S1: Des ferme-portes très techniques

0
264
fermeporte3-211.jpg

Technologie à came

Pour l’ouverture, la technologie à came se généralise. Ce procédé permet de garantir une bonne fermeture de la porte tout en minimisant l’effort nécessaire à son ouverture. « Elle offre un rendement bien supérieur aux autres technologies. Elle permet à la fois une ouverture de la porte sans effort et une vitesse constante de fermeture. L’utilisation de cette technologie est particulièrement recommandée pour les portes lourdes des zones publiques », souligne Vachette. De son côté, Dorma a développé un procédé similaire : un système de résistance à l’ouverture rapidement dégressive. « A la différence des autres fermeporte3-211.jpgferme-portes avec bras à glissière, cette technologie à came et contre-piston fait en sorte que la résistance à vaincre à l’ouverture chute rapidement. Les enfants, les personnes âgées et les handicapés n’éprouvent ainsi aucune difficulté pour ouvrir la porte », indique la société. Le fabricant Geze propose pour les maisons de retraite, ou les hôpitaux, la fonction Freeswing. Le passage de la porte se fait sans aucune résistance dans le sens d’ouverture ou de fermeture dès que la porte a été ouverte une fois. En outre, les fabricants proposent des dispositifs d’arrêt d’ouverture plus précis. Ils bloquent la porte sans recul. « ce système est facilement débrayable par l’utilisateur et la force de maintien peut être adaptée à chaque type de porte », souligne Dorma. Certains sont électromécaniques. « En cas de rupture de courant fortuite, l’arrêt est libéré et la porte est refermée par le ferme-porte ». L’arrêt électromécanique peut être aussi couplé à un système anti-feu qui déclenche la fermeture en cas d’incendie. « Associé à un détecteur de fumée, la centrale autonome de détection de fumée forme l’extension du système. Elle coupe la tension de service des dispositifs asservis en cas d’alarme ou de rupture de courant : les portes se referment », indique Geze. Autre fonction des ferme-portes : le limitateur d’ouverture. Ce dispositif permet de protéger porte et cloison, en cas d’utilisation normale de la porte. Il évite le choc. « Mais le limitateur d’ouverture n’offre pas de garantie en cas de force excessive exercée sur la porte. Il ne remplace pas la butée de porte », prévient Dorma.

Norme européenne et marquage CE

Aujourd’hui, les ferme-portes doivent être conformes à la norme NF EN 1154 et bénéficier du marquage CE, pour répondre à la législation en vigueur (directive Européenne N° CEE/89/106). La norme NF EN 1154 « dispositifs de fermeture de porte avec amortissement », a remplacé les anciennes normes françaises sur les ferme-portes et pivots de sols. « Les ferme-portes conformes à la norme EN 1154 doivent être capables, lorsqu’ils sont montés conformément aux instructions de pose du fabricant, de fermer la porte équipée, à partir de n’importe quel angle d’ouverture », indique Vachette. La norme précise aussi les performances en termes de forces en fonction du poids des portes, de durabilité (500 000 cycles ouverture/fermeture), de forces d’ouverture et de fermetures constantes (même après 500 000 cycles de résistance à la corrosion), de confort et sécurité (vitesse constante de fermeture de la porte dans la plage de température – 15°C à + 40°C). Autre point réglementaire : « le marquage CE est obligatoire pour les ferme-portes installés sur des portes coupe-feu ou pare-flammes », souligne Dorma. En effet, le champ d’application du marquage concerne les portes issues de secours et/ou coupe-feu/pare-flamme. « Pour toutes les autres portes ne se trouvant pas sur voies d’évacuation ou n’étant pas coupe-feu/pare-flamme, le marquage n’est pas exigé. Les produits bénéficiant du marquage doivent être impérativement livrés avec leur bras et être de force 3 au minimum », précise Vachette.

Freinage intelligent à l’ouverture

Aujourd’hui, il existe des ferme-portes avec freinage intelligent à l’ouverture. « Grâce aux innovations techniques réalisées, la force de freinage à l’ouverture est toujours proportionnelle à l’accélération de la porte, à partir d’une ouverture de la porte d’environ 70° », précise le fabricant Dorma. Le freinage se veut alors à peine perceptible si la porte est manœuvrée lentement. Si la porte est ouverte avec plus d’élan, le freinage à l’ouverture réagira progressivement. Si la porte est ouverte avec violence ou suite à un coup de vent, le freinage à l’ouverture devient pleinement efficace afin de protéger le mur et la porte de tout endommagement. Autrement dit, le freinage à l’ouverture empêche la porte de cogner contre le mur. « La fonction de frein à l’ouverture est notamment recommandée pour les portes donnant sur l’extérieur et pour lesquelles il a un risque de prise au vent. Cette fonction est aussi appelée « anti-tempête ».

Esthétisme soigné

En outre, l’esthétisme est aujourd’hui soigné. Les ferme-portes deviennent légers, extra-plats et de très faible encombrement. « Pour que les portes restent belles, il existe maintenant le système de ferme-porte invisible, à glissière », indique Dorma. Le système est encastré dans l’huisserie et l’épaisseur de la porte. De plus, les fabricants proposent une grande variété de finitions et de coloris, pour s’adapter à toutes les portes et à tous les environnements. Histoire de trouver le ferme-porte idéal.

S.D.

Crédits photos : Dorma – Vachette 

LAISSER UN COMMENTAIRE