Des portes automatiques piétonnes multifonction

0
703
Signatures by Portalp, la porte automatique très haut de gamme avec vitrage sophistiqué (gravé ou avec insertion de visuel)

Discrètes, les portes automatiques piétonnes évoluent au gré des réglementations et des normes… le gros du marché reste stable et la demande se concentre sur des produits fonctionnels et fiables.

Ditec DAB 105, l’automatisme Entrematic Ditec, polyvalent pour des performances jusqu’à 90 kg © : Entrematic Ditec
Ditec DAB 105, l’automatisme Entrematic Ditec, polyvalent pour des performances jusqu’à 90 kg © : Entrematic Ditec

« Le marché de la porte battante est en progression car il est porté par la mise en accessibilité des bâtiments, en revanche, les ventes des portes coulissantes et des portes tournantes restent stables », estime Annick Coutable, Directrice du développement de Record. Une tendance confirmée par Olivier Diamy, Chef de produit chez Entrematic Ditec : « les chiffres sont stables mais imprécis, car nous ne disposons que des éléments divulgués par le SNFPSA, dont tous les acteurs du marché ne sont pas membres ».

ES 200 ST Flex Green DFC, pour des portes coulissantes à débit de fuite contrôlé. ©Dorma
ES 200 ST Flex Green DFC, pour des portes coulissantes à débit de fuite contrôlé. ©Dorma

Globalement, les coulissants devancent largement les modèles battants. « En France, 20.000 unités de portes coulissantes sont posées chaque année en moyenne, contre 4 000 battantes et 250 tournantes », indique Gérard Lacoste, Directeur marketing et communication de Portalp France.

Les modèles battants équipent notamment le secteur hospitalier où les couloirs interdisent tout refoulement de coulissants. Parmi les portes coulissantes, les télescopiques représenteraient entre 15 et 30 % du marché selon les fabricants, qui ne sont pas tous d’accord sur les chiffres. Le marché de la porte automatique piétonne est disputé par les leaders (Record, Portalp) qui fabriquent, installent et gèrent la maintenance de leurs produits et des industriels qui commercialisent de manière indirecte.

« Le marché s’oriente vers la fabrication de produits finis, il ne sera bientôt plus possible de vendre les éléments séparément ; c’est pourquoi Faac se positionne et propose deux portes battantes à déplacement latéral, la SF 140 (à 4 vantaux avec antipanique intégré) et la GBF 1500 (dont les vantaux pivotent) », affirme Elio Caneva, Directeur général de Faac.

Une autre tendance, résume Frédéric Catherine, Directeur technique de Dorma, est le développement de « porte technique multifonction, accessible PMR, potentiellement résistante au feu, à débit de fuite contrôlée, garantissant l’étanchéité de la façade et intégrant un système de retard à l’effraction ». Le must.

La techno, garante de la sécurité

« Poussée par la norme EN 16005, l’innovation dans le secteur de la porte automatique piétonne concerne la sécurité », déclare Elio Caneva. La norme oblige à une protection des zones à risques et renforce l’existant sur ce sujet. Elle impose notamment de remplacer les photocellules par un radar central pour surveiller le devant de la porte (200 mm sur une hauteur de 2 500 mm).

Série SF 140 : porte à vantaux accordéon Faac, avec antipanique intégré (jusqu’à 1 800 mm de largeur de passage. ©Faac
Série SF 140 : porte à vantaux accordéon Faac, avec antipanique intégré (jusqu’à 1 800 mm de largeur de passage. ©Faac

« La protection à l’ouverture est également renforcée, la norme prévoit de protéger le refoulement pour éviter tout contact avec un obstacle – une personne ou un objet – il faut donc équiper les portes de quatre radars, deux radars latéraux pour la surveillance à l’ouverture et deux radars spécifiques qui modifient la course de la porte en cas d’obstacle », ajoute Elio Caneva. Les portes battantes sont également concernées et s’équipent de radars permettant d’éviter tout contact avec un obstacle potentiel.

ECdrive de Geze : le traitement des ponts thermiques permet d’éviter le phénomène de condensation et de protéger le bâtiment des variations climatiques, été comme hiver. ©Geze
ECdrive de Geze : le traitement des ponts thermiques permet d’éviter le phénomène de condensation et de protéger le bâtiment des variations climatiques, été comme hiver. ©Geze

Un autre sujet agite le secteur : le remplacement du système de sécurité composé d’un cordon élastique (CO 48) par une solution plus technologique. Officiellement les deux systèmes coexistent. « Nous n’avons pas encore obtenu de réponse de la part des instances légales ; nous estimons, avec les professionnels, que la norme européenne doit être appliquée et que le CO 48 fait appel à un système devenu obsolète, nous souhaitons que le texte change mais ce n’est pas acté », précise Julie Verrecchia, Chargée de développement technique du SNFPSA.

Anticipant cette tendance, Faac sort, pour les portes coulissantes, un système redondant mettant en œuvre un double moteur, le second ne servant qu’à pallier les défaillances du premier. L’idée étant de proposer un système plus fiable que la solution d’antipanique élastique, jugé techniquement limité.

Une porte au service de l’isolation thermique

La nécessité d’équiper les portes automatiques, vouées à un fort trafic, de panneaux à isolation thermique renforcée fait débat. Les uns estiment que le produit est voué à un rythme d’ouverture trop fréquent pour rendre ses performances efficaces, les autres argumentent que les portes sont souvent fermées durant la nuit et qu’elles participent ainsi à l’isolation du bâti.

Il n’empêche, les fabricants se sont mobilisés pour proposer une offre aux prescripteurs. En cohérence avec les objectifs de la RT 2012, ces produits, aussi performants soient-ils, ont néanmoins du mal à s’imposer. « La porte est un élément mineur par rapport à l’enveloppe générale du bâtiment, les bureaux d’études thermiques, avec lesquels nous avons peu de contacts, ne la prennent pas en compte », avance Annick Coutable.

Chez Portalp, qui commercialise la Diva Eco Energy depuis trois ans, Gérard Lacoste confirme que « ce marché reste une niche, qui n’intéresse les prescripteurs que pour quelques bâtiments basse consommation ». Pour autant, les bâtiments n’étant pas en fonctionnement nuit et jour, ni 365 jours sur 365, il peut être pertinent de bénéficier des performances thermiques lorsque la porte reste fermée.

« Il est également possible d’envisager un système de sas, permettant de gagner encore en efficacité » ajoute Julien Crouzil, Directeur produit et marketing chez Lacroix, distributeur exclusif de Tormax Automatic, qui a créé une gamme à rupture de pont thermique commercialisée en janvier 2016. Geze sort une version de son système coulissant linéaire ECDrive à rupture de pont thermique.

« Nous avons constaté l’augmentation de la demande pour répondre aux exigences de la RT 2012 et aux besoins d’économie d’énergie », argumente Claire Schilis, Responsable marketing de Geze. Ce système, d’une hauteur de capot de 120 mm, est combiné à un profil Comète® 50 TH à rupture de pont thermique de chez Installux. « Le système est adapté aux portes à un ou deux vantaux, jusqu’à 120 kg par vantail, avec ou sans partie fixe, avec ou sans imposte (jusqu’à 1 500 mm).

Cormelles-le-Royal dans le Calvados, l’une des 26 agences de Portalp en France. ©Portalp
Cormelles-le-Royal dans le Calvados, l’une des 26 agences de Portalp en France. ©Portalp

Son utilisation est possible sur les portes intérieures, extérieures, voies d’évacuation et issues de secours, avec un système d’ouverture intrinsèque mécanique CO 48 », ajoute Claire Schilis. Les projets d’envergure s’équipent de portes aux dimensions généreuses. Geze propose, avec Powerturn, un mécanisme d’entraînement pour portes battantes lourdes, jusqu’à 600 kg et 3 m de hauteur.

Entretien, maintenance

La législation impose deux visites par an pour contrôler l’état des systèmes. Lacroix propose à ses clients des contrats de maintenance et annonce le lancement d’une porte connectée en Wifi afin de pouvoir effectuer les dépannages à distance et permettre aux utilisateurs de paramétrer leur équipement via une application.

Faac sort un kit de rénovation RKU pour portes coulissantes : « Compatible avec les portes des fabricants européens (Ditec, Geze, Dorma, Record, etc.) il permet de remplacer la porte en conservant la poutre maîtresse et les vantaux existants », commente Elio Caneva. La stratégie de Portalp mise sur la proximité.

Powerturn : système Geze pour des vantaux jusqu’à 930 mm de largeur et 600 kg. ©Geze
Powerturn : système Geze pour des vantaux jusqu’à 930 mm de largeur et 600 kg. ©Geze

« Le SAV est notre gros point fort, nous maillons le territoire avec 26 agences, en cas de souci, le client est dépanné dans la demi-journée », explique Gérard Lacoste. « La porte automatique piétonne est un produit technologique, même si le matériel est fiable ; il peut arriver que la porte se bloque, soit parce qu’elle n’a pas été correctement entretenue, soit parce que le moteur montre des signes de faiblesse.

Or, la réparation doit être immédiate », ajoute-t-il. Sur ce point, la porte automatique piétonne s’apparente à certains produits, comme les ascenseurs, auxquels les usagers ne prêtent guère attention, mais qu’ils ne supportent pas de voir en panne.

A savoir !

Air Slide, dispositif monobloc intégrant les automatismes d’ouverture et le rideau d’air. ©Faac
Air Slide, dispositif monobloc intégrant les automatismes d’ouverture et le rideau d’air. ©Faac

Faac lance Air Slide, un rideau d’air incorporé à la traverse de la porte automatique afin de favoriser le recyclage de l’air intérieur, de réduire la déperdition thermique et de garantir une meilleure qualité de l’air, notamment en faisant barrière à l’entrée de la pollution.

LAISSER UN COMMENTAIRE