S3 : La sécurité : un marché de niche

0
208
ok-millet2-216.jpg

Les modèles A2P

ok-millet2-216.jpgParmi les fenêtres en aluminium, la fenêtre oscillo-battante de K-Line a été la première à recevoir la certification A2P R1. Depuis, le fabricant a lancé un modèle A2P R2, une fenêtre oscillo-battante un vantail qui dispose d’un ouvrant caché, d’un vitrage de classe 5 sur une face, d’une poignée à clé, de crémones et gâches renforcées et de six à dix points de fixation selon les dimensions. Et, puisqu’il n’existe pas de label A2P pour les coulissants, les produits K•Line possèdent de série un système anti-dégondage des vantaux et s’équipent en option d’une sécurité renforcée via une fermeture à verrouillage trois points (résistant à 200 kg d’arrachement) et d’un vitrage retardateur d’effraction (SP510). De son côté, Initial (Kawneer) fabrique des fenêtres aluminium oscillo-battantes certifiée A2P niveau 1. Les modèles concernés sont équipés de composants dédiés comme une poignée à clé, des paumelles à charnières renforcées, une gâche renforcée, un doigt anti-dégondage. Le joint central est collé et le double-vitrage proposé comporte une face SP10. Certains fabricants de menuiserie PVC s’intéressent aux produits A2P. Parmi eux, Millet produit la gamme "Cybel", commercialisée depuis mars 2008, et limitée à une menuiserie oscillo-battante à un vantail et deux vantaux. « Nous sommes limités en termes de dimension notamment à cause de la quincaillerie », explique François Havard, chargé d’études marketing de Millet, « il n’existe pas, par exemple, de crémone couvrant toutes les tailles ». Haut de gamme, véritable vitrine technologique, ce produit est complété chez Millet, par la commercialisation d’un pack sécurité de niveau 1. Cette offre, non labellisée, représente un premier niveau de sécurité, à des tarifs beaucoup plus compétitifs.ok-millet3-216.jpg

Le vitrage feuilleté 44-2 et le renforcement de l’ouvrant et du dormant en font un produit intermédiaire intéressant, moitié moins cher que les fenêtre A2P. La quincaillerie est directement vissée sur la menuiserie en PVC. Ici pas de renforcement métallique ajouté, mais des galets-champignon positionnés en haut et en bas. Atlantem commercialise, de son côté, un kit sécurité en option sur sa gamme PVC. Le pack comprend notamment un vitrage SP10, une poignée Secustik® qui intègre un système de cliquet empêchant les galets de se déverrouiller. « Nous prévoyons alors sur les menuiseries une prise de feuillure plus épaisse pour intégrer le verre SP10 et la lame d’air afin de maintenir les performances thermiques » explique Eric Brun, responsable marketing d’Atlantem.Fabricants de profilés, de renforts, de verre, de quincaillerie, chacun semble apporter sa contribution pour renforcer la sécurité des produits, mais les efforts ne sont pas toujours conjugués au service d’un même produit. Cela permet aux installateurs d’orienter leurs clients vers telle ou telle option qui leur semble indispensable et de leur faire réaliser des économies en délaissant telle autre. La mise en œuvre est identique à celle des châssis traditionnels. « Avec la certification A2P niveau R1, la fenêtre résiste à quelques minutes à la pression exercée avec des outils basiques tels qu’un tournevis ou un marteau, la composition de la menuiserie renforce la sécurité, éventuellement l’installation de points de verrouillage supplémentaires complètent le dispositif, mais le travail au niveau de la pose est inchangé » confirme le responsable communication de Kawneer France. Reste que si le galet champignon et la gâche fourchette sont performants, ces accessoires prennent tout leur sens lorsqu’ils sont installés sur un renfort métallique. En revanche, si le dormant de la fenêtre en PVC n’est pas renforcé, la gâche ne cèdera pas sous les coups du cambrioleur, mais elle risque de s’arracher du profilé PVC, vulnérable. Attention donc aux préconisations !

Les fenêtres de toit moins exposées que les autres

A retenir !

La classe 2 de sécurité correspond à la protection des biens et des personnes alors que la classe 5 garantit un équipement retardateur d’effraction.

Peu accessibles, les toits semblent moins bien protégés que les autres ouvertures de la maison. Ainsi, Patrick Sarlat, directeur   technique chez Velux France, confirme « les fenêtres de toit sont difficilement "violables" en moins de trois minutes ». Pour autant, le fabricant qui s’intéresse à la sécurité, mise sur les performances des vitrages. « Nous n’avons pas renforcé nos menuiseries, en revanche la gamme "Tout Confort" est équipée d’un vitrage feuilleté 33.1 qui casse très difficilement et nous proposons aussi, dans notre gamme générale, un vitrage 44.2, car si nous ne sommes guère alertés sur le risque d’intrusion, nous sommes vigilants face au risque de défenestration lorsque la fenêtre sert de garde-corps ». Enfin, Velux propose la mise en œuvre d’un verrou efficace "zoz 012" pour les fenêtres à rotation. Le verrou, installé sur le dormant, bloque l’ouvrant soit manuellement, soit via une serrure de sûreté utilisée pour la sécurité des enfants.

Car, il ne faut pas l’oublier, la sécurisation des menuiseries concerne aussi bien les actes de vandalisme que les accidents de la vie courante.

V.M.

Crédit photos : Franciaflex – Griesser – Millet 

LAISSER UN COMMENTAIRE