S1 : Bordeaux (33) Des façades hautes en couleur

0
206
facade4-213.jpg

Le choix d’un feuilleté acoustique

 

Pour toutes ces compositions, le verre Stadip Silence de Saint-Gobain Glass a été choisi en raison de sesfacade4-213.jpg performances : il s’agit d’un verre feuilleté acoustique. Sur ce chantier, il est composé de deux feuilles de verre assemblées au moyen de deux films de butyral de polyvinyle acoustique, le PVB (A). En façade, il permet d’atténuer fortement le bruit extérieur dans les bâtiments ou logements situés en zones bruyantes comme les voies passantes. « SGG Stadip Silence élimine la baisse de l’isolation acoustique autour de la fréquence critique du verre, tant en simple vitrage qu’en double-vitrage. Il assure ainsi des performances acoustiques optimales. A épaisseur égale de verre, il accroît le gain moyen d’isolation acoustique de 3 dB par rapport aux vitrages feuilletés SGG Stadip. Il présente donc de meilleures performances acoustiques que le vitrage SGG Stadip et SGG Stadip Protect de composition identique mais assemblé avec du PVB classique », explique Saint-Gobain Glass. A comparaison égale, il offre facade8-213.jpgaussi une résistance mécanique et des performances de sécurité identiques. Mais le rôle d’affaiblissement acoustique est aussi joué par les intercalaires Vanceva. « Contrairement au verre ordinaire qui laisse pénétrer les sons à l’intérieur des bâtiments, le verre feuilleté avec intercalaire Vanceva possède des propriétés d’affaiblissement acoustique. La protection acoustique apportée par ce type de verre feuilleté contribue à réduire la pollution sonore générée par la circulation routière ou aérienne, par les travaux ou par les équipements industriels. La construction « en sandwich », typique des verres feuilletés PVB, permet de combiner les effets de masse du verre avec les propriétés d’amortissement sonore PVB. En plus, l’intercalaire PVB permet de compenser l’effet de coïncidence du verre monolithique ou du verre isolant. Il en résulte une meilleure isolation acoustique globale », explique le fabricant de films. Ainsi, un verre feuilleté intégrant un intercalaire PVB Vanceva apporte une isolation acoustique de 2 à 4 dB Rw supplémentaires par rapport à un verre monolithique de même épaisseur. En outre, ces films remplissent toutes les fonctions du verre feuilleté : protection des personnes et des biens ; amortissement du bruit, facade7-213.jpgprotection contre les rayons UV… L’utilisation de ces films a une autre conséquence. Chaque logement est baigné d’une lumière teintée. Un effet assez spectaculaire.

Deux types de menuiseries

Sur chaque façade, deux types de menuiseries ont été employés. Au rez-de-chaussée et au R + 8, des murs-rideaux sont issus du fabricant Architectural Systems. Pour les facade9-213.jpgniveaux du R + 1 au R + 7, il s’agit de châssis en aluminium fixes ou ouvrants à la française de la marque Wicona. Le 1er étage possède une terrasse, il reçoit donc des portes pour permettre son accès. Bâtiment soumis à la RT 2000, ils sont en rupture de pont thermique. Pour tous les niveaux, une seule couleur de menuiserie a été choisie, un gris foncé (RAL 7031).

Un approvisionnement maîtrisé

Ce chantier étant coincé le long d’une rue, l’entreprise Cancé a dû répondre à une problématique facade6-213.jpgd’approvisionnement. Le peu d’espace libre était occupé par les bennes et les cabanes de chantier. Du coup, son accès était réduit au strict minimum. « Pour optimiser l’approvisionnement, nous avons mis au point un système. Nous avons posé des rails en acier qui sortent des façades. Ils ont permis de charger les vitrages puis de les rentrer à l’intérieur. Comme il n’y avait pas de possibilité de stocker énormément, l’approvisionnement s’est fait à la semaine. Mais nous avons dû prendre en compte aussi les obligations du fournisseur, Sivaq, une filiale Saint-Gobain qui fabrique du verre feuilleté et du double-vitrage », explique Jean-Pierre Barjon. Côté pose, les châssis ont été mis en place à l’aide d’une grue. Par contre, l’installation des vitrages s’est fait par l’intérieur. En outre, des échafaudages volants ont été utilisés pour habiller les nez de plancher et les poteaux de béton. Cancé a employé une équipe de 6 à 8 personnes selon les jours. « Nous avons commencé par le premier puis le deuxième, puis le troisième puis nous avons fini par le rez-de-chaussée », détaille Jean-Pierre Barjon. Les délais imposés étant respectés, le chantier menuiserie a commencé en juin pour se terminer fin septembre.

S.D.

Une entreprise familiale devenue un groupe
« Le groupe Cancé, reste une entreprise familiale », souligne Jean-Pierre Barjon, directeur de l’agence Cancé Aluminium à Bordeaux. L’origine de l’entreprise remonte à 1961, date à laquelle Robert Cancé, père du PRD actuel décide de créer une entreprise artisanale de serrurerie à Nay. Progressivement, Robert Cancé embauche des compagnons pour répondre aux commandes qu’il reçoit. En 1968, Christian Cancé entre dans l’entreprise pour seconder son père gravement malade. Sous son influence, l’entreprise va progressivement évoluer vers la construction des charpentes métalliques. En 1983, la Société Cancé Aluminium est créée. Cette société développe une activité nouvelle sur Bayonne : la menuiserie aluminium. Puis en 1991, le Groupe Cancé est créé. Aujourd’hui, il regroupe autour de Cancé Développement : Cancé Constructions métalliques, Cancé Aluminium (menuiserie aluminium) et Cancé Métallerie.

Crédits photos : Sébastien Drouet 

Lire la suite

LAISSER UN COMMENTAIRE