S1 : Collage du verre : des techniques maîtrisées

0
270
dosverre3-217.jpg

Menuiseries à vitrage collé

Ce procédé connaît une variante avec le collage de vitrages en menuiserie. Il commence à se développer. En effet, les vitrages isolants peuvent être mis en œuvre selon la technique du « verre extérieur collé ». La tenue du vitrage isolant en œuvre est assurée par collage, du verre sur le support, réalisé à l’aide d’un mastic silicone pour les fenêtres en PVC ou encore acrylique pour les menuiseries bois. Le joint de structure ainsi constitué doit transférer toutes les actions, auxquelles est soumis le vitrage isolant, vers le support, lequel est lié mécaniquement à l’ossature du bâtiment.

Colle bi-composantdosverre3-217.jpg

Ainsi, pour des applications de collage structural, les colles sont mono-composant ou bi-composant. « Chaque système offre toutes les garanties en matières de qualité et de sécurité », explique Sika. Le choix de l’un ou l’autre des systèmes dépend d’exigences spécifiques liées à chaque application. Ainsi la colle bi-composant est l’une des solutions les plus classiques pour le collage de la menuiserie à son vitrage. Par exemple, « le Sikasil WT-485 est une colle silicone neutre bi-composant qui développe rapidement une résistance mécanique et une adhérence élevée », explique Sika. Cette colle est destinée au collage de vitrage. En effet, elle présente une excellente adhérence sur les supports utilisées en menuiserie : verre, PVC, métaux revêtus et bois. En outre, elle répond aux exigences des normes EOTA ETAG 002 et ASTM C 1184.

Procédé hot-melt

De son côté, le fabricant Dow Corning a developpé un procédé hot-melt, une colle silicone réactive et thermodurcissable pour le collage verre-menuiserie. Cet adhésif à prise rapide colle instantanément entre le vitrage et le châssis pour former un système composite stable et résistant à la torsion, tout en assurant une étanchéité durable. Ce mastic transparent mono-composant est appliqué sans primaire sur la plupart des matériaux de fenêtre (bois, PVC, aluminium). « Le développement de nouvelles colles offre de nouvelles possibilités notamment dans la fabrication de menuiseries. L’utilisation des technologies de collage structurel dans la fabrication de fenêtres entre dans une nouvelle phase de développement. Les colles et adhésifs structurels vont à l’avenir jouer un rôle prépondérant dans l’assemblage des vitrages et des fenêtres en créant des systèmes composites dont la simplicité, le design et les performances seront les principaux atouts », explique le fabricant Dow Corning. Pour le collage de la fenêtre, Kömmerling a aussi développé deux produits pour des chassis PVC : un mastic silicone spécial 2 composants, et un autre à base de polyuréthanne 2 composants. « Ainsi, ces produits fournissent une seule source pour le collage du vitrage et le collage intermédiaire. La condition préalable essentielle à la réussite de ces bénéfices consiste en la solution d’un système spécifiquement conçu et compatible. Les adhésifs qui entrent en contact avec les mastics du vitrage isolant doivent être compatibles à la fois avec le primaire et le secondaire et être conçus pour être complémentaires à ceux-ci », explique Alain Loin, directeur de la filiale Kömmerling Chimie.

Adhésif double-face

Dans ce domaine, le fabricant 3M présente son produit comme « une alternative aux rivets, vis et soudures ». Le ruban s’applique aussi bien sur le vitrage que sur le profilé. La mousse adhésive double-face confère une très forte cohésion. Quelle que soit la sollicitation appliquée, elle s’allonge, dosverre4-217.jpgabsorbe la force appliquée et revient toujours à sa forme d’origine. « Les mousse VHB remplacent avantageusement les fixations mécaniques, sans fragiliser les matériaux. Très souples, elles absorbent les vibrations, chocs thermiques, dilatations », explique 3M. « Le vitrage extérieur collé s’est développé depuis plusieurs années sur la technologie du silicone. Les adhésifs double-face récemment certifiés par 3M dans le cadre de l’Avis Technique Européen devraient de façon importante simplifier la mise en œuvre du VEC et le rendre disponible à un plus grand nombre d’applicateurs », explique Jean-Pierre Lousteau, Directeur de TBC lors du dernier Batimat.

Collage vitrage-châssis et avantages

Ces nouveaux procédés de collage vitrage-châssis offrent certains avantages. Par exemple, la stabilité accrue de ces systèmes permet de réduire les renforts d’acier utilisés dans les fenêtres PVC ou encore de remplacer les joints préformés par des joints structurels qui apportent en plus de la fonction d’étanchéité une fonction structurelle entre le vitrage et le châssis. « L’utilisation intelligente et innovante des adhésifs structurels offre la possibilité d’augmenter de façon importante la productivité de l’assemblage des vitres dans les châssis et donc de réduire les coûts de fabrication », précise Dow Corning. En outre, ce type de collage permet une réduction de la quantité de renforts métalliques. « Cela se traduit par une amélioration des performances thermiques, phoniques en créant une barrière d’étanchéité durable. En outre, en matière de sécurité, grâce au recouvrement du dormant sur le vitrage, l’introduction d’outillages devient plus difficile que dans une fenêtre traditionnelle et la position du vitrage encastré dans le profilé d’ouvrant renforce sa résistance à l’effraction », indique Alain Lorin. De plus, l’utilisation de ces adhésifs structurels crée des possibilités de conception et de design innovantes pour les portes et fenêtres, comme des profils plus minces offrant un plus grand clair de jour tout en démontrant une très grande stabilité. Si cette technique est aujourd’hui maîtrisée, elle reste encore à développer en France.

S.D.

Crédit photos : Weigerding – Sébastien drouet – Chemetall 

LAISSER UN COMMENTAIRE