Ventilation des fenêtres, un sujet dans l’air du temps

0
487
Les entraînements de fenêtres Slimchain de Geze, composante éprouvée d’une ventilation naturelle parfaitement maîtrisée ©Geze
Les entraînements de fenêtres Slimchain de Geze, composante éprouvée d’une ventilation naturelle parfaitement maîtrisée ©Geze

La qualité de l’air est au centre de toutes les attentions. Le marché fourmille de nouveautés, cherchant à répondre aux enjeux de confort et de santé.

L’air intérieur serait 5 à 8 fois plus pollué que l’air extérieur ! D’où la nécessité de le renouveler afin d’évacuer l’air vicié pour garantir l’hygiène, favoriser les échanges d’air convectifs et évaporatifs et préserver le bâti. Aujourd’hui, « la ventilation soulève une ambiguïté énorme, car d’un côté, la fenêtre suivant la réglementation, doit être étanche, et de l’autre, on la perce pour installer un système de ventilation », résume Yann de Bénazé, président de profine France.

Les problématiques en rénovation

Sur les chantiers, dans le neuf, la ventilation semble maîtrisée et fait appel à des systèmes VMC simples ou double flux, mis en oeuvre par les électriciens et les chauffagistes. « En revanche, en rénovation, la situation s’avère hétérogène », observe Dominique Lamballe, président de FenêtréA. Car dans l’existant, la ventilation est assurée par les anciennes générations de fenêtres, plutôt perméables.

« Or, lorsqu’elles sont remplacées par des fenêtres performantes, en l’absence de VMC, se créé une sorte de bouteille thermos étanche qui a pour effet de retenir la vapeur d’eau dans la pièce ; c’est pourquoi, nous exigeons de percer une mortaise pour recevoir une grille d’aération auto-réglable et compenser cet effet », déclare Olivier Simonin, chef de produit K•Line.

Un autre problème se pose alors : la grille d’entrée d’air dégrade les performances – thermiques et acoustiques – des menuiseries. « Nous avons développé un logiciel acoustique permettant de mesurer la déperdition, afin que les menuisiers puissent en informer leurs clients », indique Patrick Lahbib, directeur innovation Technal.

« Nos clients ont une obligation de conseil », ajoute Dominique Lamballe. FenêtréA forme et informe donc ses installateurs. « Il ne faut ni sous-estimer le sujet, ni le surestimer : surventiler peut générer des déperditions et en cas d’exposition au bruit, il faut choisir des grilles acoustiques », recommande encore Dominique Lamballe.

A minima, les industriels fournissent les grilles d’aération afin de permettre à leurs clients de gérer. Ce que fait Swao. « Nous sommes peu interpellés sur ce sujet », confie d’ailleurs Eric Chalançon, qui précise que le groupe Cetih mène des réflexions sur la qualité de l’air à l’intérieur de l’habitat, « non par la fenêtre, mais avec des solutions permettant de réinsuffler de l’air, via Systovi ».

Des innovations préfigurant les solutions d’avenir

Des innovations apparaissent via la domotique, avec la motorisation des ouvrants et l’installation de détecteurs afin de maîtriser la ventilation de confort. A date néanmoins, « ces solutions existent mais se vendent peu, car elles restent dans le segment haut de gamme du marché et le taux de motorisation des fenêtres est encore faible », constate Yann de Bénazé.

De son côté, Franck Abram, directeur marketing de Gam, maison mère de Gimm Menuiseries et des Menuiseries Françaises, confie : « nous travaillons à l’amélioration de la qualité de l’air ». Avec My Ventil, l’industriel propose en effet une fenêtre PVC brevetée équipée d’un système de ventilation mécanique contrôlée (Autogyre) permettant le renouvellement de l’air intérieur du logement. Des chantiers tests sont actuellement en cours, le produit devrait être prêt en septembre.

« L’accueil est très bon, ce produit silencieux, pas encombrant, est intégré en usine dans la menuiserie et ne pose donc aucun problème à la mise en oeuvre », ajoute Franck Abram. Certes, la démocratisation de My Ventil risque d’être un peu longue, la fonctionnalité rajoutant au coût, mais le produit préfigure des solutions d’avenir. Pour Technal qui milite en faveur de la ventilation naturelle, « la majorité des habitants aèrent encore leur logement en ouvrant les fenêtres, et les referment à cause du bruit », constate Patrick Lahbib.

D’où la mise au point du concept de fenêtre acoustique active, développée et testée sur une ouverture du vantail de 10 cm compatible avec les normes de sécurité anti-défenestration. Cette fente est bordée de deux parois latérales – composées de laine minérale – lesquelles créent un tunnel jouant le rôle de silencieux. Wicona se positionne avec le système flap, l’ouvrant de ventilation en aluminium à haute isolation thermique Wicline 75 evo dédié aux façades et grandes bandes filantes à châssis fixes des ERP. La demande pour ce type de solution est régulière. A tel point que « Wicona planche sur un nouveau projet, sur une menuiserie 65 mm, plus utilisée couramment en France », indique Pierre Dammé, directeur marketing de Wicona. « Ce système a été conçu afin d’assurer de façon économique la régulation de la température et de la qualité de l’air intérieur, tout en pro-posant un système intégré », commente Pierre Dammé. Disponible en deux largeurs de châssis (180 mm et 250 mm) pour une hauteur maximale de 3 m, l’ouvrant se place au sein d’une structure de type montants et traverses. Il s’insère facilement dans les cadres en bandes filantes Wicline 75 et dans les façadesmurs-rideaux Wictec aux vitrages de grandes dimensions. « Motorisé et couplé à un système de gestion centralisée du bâtiment, ce système permet de rafraîchir l’air en soirée ou durant la nuit », ajoute Pierre Dammé. La fenêtre Wicline 75 evo microventilation, également disponible en châssis oscillo-battant avec une ouverture intermédiaire possible de 5 mm, peut être équipée d’un limiteur d’ouverture, afin de sécuriser l’ouverture dans les bâtiments du secteur de la santé.

L’arrivée de systèmes multifonctions

Chez Geze, Claire Mouchel, responsable marketing, évoque le nouveau IQ box KNX Geze qui rend les fenêtres « intelligentes ». Geze IQ box KNX est l’interface entre les entraînements de fenêtres Geze IQ windowdrives et les systèmes de gestion de bâtiments utilisant le protocole KNX. Le système gère la ventilation naturelle grâce à des scénarios couplés avec des capteurs (température, pluie, vent, CO2) afin de garantir la qualité de l’air intérieur. Ouverture automatique des fenêtres dans la position souhaitée, retour d’information de l’état des fenêtres et des entraînements (nombre de cycles, pannes), fermeture automatique et limitée en cas d’alarme, les fonctionnalités sont riches.

Le bouton de ventilation peut être intégré comme bouton-poussoir local ou comme bouton-poussoir KNX. « La ventilation est importante, mais il y a des cas où elle ne suffit pas, notamment en zone urbaine, la concentration forte de particules peut avoir un effet néfaste sur la santé. C’est pourquoi il faut l’associer à une fonction de purification de l’air », déclare Hamid Batoul, directeur technique de Schüco.

Le gammiste lance plusieurs gammes de produits en France en 2018 : VentoLife (purification et soufflage d’air frais), VentoFrame (aérateur continu compatible avec la ventilation simple flux), VentoTherm (double flux intégré), VentoTec (double flux décentralisé). Ventolife est un purificateur d’air à filtre multi-étage qui débarrasse l’air aspiré des particules et rejette les plus petites d’entre elles avec une efficacité de > 99,5 %. En mode recyclage d’air, l’air intérieur est nettoyé. Le système insuffle le volume d’air extérieur nécessaire à travers un volet commandé par des capteurs.

« L’appareil possède une carte électronique permettant de choisir une option nuit pour réduire la vitesse et donc le bruit lié à la ventilation. La régulation intelligente s’opère selon des scénarios automatiques en fonction des trois paramètres : température, taux d’humidité et taux de pollution », précise Hamid Batoul. Lors du dernier salon Batimat, TechnoFirst et son partenaire allemand IBP Fraunhofer Institut ont présenté Wincontrol, la fenêtre qui régule le bruit et la ventilation naturelle.

« L’accueil a été très positif, nous sommes actuellement en discussion avec de grands donneurs d’ordre pour envisager comment industrialiser le produit et nous savons que des clients potentiels sont en attente », se félicite Christian Carme, fondateur de TechnoFirst. Le système qui déclenche l’ouverture ou la fermeture automatique de la fenêtre selon le niveau sonore extérieur mesuré, grâce à un microphone intégré, autorise une régulation selon les critères présélectionnés (taux d’humidité, température, etc.).

Il devrait être lancé prochainement sur le marché. « Nous réfléchissons déjà à la mise au point d’une nouvelle génération plus performante, afin notamment d’affiner la mesure et rendre le système intelligent ». Egalement présentée à Batimat, la solution Velux Active with Netatmo devrait être commercialisée en septembre 2018. Cette gamme de commandes intelligentes des fenêtres de toit Velux Integra®, des stores et des volets roulants motorisés permet à partir de paramètres de climat intérieur (niveau de CO2, humidité, température) de réguler automatiquement l’ouverture ou la fermeture des fenêtres de toit, stores et volets roulants.

« Avec cette solution, nous ne vendons pas une nouvelle fenêtre, mais un pack comprenant un module de capteurs, une commande et une passerelle Web, capable de fonctionner sur les fenêtres Velux motorisées, y compris sur les anciennes générations », commente Corinne Millot, responsable Velux Active.

« La ventilation naturelle est dans l’Adn de Velux ; avec Velux Active with Netatmo, codéveloppé avec notre partenaire, spécialiste des objets dédiés à la maison connectée, nous proposons une appli intelligente, pilotable à distance, pertinente en termes de retour d’informations, afin de permettre aux utilisateurs de surveiller leur habitat », ajoute-t-elle. On le voit, les nouveaux systèmes mettent l’accent sur les usages et sur la facilité de piloter les scénarios.

Le point sur les systèmes pariétodynamiques

« Kalory E n’a pas été conçue pour créer de la ventilation mais pour apporter une fenêtre à très haute performance énergétique, sa vocation première. Autrement dit, avec sa grille de ventilation, elle présente les mêmes caractéristiques que les fenêtres traditionnelles. Elle contribue néanmoins à la ventilation », explique Bertrand Lafaye, responsable marketing opérationnel et communication de Kawneer.

Le principe pariétodynamique permet de réchauffer ou de refroidir l’air intérieur. Capté par la grille de ventilation, l’air passe entre trois parois vitrées et sous l’effet des rayons solaires se réchauffe l’hiver. L’été, au contraire, l’air chaud extérieur se refroidit grâce à l’association d’un BSO. « En hiver par exemple, en journée, un air extérieur à 8° peut atteindre 22° à l’intérieur », précise Bertrand Lafaye.

Autre argument, Kalory E ne peut être associée qu’à un système de VMC simple flux. « Elle permet donc de réduire les investissements puisqu’elle dispense le donneur d’ordre d’ajouter un double flux et fait baisser la facture énergétique », ajoute-t-il.

 

A consulter : Le guide changement de fenêtres & ventilation

Le Pôle Fenêtre de la FFB a publié un guide téléchargeable sur son site afin de permettre aux menuisiers de mieux comprendre les enjeux liés à la ventilation et surtout à prescrire le bon dimensionnement de l’entrée d’air nécessaire. Pour rappel, le menuisier a non seulement un devoir de conseil, mais aussi une obligation de moyen.

« Les menuisiers sont responsables de la santé des occupants, si le client final demande à signer une décharge pour ne pas faire poser une grille, ils doivent savoir qu’en cas de désordre, ce document n’a aucune valeur », martèle le porte-parole du Pôle Fenêtre. Le guide rappelle les prescriptions de mises en oeuvre des entrées d’air, issues du NF DTU 68.3. Il répond à un certain nombre de questions précises comme l’incidence de la présence d’appareil à combustion non étanche dans la cuisine, celle du gaz, la gestion de l’acoustique, etc.

http://www.polefenetre.fr/files/GUIDE-CHANGEMENT-DE-FENETRESVENTILATION-decembre-2016.pdf

 

Les fenêtres « respirantes »… pour désembuer

Les menuiseries respirantes intègrent un store dans la lame d’air afin de gérer les apports solaires et garantir une meilleure hygiène. De nombreux industriels se positionnent sur ce marché (Kawneer, K•Line, etc.). Chez Sepalumic par exemple, ce produit s’appelle « Evolution Air ».

« Avec sa déclinaison, Occult’air, nous proposons des dimensions différentes (90 mm) et un système de respiration dissimulé dans la partie supérieure de la menuiserie », précise Aurélien Briscadieu, chargé de marketing. Le produit, qui n’est pas dédié à la ventilation, permet le désembuage du vitrage. Le partenariat avec Sunpartner Technologies, concepteur de modules photovoltaïques rend cette fenêtre autonome en énergie pour le contrôle du store.

LAISSER UN COMMENTAIRE