S1 : La sécurité : un marché de niche

0
243
ok-franciaflex2-216.jpg

Plusieurs facteurs expliquent cette situation. D’abord, selon Eric Brun, responsable marketing d’Atlantem ok-franciaflex2-216.jpg(VM Matériaux) ; « les recherches servant l’accroissement des performances thermiques des menuiseries occultent le débat, les cahiers des charges traduisent les contraintes et les objectifs en matière thermique au détriment de la sécurité ». Les fabricants, portés par le contexte en faveur de l’environnement, sont obnubilés par les enjeux liés à la maîtrise de la consommation et aux économies d’énergie. Deuxième raison invoquée, l’absence de norme. Alors, certes il existe bien le label A2P, mais il est loin de faire l’unanimité. Plusieurs fabricants de fenêtres l’ont adopté, mais au niveau des volets roulants, il est quasi-inexistant. Franciaflex, qui l’avait obtenu pour son produit « VRS » n’a pas souhaité poursuivre l’expérience. « Nous n’avons pas réinvesti dans les essais pour prolonger la marque car sur le marché, le critère de sécurité n’est pas pris en compte, nos clients, les installateurs, n’ont pas de demande spécifique en la matière » témoigne Juliette Larrodé, chef de produit fermetures chez Franciaflex. La troisième cause explicative de la pauvreté de l’offre est la faible demande. Pour preuve, les études de marché dédiées aux fermetures ignorent le produit. D’ailleurs pour le porte-parole de Griesser qui fabrique un VRS 40, « le produit n’est recommandé que pour les villas, les habitations isolées, les rez-de-chaussée et les appartements facilement accessibles dans les immeubles ». Autre frein, Franciaflex s’est heurté à une problématique de prix, les investissements exigés par A2P sont tels que les prix des produits flambent.

L’aspect dissuasif du volet roulant classique semble au contraire satisfaire les consommateurs.  « Aujourd’hui, les volets sont dotés de verrous automatiques répondant à la norme NF Fermeture » ajoute Thierry Sester, responsable marketing produit chez Bubendorff, « ils sont installés soit au niveau de la lame finale soit au niveau de l’axe et ils empêchent un tiers de soulever le rideau, qui résiste à 40 kg de pression ». Derrière les volets, les fenêtres, elles, sont équipées de vitrages spécifiques dits de sécurité (ou retardateurs d’effraction). Les fenêtres de sécurité en PVC sont présentes sur le marché via Millet, Tryba ou encore Bouvet. Côté aluminium, K-Line et Initial se sont mobilisés. C’est bien le tandem fenêtres retardatrices d’effraction et volet aluminium qu’il semble, dans ce contexte, judicieux de proposer à une clientèle soucieuse de sécuriser son habitation ou son entreprise.

Volet roulant de sécurité : un produit mort-né ?

ok-franciaflex1-216.jpg

La norme A2P étant tellement exigeante, il semble que les industriels rechignent à se lancer dans la fabrication de volet roulant de sécurité. Le point avec quelques-uns des acteurs concernés. « Pour obtenir le label A2P, il faudrait revoir l’ensemble des composants des volets – les coulisses et les lames doivent être notamment renforcées – or fabriquer un tel produit coûterait trop cher, d’autant que nous ne sentons pas une demande explicite par rapport à une telle offre », pour Thierry Sester, responsable marketing produit chez Bubendorff, le volet roulant de sécurité (VRS) a vécu.Le label A2P (voir encadré) est trop exigeant. Franciaflex qui s’était lancé sur ce terrain a finalement abandonné la marque. Son VRS présente néanmoins une résistance à l’effraction de cinq minutes. Car les volets roulants de sécurité ont pour objectif d’être plus efficaces que les produits courants face aux tentatives de cambriolages. Le premier niveau de sécurité d’un volet roulant est la matière de son tablier. Un tablier en aluminium double paroi (ADP) est résistant, grâce à la mousse glissée à l’intérieur, ce qui le rend plus rigide. Les éventuels cambrioleurs rencontreront davantage de difficulté face à un tablier ADP. En ce sens, le volet roulant devient retardateur d’effraction. Avec un tablier en aluminium extrudé (ou filé), le produit monte en gamme et en résistance. Le deuxième niveau de sécurité concerne la lame finale anti-crochetage qui empêche le passage d’un outil entre la dernière lame et l’appui de la fenêtre, qui ne peut plus faire levier. Un petit profil imbriqué dans la lame finale permet à celle-ci, lors de la fermeture du tablier, de s’arc-bouter sur la contre-lame finale, fixée sur l’appui. L’équipement en coulisses plus profondes renforce également la sécurité du produit. Plus le tablier est pris dans des coulisses profondes, moins il est facile de l’en sortir. L’effet retardateur fonctionne. Enfin, le verrouillage automatique condamne le volet. Pour aller encore plus loin, certains fabricants proposent une quincaillerie spécifique (voir encadré) avec des verrous et des serrures à clé.

La marque A2P reconnue par les assureurs 

La marque A2P valide un degré de résistance à l’effraction en termes de temps. La marque A2P est une marque collective reconnue par la profession de l’assurance et délivrée par la CNPP (Centre national de la protection et de la prévention) en sa qualité d’organisme certificateur. Les référentiels de certification ont été élaborés en collaboration notamment avec des représentants de l’assurance, des pouvoirs publics et des organimses professionnels concernés (dont SNFPSA, UFPVC, SNFA, SNFMI, UNIQ…). A2P distingue les matériels de protection contre l’intrusion et contre l’incendie qui, par leur qualité, garantissent une sécurité renforcée. La certification A2P accordée à l’issue d’une démarche volontaire du fabricant, est délivrée après un audit des unités de fabrication et des tests de laboratoire. Elle est suivie par des contrôles réguliers. Dans le domaine des fenêtres et fermetures de bâtiments, la caractéristique certifiée concerne la résistance aux tentatives d’ouverture non autorisés. Trois niveaux de résistance croissante ont été retenus : R1, R2 et R3. Chaque produit certifié fait l’objet d’un marquage indélébile reprenant l’identité du fabricant, le logo A2P et le niveau obtenu. L’installation doit se faire conformément à la notice de pose qui a été vérifiée dans le cadre de la certification. En cas de nécessité de changer l’un des composants (vitrage, élément de condamnation), il convient de contacter le fabricant pour que le produit puisse conserver sa certification.

Lire la suite

LAISSER UN COMMENTAIRE