Verre solaire contre effet de serre

0
279
actu_vir.jpg

actu_vir.jpgTrois fabricants de verre ont commandé une étude pour mettre en lumière la contribution du verre solaire dans la réduction des émissions de CO2.

 

Saint-Gobain Glass, AGC et Pilkington se sont retrouvés à nouveau à la même table pour une campagne de promotion du verre à isolation renforcée (VIR). En partenariat avec GDF-Suez, les trois principaux acteurs du marché du verre, ont commandé une étude à l’institut européen TNO, visant à estimer la contribution du VIR de contrôle solaire dans la réduction des émissions de CO2 en France. « Le verre solaire permet de limiter les apports solaires dans les bâtiments et de réduire ainsi les consommations d’énergies liées au besoin en climatisation », confie Michel Gardes, président de la fédération des chambres syndicales de l’industrie du verre, « par ailleurs, bien isoler thermiquement les parois vitrées avec ce type de technologie se révèle également bénéfique sur les dépenses en chauffage ».

 

L’inconvénient c’est qu’en hiver, l’utilisation d’un VIR à contrôle solaire limite aussi les apports solaires, lesquels contribuent à réchauffer naturellement les bâtiments. C’est justement pour faire la somme des atouts et des faiblesses de cette technologie que le VIR a commandé l’étude en question. « En fonction des cas de figure retenus, utiliser des VIR de contrôle solaire dans les bâtiments permettrait de réduire de 4 à 15 millions de tonnes par an la quantité d’émission de CO2 », précise Michel Gardes. Actuellement, les VIR solaires sont essentiellement utilisés dans les bâtiments tertiaires et ne représentent qu’environ 10 % des installations.

 

Crédit photo : VIR

Légende : La pose de verre à contrôle solaire dans les secteurs résidentiels et tertiaires pourrait limiter les émissions de gaz à effet de serre

LAISSER UN COMMENTAIRE