Non à l’éviction des dirigeants de la menuiserie FPEE

0
171
Non à l'éviction des dirigeants de la menuiserie FPEE

Non à l'éviction des dirigeants de la menuiserie FPEE

Près de 500 clients, salariés et fournisseurs de la menuiserie sarthoise ont manifesté pour réclamer le retour de l'ancienne direction, évincée à la demande des nouveaux actionnaires.

Parmi les manifestants, de nombreux représentants des réseaux "Arts et Fenêtres" et "Ouvertures" qui représentent 60% des débouchés de la société étaient venus de toute la France : Gers, Paris, Lille, Strasbourg."On souhaite que cette belle entreprise continue à vivre et que ses emplois restent en France", a indiqué le porte-parole des clients Vincent Mignardot, indiquant qu'ils avaient stoppé commandes et paiements à l'entreprise pour réclamer la réintégration du PDG Cécile Sanz, remplacée fin janvier par un nouveau PDG.

 

"On ne travaillera pas avec un fonds dont la seule motivation est le résultat financier", a-t-il ajouté. Des manifestants brandissaient des portraits du fondateur de l'entreprise Marc Ettienne ainsi que de Mme Sanz ainsi qu'une banderole proclamant : "Réintégration immédiate de nos dirigeants", "Touche pas à mon usine" et "Je suis FPEE"."On se battra jusqu'à ce qu'ils reviennent", a déclaré le secrétaire du comité d'entreprise Jean-Baptiste Vallet, en larmes.

 

Le fondateur Marc Ettienne, l'ex-PDG Cécile Sanz et une nouvelle direction nommée par les fonds d'investissement devenus majoritaires au capital, s'opposent depuis plusieurs jours dans un bras de fer pour le contrôle de cette entreprise, suite à une divergence de fonds sur sa stratégie financière. FPEE emploie en tout 650 personnes, dont 450 sur le site sarthois, pour un chiffre d'affaires de 150 millions d'euros.

 

M. Ettienne a commencé à vendre des parts de capital il y a douze ans à des fonds d'investissement : il n'en détient plus que 28% contre 63% aux fonds, le reste appartenant aux cadres et salariés. De leur côté les fonds d'investissements Naxicap, Pragma et Equistone, ont répliqué dans un communiqué. Ils se présentent comme des "fonds d'investissement institutionnels, actifs depuis plus de vingt ans en France, professionnels et responsables, très loin de la caricature volontiers présentée par certains" et dénoncent "une campagne de désinformation douteuse et diffamatoire".

 

Nomination d'un administrateur provisoire

 

"M. Marc Ettienne a cédé ses parts progressivement depuis 12 ans et, dans les diverses opérations, a reçu à titre personnel près de 110 MEUR", indiquent les fonds. "Bien qu'ayant quitté ses fonctions de président de FPEE depuis près de trois ans, M. Marc Ettienne et l'équipe de management, emmenée par Mme Cécile Sanz, souhaitent depuis 2014 racheter l'entreprise à bas prix", affirment-ils.

 

Sur place lundi, M. Ettienne, ému par la mobilisation, a déclaré qu'il était "prêt à revenir". Ses avocats ont en outre indiqué à l'AFP qu'ils entendaient déposer en urgence une assignation pour demander au tribunal de commerce la nomination d'un administrateur provisoire de l'entreprise.

 

Pour tenter de calmer le jeu, de son côté, le nouveau pdg nommé fin janvier par les fonds, Olivier de la Morinière, a annoncé aux salariés et aux médias à la mi-journée avoir demandé "aux deux parties", actionnaires majoritaires et ancienne direction, de se "remettre autour d'une table afin de tenter de rapprocher rapidement les positions".

Source : batirama.com / AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE