UFME : La convention collective menuiseries, charpentes et constructions industrialisées et portes planes est réécrite

0
119
Jean-Marc Combes, Président de la Commission Sociale ©UFME
Jean-Marc Combes, Président de la Commission Sociale ©UFME

L’Union des Fabricants de Menuiseries (UFME), l’organisation professionnelle des portes et des fenêtres, est heureuse d’annoncer la signature de la nouvelle convention collective menuiseries, charpentes et constructions industrialisées et portes planes le 19 janvier 2017.

Après deux années de travail patronal puis quatre années de négociation avec les organisations syndicales de salariés, cet investissement paritaire se concrétise par une nouvelle convention collective signée par 4 organisations syndicales dont l’audience en termes de représentativité est de 99%.

Un peu d’histoire…

N’ayant fait l’objet d’aucune réécriture depuis sa mise en application au 1er mars 1955, la première version de la convention collective menuiseries, charpentes et constructions industrialisées et portes planes n’était plus en adéquation avec la réalité des salariés et des entreprises d’aujourd’hui.

Afin d’en adapter les principaux points aux évolutions du code du travail et aux exigences de la vie professionnelle des entreprises et de leurs salariés, la commission sociale de l’UFME s’est attachée, néanmoins, pendant plusieurs années en collaboration avec l’UICB et avec les organisations syndicales de salariés, à avoir un dialogue social constructif au travers de nombreux accords de branche. Mais cela n’était plus suffisant…

Pourquoi réécrire cette convention collective ?

« La commission sociale de l’UFME a souhaité réécrire cette convention collective afin de l’adapter à la réalité du terrain économique et sociale d’aujourd’hui, mais pas seulement » commente Jean-Marc COMBES, Président de la commission sociale UFME. « Il s’agissait pour nous de répondre aussi à deux autres objectifs importants :

  • disposer d’une convention collective actualisée et étendue dans sa totalité, contrairement à celle de 1955, pour mieux répondre aux attentes des entreprises et éviter une distorsion de concurrence,
  • disposer d’un statut conventionnel qui s’intègre dans une véritable politique sociale de branche. »

Une nouvelle convention collective signée par 4 organisations syndicales de salaires représentatives à 99% !

Fait rare dans l’histoire d’une convention, cette réécriture et les négociations afférentes, ont été menées de manière efficace et en bonne intelligence par les représentants des salariés et des entreprises.

L’UFME se félicite de la qualité des échanges des partenaires sociaux qui a permis l’aboutissement de ce travail de longue haleine.

Lors de la réunion paritaire conclusive, la Fédération Nationale des salariés de la construction Bois Ameublement (CGT) a accepté de signer, en séance, la nouvelle convention collective. Première signature suivie par celle de :

  • La Fédération Générale Force-Ouvrière (FO) Construction,
  • La Fédération Nationale des salariés de la Construction et du Bois (FNCB-CFDT),
  • La Fédération Bati-Mat-TP (CFTC).

Au total, 4 des 5 organisations représentatives de salariés sont signataires de la convention collective menuiseries, charpentes et constructions industrialisées et portes planes 2017, ce qui représente un véritable succès paritaire.

Une nouvelle convention collective applicable dès son extensions

La nouvelle convention collective entrera en vigueur le 1er jour du mois suivant la date de publication de son arrêté d’extension au journal officiel.

Avec un dépôt effectué auprès de la Direction Générale du Travail (DGT) le 12 mai dernier, les partenaires sociaux souhaitent se mobiliser et se tenir à la disposition de la DGT pour faire en sorte que cette nouvelle convention collective soit applicable dès que possible compte tenu des délais d’examens impartis.

Une nouvelle mission pour l’UFME

Si l’expertise technique de l’UFME n’est plus à présenter, ni son rôle clef dans l’accompagnement de ses adhérents, l’organisation professionnelle confirme, à travers la réécriture de cette convention collective et sa signature, son expertise « sociale ». La commission sociale de l’UFME en assurera le suivi et accompagnera les entreprises adhérentes régies par la convention, pour en comprendre les enjeux et l’appliquer sur le terrain.

LAISSER UN COMMENTAIRE