluminium apparent. C’est pourquoi, « Kawneer propose deux types de systèmes, une solution pour vitrage à clamer (AA100 ou AA110), qui peut reprendre des volumes verrier jusqu’à 500 kg, et une façade plus traditionnelle, un mur-rideau grille avec montants et traverses apparentes, sur lequel le vitrage est pincé », argumente Yann Legrandois, responsable marketing produits de Kawneer. Nouveauté, pour la première fois, des pièces de reprise de charge AA110 qui se mettent en traverse basse pour la renforcer ont récemment été lancées. « Nous avons développé une épine design à très grande portée (jusqu’à 10 m sans appui intermédiaire) pour le chantier de l’aéroport Saint-Exupéry de Lyon », indique Yann Legrandois, détaille Marc Amah.

 

AA110, le mur-rideau Kawneer grande dimension, ici mis en oeuvre à l’aéroport Lyon Saint-Exupéry (architecte Cabinet CRB Architecte). XB. © Kawneer-XB.

 

2 questions à Odette Lardies, responsable des ventes Export et conseil Façade chez Ariño Duglass

 

Galerie Artem – Nancy (France) – Ariño Duglass © Guillaume Guerin

 

  • Quels sont les atouts des verres sérigraphiés ?


Les verres avec sérigraphie offrent une conception différenciée et unique pour chaque façade, en plus de fournir un contrôle solaire et d’apporter une réponse face aux collisions d’oiseaux en plein vol. A titre d’exemple, on peut citer le récent projet Grand Équipement Documentaire (GED), la bibliothèque du Campus Condorcet à Paris, réalisée par l’architecte Elizabeth de Portzamparc, sous maîtrise d’ouvrage de la région Ile de France, qui met en oeuvre des vitrages de grandes dimensions combinant couche haute performance et sérigraphie dans le même verre. Ce bâtiment, unique, aux volumes asymétriques, s’enrichit de différentes sérigraphies, de verrières et cours intérieures…

 

  • Quels types de vitrages sont mis en oeuvre dans vos grands projets ?


Les vitrages avec décoration métallique, appelés (commercialement) DecometalReflec, ont été très demandés ces dernières années. Il s’agit d’une solution exclusive développée par Ariño Duglass avec le studio d’architecture Dominique Perrault Architecture, qui en plus d’offrir un design exclusif, améliore les caractéristiques photo-énergétiques du vitrage. Cette solution se retrouve dans des projets parisiens, tels que Pont de Sèvres Tour, Themis Clichy, etc. ou dans le projet de la City Law School à l’Université à Londres. Ariño Duglass a investi et s’est spécialisé dans ce type de vitrage XXL aux formes différentes, la verrière du centre commercial Prado à Marseille est ornée par exemple de 2 000 triangles de grandes dimensions et de tailles différentes avec sérigraphie et couches haute performance…

 

Style élancé


Au niveau design, « la tendance est aux effets architecturaux verticaux, plus élancés », remarque Marion Villard, responsable marketing Technal, « avec des trames plus hautes que larges ». Ce qui implique des adaptations en termes de sécurité. Les façades se composent en effet de produits multifonction (isolation thermique, acoustique, retard à l’effraction, sécurité incendie…).


D’autres questions, liées au contexte actuel, apparaissent : « comment adapter la façade aux espaces modulables ? », interroge Marion Villard. Personne ne connaît à date l’avenir des open spaces. Les cloisons prenant appuis sur les montants des mursrideaux… comment agir sur la transmission latérale du bruit ? La performance du système doit être mise en cohérence avec celle du vitrage.


Technal, connu pour ses façades Geode et Spinal, annonce développer une nouvelle offre avec des modules de 50 et 60 mm. Sortie prévue mi-2021. « Le marché attend une version 50 mm pour des raisons de prix, notre nouvelle offre répondra à cette exigence, avec des capacités plus importantes en termes de volume et de prise de poids », promet Marion Villard. L’objectif de Technal étant de caler un système conforme à la RE 2020, aux tendances esthétiques actuelles, tout en optimisant le temps de pose et en proposant l’assemblage en atelier…

 

Musée des Pêcheries – Basalt Architecture © Technal – Photographe Daniel Moulinet


Sapa de son côté, commercialise ses gammes Elegance 52 (montant de 52 mm) et Energie 62 (montant de 62 mm). « Le 52 mm répond à 90 % des projets », déclare Maxime Morel, responsable marketing produit chez Sapa ; « le 62 mm correspond aux grands volumes verriers, jusqu’à 12 m² de vitrage et 680 kg en un seul bloc ». Enfin, au sein du groupe Hydro, suivant les tendances, « le service projet de Wicona développe de nouveaux systèmes de mur-rideau (montant, traverse, profil, accessoires) avec des éléments plus épais, des pièces d’accroche surdimensionnées, capables de reprendre les efforts liés aux vitrages de plus en pluslourds, pour lesquels les systèmes traditionnels ne suffisent pas », affirme Olivier Pagnoux, ingénieur projet Wicona. Ces développements s’accompagnent d’adaptations aux fonctionnalités des vitrages (antivandalisme, pare-balle, etc.) et des tests requis. « Les ouvrages de grandes dimensions supposent des structures plus rigides avec des toiles d’aluminium plus épaisses de 2,5 mm, voire 3 mm au lieu des 1,8 mm classique ; le pare-balle nécessite des épaisseurs de 10, 12, voire 15 mm, les tests sont effectués sur l’aluminium et au niveau de la liaison du verre et de l’aluminium », explique-t-il.

 

Sapa Façade Elegance - Vannes Agglo (architecte Atelier Arcau) © Sapa

 

Contraintes régionales et devoir de conseil

 

Dans la région de Dunkerque, l’agence Le Kap Verre équipe les commerces et bâtiments tertiaires en façades – © Cevino Glass

 


Michaël Deswarte, directeur de l’agence Le Kap Verre à Dunkerque.

 

Au sein du groupe Cevino Glass, Le Kap Verre à Dunkerque a la particularité de travailler davantage l’aluminium (70 %) que le verre (30 %), à la différence des autres miroiteries de l’enseigne. « Nos clients – issus du secteur tertiaire et du commerce notamment – nous demandent des systèmes intelligents, adaptés aux quatre saisons, garantissant des apports lumineux, de la transparence et du confort », témoigne Mickaël Deswarte. Le Kap Verre fabrique et pose les systèmes Reynaers (châssis, portes et murs-rideaux) avec trame horizontale, verticale ou bord-à-bord. « Dans notre région, nous devons faire face à des contraintes environnementales particulières, car en bord de mer, l’air salin est agressif et Dunkerque en tant que cité industrielle et portuaire s’expose également à des risques de pollution, nous proposons donc un aluminium de qualité marine », précise-t-il. Face aux projets démesurés, le directeur de l’agence Le Kap Verre remplit son devoir de conseil et aborde « les questions de maintenance ».

 

Les verres mis en oeuvre proviennent de chez AGC, Pilkington, Guardian… « nous sommes libres de nos choix », indique encore ce dirigeant.

 

Cortizo vient de lancer le système UNIT 66M, une solution de façade cadre avec RPT pour les projets d'immeubles de grande hauteur. « Ce système combine d'excellentes performances avec la possibilité d’une conception sur mesure, offrant une grande polyvalence esthétique avec des options (soit "structurel", soit "parclosé") ainsi qu’une section vue à partir de 66 mm. Le système présente des ancrages à régulation tridimensionnelle qui facilitent son installation », commente Micael Diaz, directeur façades Cortizo France.

 

Système façade Unit 66 M de Cortizo : Transmission Uf ≥ 1,4 W / m².K – Perméabilité à l'air : AE. Étanchéité à l'eau : RE1200. Charge de vent : 2 KN / m². Impact = I5 / E5. Test sismique AAMA 501.4 : APTE © Cortizo


Manchons en équerre


Alors que l’aluminium disparaît ou se fait discret, le marché réclame des fixations invisibles. « Nous avons fait évoluer nos produits en ce sens », assure Guillaume Dufaix, responsable R&D chez Louineau ; « il est possible de reconstruire un appui en partie basse afin de ne pas fixer le manchon sur la dalle, les solutions sont fournies au cas par cas, suivant le type d’épine ». La tendance est aux épines en bois ou en matériaux mixte (bois-aluminium), les pièces d’appuis s’adaptent également.

 

Manchon sur équerre – © Louineau


Façades plus légères


« Nous observons une poussée du marché de la façade compacte, plus légère, auquel répond notre mini mur-rideau – Castellane – qui équipe les bâtipossible de reconstruire un appui en partie basse afin de ne pas fixer le manchon sur la dalle, les solutions sont fournies au cas par cas, suivant le type d’épine ». La tendance est aux épines en bois ou en matériaux mixte (bois-aluminium), les pièces d’appuis s’adaptent également. Façades plus légères « Nous observons une poussée du marché de la façade compacte, plus légère, auquel répond notre mini mur-rideau – Castellane – qui équipe les bâtiments R+0, R+1 ou R+2, hébergeant des logements et des commerces en rez-de-chaussée. Avec une prise de vitrage de 28 mm, ce produit est plus léger tt plus économique, puisqu’il a moins besoin d’inertie », explique Yann Legrandois chez Kawnner. La chaîne de boulangeries Marie Blachère arbore par exemple cette façade dans ses points de vente. Castellane, préfabriquée en atelier, peut s’accompagner d’une porte. « Le profilé de Castellane sert alors de dormant, il suffit de poser l’ouvrant de la porte soudé K190 RPT », rappelle le responsable produit.

 

Diffuver s’équipe de Lisec

 

Mise en oeuvre de vitrages en façade – © Diffuver


Le fabricant de vitrage isolant vient d’investir dans une machine Lisec afin de traiter les grandes dimensions. « Nous avons dédié 3 M€ pour nous doter de plusieurs outils, table de découpe avec un pont de 6 m, centre d’usinage et de façonnage, ligne de fabrication, scanner… Notre objectif étant de rendre nos stocks dynamiques », commente Philippe Melon, le PDG, qui s’oriente vers la fabrication de vitrage isolant à clamer.

 

Enfin, les gammistes insistent sur le complément offert par les brisesoleil en matière de gestion du contrôle solaire. « Nous finalisons une solution d’intégration de brisesoleil en façade », révèle Aymeric Reinert, directeur général de Profils Systèmes. Les panneaux perforés complètent la performance solaire du vitrage : « avec des mailles aux dimensions adaptées aux apports recherchés », avance Joël Biu, ingénieur rattaché au département prescription de Technal. Découpe laser sur des tôles, toiles texturées microperforées, les variantes jouent aussi sur l’esthétique. « Les projets de brise-soleil verticaux sont appréciés pour leur aspect élancé, avec des lames créant des ombres portées sur le vitrage », note enfin Marion Villard. La RE2020 qui devrait renforcer la ventilation naturelle du bâti pourrait jouer en leur faveur…

 

Du côté du warm-edge

 

SuperSpacer Triseal SG conçu par Edgetech © Edgetech Europe


Après le lancement de l'intercalaire Super Spacer® T-Spacer ™ SG pour une application automatisée, Edgetech/Quanex a présenté la version manuelle dédiée aux éléments de vitrage structurel et aux formats XXL (TriSeal™ SG). Ces deux produits SG optimisés pour l'application latérale du joint primaire permettent un parallélisme parfait, d'une précision au millimètre près, durant le traitement automatisé du Super Spacer®. « Le grand avantage de ce nouveau produit, c'est qu'il assure désormais aux fabricants de vitrages XXL de toutes formes destinées à des façades toujours plus complexes, un warm-edge plus robuste, que l'intercalaire soit appliqué manuellement ou automatiquement », a expliqué Christoph Rubel, directeur technique Europe chez Edgetech Europe GmbH. TriSeal™ SG complète ainsi la gamme de produits Super Spacer® pour le traitement manuel.

 

Ces chantiers qui témoignent...

 

Les façades qui s’animent aux abords des immeubles révèlent les différentes fonctionnalités du verre. Revue de détail.

 

  • SageGlass anime les sièges sociaux de BNP-Paribas et Vinci (Paris)…

 

Le data center du campus Interxion Marseille est équipé de verres intelligents SageGlass - Architecte : Agence DK Architectes - Entreprise de pose / Façadier : ICM13 (Ingénierie et Construction Métallique, Vitrolles) - Solution SageGlass utilisée : 420 m2 de SageGlass Climaplus Classic © SageGlass – photographe : Valentin Napoli

 


Une quarantaine d’ouvrages en France ont retenu les vitrages dynamiques signés SageGlass (groupe Saint-Gobain). « Le produit est encore en phase d’adoption, mais les marques d’intérêt se multiplient », se réjouit Stéphane Auvray, directeur des ventes de SageGlass France. Parmi ses récentes références, citons Metal 57 à Boulogne-Billancourt situé sur l’ancien site des usines Renault, futur siège de BNP-Paribas. Ici, 1 000 m2 de façade bénéficieront du vitrage dynamique. Autre siège social à avoir fait ce choix, celui de Vinci à la Défense, l’Archipel. Objectif ? Bénéficier de façades actives, esthétiques et performantes qui répondent aux enjeux de confort et de frugalité énergétique ! « La volonté des maîtres d’oeuvre et maîtres d’ouvrage d’intégrer nos produits en façade témoigne de leur recherche de confort et de valeur ajoutée », confirme Stéphane Auvray.

 

  • … et du Data Center Interxion MRS2-Campus de Marseille


La rénovation de ces anciens ateliers navals inoccupés depuis les années 1990 en un hub d’échanges de données numériques vise à accompagner les entreprises locales dans leur transformation numérique et à conquérir de nouveaux marchés à l’étranger. Pour Fabrice Coquio, le président d’Interxion France, le choix du vitrage dynamique SageGlass s’est imposé : « les dernières technologies utilisées sur MRS2, telles que le vitrage intelligent SageGlass qui bloque les rayons du soleil et l’apport de chaleur extérieure, s’inscrivent dans une démarche d’optimisation de la consommation énergétique ». Un argument de poids pour ce Data Center situé dans la cité phocéenne, particulièrement soumise aux températures élevées.

 

  • AGC au Racing Parc de Champagne-au-Mont-d’Or

 

Racing Park – Architecte : Archigroup – Transformateurs verriers : AGC IVB pour le verre bombé, AGC Mirest et Diffuver pour tous les autres vitrages © G. Perret

 

Au coeur du Techlid, sur le site de l’ancien garage Peugeot à Champagne-au-Mont-d’Or (69), se dresse Racing Park, un projet de 4 bâtiments sur une surface totale de 12 800 m² de bureau. L’architecture contemporaine, signée Gabriel Dussuyer, architectes Dplg, associé d’Archigroup, met l’accent sur les courbes et la transparence. Pour les garantir, 3 000 m² de Stopray Vision-61 d’AGC pour les vitrages plans et Stopray Vision-61 T pour les vitrages bombés sont mis en oeuvre par le façadier CPB. Des produits qui se distinguent par leur transmission lumineuse (61 %), leur facteur solaire (33 %) et la réflexion lumineuse externe (15 %) pour un coefficient Ug de 1,0. « Ce verre de contrôle solaire et d’isolation thermique est très performant », selon Valérie Vandermeulen, « car il laisse entrer une quantité importante de lumière naturelle sans éblouir les occupants. En outre, le facteur solaire bas limite les consommations de climatisation l’été ».

 

  • Pilkington entre à la Samaritaine (Paris)

 

La Samaritaine habillée par Pilkington © Salem Mostefaoui

 

La rénovation de la Samaritaine, qui devrait rouvrir prochainement, se traduit notamment par la réfection de la façade donnant rue de Rivoli à Paris. « Un véritable défi technique puisqu’elle se compose d’une triple peau avec une première peau intérieure assurant l’isolation thermique et acoustique, ainsi qu’une protection incendie, une peau intermédiaire avec une sérigraphie blanche et une peau extérieure ondulée avec une sérigraphie chromée », explique Marc Amah. Le verre Pilkington Optiwhite™ (à faible teneur en oxyde de fer pour réduire la teinte verte inhérente au verre) a été utilisé pour fabriquer les grands panneaux bombés de cette peau extérieure. « Son association avec un jeu de sérigraphies partielles blanches et chromées permet de refléter le quartier historique de Rivoli sur cette façade moderne, grâce à l’extrême neutralité et à la transparence sans égale du verre extra-clair Pilkington Optiwhite™ », ajoute-t-il.

 

  • Druet s’invite, entre autres, à Morland (Paris)

 

Druet a équipé la façade de Morland (Paris) de capots serreurs développés spécifiquement (façade Schüco FW-50) © Druet


Druet réalise la façade murrideau du bâtiment neuf Morland mixité à Paris, soit 3 500 m², dont une partie pare-flamme 1 heure (300 à 400 m²). « Des essais spécifiques ont été réalisé chez Efectis », précise Julien Gnemmi, directeur technique chez Druet. Pour ce chantier, actuellement en cours, le choix s’est porté sur la façade Schüco FW-S 50 avec poignée en traverse basse pour l’accès PMR. Des verres bombés et traverses cintrées animent la façade du bâtiment dédié à des applications multiples (logement mais aussi tertiaire avec des commerces, une piscine, un hôtel, et même une ferme urbaine !) Plusieurs compositions de vitrage Saint-Gobain Cool Light SKN 176 à contrôle solaire sont utilisées selon les besoins en affaiblissement acoustique, sécurité… Ainsi que du vitrage Vitrotech pour la partie pareflamme. « Ce chantier se distingue par sa technicité, par exemple des essais acoustiques en laboratoire ont dû être menés ; nous avons également développé un capot spécifique pour le murrideau », ajoute Julien Gnemmi. Ce capot serreur, plus profond que les produits habituels, répond à la demande de l’architecte.


« Le projet nous apporte une belle visibilité car situé en plein Paris, il est très observé », commente le directeur technique. Druet a également décroché le Centre de maintenance de Champigny-sur-Marne (CEM) pour la société du Grand Paris. Ici, un habillage particulier en aluminium extrudé a été créé. Au total, le CEM requiert 5 700 m² de façade en châssis simple, aluminium (Schüco), acier (Jansen), mur-rideau grille, à cadre rapporté VEC et bande filante de châssis posée de manière inversé (avec parcloses à l’extérieur) et drainage inversé suivant le choix architectural. Plus d’une dizaine de vitrages différents signés Guardian sont mis en oeuvre suivant l’exposition de la façade, le degré de sécurité requis, la dimension, etc.

 

  • Wicona équipe l’Ammonite à Montpellier

 

L’Ammonite à Montpellier (architecte Zuo) : des murs-rideaux Wicona Mecano 52 © Patrick Loubet


Construit par Faubourg promotion et Sequabat, le bâtiment situé à l’entrée du parc Odysseum au Sud de Montpellier (34), signé par Yves Simon, architecte associé et gérant de Zuo, offre près de 3 000 m² de bureaux et déroule sa coque asymétrique vitrée sur trois niveaux en décrochés et un porte-à-faux de 17 m suspendu à deux haubans en acier. Ici, le bâtiment occupe la totalité du terrain en épousant sa géométrie et ses contraintes. Les bureaux s’articulent autour d’un patio central courbe (R+3) équipés de douze ensembles menuisés de fenêtres en bande filante Wicline 65 à ouvrant visible.

 

La façade est composée de murs-rideaux (1 650 m² de Wicona Mecano 52), de vitrages clairs avec une alternance de panneaux pleins et opaques à parement émalite ou métallique plein. La structure du bâtiment s’efface derrière cette façade vitrée. Vu de l’extérieur, elle offre une surface réfléchissante le jour et transparente la nuit. Et ne fait pas d’ombre à son célèbre voisin, le lycée hôtelier Georges Frêche, conçu par Massimiliano Fuksas, en courbures et écailles.


L’enveloppe se déploie en presque un seul mouvement qui encercle le bâtiment. Partant de l’entrée, à la pointe du porte-à-faux, celui-ci se divise pour prendre un virage sur les R+2/R+3 tandis qu’il poursuit au R+1 vers l’arrière, puis retour vers l’avant. L’impression de continuité lisse donnée par ce montage à facettes provient de la faiblesse des angles (<10 degrés) et de la relative étroitesse de la trame (L. 1 100 mm), mais aussi, sur les profilés verticaux, de l’usage de capots serreurs plats et d’une teinte de profilés gris 7016, ainsi que de la discrétion d’ouvrants rapportés Wicline 65 à ouvrant caché. Les horizontales soulignent le mouvement par l’utilisation de capots serreurs saillants, le coloris gris clair des profilés (7 035) et les bandeaux de verre émaillé Emalit (H. 1 000 mm) posés entre chaque niveau.

 

INTERVIEW de Louis Deveugle, président des Établissements Pierre Deveugle

 

© Deveugle

 

  • " Quel est le positionnement des Éts Deveugle ? "


Installée à Neuville-en-Ferrain près de Lille depuis 1858, notre entreprise de ferraille (petite charpente, hangar) propose depuis 15 ans une offre de menuiseries (portes, fenêtres, murs-rideaux, verrières) Jansen en acier. La gamme, complète, se décline en pareflamme, coupe-feu, anti-effraction, pare-balle…

 

  • " Qu’est-ce que la façade représente dans votre activité ? "


Les murs-rideaux – antifeu compris – représentent 30 % de notre chiffre d’affaires, la menuiserie antifeu et pare-balle 50 % et les menuiseries traditionnelles acier 20 %. Nous accompagnons nos clients métalliers et façadiers dans le chiffrage et la réalisation de solutions prêtes-à-poser.

 

  • " Quels sont les enjeux clés pour 2021 ? "


Le marché est porteur, notre objectif est de faire progresser notre chiffre d’affaires, actuellement de 5 M€, à 7 M€ en 2021. C’est pourquoi nous investissons, notamment dans 4 axes : le renfort commercial, la qualité produit, le lancement d’un service de livraison en interne et l’informatique. Depuis le mois de février, nous disposons d’une force de vente de 7 commerciaux qui couvre 90 % du territoire. Trois recrutements ont ainsi été effectués.

 

Nous venons d’obtenir, en partenariat avec Vetrotech, les certificats de conformité pour les vitrages pare-balles et antieffraction. Nous sommes les seuls en France à disposer d’une attestation validant le niveau BR7, la classe la plus élevée suivant la norme de résistance aux balles (EN 1603).

 

Nous préparons l’extension de nos ateliers. Ainsi, dès le mois d’avril, nous bénéficierons de 900 m² de surface en plus, soit un total de 4 000 m², permettant d’augmenter la capacité de production de + 20 %. Mis en oeuvre également à partir d’avril, un service de livraison interne – transport dédié aux Éts Deveugle – apportera davantage de flexibilité et d’attractivité à nos offres.

 

Enfin, sur le plan informatique, nous créons un logiciel complet de préfabrication en partenariat avec Ramasoft. Cet outil, dédié aux Éts Deveugle, permet la programmation informatique de toute la chaîne de production (calcul du devis, conception du produit, production et jusqu’à la livraison...)

 

 

 

V.M.
Photo ouverture : © Valode & Pistre © Sergio Grazia
Source : verre-menuiserie.com

Articles qui devraient vous intéresser

Laissez votre commentaire

Saisissez votre Pseudo (votre commentaire sera publié sous ce nom)

Saisissez votre email (une alerte sera envoyée à cette adresse pour vous avertir de la publication de votre commentaire)

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais après validation par nos modérateurs.

Newsletter

Restez informés !
Abonnez-vous à notre Newsletter.
 

Produits



Dernière revue

N° 301 - Mai / Juin 2022