Protection solaire : le store banne résiste face à l’envolée de la pergola bioclimatique

0
246
Area +, la pergola Dickson ©Dickson
Area +, la pergola Dickson ©Dickson

Face à l’engouement pour la pergola bioclimatique, produit phare de ces dernières années, le store banne tient bon et redore son image. Ces produits, adaptés à un usage et une niche spécifiques, ont trouvé chacun leur public. Pendant que BSO et screens séduisent une clientèle de plus en plus large.

Pierrick Gaudio, directeur des ventes France-Belgique de Sattler est catégorique : « depuis les crises financières de 2007, et économique de 2008/2009, le marché du store banne reste très compliqué : manque de dynamisme, prix tirés, entreprises fragilisées par défaut de trésorerie », analyse-t-il ; « plus la situation est difficile, plus l’on se doit d’être performant, surtout face à des clients de mieux en mieux informés et exigeants ».

Selon les professionnels, le marché du store représente annuellement 200 000 unités versus 16 000 pergolas bioclimatiques. Des chiffres qui incitent à ne pas dénigrer ce segment de marché, d’autant que le store banne, modernisé par les fabricants, reste toujours apprécié par le client final. Une tendance confirmée par l’étude menée l’an dernier par Enov Research (Paris) pour Dickson, sur la perception du store banne et de l’environnement de la terrasse par le consommateur.

Réalisée en France, Belgique, Allemagne et aux Pays-Bas, auprès de 2 400 personnes vivant dans une maison disposant d’un espace extérieur, elle met en évidence la position dominante du store banne comme solution la plus efficace pour se protéger du soleil.

Déficit d’image mais vraie praticité

« Praticité d’utilisation, durée de vie, résistante à la pluie et au vent, tels sont les atouts du store », indique Adrien Derreumaux, chef de marché protection solaire chez Dickson. « Un résultat rassurant », mais en même temps contrarié par les 70 % d’acheteurs qui n’envisagent pas l’acquisition d’un store banne avant deux ans !

Un vrai paradoxe. « Avec les rayures, le lambrequin, la manivelle, le store renvoie une image vieillissante, moins moderne comparée à la voile d’ombrage ou au parasol décentré », poursuit Adrien Derreumaux. Un avis partagé par Christelle Bertard, directrice commerciale France et Benelux de Schenker Stores France. « Le store ne fait pas rêver », dit-elle. « C’est
dommage, car il s’agit d’un produit pratique et facile à gérer ».

Pour sa part, Frédéric Faurie, directeur opérationnel chez T.I.R. Technologies, note que « le store n’est pas en déclin, même si certains le trouvent vieillot. Certes, il a été délaissé au profit de la pergola bioclimatique mais c’est un produit à part entière qui répond aux besoins de certains clients. Toutes les maisons n’offrent pas l’esthétique adaptée pour accueillir une pergola ! ».

Redorer l’image du store banne

Alors, comment rendre le store plus sexy ? En se remettant en question, en bousculant le marché pour changer la perception du consommateur final. « Nous avons intégré ces données dans notre nouvelle collection Dickson Solar Fabrics », signale Adrien Derreumaux. « Une collection qui chamboule les codes en apportant de la fantaisie dans les unis et revisitant les rayures ».

L’entreprise accompagne le lancement de cette ligne avec, entre autres, les modules Collection et Expérience, dont le but est de démontrer les qualités et avantages des produits au travers de trois expériences : lumière, chaleur, déperlance. Enfin, Dickson lance en mars en France et au Benelux, une importante campagne de publicité au cinéma, sur les réseaux sociaux et blogs.

De son côté, Sattler prépare sa collection 2018, laquelle sera dévoilée au prochain salon R+T de Stuttgart (Allemagne). « Grandes orientations retenues : performances technologiques au travers de fils et tissages différents apportant des bénéfices techniques », annonce Pierrick Gaudio. « Il faut avoir une longueur d’avance, car c’est l’innovation qui nous porte ».

L’innovation est justement la voie suivie par KE France (groupe BAT) qui propose des produits design et innovants. « Nous travaillons avec le designer Robby Cantarutti », précise Vincent Baudelet, directeur commercial de KE France. « Le store Qubica Flat, primé à Equipbaie 2016, arbore des formes géométriques modernes épurées et permet de mixer les couleurs ».

Situation identique pour Winsol qui commercialise le store coffre Luno aux lignes épurées avec, en option, chauffage et éclairage Leds. Disponible en onze largeurs et cinq avancées, il couvre une zone jusqu’à 21 m².

Les screens montent en puissance

De même les stores Zip ont le vent en poupe, « nous constatons une forte augmentation de mise en oeuvre de ce type de produits, dont l’offre élargie rend cette solution plus accessible », explique Caroline Mermet, responsable marketing Mermet (groupe Hunter Douglas). « Et la production s’est généralisée chez de nombreux clients, fabricants de stores. D’autre part, les stores de grandes dimensions se renforcent ».

La marque propose les Satiné 5500 et Natté 4503 ou occultant Satiné 21154 pour les solutions Zip, ainsi que des grandes laizes (jusqu’à 3,20 m) ; ce qui évite les assemblages sur le même store. Curieusement, le store Zip serait encore méconnu par bon nombre d’architectes. « Mais il est de plus en plus demandé », se réjouit Christelle Bertard. « Car il ne manque pas d’atouts : petit coffre, occultation totale, largeurs jusqu’à 6 m, réponse adaptée à certaines problématiques. A l’avenir, il devrait prendre des parts de marché sur celui de la toile ».

A condition de mener un important travail de prescription. Sur ce segment, le belge Renson propose Panovista Max, une solution de store dédiée aux fenêtres d’angle sans cadre et coulissants. Et vient de lancer Slidefix, un store coulissant latéral dont le caisson comme la coulisse supérieure sont intégrés dans la façade.

La pergola bioclimatique, bête de mode

Depuis plusieurs années, la pergola bioclimatique, alternative entre véranda et store banne, est en plein essor. Selon MSI Reports, les modèles à lames orientables ont bondi de 104 % entre 2011 et 2016. Ce qui plaît ? Son esthétique moderne et épurée, mais aussi la possibilité d’allonger la durée d’utilisation de la terrasse au printemps et à l’automne.

Pour leur part, les fabricants y trouvent un moyen de lisser une activité très saisonnière. « Les pergolas bioclimatiques à lames orientables séduisent de plus en plus les Français », note Patrick Fagès, directeur général de Gennius France (groupe BAT). « Toutefois, elles ne correspondent pas toujours aux besoins du client final. D’où l’importance de bien former les vendeurs pour proposer la solution la mieux adaptée. C’est la raison pour laquelle nous proposons également des modèles à toile enroulable ».

Aux classiques lames orientables, les fabricants ont ajouté de nouvelles configurations. Ainsi, Renson figure parmi les premiers à équiper ses pergolas de lames orientables et rétractables en un ou deux paquets, ainsi que des lames translucides. Les autres acteurs du marché lui ont emboîté le pas.

« De nombreuses options (motorisation intégrée, chauffage, éclairage) dynamisent ce segment », confirme Frédéric Faurie. « En réponse à une vraie demande de luminosité, nous avons présenté Open R2 au dernier Equipbaie ; une pergola à lames rétractables en un seul ou deux paquets, qui sera  commercialisée en mars ».

Le dynamisme de ce marché a aussi encouragé Thiébaut Industrie à tenter l’aventure en novembre 2015. Spécialisé dans les volets battants et coulissants, et les portes de garage, l’entreprise a souhaité développer son portefeuille produits et capitaliser sur son savoir-faire.

« Nous connaissons le travail de l’aluminium, les fournisseurs et dans une certaine mesure, les techniques de montage », rappelle Muriel Langlais, directrice marketing de Thiébaut Industrie. « Notre offre s’articule autour des grandes superficies, bi-modules, formes de la maison, dénivelé du terrain ».

Les pergolas Continuum T se composent de poutres aluminium avec chéneaux intégrés, lames orientables en S ou plates, joints, poteaux techniques avec descente d’eau. Disponibles en plus de 100 teintes RAL, elles peuvent être équipées de capteurs, éclairage Leds, spots encastrés ou stores motorisés.

Précurseur de la pergola bioclimatique, Solisystème, qui fêtera ses 20 ans l’an prochain, a vu arriver de nombreux concurrents sur ce marché. « Cette concurrence est positive, car elle stimule le marché et agrandit le gâteau », relève Charles Castel, directeur des opérations de Solisystème. « Certes, nous nous sommes réadaptés, mais avons conservé les lames orientables ; un système simple et efficace qui correspond à la raison d’être de la pergola bioclimatique ».

De son côté, Profils Systèmes a mis au point Wallis & Outdoor, un système permettant de réaliser des pergolas de formes rectangulaires, mais aussi triangulaires ou trapézoïdales (lames simples ou tubulaires, dimensions de 7 000 mm x 4 500 mm).

Kawneer a élargi sa ligne Kanopée avec un modèle à lames orientables motorisées. Enfin, Coublanc (+ 20 % de progression du CA ces trois dernières années) dévoile Vermont. « Il s’agit d’une pergola dont la structure peut accueillir indifféremment des lames orientables ou une toile rétractable », précise Pierre Marsaglia, président. « Nous avons par ailleurs, inauguré en novembre dernier, une nouvelle unité de fabrication de 3 200 m², qui va nous offrir et ouvrir de nouvelles perspectives ».

Le BSO, une solution à démocratiser

Le BSO, chouchou des architectes, quant à lui, se porte bien. « Nous nous situons sur un marché de 120 à 150 000 unités annuelles, en progression de 2-3 % », observe Jean-Marc Millord, directeur commercial chez Griesser. « Ce marché récent, qui a connu de nombreuses évolutions ces dernières années, doit toutefois devenir mature, et amener les industriels à réfléchir à de nouvelles conceptions. De plus, il faut le démocratiser, le faire glisser des maisons d’architectes vers les particuliers et les maisons individuelles ».

Un produit à moduler, car si le BSO est un produit convivial pour jouer avec la lumière dans les pièces de vie, il est moins adapté dans les pièces de nuit (occultation). Griesser, qui commercialise une des plus larges gammes du marché (160 coloris en standard, environ 1 000 au total), travaille notamment la tenue au vent avec un modèle résistant à 80-90 km/h.

De son côté, Schenker Stores propose le BSO tout métal GM200 lame extrudée (celle-ci bénéficie d’un PV grêle). « C’est une bonne réponse, par exemple, pour les établissements scolaires prêts à investir pour un produit pérenne, car elle évite un entretien lourd et onéreux », souligne Christelle Bertard.

Avec Wicsolaire, Wicona propose une gamme de brise-soleil en aluminium répondant à toutes les configurations, en structure indépendante ou intégrée en façades murs-rideaux et verrières. « Nous nous distinguons par notre capacité à développer des solutions dédiées pour répondre à une demande spécifique », indique Pierre Dammé, responsable marketing de Wicona France. « Récemment, nos ombrières Wicsolaire à lames courbes et brise-soleil à lame d’avion ont été mis en œuvre dans le nouveau centre commercial à ciel ouvert Polygone-Riviera de Cagnes-sur-Mer (06) et l’éco-quartier les Vallons du Griffoul à Castelnaudary (11) ».

Pour sa part, Baumann Hüppe commercialise le BSO tout métal Protal triple sécurité, lequel allie les avantages d’une protection solaire aux caractéristiques d’une fermeture : lames de 96 mm en aluminium fortement galbées, système antiécrasement, mécanisme antirelevage, etc. Pour sa part, ProVisio, ce BSO signé Warema, se démarque d’un brise-soleil standard par une inclinaison différenciée de ses lamelles par rapport à notre angle de vision ; permettant de conserver environ 80 % de vue vers l’extérieur.

Kawneer produit Kanopée, un brise-soleil horizontal à lames fixes dessiné par François Buron (Diedre Design) et Tellier Brise-Soleil propose des modèles en aluminium disponibles dans une grande variété de profils (aile d’avion, rectangulaire, trapézoïdale et simple peau) et de nombreuses finitions, anodisées, thermolaquées et imitations ton bois. Autant de nouveautés qui participent au dynamisme du BSO et témoignent de la volonté des industriels d’accompagner ce segment en plein devenir.

Stores bannes et pergolas, tous connectés !

Si la motorisation des protections solaires extérieures devient la norme, l’on s’achemine désormais vers un dénominateur commun : le connecté qui pilote tous les équipements de la terrasse, stores bannes et/ou verticaux, pergolas bioclimatiques, éclairage, capteurs de température.

« Il s’agit, non seulement d’un moyen ludique, complet, simple d’utilisation pour créer des ambiances et faire de la terrasse un lieu de bien-être et de plaisir », explique Séverine Vireau, chef de produit chez Somfy, « mais encore, d’assurer sa tranquillité grâce au retour  d’informations. Avec les Smartphone, tout le monde a une télécommande en poche aujourd’hui ».

Et puis, le consommateur trouve un réel intérêt pour la domotique, dont les bénéfices d’usage l’emportent sur le surcoût. Si la tendance est marquée en maison individuelle, « elle est encore balbutiante pour les logements collectifs », précise Christelle Bertard. « Les choses devraient s’accélérer avec la maison connectée ».

Côté produits, outre Connexoon, Somfy complète le système Io avec un moteur Sunea dédié aux lambrequins enroulables. De son côté, l’allemand Becker sort sort la série E12, des moteurs destinés aux stores classiques et coffres, aux réglages simplifiés, dont la fin de course électronique filaire pourra être réglée/déprogrammée. Une version radio C12 sortira en cours d’année puis une version B12 radio bidirectionnelle.

Quant à Simu, la société propose LiveIn. Cette solution connectée (compatible avec les équipements dotés de la technologie Simu-Hz) permet de piloter à distance ou sur place les fermetures, protections solaires et éclairages de la maison, depuis un Smartphone ou une tablette tactile.

De même, la très large gamme commeo proposée par l’allemand Selve, couvre toutes les applications pour volets roulants et protection solaire. Cette technologie ultramoderne et ultraflexible s’adapte toujours plus à l’utilisation du client, grâce notamment aux nouveaux moteurs radio commeo bidirectionnels.

LAISSER UN COMMENTAIRE