Recyclage : le casse-tête du recyclage en fin de vie

0
374
En 2016 en France, 26 000 tonnes de profilés ont été recyclées, correspondant environ à 1 million de fenêtres ©SNEP
En 2016 en France, 26 000 tonnes de profilés ont été recyclées, correspondant environ à 1 million de fenêtres ©SNEP

Les industriels mobilisés sur le sujet traitent les chutes de production et appellent les professionnels – négoces et artisans – à jouer le jeu pour augmenter les volumes de collecte de produits en fin de vie.

Le gros enjeu du recyclage réside dans le traitement des menuiseries en fin de vie. A l’UFME, Ludivine Menez, déléguée technique, l’admet volontiers, « nous ne maîtrisons pas tous les éléments, nous savons recycler les chutes de production, mais la gestion des produits en fin de vie est plus complexe ».

Car la menuiserie est un produit technique, composé de plusieurs matériaux : vitrage, profilé, pièces détachées, joints, etc. Les matériaux issus de la déconstruction sont pollués, ils exigent donc un traitement plus précis. C’est le cas du verre notamment. La signature de l’Engagement pour la Croissance Verte (ECV) devrait faire avancer la situation. Le secteur s’engage à mettre en place une filière de recyclage du verre plat. « Aujourd’hui, seulement 5 % du vitrage en fin de vie est recyclé en vitrage », constate Ludivine Menez.

Dans les secteurs du PVC et de l’aluminium, la collecte s’avère délicate. Paprec Group, qui dispose d’une usine de démantèlement de fenêtres et recycle le bois et le PVC, a signé en 2013 un partenariat avec Lapeyre et Saint-Gobain Glass pour créer une filière industrielle de valorisation des menuiseries en fin de vie. « Nous allons profiter du contexte actuel qui est favorable pour relancer ce dispositif, peu actif jusque là, mais qui a manqué de communication », témoigne Erwan Le Meur, directeur général adjoint de Paprec. Quant au bois, son enfouissement et/ou sa valorisation énergétique lui fournissent des débouchés carbone acceptables.

Le PVC en avance

En intégrant toute la filière, des fabricants de matières et additifs aux régénérateurs en passant par les extrudeurs, le Syndicat National de l’Extrusion Plastique (SNEP) oeuvre en faveur du recyclage du PVC et travaille au développement d’une économie circulaire. Selon le SNEP, en France en 2016, 26 000 tonnes de profilés ont été recyclées, correspondant environ à 1 million de fenêtres réutilisées. La filière s’organise : le SNEP a ainsi mis en place une carte de 190 points de collecte des déchets PVC permettant aux acteurs de la déconstruction de déposer leurs produits dans des endroits où ils sont valorisés (http://snep.org/ collecte-recyclage/).

« L’avenir de la filière est de puiser de plus en plus dans le gisement de PVC existant, qui correspond aux nombreux équipements PVC posés à partir des années 1980 et qui arrivent en fin de vie », commente Sylvain Gaudard, président de la commission communication du SNEP et responsable communication de Profialis. Le recyclage est aussi intégré dans la marque de qualité du SNEP QualiPVC fenêtre, en faisant en sorte que les menuisiers participent activement au recyclage de leurs rebus. Les industriels montent en première ligne.

Deceuninck se positionne avec un site basé en Belgique qui collecte les déchets dans un rayon de 500 km aux Pays-Bas, en Allemagne, en France, en Angleterre et en Belgique. « Au-delà de ce rayon, nous travaillons avec des partenaires qui se chargent de la collecte et du pré-déchiquetage », précise Tom Driessens, responsable du site recyclage et fabrication de matière première Deceuninck.

L’usine gère trois flux : les déchets issus de l’extrusion (40 %), les chutes de production (35 %) et la collecte de menuiseries en fin de vie (25 %). « Notre objectif est de développer la collecte de produits en fin de vie afin que ce flux représente 80 à 90 % de nos traitements d’ici 2020 », affirme Tom Driessens. Pour y parvenir, Deceuninck doit se doter d’une cellule de collecte et d’une technologie lui permettant de recycler à un niveau de qualité autorisant
la production de profilés.

« Plusieurs millions d’euros sont investis pour équiper l’usine de nouvelles machines », ajoute Tom Driessens. Formulateur et extrudeur, Profialis s’est penché très tôt sur la question. « Il existe trois façons d’intégrer des matières recyclées chez Profialis : hors menuiserie par l’extrusion de profilés cachés en 100% recyclés (renforts de volets battants), en menuiserie, soit par la réalisation de consommables en 100 % recyclés (calles de transport ou profils de protection), soit par coextrusion (extrusion de deux matières dans un seul profil) : le coeur du profil est alors réalisé en broyé alors que la couche externe est en PVC vierge (neuf) », explique Sylvain Gaudard, responsable communication de Profialis.

Cette dernière technologie s’applique à un choix restreint de profilés, car elle mobilise deux extrudeuses pour gérer les deux flux de matière et engendre un surcoût et une complexité accrue de l’outillage et de sa mise au point. Elle n’est donc adoptée qu’au cas par cas suivant les volumes produits et la taille du profil. Son avantage est qu’elle favorise l’intégration de matière recyclée (jusqu’à 80 % en poids).

« En partenariat avec un spécialiste, nous assurons la collecte, le tri et la valorisation des chutes de nos clients, nous recyclons également 80 % de nos propres rebus. Au total, notre site a une capacité de recyclage de 12 % de notre production annuelle », ajoute Sylvain Gaudard.

Avec une entité dédiée créée en 2004, Veka Recyclage SAS, le spécialiste des fenêtres PVC montre aussi l’exemple. « Nous installons cette année un silo homogénéisateur de 220 m3 et une nouvelle extrudeuse qui seront en service en début d’année 2018 afin d’élargir notre capacité de production », indique François Aublé, directeur général de Veka Recyclage.

En 2017, l’entreprise a traité 18 000 tonnes de PVC, issues à 40 % de la collecte de menuiseries en fin de vie, à 30 % de chutes de production et à 30 % de l’étranger. Le PVC recyclé sous forme granulée, broyée, micronisée, est en partie réutilisé dans le secteur. « Nous produisons environ 9 000 tonnes de granulés, dont 40 % sont affectés à la production de menuiseries, notre objectif est d’augmenter notre production à 12 000 tonnes en 2018 », annonce François Aublé.

La valeur de l’aluminium

« Dans le secteur, la valeur de l’aluminium finance le recyclage », se félicite Mickaël Fallu, chargé de développement au SNFA. L’activité n’est donc pas freinée par des contraintes financières, en revanche, « elle souffre de problèmes organisationnels et d’un déficit en terme de communication », précise-t-il.

En outre, « en France, nous devons endiguer la fuite des déchets, nous perdons de la matière, rachetée par des acteurs du marché asiatique », ajoute Mickaël Fallu. Le SNFA, qui prône le recyclage en boucle fermée, essaie de fédérer autour de lui : « nos adhérents font des efforts pour recycler les chutes de production, mais la collecte des produits en fin de vie est plus complexe à gérer, c’est pourquoi nous essayons de rassembler tous les acteurs autour de ce projet », explique Mickaël Fallu.

Avec le bois, la difficulté provient des différents traitements subis en cours de vie (peinture, vernis, etc.). Le positionnement de GMI sur le sujet est connu depuis longtemps. « Le programme RU Edition récupère les anciennes fenêtres en bois pour créer une ligne de mobilier design », rappelle Florent Ardouin, directeur communication et marketing relationnel.

Pour le reste, le fabricant met des sacs à la disposition de ses clients, afin de récupérer les accessoires réutilisables. « Cette politique est possible grâce à la mobilisation de nos chauffeurs et camions, car faire appel à un transporteur serait trop onéreux », commente Florent Ardouin. Un atelier gère le tri et la réaffectation des matières.

En Alsace, « Bieber s’appuie sur le centre de traitement d’Hochsfelden et la collecte organisée par la profession dans le département », témoigne Christophe Bieber, responsable commercial. « Nous collectons les anciens châssis sur les chantiers que nous traitons en direct et nous intégrons une ligne de traitement de châssis dans notre offre de prix », précise-t-il. Grâce à la valorisation des déchets de production, l’usine du fabricant fonctionne, par ailleurs, en autonomie énergétique.

Le verre en pole position

« L’Engagement pour la Croissance Verte pour le verre plat devrait nous permettre de disposer d’une véritable filière de collecte et traitement », se réjouit Erwan Le Meur, directeur général adjoint de Paprec. Le principal enjeu étant selon lui, la mise en place de véritables circuits via des déchetteries professionnelles de proximité pour que les artisans puissent déposer leurs déchets.

« Avec un marché de la fenêtre en fin de vie évalué à 7 millions d’unité par an, le potentiel est énorme », estime-t-il. Un gros travail doit être réalisé pour exploiter ce gisement : l’organisation de la collecte pour le diffus et la mobilisation des acteurs du marché sur les chantiers les plus importants.

« Nous avons signé un partenariat avec Sibelco Green Solutions pour collecter le verre sur les chantiers en Ile-de-France », ajoute Erwan Le Meur. Sur le marché, les spécialistes du recyclage du verre plat comme Sibelco ou Solover traitent et valorisent le verre.

« Nous collectons les chutes de production (après découpe) qui sont acheminées vers notre centre de traitement. Nous retraitons ainsi 45 000 tonnes de verre plat issues du secteur du bâtiment », affirme Pierre-Yves Vial, directeur général de Solover SAS. Les matériaux sont triés, les indésirables retirés (métaux ferreux, PVB, etc.)

« Nos clients sont très exigeants en matière de qualité du calcin, nous procédons à des analyses afin de répondre à leurs cahiers des charges », ajoute Pierre-Yves Vial. Aujourd’hui, l’entreprise cherche à augmenter ses volumes de production. « Nous pouvons les doubler grâce à l’usine de verre plat ouverte cette année qui nous permet de traiter du verre de moins bonne qualité, issue de la déconstruction », déclare Pierre-Yves Vial. Car ici, selon sa qualité, le verre recyclé alimente la production de bouteilles, de vitrages ou de laine de verre.

1 million de tonnes de groisil

AGC Glass Europe a publié son Rapport sur le Développement durable 2017, disponible en ligne depuis cet été http://www.agc-glass.eu/fr/durabilite ©AGC Glass
AGC Glass Europe a publié son Rapport sur le Développement durable 2017,
disponible en ligne depuis cet été http://www.agc-glass.eu/fr/durabilite ©AGC Glass

AGC Glass Europe recycle environ 1 million de tonnes de groisil chaque année, économisant près de 1 150 000 tonnes de matières premières, ce qui a également pour effet de réduire son émission de CO2. « AGC est le seul verrier certifié C2C bronze (NDLR Cradle to Cradle™ – qui se traduit littéralement du berceau au berceau en français –) pour ses verres isolants », indique Valérie Vandermeulen, directrice marketing et communication AGC France.

 

Finstral lance une fenêtre durable

Finstral commercialise une fenêtre écologique à base de PVC et balles de riz ©FinstralFinstral commercialise une fenêtre écologique à base de PVC et balles de riz ©Finstral
Finstral commercialise une fenêtre écologique à base de PVC et balles de riz ©Finstral

ForRes Nova Plus, la nouvelle fenêtre proposée par Finstral s’appuie sur le système Fin-Project (noyau PVC et extérieur cadre aluminium) mais s’enrichit de profilés ForRes pour l’intérieur. « Ce nouveau matériau innovant et écologique se compose de chutes de PVC et de balles de riz, deux matières faciles à recycler », commente Nicolas Laurent, responsable marketing de Finstral. En outre, ForRes conjugue isolation thermique et esthétique, avec son aspect nouveau et 9 teintes pastel.

 

Covanord se dote d’une ligne de démantèlement des fenêtres à double vitrage

Covanord se dote d’une ligne de démantèlement des fenêtres à double vitrage grâce à l’Icam ©Covanord
Covanord se dote d’une ligne de démantèlement des fenêtres à double vitrage grâce à l’Icam ©Covanord

Le groupe Covanord, spécialisé dans la valorisation des déchets métaux, fait appel à l’Icam – école d’ingénieurs – pour concevoir un outil industriel dédié au démantèlement des fenêtres à double vitrage. La ligne semiautomatisée de démantèlement mise au point, devrait être opérationnelle d’ici la fin de l’année. Covanord travaille actuellement à l’organisation de sa filière d’approvisionnement.

 

Fers : une nouvelle unité innovante de recyclage de profilés aluminium

Spécialiste de la gestion globale des déchets d’activité professionnelle, Fers a ouvert à Cholet (49) en avril dernier, une unité de recyclage de profilés aluminium, essentiellement issus des profilés AGS à rupture de pont thermique. Depuis 20 ans, Fers (filiale du groupe familial Brangeon) valorise notamment 5 000 tonnes d’aluminium par an, parmi 400 000 tonnes de déchets par an (ferrailles et métaux), et offre les meilleures solutions pour le recyclage local de l’aluminium.

Son nouveau process industriel permet de retirer la part de composites indésirables contenue dans les AGS à rupture de pont thermique neufs, où une fois isolé, l’aluminium est prêt à être refondu… Fers compte évoluer à moyen terme dans le traitement des AGS à rupture de pont thermique de démolition et des menuiseries en fin de vie. Préalablement cisaillés, les AGS à rupture de pont thermique sont ensuite préparés à travers un process de broyage et de tri des métaux non ferreux. Cet aluminium, calibré et produit selon l’exigence de critères de traçabilité, sort de la ligne à un degré de pureté et une granulométrie pour une transformation directe en lingots d’aluminium utilisables pour la production de nouveaux profilés aluminium.

Les professionnels de la menuiserie aluminium du Grand Ouest peuvent trouver ici une solution de développement durable et une offre de service complète. Pour Fers, qui s’étend à travers l’Ouest avec 13 établissements, de Rennes à Bordeaux, et déploie un savoir-faire et un outil industriel spécifiques pour le retraitement d’un matériau recyclable à l’infini (95 %** de l’aluminium du secteur du bâtiment est déjà recyclé), les enjeux donnent matière à un avenir porteur.
**Selon France Aluminium

LAISSER UN COMMENTAIRE