Médiathèque Loire Forez (Montbrison) : une passerelle de verre entre les XIIIe et XXIe siècles

0
432
©Gilles Aymard
©Gilles Aymard

Une médiathèque est toujours un équipement clé et un signal fort. Prévue pour ouvrir en septembre 2016, celle voulue à Montbrison par la Communauté d’agglomération Loire Forez l’est d’autant plus.

D’une part, « comme celle, communautaire, de Saint-Just Saint-Rambert, elle doit jouer un rôle structurant au cœur d’un important réseau culturel, explique le maître d’ouvrage. Il s’agit de développer l’accès gratuit à la connaissance et à la culture de manière cohérente et équitable. » D’autre part, elle fait le pont sur huit siècles, en valorisant l’ancien couvent des Cordeliers (XIIIe s.), ses évolutions majeures du XVIIIe s. et son inscription dans la cité par des restaurations et des extensions contemporaines, dont la principale est entièrement vitrée.

Les enjeux : jeux d’ombre et de lumière

De l’ancien couvent demeuraient la nef, les arcs d’entrée des chapelles, le portail ouest, des baies à remplages, une série d’oratoires et l’oculus central. Œuvrant avec les architectes du patrimoine et ceux en charge des espaces publics alentours, l’Atelier d’architecture Rivat a logé le programme de 1 790 m2 utiles selon un parti-pris axé sur le rapport ombre/lumière.

Dès l’entrée, grâce à une verrière créée en toiture, une faille verticale lumineuse révèle la majesté initiale de la nef désormais divisée en 5 niveaux. Sur le versant sud, des espaces mariant verre et cuivre réinterprètent d’anciennes chapelles. Encore plus spectaculaire est l’extension vitrée dans l’angle du U formé par l’église avec l’ancien cloître, éclairant l’intérieur en même temps qu’elle reflète les murs mitoyens. Au plan thermique, cette façade tout verre se doit d’être très performante.

Les solutions Wicona : esthétique contemporaine et performance thermique

Déployé sur 270 m2 (18 m de long par 3,5 m de profondeur et 12 m de haut), le système de façade en vitrage structurel WICTEC 50SG satisfaisait le mieux la volonté d’un rendu lisse sans structure apparente tout en étant adapté à de grands volumes vitrés (1,5 par 4 m). Il remplit aussi les exigences énergétiques liées à l’exposition nord.

Les bénéfices : génie du lieu

Après des fouilles archéologiques et deux ans et demi de travaux, la médiathèque traduit le génie du lieu. Plus qu’un équipement culturel, elle est un symbole marqué par le dialogue entre l’ancienne église et l’extension, passerelle de verre entre les XIIIe et XXIe siècles.

Témoignages

Julien Rivat, Architecte mandataire, Atelier d’architecture Rivat

« L’extension tout verre est l’aboutissement d’une réflexion sur le fait de témoigner de l’histoire du lieu et sur la thématique ombre/lumière. Ainsi, on choisit le livre dans les salles de conservation logées dans la nef et on vient le lire à la lumière des salles de lecture du XXIe siècle… Au plan fonctionnel, ce mur-rideau en vitrage structurel a permis d’obtenir un haut confort thermique. Au plan esthétique, l’invisibilité de la structure met en valeur les jeux de reflets des vitrages : non seulement ils reflètent l’ancien couvent mais leurs sérigraphies, qui reproduisent les vers d’un poète de la région, sont légèrement réfléchissantes, créant un double effet-miroir. »

Sandrine Rondepierre,  Directrice technique Aluminium, Blanchet-Métallerie du Forez

« Face à la volonté de l’architecte d’avoir un résultat très lisse, nous avons préconisé ce principe de façade clamée, reprise sur l’ossature acier réalisée par nos soins. Les vitrages sont lourds et de grandes dimensions, ce qui n’était pas sans poser des difficultés d’accrochage. Nous avons beaucoup fait participer Wicona et AGC, notre fournisseur de vitrages, afin de trouver les bonnes solutions et de gérer au mieux l’angle entre la façade principale et le retour. »

LAISSER UN COMMENTAIRE