Motorisation des protections solaires : des solutions sur-mesure

0
516
prosp1-222.jpg
prosp1-222.jpg
 
Economie d’énergie, confort, sécurité… il n’est plus nécessaire de choisir, les  systèmes de motorisation et d’automatismes peuvent répondre à toutes les attentes. Plus performants et plus fiables, ils sont aussi plus simples à poser.

 

« A l’échelle européenne, le taux de motorisation et d’automatisation toutes protections confondues est le plus élevé en France », annonce d’emblée Pascal Samama, directeur de Becker France. « Il y a une dizaine d’années, dans le secteur résidentiel, seulement 3 volets sur 10 étaient vendus motorisés. Aujourd’hui, c’est en moyenne 1 sur 2 avec une proportion légèrement plus élevée sur le marché de la rénovation, boosté par le développement de la technologie radio qui supprime la réalisation de saignées dans les murs ou la pose de goulottes peu esthétiques pour passer les câbles ». Pour rappel, ce système de transmission – sécurisée pour éviter les intrusions ou les interférences avec d’autres appareils – permet de s’affranchir des câbles électriques entre le moteur tubulaire équipé d’un récepteur intégré, les éventuels capteurs climatiques et le boitier de commande qui peut être multicanaux pour piloter plusieurs protections, store, volet roulant, brise-soleil orientable (BSO).

La technologie radio s’impose

Peu à peu, la technologie radio s’impose donc par rapport à la technologie filaire. Sans dégât mais aussi prosp3-222.jpgplus rapide, le montage devient également plus économique mais surtout plus simple, « un impératif quand on sait que la formation de la main d’œuvre est inégale », ajoute Pascal Samama. « Les moteurs à programmation électronique (version radio ou filaire) par exemple gèrent désormais automatiquement le réglage des fins de course auparavant minutieux avec les moteurs mécaniques. Plus de flexibilité également avec les câbles de branchement enfichable, qui facilitent le montage et le démontage lors des opérations de maintenance ». Pour Céline Noir, chef de groupe automatismes résidentiel & stores extérieurs chez Somfy, « l’avenir est sans conteste aux installations sans câblage mais plus encore aux moteurs totalement autonomes c’est-à-dire ne nécessitant aucun raccord au réseau électrique pour être alimentés donc ni intervention d’un électricien, ni habilitation électrique de la part de l’installateur. Ces  produits  fonctionnent sur piles ou bien à l’énergie solaire ». Moteur à piles pour store de Somfy ou moteur pour volet roulant, composé d’un panneau solaire, d’une batterie et d’un moteur radio à courant continu, du fabricant Simu

Des capteurs pour une installation automatisée

Dans la gamme des automatismes – ces capteurs et horloges qui vont commander et piloter par liaison prosp2-222.jpgradio ou filaire les protections à la place de l’utilisateur, les produits fonctionnant sur piles ou grâce à des cellules photovoltaïques intégrées ne manquent pas. Avantage : il suffit de les ventouser sur la vitre et le tour est joué. Le fabricant allemand elero propose tout une gamme radio fonctionnant à l’énergie solaire, tandis qu’un autre fabricant allemand, Becker, propose en version radio fonctionnant sur piles. Si motoriser une protection est synonyme de confort tout en garantissant la longévité accrue de la protection, les capteurs sont aujourd’hui des éléments incontournables pour réaliser une installation automatisée, totalement autonome. Cette installation prend en charge intelligemment, sans aucune intervention de l’occupant, l’ouverture et la fermeture des protections ou encore l’orientation des lames des brises soleil, en laissant la priorité aux économies d’énergie, au confort ou à la sécurité, en fonction des situations de vie et du produit.

Vers un esprit domotique

Confort ultime, ces capteurs peuvent tout faire… ou presque ! Couplés à une horloge, les volets roulants prosp4-222.jpget les stores verticaux s’ouvrent et se ferment à horaire prédéterminé ou aux heures de lever et de coucher du soleil. Ils peuvent également être gérés par un capteur intérieur réagissant au niveau d’ensoleillement ou à la température extérieure. Certains intègrent même une fonction bris de glace commandant la fermeture du volet pour mettre le local ou l’habitation en sécurité. Les stores bannes sont associés à des anémomètres, des capteurs soleil et des capteurs pluie qui pilotent leur remontée ou leur descente. Dans une même gamme, tous ces automatismes peuvent être combinés pour imaginer des systèmes de protection complets et sont même compatibles, selon les fabricants, avec les protocoles de communication comme KNX, Lon ou Io-Homecontrol pour des applications dans un esprit domotique.


Avis d’expert
Serge Jauré, architecte et directeur du bureau d’étude HQE ArchiMedes (34).
L’optimisation des dépenses énergétiques passe par l’automatisation des protections  

« En secteur tertiaire comme en résidentiel, pour améliorer le bilan énergétique d’un bâtiment, la motorisation des différents systèmes d’occultation pilotés par un interrupteur ou, dans le meilleur des cas, par une commande centralisée ne suffit plus car seul l’utilisateur décide du pilotage. Il faut donc mettre en place des automatismes qui vont faire fonctionner les protections indépendamment des occupants pour suppléer à leur absence ou à leur carence en matière de gestion des apports énergétiques. En hiver, fermer les protections la nuit et les maintenir ouvertes pour profiter des apports solaires passifs permet de réduire de 15 à 25 % les besoins en chauffage. En été, une bonne protection solaire peut faire gagner jusqu’à 9°C à l’intérieur. Cette gestion dynamique doit se faire pièce par pièce et non façade par façade pour prendre en compte le mode d’occupation et la présence d’un spectre végétal. Chaque pièce doit être équipée d’un système gérant le niveau d’éclairement pour le confort visuel, les apports de chaleur, les déperditions, le rafraichissement. Nous avons mis au point SOS (Self Opening and Shadings) un automatisme intégrant un capteur météo, de luminosité et de présence (le seul sur le marché actuellement), qui prend en charge l’ouverture et la fermeture des protections et, éventuellement en complément, celle de la fenêtre pour la ventilation naturelle : la personne est présente dans la pièce, le confort visuel prime ; en son absence, ce sont les conditions extérieures pour optimiser la température intérieure ».  www.archimedes.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE