Tissus non-feu : vers une harmonisation européenne

0
366
gestion1-217.jpg

gestion1-217.jpgL’euroclassification, qui détermine le niveau de réaction au feu des matériaux, supplante petit à petit les normes en vigueur dans chaque pays. Concernant les tissus, les fabricants ont encore le choix en France …Et il n’y aura pas de changements profonds des offres car le niveau d’exigence diffère assez peu.

Les réglementations concernant la sécurité incendie des produits se développent, de nouveaux classements apparaissent notamment avec l’euroclasse, normes définies parallèlement aux classements en vigueur dans chaque état. L’arrêté du 21 novembre 2002, publié au Journal Officiel du 31 décembre 2002, a en effet mis en application le système d’euroclassification de réaction au feu. Ainsi, les classes A1 à F remplaceront les classes M0 à M4, si le marquage CE du produit concerné entre en vigueur. C’est le cas par exemple des isolants ou des plafonds tendus. Ce n’est pas le cas des tissus pour les stores ou pour les rideaux, car ils sont considérés comme ne représentant qu’une partie du produit fini. Par conséquent, chaque industriel choisit de faire évaluer par un laboratoire agréé le classement M ou l’euroclasse. « Nous envisageons de faire tester l’ensemble de nos produits selon le classement euroclasse, cependant le budget est conséquent, nous avons donc choisi de faire tester nos tissus au fur et à mesure. L’idéal serait de pouvoir faire revoir aux instances institutionnelles leur position pour rendre plus accessible le classement euroclasse », confie Caroline Mermet, responsable marketing et communication de Mermet. Les fabricants doivent donc investir pour faire passer les tests à leurs produits, mais les classifications ouvrent également des marchés au niveau européen. Techniquement, le classement M1 stipule la capacité du produit à retarder la propagation du feu. « Cette caractéristique est particulièrement pertinente pour les produits qui habillent les fenêtres, les rideaux qui vont du sol au plafond et sont susceptibles de propager le feu aux étages » explique Sébastien Mignot, chef de marché non-feu chez Dikson. Les rideaux représentent "le gros" du marché, mais les stores intérieurs, stores bateau et stores à enrouleurs sont évidemment concernés. Au vrai, la "directive produits de construction" (DPC) à laquelle les produits doivent se conformer pour être commercialisés en Europe, indique notamment que la stabilité des éléments porteurs doit être garantie pendant une durée déterminée et que la propagation du feu doit être limitée.

Les produits subissent deux types de tests. Un test au brûleur électrique : le tissu placé sur un plan incliné au-dessus d’un radiateur doit résister aux assauts d’une flamme pendant cinq secondes ; la flamme qui rogne le tissu doit s’éteindre au bout des cinq secondes, faute de quoi le tissu n’est pas qualifié. Le second test met en œuvre plusieurs séries d’inflammabilité, la persistance du feu ne doit pas excéder deux secondes.

gestion2-217.jpgLa nature des fibres

Il existe plusieurs moyens de rendre un tissu non-inflammable. Les industriels utilisent des fibres différentes. Par exemple, Mermet avec sa gamme Sunscreen à base de fil de verre enduit de PVC, dispose d’un tissu M1, sans avoir besoin de le traiter. « Dans la formule du PVC, des composants qui rendent le tissu difficilement inflammable sont présents » précise Caroline Mermet. Sur le marché européen, une majorité de tissus utilise la fibre non-feu allemande "Trevira CS", c’est le cas par exemple de l’offre de Crocfeu. Cette fibre est classée M1 par sa nature même. Mais depuis que son brevet est tombé dans le domaine public, la marque allemande est concurrencée par d’autres fabricants qui produisent des fibres aussi résistantes et moins coûteuses. C’est le cas de Dickson-Constant : « les tissus non-feu "Firegard" répondent aux normes non-feu internationales les plus strictes » affirme Sébastien Mignot. Pour autant lors du renouvellement de sa gamme "Cuba", dédié à l’équipement de pare-soleil, Dickson n’a pas hésité à abandonner la Trevira CS pour recourir à une fibre sans marque, plus compétitive. L’industriel en a profité pour revoir les couleurs disponibles, mettre le cap sur les coloris "tendance" déco et travailler le "toucher" du tissu, jusqu’ici négligé. « Sur le marché, nos concurrents les plus compétitifs sont les fabricants espagnols, mais ils produisent des tissus rêches » commente Sébastien Mignot.

Au final, grâce aux contraintes réglementaires, ce sont toutes les gammes de produits qui gagnent en qualité. Ainsi, les Tissus Techniques de Trévoux (TTT) qui fabriquent des tissus enduits de PVC dédiés à la confection de bâches ou d’écrans de protection, travaillent aujourd’hui à obtenir le classement M1 pour leur produit affecté aux vérandas (AS 420). Des études sont actuellement en cours pour mettre au point les additifs anti-feu qui viendront renforcer la résistance du PVC. Malgré les efforts financiers requis, les fabricants se mettent en ordre de bataille pour garantir la sécurité anti-feu M1 ou l’équivalent européen pour des produits qui étaient autrefois classés M2. 

V.M.

Des normes propres à chaque pays 

♦ M1 : norme françaises régulant les exigences concernant l’inflammabilité des matériaux des construction, catégorie "difficilement inflammable" est l’une des plus exigeante.

♦ B1 : norme allemande régulant les exigences concernant l’inflammabilité du matériau utilisé. bien que cette norme soit d’origine allemande, elle est utilisée dans la plupart des pays européens.

♦  BS 5867 : norme anglaise régulant les exigences concernant l’inflammabilité du matériau utilisé.

♦  Norme Européenne (EN13773) : afin d’harmoniser la légilsation européenne, une norme europenne, régulant les exigences concernant l’inflammabilité des matériaux utilisés, sera prochainement en vigeur, pour l’heure, elle n’a été acceptée que par certains pays membres de l’Union Européenne comme la Pologne, l’Autriche ou l’Espagne.

♦  Rappel de la classification française

M0 : "incombustibles"

M1 : "non inflammables"

M2 : "difficilement inflammable"

M3 : "moyennement inflammable"

M4 : "facilement inflammable"

M5 : "très facilement inflammable" 

Crédit photos : Mermet – Dickson

LAISSER UN COMMENTAIRE