L’Île Seguin dévoile un projet artistique et culturel

0
207

Un « grand pôle culturel et artistique » verra le jour à horizon 2021 sur l’île Seguin, près de Paris, où doit également ouvrir au printemps un important complexe musical.

Porté par le groupe immobilier Emerige et son associé AOG, ce pôle culturel, situé sur la pointe amont, comprendra un centre d’art pluridisciplinaire, un multiplexe de cinémas, et un hôtel « tourné vers la création contemporaine », ont précisé Pierre-Christophe Baguet, maire de Boulogne-Billancourt et président de Grand Paris Seine Ouest, et Laurent Dumas, président du Groupe Emerige.

La conception du centre d’art (5.600 m2) et du multiplex de 8 salles, desservies par une galerie donnant sur la Seine, a été confiée au trio catalan de RCR Arquitectes, créateurs du Musée Soulages à Rodez, et à l’agence française Calq.

À l’extrémité de la pointe sera édifié un hôtel imaginé par l’agence autrichienne Baumschlager Eberle qui a déjà construit l’immeuble « Le Trapèze » à Boulogne-Billancourt. Chacune de ses 220 chambres abritera une oeuvre d’art réalisée par un artiste de la scène française émergente.

3 agences d’architecture mobilisées

Ce programme, intitulé « 1 chambre, 1 œuvre », est la déclinaison de la charte « 1 immeuble, 1 œuvre » signée fin 2015 avec le ministère de la Culture par des poids-lourds de l’immobilier dont Emerige.

Selon les promoteurs, les trois agences d’architecture mobilisées dialogueront entre elles et avec le paysagiste Michel Desvigne, chargé des 2.000 m2 de terrasse à 18 mètres de hauteur et des espaces extérieurs dont 700 m2 de toiture végétalisée.

Le centre d’art accueillera dans un premier temps la collection de Laurent Dumas, ainsi que la collection d’art Renault. Des collaborations sont envisagées avec la Fondation Giacometti et la Fondation Gandur pour l’Art.

« La Seine musicale »

A l’autre pointe de l’île, « La Seine musicale », édifiée sur l’ancien site des usines Renault, comprend un auditorium classique de 1.150 places et une grande salle de spectacle de 4.000 places (6.000 en « assis-debout »).

L’ensemble, qui ouvrira au printemps, se présente sous la forme d’un énorme « oeuf » de verre gainé de croisillons de bois, alimenté par une gigantesque voile de panneaux solaires pivotante. Il est l’œuvre de l’architecte japonais Shigeru Ban (prix Pritzker 2014 et auteur du Centre Pompidou-Metz).

LAISSER UN COMMENTAIRE