Véranda : l’atout coeur de la maison

0
124
Ici, la véranda Espace2vie conçue par Sepalumic, abrite un espace de 85 m² avec fitness, salon d’été et piscine à fond amovible ©Sepalumic
Ici, la véranda Espace2vie conçue par Sepalumic, abrite un espace de 85 m² avec fitness, salon d’été et piscine à fond amovible ©Sepalumic

Devenue extension à part entière de la maison, à composer selon ses goûts et besoins, la véranda répond aujourd’hui avec ingéniosité et attractivité aux consommateurs découragés par un marché de l’immobilier encore tendu. Une mutation qui conduit les industriels à faciliter toujours plus la tâche des artisans poseurs.

Dans son étude publiée en fin d’année dernière, MSI Reports situait le marché de la véranda à 70 000 – 75 000 unités en 2015, en recul de 6 % par rapport à 2014 et de près de 15 % par rapport à 2011. Il se répartit entre les vérandas à toiture en épine (50 %), tubulaire (40 %) et plate (8 %).

Les professionnels, eux, ont un avis contrasté. « Le marché se porte bien, en partie, grâce aux retombées des diverses campagnes publicitaires du secteur », indique Yoann Arrivé, directeur général de Concept Alu. « Nous constatons d’ailleurs une embellie des demandes de devis ».

Un avis partagé par Dany Rabiller, directeur de Soko, lequel se réjouit d’une vraie reprise depuis le début 2016 et par Martin Renaud, chargé de marketing Sepalumic (Grandeur Nature) : « 2016 fut une belle année pour le marché de la véranda. Malheureusement, 2017 commence moins bien. Les consommateurs repoussent leurs projets en raison de la conjoncture économique et politique ; élections obligent. Conséquence, on s’attend à des résultats légèrement inférieurs à ceux de l’an dernier ».

Bernard Cousin, directeur général de Véranda Rideau (dont les vérandas chevronnées viennent d’obtenir l’homologation du CSTB) considère que « le marché reste stable en dépit d’un réel intérêt du consommateur ».

Jonathan Thirion, responsable marketing chez AluK, remarque « un marché étal depuis 3-4 ans ». Marion Villard, responsable marketing Technal, estime pour sa part que le marché « n’est pas très dynamique depuis au moins 5 ans en dépit d’évolutions comme la toiture plate ».

Maxime Morel, responsable marketing de Sapa, explique : « quand le moral est en berne et en raison des difficultés économiques, le particulier ne se lance pas dans l’extension de sa maison ».

Pour Pierre Tisseau, PDG de Rénoval, « le marché est inégal : mature dans le Nord de la France avec un potentiel plus limité et davantage de concurrence dans la moitié Sud du pays ». Enfin, la messe est dite pour Olivier Cros, animateur du réseau Côté Baies (groupe Installux) : « le marché de la véranda n’existe plus. Depuis 4-5 ans, il a été aspiré, phagocyté par l’extension de l’habitation ».

Consommateur : une vraie demande d’extension

Une chose est sûre : la véranda correspond aux attentes actuelles. Profiter de l’extérieur et de la luminosité, augmenter la surface habitable de la maison, valoriser son habitat, mais surtout disposer d’une pièce de vie supplémentaire. « Il s’agit, désormais, de bien vivre chez soi tout comme de valoriser son patrimoine car on déménage moins », explique Martin Renaud. « Les améliorations thermiques le permettent aujourd’hui ». Alternative idéale, la véranda est devenue le lieu privilégié pour recevoir ses hôtes, dont la surface ne cesse de grandir (environ 30 m²).

« Il s’agit d’une pièce habitable douze mois sur douze », indique Yoann Arrivé. Et si jusqu’à présent, l’achat d’une véranda concernait les 45-50 ans et plus, les lignes bougent. « En effet, il touche maintenant des clients plus jeunes qui se lancent 4-5 ans après la construction de leur maison », confirme Dany Rabiller.

Souvent aussi, les acquéreurs de vérandas en profitent pour réaménager la maison. Un sujet sur lequel Elisabeth Moret, responsable marketing chez Vérand’Art est catégorique. « La véranda n’est pas seulement une pièce en plus, elle devient une pièce de vie, le coeur de la maison où toute la famille se retrouve. Sa pose est l’occasion d’une réflexion globale sur l’organisation de son habitat ».

Pour Pierre Tisseau, « la véranda se distingue en tant que produit fonctionnel, confortable et économique apportant une belle plus-value à la maison. Toutefois, même si elle marque une montée en gamme, il ne faut pas oublier que celui qui désire une vraie extension choisira une construction en dur ». Aujourd’hui, le consommateur, prudent et très informé, réfléchit davantage avant de lancer son projet.

« Sa réflexion porte sur une vraie pièce de vie qui se fond dans la maison », explique Patrick Bayle, PDG de Velinéa. « Et clairement, la qualité prime sur le prix ; quitte à attendre avant d’entreprendre les nouveaux aménagements ». De l’intérieur, la véranda extension « prolonge les pièces existantes, à la fois en termes esthétique et fonctionnel, performances énergétiques à l’appui », ajoute Bertrand Lafaye, responsable marketing opérationnel et communication chez Kawneer (Verancial).

Qu’il s’agisse des modèles à toiture plate avec verrière zénithale (ils représentent 7 à 8 % de part de marché) ou traditionnels, appelant dans tous les cas, des travaux de préparation et de maçonnerie. « C’est là que le vérandaliste doit aussi être architecte d’intérieur », précise Elisabeth Moret. Une mutation nécessaire. « Désormais, il doit savoir gérer une extension avec puits de lumière, isolation, vitrage, éclairage, chauffage, domotique », indique Olivier Cros.

« Le vérandaliste devient le coordinateur de différents corps de métier, à l’instar de l’architecte. Un passage obligé, mais aussi un tremplin pour les artisans qui valorisent ainsi leur activité. » Mais surtout, « la priorité du consommateur est de disposer d’une pièce supplémentaire, d’un agrandissement, plus rapidement que dans le cas d’une extension en dur », indique Thierry Thomas, chef de marché coulissant et véranda chez Schüco. Une exigence qui a conduit les fabricants à développer en amont des techniques constructives destinées à faciliter une pose rapide des vérandas.

Des astuces pour une pose rapide et aisée

Ainsi Véranda Rideau s’appuie sur un système constructif duplicable et autoportant en simple jonction sur le bâtiment existant. « Nous développons une solution avec une hauteur de plafond de 2,40 – 2,50 m et une isolation performante sans trop d’épaisseur », indique Bernard Cousin. Concept Alu propose Confort+, un service qui facilite le bon déroulement de la pose de la véranda et le respect des délais.

Le tout, sous la houlette d’un coordinateur de travaux prenant aussi en charge les travaux environnants (maçonnerie, carrelage). Concept Alu anticipe également le montage en atelier de la véranda ou des volets roulants (avec réglage des fins de course) et la découpe des plaques de toiture.

Pour sa part, AluK fixe des clips dans la structure pour faciliter la pose des châssis. « Dans notre système, tout est intégré dans la descente d’eau au moment de la fabrication », précise Jonathan Thirion. « D’où un réel gain de temps sur le chantier, une facilité de mise en oeuvre et moins de poseurs sur place ».

De son côté, Sapa a repensé ses profilés pour qu’ils puissent recevoir des panneaux de toiture de 85 mm et des vitrages de plus en plus lourds, et monter tout ce qui peut l’être en atelier. « C’est notre secret de fabrication », révèle Maxime Morel. « Et pour les vérandas sophistiquées, nous procédons à un montage à blanc à l’usine. Une opération précieuse pour vérifier les coupes et les pentes ».

Stratégie identique pour Reynaers qui a retravaillé les profilés pour accueillir les doubles vitrages plus lourds. De plus, l’entreprise simplifie la conception, la fabrication et la pose de ses modèles prédéfinis (80 % de la demande). Une offre qui induit moins de stock grâce aux profilés communs aux différents modèles (toiture en épine et à chevrons). De même, un maximum de réglages et de montages est effectué en atelier.

Chez Rénoval, l’axe fondateur reste la précision. « Nous sommes mieux équipés, plus productifs au chaud dans les ateliers », souligne Pierre Tisseau. « Les joints sont coupés à dimension et posés, les poteaux prémontés. C’est aussi plus simple si l’on rencontre des problèmes. Et un bon moyen d’assurer une meilleure rentabilité et productivité ».

Parallèlement, l’entreprise forme ses poseurs et un responsable de pose les accompagne sur site pour les premières installations. « Sachant qu’ils passent 40 % de leur temps de travail en activités connexes, le temps de pose devient vraiment le nerf de la guerre », poursuit Pierre Tisseau.

Prémontage également pour Velinéa avec les châssis et la toiture, montés, repérés et emballés. « Du coup, le poseur va plus vite mais cela nécessite de prendre les bonnes cotes et de tenir compte de la configuration précise du terrain », explique Patrick Bayle, PDG de Velinéa. Ce qui suppose une solide formation et une communication régulière entre fabricant et concessionnaire.

Outre le prémontage, Soko qui accompagne davantage ses poseurs, propose trois niveaux de préparation depuis un an et demi : le premier, avec les pièces à recouper sur le chantier ; le deuxième, avec pré-assemblage des poteaux sur les menuiseries, prédécoupage et préperçage de l’arrêtier de toiture ; le troisième, avec l’assemblage seul.

Si Kawneer mise sur l’assemblage à l’aide de clamots, Schüco préconise la réalisation des coupes, de l’étanchéité et de l’assemblage en atelier. « Grâce à l’ossature gérée en usine, il ne reste plus qu’un simple Meccano à monter ; gain de temps et simplicité à l’appui », raconte Thierry Thomas.

C’est certain, le marché de la véranda recèle un solide potentiel puisqu’il devrait connaître un rebond dès l’an prochain (selon MSI Reports) et les vérandas à toiture plates une progression de 2 à 4 %. « Les vérandas ont un bel avenir », conclut Thierry Thomas. « En effet, compte tenu de la superficie des terrains, les centres villes s’urbanisent de plus en plus ». Un atout de taille à un moment où le marché de la construction reste encore fragile, malgré une amorce de reprise.

Veranco mise sur le liège

©Veranco
©Veranco

Le belge Veranco innove avec un panneau de toiture constitué de couches successives de liège et de polystyrène expansé (structure en nid d’abeille) et d’une membrane souple isophonique.

Le liège permet de réaliser un isolant polyvalent et résistant à l’humidité, à la compression et aux insectes. Résultat : ces matières de différentes densités, contrecollées entre elles, brisent les ondes de chocs et absorbent les bruits environnementaux.

 

Teleco équipe les vérandas de solutions complètes gérées avec une seule télécommande

Parmi elles, rampe de Leds montée sur profil aluminium avec clips de fixation Lactea (6/12W, 24 Vdc), le spot pour toiture plate Perseo (3,4W, 24Vdc, IP54) et l’émetteur et commande à distance pour l’éclairage Evo. Les spots et la barrette Leds sont fournis avec une connectique rapide et des câbles rallonges.

 

Rénovation des vérandas existantes, un segment en devenir

Parallèlement à la pose de vérandas neuves, la rénovation de vérandas existantes monte en puissance. Vrai marché de renouvellement estimé à 5 %, elle concerne aussi bien le remplacement intégral d’une ancienne véranda que l’amélioration de l’existant.

« Dans ce dernier cas, nous conservons ce qui peut l’être et remplaçons ce qui est abîmé », explique Yoann Arrivé. « D’ailleurs, nous disposons sur le terrain d’un technicien dédié ».

Une activité encore inconnue, mais « un segment intéressant qui nécessite de solides connaissances techniques », souligne Olivier Cros. « Malheureusement, il n’est pas encore assez développé ».

 

Préfabrication à la demande chez Espace Lounge

La solution d’extension d’Espace Lounge repose sur une toiture isolante autoportante (brevet Inpi) ©Espace Lounge
La solution d’extension d’Espace Lounge repose sur une toiture isolante autoportante (brevet Inpi) ©Espace Lounge

Espace Lounge propose la préfabrication sur demande depuis début 2017. « Dans un marché stable, voire en légère régression, estimé à 1,2 milliard d’euros où l’offre évolue peu, nous proposons une extension d’habitation hyper design », souligne Jean-Claude Saracco, président d’Espace Lounge.

« Nos produits se distinguent par une structure en aluminium, une toiture plate et un clair de vitrage maximal qui s’intègrent dans toutes les architectures existantes. A cela, s’ajoute un bon rapport qualité-prix ». En résumé : un produit complémentaire différent, design, doté d’un grand puits de lumière.

Avantage supplémentaire, les vérandas d’Espace Lounge sont faciles à poser (étanchéité fiable avec le premier système de drainage de sécurité entre chaque panneau isolant pouvant supporter jusqu’à 450 Kg/m², profilés (filés en France) adaptés aux panneaux, joint périphérique… Libéré des contraintes techniques, le client poseur dispose de plus de temps à la commercialisation et à la pose.

Enfin, depuis le mois de janvier, est proposée la préfabrication sur demande. Elle permet la mutualisation des commandes à Perthuis (84) avec une équipe spécialisée. « Ce centre de production de 9 000 m² (sur un terrain de 30 000 ha) dispose d’une ligne de fabrication et emploie dix collaborateurs », précise Jean-Claude Saracco. « L’installation d’une deuxième ligne est prévue cette année. Un bâtiment de 3 000 m2 avec 50 personnes est en projet pour 2019 ».

LAISSER UN COMMENTAIRE