Un livre blanc pour atteindre les objectifs du Grenelle

0
196
grenelle_de_l_environnement.jpg

grenelle_de_l_environnement.jpgLe Syndicat des Energies Renouvelables (SER) élabore une nouvelle feuille de route 2030 introduite dans un Livre Blanc dont il a présenté les principaux axes lors d’une conférence de presse.

A l’heure d’une actualité marquée par la crise nucléaire japonaise, l’augmentation du prix des combustibles et l’accélération du changement climatique, le SER a présenté ses préconisations permettant à la France de se donner les moyens d’atteindre l’objectif de 20 Mtep en 2020.

Son président, Jean-Louis Bal, a indiqué que « si nous poursuivons sur les lancées actuelles, il manquera 7 Mtep, soit 30% de l’objectif, le tout avec un bilan très différencié d’une filière à l’autre ». Le syndicat a ainsi mis en avant quatre chantiers incontournables: reconstruire durablement la filière photovoltaïque, libérer le potentiel éolien, transformer le premier essai réussi de la biomasse et investir massivement en énergies renouvelables dans la rénovation des bâtiments.

ENR : des résultats contrastés

En ce qui concerne le collectif, les professionnels de la chaleur renouvelable demandent de doubler la dotation du Fonds Chaleur qui concerne le solaire thermique, la géothermie et le chauffage biomasse, afin de pouvoir financer deux fois plus de projets et de porter à + 8,6 Mtep la progression 2010-2020, au lieu de + 4,2 Mtep avec le rythme actuel.

En habitat individuel, le chauffage bois se porte bien, mais alors que les ventes devraient s’élever à 600 000 appareils vendus chaque année, elles ne se situent aujourd’hui qu’à un niveau de 450 000, dont 80 % labellisés Flamme Verte.

Du côté du solaire thermique, si 35 000 ménages ont été équipés en 2008, on les estime à 27 000 pour 2010, soit un rythme 10 fois inférieur à celui prévu par le Grenelle (4 millions de foyers à équiper en 12 ans). Quant aux PAC, leur nombre est passé de 140 000 en 2008 à 63 000 en 2010, hors PAC Air/Air, alors que le Grenelle prévoit 180 000 appareils en rythme annuel.

Le SER indique donc que la baisse prévisible du crédit d’impôt doit être effectuée avec prudence par les pouvoirs publics afin de ne pas déstabiliser ces secteurs : les professionnels ont besoin d’un calendrier de cette évolution afin d’anticiper leurs stratégies.

Photovoltaïque : éviter l’étouffement de la filière

Du côté du photovoltaïque, le SER demande d’augmenter l’objectif du parc installé en 2020 jusqu’à une puissance de 15 000 MW, tout en permettant de maintenir l’impact sur la facture d’électricité du consommateur à un niveau de 5 % environ. Des mesures d’ordre réglementaire pourraient aussi contribuer au développement de ce marché, avec, notamment, une simplification des démarches administratives.

Une simplification de démarches également demandée sur le plan de l’éolien, avec ses strates de schémas régionaux, ZDE, permis de construire et autorisation ICPE, auxquelles s’ajoute la suppression de l’obligation des 5 mâts minimum. Le SER souhaite par ailleurs, si l’on veut réellement atteindre les 6 000 MW d’ici 2020, préparer dès maintenant le 2e appel d’offres éolien maritime.

Au final, les professionnels en énergies renouvelables veulent construire une politique de l’offre dans toutes filières concernées et se donner impérativement les moyens d’atteindre les objectifs fixés par le Grenelle en termes de performance énergétique et de promotion des EnR dans l’habitat et le tertiaire.

Source : batirama.com/Michèle Fourret

Pourquoi un Livre Blanc ?

Le Livre blanc en cours d’élaboration par le SER a pour vocation de permettre de dépasser les résultats actuels, jugeant que les moyens mis en place de sont pas à la hauteur des objectifs à atteindre. Il sera ainsi mis à la disposition des candidats aux élections de 2012 afin qu’ils prennent leurs décisions en toute connaissance de cause…

LAISSER UN COMMENTAIRE