L’arrivée des portails avec moteurs intégrés

0
228
portail1-218.jpg

portail1-218.jpgLa tendance du marché est à la démocratisation des automatismes qui équipent les portails coulissants ou battants. L’arrivée des moteurs intégrés facilite le travail des installateurs qui ne craignent pas, avec ce genre de produits, d’être en défaut avec la norme européenne en vigueur.

 

Motorisés, silencieux, élégants, nourris à l’énergie solaire, les portails contemporains alignent de nombreux atouts. « Aujourd’hui, les automatismes se démocratisent, alors qu’ils n’équipaient hier que les produits de luxe, les portails motorisés font désormais partie des biens courants » note Philippe Dura, le portail2-218.jpgresponsable marketing de Came Automatismes. Il existe trois modes de fabrication qui correspondent à des assemblages différents, le portail peut être soudé, mécano-soudé ou mécanique. La différence ? Certains fabricants argumentent que la soudure assure une meilleures rigidité à l’ensemble. C’est le cas de Vincent Farreyrol, responsable marketing de Clonor pour qui « la fiabilité de la soudure est plus importante que celle d’un assemblage par vis ». Clonor, métallier d’origine, conserve les procédés de fabrication qu’il utilise avec l’acier. D’autres comme Porteo avancent des arguments différents : « nos portails en aluminium sont mécano-assemblés, mortaisés dans leur intégralité avec une contre-plaque de 10 mm boulonnée, ce qui leur donne une rigidité et une durée de vie exceptionnelle. Alors qu’avec des soudures, les risques d’oxydation sont réels et si la soudure casse, il faut changer l’ensemble du portail » martèle Romain Casagnaud, directeur marketing de Porteo. Le débat est ouvert. Chez Rothe Fermetures, les trois techniques sont mises en œuvres pour produire trois gamme de produits : Manéo, Alias et Alizée. Le premier présente un aspect fer forgé, le second des formes semi-arrondies, le troisième un desing architectural, rectangulaire.

Une norme européenne contraignante

Le domaine d’application du référentiel normatif européen se rapporte aux portes et portails industriels, commerciaux et de garages, manuels ou motorisés. La NF EN 13241-1, obligatoire depuis 2005, est la norme « produit » qui chapeaute l’ensemble. Trois autres normes issues du CENELEC (Comité Européen de Normalisation Electrotechnique) concernent les motorisations. Leurs annexes comportent des réponses techniques aux exigences fixées par la réglementation européenne et ont une portée obligatoire.
Ce sont les performances des produits qui importent : les moyens et les techniques pour les atteindre sont du ressort des professionnels. C’est l’une des différences fondamentales du référentiel normatif européen avec la norme française NF P25-362. Un des points importants est qu’il faut faire certifier un ensemble motorisé et non associer à une motorisation CE à un portail CE. Si par ses exigences, la nouvelle norme peut s’avérer contraignante pour certains installateurs indépendants, le recours à des portails avec motorisation intégrée certifiés conformes à la norme NF EN130241 permet de laisser au fabricant le soin d’assurer la conformité mutuelle entre le portail et le moteur installés.

La sécurité des modèles « EN tested »

Tous les portails fabriqués aujourd’hui le sont pour accueillir une motorisation. En général, les renforts nécessaires sont prévus dans les profilés. Dans ce cas, l’installateur choisit le moteur préconisé par le portail3-218.jpggammiste ou opte pour un moteur facile à poser. Hörmann commercialise ainsi des modèles simples à mettre en œuvre : Rota Matic pour les portails pivotants et Linea Matic pour les portails coulissants. Depuis le début de l’année, Novoferm, spécialisé dans la motorisation des portes de garage, complète son offre avec un portail de jardin, « Novogate », équipé d’un moteur à transmission par courroie crantée. Précâble en usine, son temps de pose est optimisé. Mieux, aujourd’hui de nombreux modèles sont fabriqués avec moteur intégré. Les portail4-218.jpgdeux moteurs sont déclinés en plusieurs versions selon la puissance désirée, calculée en fonction des dimensions du portail et donc du poids à tracter. « Un modèle intègre même un accumulateur doté d’un module solaire qui permet de bénéficier de l’automatisme sans avoir à raccorder le système à l’installation électrique de la maison » ajouts Thierry Julienne Directeur chez Hörmann France.

Les gammistes passent des partenariats avec les fabricants d’automatismes pour obtenir des homologations (voir encadré). C’est le cas de Technal qui recommande FAAC et bientôt Nice. « Les homologations avec les produits Nice sont encours, nous avons prévu plusieurs modèles, moteur encastré, bras articulé, etc. » précise Guy Aubertin, chef de produit Technal. L’objectif étant de proposer une panoplie assez large afin de satisfaire la demande. Les modèles testés pour être conformes à la norme européenne intègrent par ailleurs tous les éléments garantissant la sécurité des personnes et des biens. Daitem lance la gamme « Horizon » pour offrir une sécurité maximale à l’accès d’une habitation et une prévention des risques et des accidents optimale : flash portail5-218.jpgclignotant, cellules de détection livrées dans les ensembles, fonction de détection d’obstacles et anti-écrasement. Compatibles avec les produits de la gamme Espace du fabricant, ils offrent la possibilité de combiner la commande de l’automatisme de portail et la commande d’un système d’alarme. L’offre de Came Automatismes, et notamment le moteur BX pour les coulissants dispose également du module de détection d’obstacle, du ralentissement en fin de portail et la commande d’un course pour éviter les chocs, d’une batterie de secours et d’une télécommande. Un encodeur facilite la gestion du mouvement et donc du ralentissement. Ce moteur peut tracter jusqu’à 300 kg. Depuis un an, le fabricant commercialise un moteur aux fonctionnalités identiques, baptisé Amico, pour tracter les portails battants, jusqu’à 250 kg par vantail. Sa nouvelle électronique permet de disposer en outre de Leds de signalisation intégrée pour un diagnostic de l’état des fonctions. L’installation s’opère au moyen d’un câble unique à trois conducteurs reliant la gestion de l’alimentation et les ralentisseurs.Le moteur est livré avec armoire de commande et une carte pour effectuer les branchements de deux batteries de secours.

Les risques encourus par les installateurs de produits non marqués CE

La norme applicable aux portails est la norme AFNOR EN 13241-1. Le certificat de conformité à cette norme doit être délivré par un organisme comme le CSTB, le CTBA, ou le CETIM. A défaut de marquage CE, le fabricant et l’installateur qui mettent sur le marché un tel produit encourent des sanctions pénales en cas d’accident. L’installateur a mission de recommandation des produits envers ses clients.

Enfin, les automatismes se font discrets. Ditec propose une série dédiée aux portails battants enterrés, portail6-218.jpgCubic 6, qui ne présente aucun encombrement sur les parties apparentes et permet leur mouvement sans en altérer le style ni l’image. Simple et fonctionnel, il est constitué d’une caisse de fondation en acier galvanisé enterrée, dans laquelle sont logés le motoréducteur IP67 et les groupes de renvoi mécaniques qui transmettent le mouvement au vantail du portail. La fixation se fait au moyen de vis en acier inox déjà englobées dans la caisse de fondation. Il existe en plusieurs versions, dans la version à 110°, le mouvement de rotation a lieu au travers d’un système à leviers, tandis que dans la version à 180°, en option, au travers d’une réduction à chaîne. En enterrant le système, le moteur disparaît pour laisser place au seul design du portail et à son environnement.

V.M.

Crédits Photos : Daitem – Technal – Came Automatismes – Porteo – Rothe Fermetures

Un marché en plein essor
Selon MSI, « la part des portails motorisés dans le total des ventes de portails destinés au secteur des logements individuels a progressé de 10 points entre 2003 et 2007 ». Cette progression semble liée aux agréments de confort et de sécurité apportés par l’utilisation d’un portail à manœuvre électrique. Il s’agit de la première motivation des consommateurs. L’ouverture d’un portail motorisé s’avère notamment plus aisée et moins « physique ». Un atout pour les personnes âgées. D’autres arguments « prêchent » en faveur de la motorisation : grâce à l’émetteur radio, le conducteur n’a plus besoin de sortir de son véhicule pour ouvrir ou fermer le portail, la circulation ainsi mieux assurée, le temps d’encombrement de la voie publique moindre, etc. Alors que les consommateurs remplacent leur portail, ils ont donc tendance à s’équiper d’un produit motorisé. D’autant que les prix ont baissé. La diminution du coût final d’un portail motorisé s’explique notamment par le développement des ventes de systèmes de motorisation en kit et par le développement, par les motoristes traditionnels, d’une offre spécialement dédiée à la grande distribution. Enfin, les ventes sont portées par les nouvelles offres de portails avec moteur intégré, la miniaturisation des moteurs, la diminution de leur nuisance sonore.
(Source : Le Marché des Portails, des Portillons et des Clôtures en France, publiée en Décembre 2007 par MSI Reports).

 

LAISSER UN COMMENTAIRE