L’innovation en matière de solaire thermique récompensée en Lorraine

0
118
L’une des étapes de la fabrication du capteur solaire sur le site Viessmann Faulquemont ©Viessman
L’une des étapes de la fabrication du capteur solaire sur le site Viessmann Faulquemont ©Viessman

La Société Française de Physique a décidé d’attribuer le Prix Yves Rocard 2016* conjointement à Fabien Capon, enseignant-chercheur à l’Institut Jean Lamour (laboratoire du CNRS et de l’Université de Lorraine) et à David Mercs, responsable du développement des couches solaires chez Viessmann pour la mise en œuvre d’une nouvelle génération de capteurs solaires thermiques « actifs ». Ils recevront leur prix le 23 mars 2017 lors d’une cérémonie au Palais de la Découverte à Paris.

L’Institut Jean Lamour (IJL) et Viessmann Faulquemont ont imaginé un dispositif qui permet de limiter la surchauffe des capteurs et d’accroître leur durée de vie. Il repose sur le développement de couches minces sélectives thermochromes à base d’oxydes de vanadium et d’aluminium. Ce dispositif auto-adaptif innovant a été protégé par une demande de brevet international.

Ce travail a été mené en grande partie grâce à plusieurs thèses CIFRE initiées dès 2010, puis dans le cadre du « laboratoire commun » SOLARIS (Solutions Appliquées à la Recherche d’Innovations Solaires) créé en 2014, programme financé par l’Agence nationale de la recherche.
En termes d’impact économique, 82 % des 77 000 capteurs solaires thermiques commercialisés en 2016 par la société Viessmann Faulquemont SAS étaient munis de cette nouvelle couche thermochrome. Ceci a généré un chiffre d’affaires d’environ 13 millions d’euros en 2016 et cette activité correspond à une centaine d’emplois.

Pour mémoire, en 2010 déjà, des chercheurs de l’IJL avaient reçu ce prix pour l’invention d’un capteur magnétique de troisième génération utilisé dans l’automobile et breveté par SNR Roulements. Et en 1999, Jean-Marie Dubois, fondateur de l’IJL, en avait été récompensé pour la mise au point d’un revêtement à base d’alliages quasi-cristallins utilisé par la société SITRAM pour différents ustensiles de cuisson.

* Ce prix récompense chaque année un transfert de technologie réussi entre un laboratoire de recherche et une entreprise.

LAISSER UN COMMENTAIRE