NF DTU 36.5 – Mise en œuvre des fenêtres et portes extérieures

0
1513

Domaine d’application

Le NF DTU 36.5 « Mise en œuvre des fenêtres et portes extérieures » vise à donner des prescriptions pour la conception de la mise en œuvre de la menuiserie sur son support ainsi que les conditions de mise en œuvre des :

  • fenêtres ;
  • portes-fenêtres ;
  • blocs-baie ;
  • ensembles menuisés ;
  • portes extérieures ;

qu’ils soient en acier, aluminium, bois, PVC ou mixte, à condition qu’ils soient :

  • mis en œuvre verticalement avec une inclinaison d’au plus 15° par rapport à la verticale ;
  • fixés directement au gros œuvre du bâtiment sur au moins deux côtés opposés du dormant périphérique.

Les prescriptions sont valables aussi bien pour les travaux neufs que ceux de rénovation, dans toutes les zones climatiques ou naturelles de France.

Le NF DTU 36.5 ne s’applique pas :

  • aux fenêtres incorporées en couverture, verrières ou mises en œuvre en pente à plus de 15° ;
  • aux travaux de menuiserie intérieure ;
  • aux revêtements et habillages non directement liées aux fenêtres ;
  • aux produits avec une performance de résistance au feu.

La version en vigueur de ce NF DTU, à la publication de cette fiche, est celle d’avril 2010.

Matériaux visés

Les exigences que doivent respecter l’ensemble des composants nécessaires à la mise en œuvre des fenêtres et portes-fenêtres (fenêtres, vitrages, profilés d’étanchéité, produits de fixation, etc.) sont données dans la partie 1-2 du NF DTU 36.5 “Critères généraux de choix des matériaux”.

Mise en œuvre : l’essentiel

Travaux neufs

  1. Conception de la mise en œuvre

Quelques règles essentielles à retenir :

  • Toute menuiserie ne doit pas être fixée de part et d’autre d’un joint de dilatation.
  • Les appuis de baies doivent répondre aux tolérances du NF DTU 20.1 s’ils sont en béton ou maçonnerie de petits éléments assemblés au mortier et à celles précisées en annexe B du NF DTU 36.5 s’ils sont en bois ou en métal.
  • Selon le type de mise en œuvre, des prescriptions particulières seront à respecter. L’ensemble de ces dernières est donné dans l’article 5 du NF DTU 36.5.
  • Des fixations sont à prévoir. Leur nombre et leur type dépendront du type de support. Il pourra s’agir de fixations par l’intermédiaire de pattes de liaison ou brides ou pattes de scellement, par vis et, dans des cas particuliers, par chevilles à frapper. Les fixations par collage, par injection de mousse ou par pointes ne sont pas admises par le NF DTU 36.5.
  • Quel que soit le cas considéré, il doit être prévu un calfeutrement entre le gros œuvre et le dormant de l’ouvrage concerné (fenêtre, porte-fenêtre, etc.). C’est lui qui permet d’assurer l’étanchéité à l’air et à l’eau du joint « gros œuvre-fenêtre » sur tout le périmètre de la fenêtre. Il peut être réalisé à l’aide de mastics extrudés, d’une mousse imprégnée, d’une membrane d’étanchéité, etc.
  • En fonction des types d’ouverture (coulissant, coulissant à galandage, …) ou le matériau de constitution de la fenêtre (bois, PVC, alu), des dispositions particulières doivent être prises.
  1. Mise en œuvre

Toutes les précautions doivent être prises lors du transport et de la manutention des menuiseries (arrimage, protection, etc.).

Une fois arrivés sur chantier, il est à la charge de l’entreprise de pose de réceptionner les produits sur le chantier, en particulier de contrôler leur conformité avec les DPM.

Un stockage peut être envisagé sur place sur des dispositifs adaptés permettant notamment la ventilation des menuiseries et le non contact avec le sol.

Préalablement à la mise en œuvre, le poseur doit s’assurer que :

  • les locaux sont libres et propres ;
  • les appuis de baies et les seuils sont terminés et secs ;
  • les encadrements de baies sont propres ;
  • les tracés (traits de niveau et repères des nus finis extérieur et intérieur) sont exécutés ;
  • les tolérances du gros œuvre sont respectées.

Une fois ces points contrôlés, la première étape de mise en œuvre consiste à poser le bâti dormant dans le gros œuvre. Ensuite, l’opération de vitrage et la mise en place des ouvrants peuvent pour tout ou partie être effectuées après.

Rénovation

  1. Conception de la mise en œuvre

Dans le cas de travaux de rénovation, un examen complet préalable du support existant doit être réalisé avant remise de l’offre de prix au maître d’ouvrage. Il permettra notamment :

  • d’apprécier la résistance mécanique du dormant existant ;
  • de vérifier si les fixations du dormant existant sont suffisantes pour supporter la nouvelle menuiserie et son vitrage ;
  • de permettre de proposer des solutions de traitement pour adapter le dormant existant à la nouvelle menuiserie ;
  • d’examiner l’étanchéité à l’air et à l’eau et proposer des réparations en cas de défauts ;
  • etc.

En complément de cet examen préalable et de quelques prescriptions particulières (voir article 6), l’ensemble des prescriptions données pour les travaux neufs s’applique également pour les travaux de rénovation.

  1. Mise en œuvre

Comme pour les travaux neufs, des précautions doivent être prises lors du transport et de la manutention des menuiseries (arrimage, protection, etc.).

Une fois arrivés sur chantier, il est à la charge de l’entreprise de pose de réceptionner les produits, en particulier de vérifier leur conformité avec les DPM.

Un stockage peut être envisagé sur place sur des dispositifs adaptés permettant notamment la ventilation des menuiseries et le non contact avec le sol.

Source : batirama.com

LAISSER UN COMMENTAIRE