S2 : La quête de l’isolation

0
210
doublevitrage5-216.jpg

L’avenir ?

Outre ces différentes technologies déjà au point, des travaux de recherche sont menés dans plusieurs directions pour améliorer encore les performances thermiques des vitrages. Une des pistes dont on parle doublevitrage5-216.jpgdepuis quelques années, sont les aérogels de silice. Les vitrages sont constitués de microbilles de verre à base de dioxine de silicium amorphe. Mais, ils ne sont pas très transparents. Si c’est une piste que certains essaient de faire avancer, il n’est donc pas certain qu’il ait un avenir commercial. D’autres produits déjà testés font varier la transmission lumineuse. « Les vitrages à adaptation permettent aux utilisateurs de modifier les caractéristiques optiques ou thermiques des vitrages isolants. L’une des propriétés les plus utiles et les plus facilement applicables est le phénomène chromogène, qui fait que les matériaux modifient leur réflectivité et leur absorptivité », explique Didier Roux, directeur de la recherche et développement de Saint-Gobain. Ainsi, les vitrages thermochromes foncent avec la température. Les verres photochromes, quant à eux, réagissent à la lumière. Autre solution : les gazochromes, doubles vitrages remplis d’hydrogène dont on fait fluctuer la concentration pour faire varier le facteur solaire. Enfin, les verres électrochromes offrent la possibilité d’ajuster le facteur solaire au fil des saisons. Dans le cadre du programme européen Smartwin (Smart Window, fenêtre intelligente), le CSTB étudie l’utilisation de vitrages à cristaux liquides comme solution à la modulation du facteur solaire.

doublevitrage6-216.jpg

Emploi en altitude 

Les doubles vitrages isolants peuvent être utilisés sans disposition particulière à une altitude maximale de 900 m à celle du lieu de fabrication, si les déformations d’images ne sont pas à craindre. De même quand il est envisagé un transport transitant par un col élevé ou par avion, il peut y avoir, après vérification, nécessité de pré-conditionner la lame de gaz en dépression afin d’éviter des casses ou des détériorations prématurées de la barrière de scellement.

Le vide ?doublevitrage4-216.jpg

Et pourquoi pas le vide ? En effet, le vide permet d’avoir une absence complète de conduction et de convection. Nippon Sheet Glass a mis au point le premier produit sous vide sous le nom de Spacia. Il est commercialisé au Japon. Le vitrage est constitué de 2 verres de 3 mm d’épaisseur avec un vide d’air de 0,2 mm parsemé de micro-espaceurs pour maintenir le verre. « En raison de l’espace vide, le transfert de chaleur est extrêmement réduit. Sa fine structure permet de remplacer un seul panneau sans changer un encadrement en ouvrant des maisons anciennes », explique le fabricant. Ainsi, de nombreuses évolutions des composants des vitrages isolants optimisent les performances thermiques des vitrages. Reste un problème : les objectifs en matière d’isolation thermique entrent parfois en contradiction avec les autres qualités attendues des vitrages (isolation phonique, solidité, protection contre le feu et face aux explosions, esthétique…). Le choix du produit doit donc se faire au cas par cas, en fonction des priorités définies… et du budget disponible.

S.D.

Environnement normatif 
"La législation européenne impose aux Etats membres de ne plus conserver les normes nationales dès la sortie des normes européennes traitant des mêmes sujets. Ainsi la norme NF P78451 a été supprimée en tant que norme nationale", rappelle l’organisme de certification Cekal. Cette norme définissait les tests de durabilité d’étanchéité aux gaz de vitrages isolants.
Cependant, elle fait toujours foi en France. "Compte tenu des exigences du marché français en matière de durabilité, Cekal estime de son devoir de conserver l’essai de vieillissement climatique, qui a fait ses preuces depuis les années 70", précise l’organisme. En effet, Cekal propose une certification pour les vitrages isolants. Elle teste la résistance à la pénétration de l’humidité des joints d’assemblage, les performances acoustiques, et les performances thermiques. Les critères s’appuient sur la qualité des produits finis (test de vieillissement climatique), la conformité des contrôles internes, l’utilisation de constituants autorisés, le respect des procédés de fabrication. 

Crédit photo: – AGC – Edgetech – Interpane – Bieber – Saint-Gobain Glass 

LAISSER UN COMMENTAIRE