Stores : des toiles pour économiser l’énergie

0
379
prospective1-221.jpg

prospective1-221.jpgDotées d’éléments réflecteurs à l’extérieur, les toiles de store permettent de faire baisser la température à l’intérieur des locaux et donc de restreindre le recours à la climatisation… Voici en quoi les toiles contribuent à la réduction de la consommation d’énergie.

Le filtrage de la lumière, le niveau de protection contre les rayons ultraviolets et la quantité de chaleur pouvant passer à travers la protection solaire sont en partie déterminés par les toiles qui équipent les stores. « Les toiles de store placées à l’extérieur stoppent le soleil, l’économie est garantie, à condition qu’une lame d’air puisse éviter un réchauffement excessif de la paroi vitrée » explique Thierry Feike, porte-parole de Warema, fabricant de solutions de protection solaire. Si les toiles de stores sont susceptibles d’apporter leur contribution en matière d’économie d’énergie, cette fonctionnalité n’est recherchée sur le marché que depuis très peu de temps. La demande frémit. Les fabricants mettent aujourd’hui au point des composants plus efficaces que par le passé. L’offre commence donc à se diversifier pour permettre aux stores d’exister en tant qu’élément de protection solaire mais aussi comme prospective2-221.jpggénérateur d’économie d’énergie, notamment en rendant l’utilisation d’un climatiseur moins systématique. « Si les consommateurs n’ont pas encore fait le lien entre le store et les économies d’énergie, ils ne vont pas tarder à le faire » mentionne Vincent Baudelet, market manager chez Dickson. Jusqu’à présent, les toiles synthétiques ont envahi le marché. Mais cette suprématie pourrait faire long feu à la faveur de la recherche d’économie d’énergie.

Les atouts des fibres naturelles

« Les toiles naturelles (ou mixtes) offrent un bien meilleur confort thermique que les toiles synthétiques, sans condensation. Sous une toile naturelle, sans courant d’air, le gain en température est d’environ 7°C par rapport à une toile synthétique » observe Bernard Marsaux, le directeur de Latim SAS, fabricant de toiles. Le coton affiche un meilleur échange thermique, car la toile respire mieux. En outre, il offre une sensation d’absorption de l’humidité de l’eau ou de l’air. C’est pourquoi Latim assure l’ennoblissement de ses toiles naturelles dans sa propre teinturerie qui maîtrise les ignifuges colorés (couplés ou non à l’imperméabilisation). Seul bémol, la résistance mécanique du coton. Autant le coton apporte une tension solide à un store fixe, autant il ne peut pas s’enrouler, ou tout au moins, il se détend lorsqu’on le déroule. Du coup, ses applications sont limitées. Les leaders du marché ont développé des toiles techniques micro-perforées qui filtrent le rayonnement solaire pour répondre aux exigences de réglementations thermiques en cours. Il s’agit de tissus PVC enduit, comme la gamme commercialisée par Dickson depuis le début des années 2000. « Le bâtiment consommant 40 % de la consommation énergétique totale en France, ces produits connaissent un véritable essor aujourd’hui, d’autant que la pression environnementale est forte » indique Vincent Baudelet. Le fabricant annonce la commercialisation d’une nouvelle toile au printemps, présentée lors du salon R+T de Stuttgart, qui remplit trois fonctions : imperméable, autonettoyante et réflecteur d’infrarouge. L’idée est donc de repousser la chaleur vers l’extérieur, même si, au niveau de la stratégie commerciale, ce nouveau produit, dont la cible est le secteur du CHR (café, hôtel, restaurant), l’objectif se cantonne à la protection solaire.

L’arrivée des toiles "photovoltaïques", un must !

Dans le cadre du salon R+T, Dickson lance une toile solaire photovoltaïque. Issue de la gamme Orchestra du fabricant, la toile de store acrylique teint masse intègre des cellules photovoltaïques nouvelle génération : ultraminces (< 1 mm), et légères (900 g/m²), de type silicium amorphe (Asi), elles sont assez souples pour permettre l’enroulement du store et peuvent couvrir entre 60 et 98 % de la toile de store. L’estimation de production du store est basée sur l’ensoleillement de 1 000 w/m², pour un rendement des cellules de 40 Wc/m² (soit 4 %).

Les performances des réflecteurs

Les produits réflecteurs s’inscrivent clairement dans une optique d’économie d’énergie. « Lorsque vous placez un store réflecteur au-dessus d’une véranda, la température de l’air intérieur équivaut à celle de l’air extérieur, nous avons fait contrôler nos résultats par huissier » déclare Henri Riedel, le dirigeant de Rayflectiss. Pourquoi ? Parce que les réflecteurs n’absorbent pas les photons, à la différence des autres prospective3-221.jpgtissus. Les toiles de la gamme Rayflectiss sont donc dotées de réflecteurs à l’extérieur qui renvoient les ondes et d’un revêtement non-émetteur à l’intérieur. Ainsi, le concept de toile Multi R® pour velum est composé de polystrates réflecteurs. Les toiles Thermiquaires®, dédiées aux stores verticaux, sont également issues de complexes polystrates, d’un film aluminium massif associé à une succession de composants réflecteurs. Perforée, elle permet à l’utilisateur de voir à l’extérieur.

Pour gagner en performance, un autre phénomène observé est à combattre.I l s’agit de la condensation. Henri Riedel l’explique : « l’eau est un corps noir, en tant que tel, elle absorbe les rayonnements infra rouges, d’où l’intérêt de disposer de matière hydrophobe ». L’eau se condense sur le store en gouttelettes qui s’écoulent mais ne s’étalent pas et ne transforment donc pas la surface du store en corps noir. Parmi les projets de Rayflectiss®, Henri Riedel annonce le lancement d’une toile "été-hiver" : un store "Thermistore" qu’il sera possible de retourner sur lui-même. En été, les éléments réflecteurs sont tournés vers l’extérieur, mais en les dirigeant vers l’intérieur en hiver, le store contribue à renvoyer les rayonnements vers l’intérieur pour plus d’efficacité énergétique. Henri Riedel déplore que « la norme française NF 14500 relative aux méthodes d’essais et de calcul du confort thermique et lumineux des stores exclut les produits qui utilisent les matériaux réfléchissants ». Cette lacune freine le développement commercial des produits. Une lacune à combler…

V.M.

Les engagements de la marque NF toiles

Le comportement thermique d’une toile fait partie des engagements de la marque NF Toiles. Il s’apprécie par le calcul du facteur solaire (Sg) et se caractérise par la réduction des apports énergétiques par la toile associée à un vitrage de référence. Selon les coloris, les motifs et la position de la toile par rapport au vitrage, le coefficient change. Cinq classes ont été déterminées  de 0 à 4, la classe 4 correspondant à une réduction maximale des apports solaires en été.  

 

LAISSER UN COMMENTAIRE