Transitique : un élément clé de la chaîne de production !

0
359
Stockage vertical avec opérateur embarqué ©Tecauma
Stockage vertical avec opérateur embarqué ©Tecauma

Implantation de machines automatisées, réorganisation des flux dans l’atelier, fluidification de l’information… la transitique dépasse la stricte gestion du convoyage et de l’intralogistique pour améliorer la productivité, le confort de travail, la sécurité…

«L’enjeu principal est l’amélioration de la productivité »

«Qu’est-ce que la transitique ? »

L’idée générale est d’optimiser les tâches sur des lignes automatisées avec un temps opérateur équivalent. Toutes les étapes sont concernées : de la production, avec le regroupement des éléments suivant la philosophie de l’entreprise, à la préparation des commandes – de façon semi ou automatique – en sortie de ligne de production
aux expéditions.

«Quels en sont les enjeux ? »

La transitique automatique fournit de la traçabilité et elle permet d’alimenter les zones de contrôle mises en place par l’entreprise. Elle permet également d’acheminer et de réaliser automatiquement les opérations communes à tous les produits de façon standard, puis ensuite de traiter à part les opérations moins courantes (comme le montage de volet roulant ou le parachèvement de certaines fenêtres) et de regrouper les lots pour l’expédition.

En résumé, l’enjeu principal est l’amélioration de la productivité. Les menuiseries sont stockées, puis acheminées vers les opérateurs – et non l’inverse – les chariots de manutention peuvent être supprimés, tout comme la pratique de la manutention manuelle, avec les risques induits sur la qualité des produits, et en améliorant l’ergonomie.

Enfin, la transitique permet, via les connexions entre les systèmes d’information, d’améliorer la connaissance et le retour d’information, ce qui permet d’avoir une traçabilité en temps réel.

«Quels sont les facteurs de réussite dans la mise en oeuvre d’un projet ? »

Bien identifier les produits à convoyer est un prérequis essentiel. Nos clients oublient parfois qu’ils produisent certains éléments de manière occasionnelle.

Or, la typologie des produits, la nature des matériaux, les caractéristiques dimensionnelles et techniques sont autant d’informations essentielles pour proposer la bonne solution.

Nous sommes exigeants en termes de cahier des charges. Pour le reste, il est possible de mener des projets globaux ou d’implémenter des équipements en sortie de lignes existantes.

«Quelles sont les dernières innovations dans le secteur ? »

Nous introduisons dans les ateliers la lecture des codes barres par des caméras. Les codes barres ne sont pas forcément positionnés de façon précise sur les produits. Or, le lecteur manuel exige de la précision. Grâce à la caméra, on gagne en fiabilité et en praticité. C’est très important.

Dans nos process, nous développons également l’aide à la maintenance que nous améliorons sans cesse. Nous assistons de plus en plus nos clients et restons à l’écoute de leurs besoins. La transitique répond à une somme d’enjeux, de l’amélioration des conditions de travail, donc de l’attractivité de l’entreprise et de la fidélisation des salariés à la réorganisation de l’atelier et des process afin d’augmenter les capacités de production.

Retour d’expérience Castes Industrie sur la voie de l’amélioration continue

« Dans le secteur de la menuiserie, la transitique était parfois cantonnée au transport des matériaux entre les postes de travail, au convoyage et à la manutention, or elle dépasse largement ce cadre, puisqu’elle englobe aussi les flux d’information, la traçabilité, etc. ». Pour Philippe Cuq, directeur d’usine de Castes Industrie, la gestion de la transitique doit être intégrée au projet d’amélioration continue de l’entreprise.

Car avoir un bon flux logistique permet d’atteindre plusieurs objectifs : « la maîtrise de la qualité des produits, l’optimisation de la productivité, celle des conditions de travail et la maîtrise de l’information ». Surtout, fait-il remarquer « il s’agit d’amener la bonne information au bon poste de travail ».

Castes Industrie débarrasse peu à peu ses ateliers du papier. La gestion du projet s’est installée dans la durée. « En janvier, nous recevons de nouvelles machines pour optimiser le flux des ouvrants de frappe », glisse Philippe Cuq.

Castes Menuiserie annonce un projet d’investissement dans le PVC en 2018/2019 avec révision de la transitique. Comment la conduite de ces projets est-elle accueillie par les collaborateurs dans l’entreprise ? « Très bien », répond Philippe Cuq, « pourvu que le projet soit managé, accompagné de sens et expliqué car la transitique améliore le travail et les conditions de travail ». La principale difficulté restant, selon le directeur d’usine, le coût et la charge de travail lié à l’informatique.

 

«La transitique va nous permettre de doubler notre capacité de production »

« Nous menons une réflexion sur la transitique dans le cadre de l’agrandissement de notre usine de production de vérandas. Nous recevrons en 2018 un transstockeur Kasto, qui va nous permettre de tripler la capacité de stockage, d’élargir les gammes de produits, en gérant les couleurs, et de gagner en rapidité. Nous projetons de compléter le dispositif avec des chariots guidés au sol. Au total, nous dédions un investissement de plus de 2 millions d’euros à ce sujet ».

 

3 questions à Catherine Crestey, codirection Comall France

Nouvelle gamme d’équipements logistiques ; Comall est parvenu à réaliser un système intégré dont le développement est en lien avec les activités de ses clients : de la ligne CARR pour la manutention sur des chariots manuels à la manutention automatique des lignes pour les murs-rideaux ou encore des bancs de montage de la série JOB aux manipulateurs de vitrages ©Comall
Nouvelle gamme d’équipements logistiques ; Comall est parvenu à réaliser un système intégré dont le développement est en lien avec les activités de ses clients : de la ligne CARR pour la manutention sur des chariots manuels à la manutention automatique des lignes pour les murs-rideaux ou encore des bancs de montage de la série JOB aux manipulateurs de vitrages ©Comall

«A quel moment vos clients ont-ils ressenti la nécessité de se pencher sur l’optimisation de l’intralogistique ? Et comment leur démarche évolue ? »

Il y a une dizaine d’années. Les préoccupations se sont focalisées sur la possibilité de débiter, usiner, assembler correctement les menuiseries. Les besoins en outils pour assurer le transfert et la manutention des produits en cours de fabrication se sont rapidement fait sentir.

Différents paramètres sont entrés en ligne de compte depuis, avec la volonté de fournir aux opérateurs des équipements ergonomiques et de la sécurité au travail, de garantir la qualité du produit et enfin, de donner davantage de fluidité à l’atelier.

«Quel est l’objectif ? »

L’objectif est clair : produire des menuiseries de qualité à moindre coût, et augmenter la rentabilité de l’entreprise.Cela passe par davantage de fluidité, de sécurité et de rapidité d’exécution des tâches dans l’atelier. Nos clients sont soucieux de la préservation de la santé de leurs salariés, c’est un élément important.

«Quelles sont les innovations proposées par Comall pour répondre à ces besoins? »

Nous avons développé des systèmes de déplacement pour assurer les transferts entre la zone de débit et l’usinage ou l’assemblage. Aujourd’hui, ces chariots font partie des équipements classiques des ateliers. Comall a plus récemment développé des systèmes de transfert à plat (tables de transfert) pour les ateliers qui disposent de place.

La dernière-née est une table à rouleaux motorisée dédiée au transport des gros éléments comme des éléments de murs-rideaux ou des grands portails. Nous proposons aussi des tables de basculement, des emballeuses, etc.

LAISSER UN COMMENTAIRE