Quand la protection solaire plante le décor !

0
1202
Facid se présente sous la forme d'une façade suspendue et rétro-ventilée, d'un écran intégré , et le cas échéant actif, ou encore d'une protection solaire, d'une couche décorative ou d'une façade combinée… et repose sur un système de fixation breveté qui ne nécessite aucune fabrication structurelle complexe

Outre ses performances techniques, la protection solaire s’invite dans la déco. Elle joue sur l’aspect des façades soit en restant invisible, soit en offrant à l’architecte l’opportunité de signer son ouvrage.

Avec la RT 2012, il semble que la protection solaire soit passée de l’intérieur à l’extérieur du bâti, mais elle ne se serait pas encore assez généralisée selon certains industriels, malgré de réels progrès.

« Mus par leur désir d’épure et d’esthétique, les architectes ont parfois tendance à oublier la protection solaire en amont de leur projet, peut-être aussi par manque de formation sur les enjeux de confort thermique et visuel, et notamment sur le risque de surchauffe à l’intérieur des bâtiments, c’est pourquoi nous essayons de les sensibiliser à la question », déclare ainsi Adrien Derreumaux, chef de marché protection solaire chez Dickson.

Pour autant, « la question n’est plus de savoir si la protection solaire est nécessaire, intérieure ou extérieure, elle est présente dans les projets », tempère Stéphane Ehret, directeur commercial de Baumann Hüppe. Tous s’accordent néanmoins à saluer de belles perspectives dans le secteur.

Brise-Soleil, élément architectural reconnu

Sur certains projets, les architectes mixent les solutions : brise-soleil, stores à lamelles, toiles zip. « Entre les désirs des architectes et les contraintes d’une production de masse, nous devons trouver le juste équilibre dans la limite des contraintes de faisabilité et notamment de résistance au vent ou proposer d’autres solutions, comme le store intégré dans une double peau, plus économe en maintenance, mais plus onéreux.

Chaque chantier étant unique, nous nous adaptons », explique René Lebenthal, dirigeant de Warema France. Le brise-soleil peut même devenir support de communication. « Nous avons présenté à R+T une solution d’impression (logo, image) sur les tabliers de BS afin de rendre la façade communicante », indique René Lebenthal.

Le marché bénéficie de deux types de produits : les brise-soleil architecturaux et les BSO qui ressemblent davantage à des stores métalliques. Les premiers sont choisis pour leur design, car ils apportent un style au bâtiment. « La tendance est aux lames rectangulaires, aux fortes sections mais il arrive que les architectes mixent la taille des lames pour créer des vibrations dans les façades », remarque David Garotte, gérant de Tellier Brise-Soleil.

« Indépendamment de l’application de protection solaire, certaines opérations mettent en oeuvre des lames aluminiums uniquement pour masquer la structure, les nouvelles générations de parking silos en fournissent un bel exemple », ajoute David Garotte. Aujourd’hui, les lames sont verticales, larges et volumineuses, voire conçues sur-mesure. « Notre cellule ingénierie services conçoit de plus en plus fréquemment des lames spécifiques pour répondre à un besoin unique », affirme Jean-Luc Hautebranc, chef de produit marketing Technal.

Dans le secteur, souligne Stéphane Le Tallec, directeur commercial de Renson France, « la mode est aussi à la dissimulation des éléments techniques, les systèmes permettant d’orienter les lames par exemple, ne doivent pas se voir ». D’où la nécessité de travailler très en amont avec la prescription. « Nous avons récemment développé un produit spécial en intégrant le système d’orientation dans le bas des lames pour le chantier de la Maison des sciences de l’homme en Bretagne, projet signé Barré Lambot Architectes à Nantes », témoigne Stéphane Le Tallec.

Les solutions se diversifient. « Nous avons évolué dans nos réflexions, ainsi la façade Spinal a été pensée avec des pattes de fixation dédiées aux brise-soleil », indique Jean-Luc Hautebranc. Le brise-soleil ayant le vent en poupe, Sothoferm a décidé de se positionner avec un brise-soleil coulissant. « Nous avons créé un poste de chargé d’affaires pour mettre en avant ce type de produits et travailler avec la prescription », déclare Emmanuel Braux, directeur commercial de Sothoferm. La gamme se décline en modèles avec cadre et lames aluminium extrudé (15 couleurs standards texturées) et en modèles bois à lames planes ou débordantes (red cedar, exotique rouge, chêne), cadre aluminium extrudé. Le secteur du logement collectif et du petit tertiaire plébiscitent aussi les volets coulissants pour animer leurs façades.

« Deux types de produits, avec deux modes de pose, fonctionnent bien, les volets persiennés (soit en aluminium avec des lames plus ou moins larges, soit en cadre aluminium et remplissage bois) posés sur la baie, à 10 ou 15 cm de la vitre, soit posés en nez de balcon, qui font aussi office de brise-vues et brise-sons », observe Murielle Langlais, directrice marketing de Thiébaut Industrie. Enfin, en rénovation, il arrive que les volets roulants soient remplacés par des stores occultants avec zip.

Le retour en grâce des stores toiles

« Quand on évoque la protection solaire avec des architectes, leur premier réflexe est souvent d’envisager la mise en oeuvre de BSO, alors que les solutions textiles screens ont l’avantage d’être plus dynamiques, de s’adapter à chaque scénario climatique et d’être globalement plus efficaces sur un plan thermique et visuel », affirme Adrien Derreumaux. « La demande des architectes se pose aujourd’hui sur le store extérieur car la technologie Fixscreen est fiable (elle résiste à 130 km/h, quelle que soit la dimension du store), d’autant que nous garantissons la tenue de la toile dans son zip pendant 7 ans », explique Stéphane Le Tallec.

Renson travaille actuellement à la refonte de sa gamme Fixcreen® Minimal pour réduire la taille des caissons et des coulisses. « Le problème de l’arrachement de la toile ayant été réglé, les stores toile zippés séduisent. Ils offrent de belles opportunités de déco avec les couleurs des armatures et des toiles », déclare Christelle Bertard, directrice commerciale France & Bénélux de Schenker Stores. Le fabricant vient d’ailleurs de lancer un nouveau produit, le VSe EBA.

« Il s’agit d’un store « ZIP sans ZIP » qui a deux particularités brevetées. Son système de blocage dans les coulisses qui se fait par un jonc maintenu à la toile par une bande élasthanne, dont l’élasticité permet une meilleure tension de la toile quelle que soit la dimension. Et le remplacement du guide PVC par une double coulisse clipsée qui garantit un très bonne tenue du jonc, un montage rapide et facile et une finition de haute qualité », explique Christelle Bertard. Le produit en autoportant peut aller jusqu’à 6 m de largeur ou 6 m de hauteur et 18 m² de surface, idéal pour équiper du mur-rideau. Storipro développe un store zip depuis 2014.

« Le premier modèle, doté d’un coffre de 96 mm, ayant obtenu la classe 6 lors des tests effectués par le CSTB, nous avons développé un autre produit, aux dimensions plus importantes (5 m de large x 3,5 m de haut), doté d’un coffre de 126 mm qui a obtenu la classe 4 », déclare Thierry Jabaudon, directeur de Storipro. Spécialiste des grandes dimensions, « Bandalux propose des solutions couvrant jusqu’à 36 m² d’un seul tenant », indique de son côté Perrine Strilka, responsable marketing-communication opérationnel Bandalux. Un des gros avantages du store zip est sa résistance. Résistance au vent, soit, mais aussi à l’usage.

« Si les utilisateurs oublient de remonter les stores le soir ou le week-end, ces produits résistent bien », ajoute Thierry Jabaudon. Les s tores di sposent aujourd’hui de toile de taille XXL. « Les toiles s’adaptent aux largeurs des baies vitrées, nous avons développé des tissus jusqu’à 3,20 m d’un seul tenant, sans raccord visible », affirme Caroline Moreau, responsable marketing de Mermet.

Au niveau des coloris, le gros des offres reste traditionnel : blanc, gris, noir. Certains se démarquent néanmoins. Schenker Stores offre un choix infini dans les laquages RAL inclus dans l’offre de base, puisque le fabricant laque en interne, ainsi qu’un choix de toiles pour permettre soit une occultation totale, soit une transparence tout en bloquant les U.V. « L’architecte peut amener l’esthétique qu’il souhaite sur sa façade », commente Christelle Bertard.

C’est également le cas de Griesser : « nous essayons de proposer un maximum de coloris », précise Laurence Moine,responsable marketing & communication Griesser France. Avec 150 coloris en standard, Griesser laisse le choix aux architectes, même si, confie Laurence Moine, « les donneurs d’ordre finissent souvent par opter pour des stores gris, plus basiques, au détriment de l’originalité ». Les fabricants de toile screen multiplient les tonalités. Chez Serge Ferrari, le store Soltis Perform 92 est proposé en 48 couleurs.

La collection phare de Dickson, Sunworker, l’est en une vingtaine de références, avec des dégradés de teintes naturelles (blanc, beige, gris, noir) mais aussi des coloris subtils comme l’indigo ou le terra. Même si, assure Adrien Derreumaux, « au final, les clients sélectionnent souvent du gris ! ». Mermet décline 4 coloris RAL pour son tissu satiné 5500 (aluminium blanc 9006, gris souris nacré 7048, gris anthracite 7016 et noir foncé 9005) et propose le tissu natté 4503 avec une gamme de 16 coloris.

Atès se positionne sur le marché des stores ayant vocation à décorer la façade avec s_enn®. « Ce store à enroulement vertical est composé d’un tablier avec microlames horizontales en acier inox, dont la forme répond aux dernières exigences en matière de technique énergétique et de maîtrise de la lumière. La surface ajourée du tablier d’environ 23 % entre les lames assure en position fermée une bonne visibilité vers l’extérieur, alors que le taux de transmission énergétique global est extrêmement bas », précise Emmanuel Pasquet, président d’Atès.

Motorisation en hausse

La motorisation des protections solaires progresse. « Nous observons une augmentation des demandes en automatisation des BSO. La gestion de façade intelligente devient une réalité, et pas seulement dans le segment des programmes haut de gamme », confirme Stéphane Ehret.

C’est d’autant plus vrai, qu’elle apporte de la plus-value : « au plan esthétique, la motorisation contribue à créer un mouvement, du rythme et au niveau des performances, elle optimise la gestion du contrôle solaire », ajoute Cédric Puyou. Enfin, « couplée à la GTB, la motorisation des stores rend l’usage de la protection solaire plus facile, plus fiable et plus durable », conclut Perrine Strilka.

 

Des systèmes de toile innovants

Technal est en « coprescription avec Serge Ferrari pour proposer des solutions de toiles tendues permettant de tamiser la lumière, de filtrer la apports solaires sans dégrader la vision », annonce Jean-Luc Hautebranc. La résille métallique fait alors décor ! C’est également le cas de Schüco.

« Avec Facid, qui sera disponible en 2019, nous ajoutons une corde à notre arc en proposant un système de façade textile à structure aluminium à poser en applique pour rénover facilement sans gêner l’occupation des locaux, faire de la signalétique ou gérer la protection solaire », explique Cédric Puyou, chef de marché façades.

Serge Ferrari a mis au point Frontside, un textile pour façade résistant, qui se fixe tendu devant le bâtiment. « Ce produit permet de rénover à moindre coût ou d’habiller un bâtiment neuf et de jouer avec l’éclairage, les couleurs, il offre une grande liberté de création », commente Séverine Basque, chef de produit protection solaire chez Serge Ferrari.

 

Soliso accompagne ses clients dans leurs arbitrages

Spécialiste des stores dédiés au secteur tertiaire depuis les années 60, Soliso accompagne ses clients dès la réponse aux appels d’offre. « Nous apportons du conseil en termes de produits, mais surtout nous aidons nos clients professionnels de la façade à mettre de la cohérence dans les solutions proposées en réponse à des appels d’offre dont les descriptifs ne sont pas toujours précis », indique Christophe Pichot, directeur commercial de Soliso Europe.

Car aux yeux du fabricant, « le plus important est de faire attention à l’intégration du produit sur la façade ; envisager la pose en amont permet d’éviter les mauvaises surprises par la suite », ajoute-t-il. Par exemple, le choix du textile doit tenir compte de la dimension du store pour garantir la meilleure tenue, les coulisses sont plus faciles à poser et plus efficaces dans le temps que les câbles, la motorisation doit s’accorder aux langages et protocoles, etc. Autant d’arbitrage à réaliser au cas par cas.

LAISSER UN COMMENTAIRE