Machecoul (44) Des salariés du Groupe Bel’M deviennent actionnaires

0
294
belmoprateur.jpg

belmoprateur.jpgLe tiers des effectifs en CDI, soit 137 salariés, sont devenus actionnaires du groupe, avec une répartition égale entre les collèges ouvriers, employés/agents de maîtrise et cadres.

 

Cet événement révèle un mode de gouvernance qui s’inscrit dans la démarche de Responsabilité Sociale et Environnementale engagée par le concepteur et fabricant de portes d’entrée et qui recueille l’adhésion des salariés. En décembre 2007, Bel’M assurait durablement son indépendance en accordant, grâce au désendettement, la majorité de contrôle du Groupe à son

management. Yann Rolland, PDG du Groupe, et la société des salariés actionnaires de Bel’M (SAB, société créée en 2005 par les salariés pour investir dans le Groupe) maintenaient 100 % de leurs titres. Yann Rolland était majoritaire et les 98 salariés actionnaires détenaient 13 % du capital.

 

En juillet 2009, une nouvelle société des salariés actionnaires de Bel’M est créée (SAB 2). Après avoir revendu leurs actions, 92 salariés sur 98 renouvellent leur confiance et réinvestissent dans la SAB 2, pour un montant correspondant à 60 % de la valeur de la cession totale. 45 salariés qui n’étaient pas encore actionnaires choisissent de le devenir. Désormais, ce sont donc 137 salariés qui sont actionnaires du Groupe. Les actionnaires financiers ont spontanément participé à cette opération, en acquérant les actions rendues disponibles par la SAB.

 

Après cette opération, la répartition du capital de Bel’M est la suivante : Yann

Rolland : 57 %, SAB2 : 10 %, Bruno Hug de Larauze : 2 %, investisseurs financiers : 31 %.

« Je reçois ce message de confiance dans l’avenir de Bel’m, comme une vraie responsabilité », explique Yann Rolland, « devenir actionnaire est une possibilité offerte aux salariés de Bel’M d’adhérer au projet d’entreprise, de partager ses risques mais aussi les fruits de sa croissance, de marquer la confiance dans son avenir et dans le travail de ses équipes. La plus-value financière liée aux résultats de l’entreprise est une rémunération supplémentaire qui est motivante et mobilisatrice pour les collaborateurs». Cette opération intègre le volet social de la démarche de responsabilité sociale et environnementale de Bel’M, auditée par la société de notation extra-financière Vigéo, et qui a récemment obtenu le Label Lucie et le Trophée de la Responsabilité Globale Audencia.

 

Crédit photo : Bel’M

LAISSER UN COMMENTAIRE