Une peau extérieure en verre feuilleté marbre

0
287
peau1-211.jpg

peau1-211.jpgLa future médiathèque André-Malraux à Béziers, fait l’objet d’une démarche HQE pour réduire sa consommation énergétique. Son enveloppe a donc reçu une attention particulière avec la mise en œuvre d’une façade ventilée et d’une paroi double-peau, qui reçoit une peau extérieure en verre feuilleté marbre ; une première en France.

 « La médiathèque s’inscrit sur le site de l’ancienne caserne Duguesclin. Le bâtiment est constitué de pierre et de verre, de quatre niveaux pour le corps central, et de trois niveaux pour les deux corps latéraux. La façade principale permet d’identifier clairement le statut d’un édifice public inscrit dans une place de grande dimension. L’emprise du bâtiment, 80 x 36 m, permet de se dégager du prospect du restaurant universitaire au sud, et d’aménager un parvis au nord, côté avenue Jean Moulin », présente le cabinet d’architecture du projet Wilmotte. L’entreprise Gartner France réalise les 3 300 m² de façades pour un marhcé de 3.3 M €. Cette médiathèque est marquée par des ouvrages verriers significatifs. « L’objectif était d’intégrer des éléments en verre sachant qu’une bibliothèque demande que les livres soient protégés du soleil », indique Patrick Debray, chargé de mission pour la médiathèque de Béziers. En effet, pour une bibliothèque, les parois de verre rendent visibles les espaces publics alors que les parois opaques traduisent la présence de magasins où sont stockés les livres. L’absence de lumière permanente garantit lapeau3-211.jpg conservation des ouvrages. « En outre, la transparence est un moyen de favoriser l’accès au public aux ressources documentaires, d’inciter à la fréquentation de la bibliothèque », souligne Patrick Debray.

Verre et pierre

La médiathèque de Béziers alterne donc pierre et verre. « Le bâtiment présente une image très minérale : la pierre claire est utilisée pour l’édifice et les espaces extérieurs : elle révèle l’ambiance méditerranéenne et la luminosité particulière à la région », explique le cabinet d’architecture. Pour accentuer cette « minéralité » du bâtiment, le matériau de la façade Ouest est composé d’un feuilletage de pierre et de verre. Il permet de filtrer l’entrée de lumière dans les pôles de travail. Cette pierre translucide est un produit inédit. « Une fine lame de marbre est insérée entre deux plaques de verre de 8 mm ou 10 mm d’épaisseur. L’insertion de la feuille de marbre épaisse d’environ 4 mm est une technique gardée secrète », précise Patrick Debray .C’est la première fois en France que ce type de verre feuilleté pierre-verre est posé. Sa mise en œuvre a d’ailleurs fait l’objet d’une demande d’Atex. « La fabrication de vitrage verre et marbre a été confiée à une entreprise de miroiterie italienne », indique Noberto De Sa, conducteur de travaux du façadier Gartner. La fine plaque de marbre est associée à du verre extra clair pour améliorer la diffusion de la lumière. Il se distingue par son extrême transparence et une coloration plus faible que celle du verre clair. Ce verre a une composition modifiée, très faible en oxyde de fer. « C’est du verre diamant », indique Noberto De Sa. Cette façade translucide occupe 735 m². « La façade de marbre et de verre est suspendue par une structure en acier inoxydable et fixée par des pattes, elles aussi en acier inoxydable. Les tubes acier de la structure sont accrochés à l’acrotère c’est à dire au rebord périphérique placé au dernier niveau du bâtiment. Le poids est repris en partie haute », précise Stéphane Bedel, directeur de Gartner France. Les plaques de verre feuilleté marbre ont des dimensions de 1.5 m de large et 800 mm de haut.

Double-peau sur 4 niveaux

En outre, ce produit verrier s’insère dans une façade à double peau. « Il constitue la paroi extérieure d’une façade double-peau orientée à l’Ouest », explique Noberto De Sa. Cette double-peau occupe tous les étages du bâtiment soit 4 niveaux : un rez-de-chaussée bas, un rez-de-chaussée haut, R + 1 et R + 2. L’enveloppe intérieure reçoit un double vitrage et des parements en aluminium entre les étages. A chaque étage, des portes permettent d’accéder à la zone tampon. « La façade double est de conception traditionnelle », précise Stéphane Bedel. La première et la seconde enveloppe sont séparées par un vide de 1 m. Des caillebotis et plats en acier les unissent. Ils facilitent l’entretien. Ici, la cavité c’est à dire l’espace entre les deux parois n’a pas besoin d’être équipé d’occultation car le verre feuilleté marbre s’en occupe. « Le choix d’une façade double peau est avant tout de répondre aux impératifs de la réglementation thermique et phonique », explique Stéphane Bedel. En effet, une double peau permet d’allier performances thermiques et acoustiques. Le confort thermique rencontré dans un bâtiment équipé d’une façade traditionnelle. La couche d’air de la cavité contribue à l’isolation thermique. En outre, la double paroi enlève la sensation de surface froide des vitrages. Cette façade a demandé une conception poussée. « Il a été pris en compte dès la conception les problèmes de confort thermique en été, les risques de condensation superficielle dans la lame d’air en hiver et la surchauffe possible en été dans le système de parois vitrées de la façade », explique Patrick Debray. En outre, une étude a été menée sur la résistance au poids propre, la résistance aux chocs, la résistance aux charges horizontales et la résistance aux mouvements (thermiques…). « Les aspects de stabilité dépendent fortement de la dimension de la cavité, des dimensions des éléments de remplissage, du type d’éléments/matériau de construction de la structure secondaire et du remplissage, du type de fixation des éléments vitrés à la structure secondaire et de la perméabilité de la paroi interne et externe », précise Patrick Debray.

Lire la suite 

LAISSER UN COMMENTAIRE