Le verre comme support de communication

0
145
Stade de football du Royal Antwerp FC (Ghelamco). Le verre central (sur lequel est repris le nom du propriétaire) est le verre Glassiled d’AGC Glass ©AGC Glass
Stade de football du Royal Antwerp FC (Ghelamco). Le verre central (sur lequel est repris le nom du propriétaire) est le verre Glassiled d’AGC Glass ©AGC Glass

Du gigantisme des façades animées aux motifs de plaques d’identification dans les bureaux, le verre est entré dans le secteur de la communication. Et ce n’est que le début…

Les entreprises apprécient le caractère multifonction du verre et la demande semble poindre : matériau noble, décoratif, facile à entretenir, isolant, le verre sert également de support de communication. Dernière innovation, l’incorporation de Leds dans le verre permet de diffuser des messages lumineux. « En façade, les techniques de Leds en affichage statique sont développées depuis moins de dix ans et en affichage dynamique depuis moins de deux ans ; aujourd’hui il est possible de projeter des vidéos », déclare Pascal Bielle, directeur commercial France d’AGC Glass.

Les façades animées – très tendances – envahissent les immeubles dédiés au secteur tertiaire dans les grandes métropoles. « Mes collègues participent à des projets au Japon, en Chine, aux Etats-Unis », témoigne Philippe Grell, directeur marketing et technique de Pilkington, avant d’admettre qu’en France le verrier n’a pas encore été sollicité. Il faut dire que vu de l’hexagone, ce type de chantiers est plus anecdotique.

« La demande commence à venir », note Pascal Bielle, d’autant que « le sujet intéresse les sièges sociaux ». Différentes solutions sont déployées selon les budgets des projets. Les grandes entreprises – comme EDF à Sarclay – s’équipent de logos lumineux statiques. D’autres projets font appel à des solutions dynamiques monochromes ou couleurs.

Surtout, les fonctionnalités se combinent. « La première fonction des produits Vetrotech est la sécurité, avec leurs performances antifeu, pare-balle, anti-explosion, mais ces verres peuvent également être utilisés pour de la communication, Saint-Gobain sait ajouter des fonctions supplémentaires », affirme Fabrice Soudry, directeur du verre sécurité Vetrotech Saint-Gobain.

En application intérieure, le verre entre dans les lieux publics, les commerces, les entreprises ici au service de la décoration, là de la signalétique, du marketing, de la publicité. « Depuis quelques mois, la demande pour des tableaux en verre laqué sur lesquels il est possible d’écrire avec un marqueur effaçable se développe », observe Jérôme Patoir, directeur commercial d’Emaver. Esthétiquement, le tableau en verre est plus beau qu’un support traditionnel, et au final il est aussi pratique !

Quelle technologie ?

Plutôt dédiée à l’enveloppe extérieure du bâtiment et aux grands projets (animation d’immeubles, porte d’entrée), la sérigraphie s’opère sur des verres feuilletés extra blanc favorisant un rendu esthétique. C’est ce que propose Macocco SA. Et les projets sont légion.

Un des chantiers emblématiques a été réalisé sur le site archéologique Qal’at al-Bahreïm, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco. Six stèles autoportantes sonorisées et conçues pour résister aux intempéries et être consultables de jour comme de nuit y ont été installées. Elles sont constituées par l’assemblage de deux verres extra-blancs. « Sur le composant verrier central, encapsulé, sont émaillés les principales données, textes et photos, se rapportant au site, par notre système d’impression digitale sur verre », commente Elisabeth Ployart.

Durable et esthétique. Les techniques sont mixées. Le mémorial de Nagis, en souvenir d’un dramatique accident de la route, mélange verre feuilleté coloré et sérigraphie. Il se compose de stèles et plaque en Plastofloat Vanceva Color, deux verres trempés assemblés en vitrage feuilleté avec des intercalaires Vanceca Color. Le motif sur les stèles et l’inscription sur la plaque commémorative sont réalisés par impression numérique céramique ou sérigraphie noire.

Macocco S.A., qui a investi dans une nouvelle machine, propose de nouvelles gammes de produits sérigraphiés avec Seristal Stone, panneaux de verre décoratifs de sécurité reproduisant l’aspect de la pierre naturelle, des marbres, grès, granits et Seristal Forest reproduisant l’aspect de différentes essences de bois.

L’espagnol Ariño Duglass mène des projets ambitieux. La façade en verre architecturale du bâtiment abritant le centre Sensor City à Liverpool, dédié aux composants électroniques, en fournit une belle illustration. Les architectes d’IBI Group ont souhaité une conception suggérant le potentiel de cette technologie.

La conception abstraite utilise une palette dominée par l’or, un élément valorisé dans l’électronique en tant que conducteur. Cette décoration sérigraphiée prend la forme d’émaux métalliques réfléchissants, appliqués en combinaison avec un intercalaire en or transparent.

L’insertion de films, tissus, LEDS…

Le verre feuilleté autorise l’insertion d’éléments décoratifs : film, photos, mais aussi tissu, etc. Garde-corps, mémorial, avec des intercalaires colorés, Macocco réalise de nombreuses réalisations personnalisées. A l’intérieur, les films ornent aussi les cloisons.

Mais la grande tendance du marché est à l’insertion de Leds. Les grands verriers se positionnent comme AGC avec la gamme Glassiled : les Leds sont alimentées grâce à une couche conductrice transparente haute performance. Le support s’illumine selon les souhaits de l’utilisateur et permet de jouer avec les logos, textes, chiffres, signatures, etc.

Avec Inova 3 D, la Miroiterie Righetti associe le monde des Leds et du vitrage et apporte une solution décorative. « Inova 3D Design procure un éclairage tridimensionnel avec un effet exceptionnel de profondeur », commente Alban Utard, dirigeant de la Miroiterie Righetti.

L’impression quadrichromie numérique

L’impression numérique utilise deux technologies : soit l’impression sur film PVB incorporé au verre feuilleté, soit l’impression directe sur le verre. « Ces techniques se sont largement démocratisées », constate Sébastien Joly, directeur marketing et communication de Riou Glass, qui indique recevoir de plus en plus de demandes.

Seul bémol, la durabilité de l’impression. « Les fabricants de machines d’impression numérique n’apportent guère de garantie de durabilité, c’est pourquoi cette technologie est plutôt réservée à des applications intérieures », ajoute Sébastien Joly.

Mais la situation évolue, il semble que des progrès soient faits en la matière. Pour autant, Riou préfère se montrer prudent. L’impression permet de personnaliser le verre et de le décorer. Textes, photos, motifs peuvent ainsi être imprimés sur le verre. Cette technique est mise en oeuvre dans le cadre de la fabrication de crédences de cuisine par exemple.

Le sablage pour les applications en entrée de gamme

De nombreuses miroiteries proposent le sablage. « Cette technique permet, en application intérieure, de marquer
le verre et de le personnaliser notamment pour identifier des noms dans des entreprises ou dans les bureaux de professions libérales ou des pièces particulières (salles de réunion, sanitaires, etc.) », explique Jérôme Patoir.

Malgré son caractère irréversible, cette technique séduit, parce qu’elle confère au verre traité un aspect plus esthétique que le collage d’un film. « Les utilisateurs se font plaisir, le sablage reste dans l’esprit de verre », ajoute Jérôme Patoir. Des catalogues sont disponibles pour choisir les dessins et polices, mais les miroiteries répondent à toutes les demandes via des travaux sur-mesure. Aujourd’hui « grâce au dessin numérique, on peut sabler ce que l’on veut, l’utilisation de pochoir n’est plus requise », indique Sébastien Joly. Une exécution plus simple et plus libre.

Verre Macocco Plastofloat extra-blanc, sérigraphie encapsulée

© Macocco
© Macocco

Les stèles sont composées par l’assemblage de deux verres extra blancs Optiwhite avec un Séristal image en vitrage tri-feuilleté Plastofloat extra blanc intégrant un film Vanceva Color Cool White.

  • Chantier : Ministère de la Culture du Bahreïn
  • Auteurs : Marie-Françoise Rouy & Luc Martinez
  • Conception, Fabrication & Installation : Influence Metaal

 

Softica diversifie les portes automatiques

Porte lumineuse par Softica pour l’enseigne Habitat ©Softica
Porte lumineuse par Softica pour l’enseigne Habitat ©Softica

« La porte automatique traditionnelle s’ouvre et se referme sans autre fonctionnalité, nous avons donc eu l’idée de l’utiliser comme support de communication », explique Yannick Bocquet, président de Softica. Des barrettes de Leds sont intégrées à l’intérieur de la menuiserie aluminium et un film avec un adhésif permet de rétro-éclairer la porte.

« Notre produit permet aux entreprises de communiquer, tout en bénéficiant d’un produit esthétique qui respecte les normes », ajoute Yannick Bocquet. A un prix abordable, puisqu’il faut compter 20 à 25 % de plus par rapport au tarif d’une porte automatique classique.

LAISSER UN COMMENTAIRE