L’Ademe en 2013 : accompagner la transition écologique et énergétique

0
217
logo-ademe.png

logo-ademe.pngL’Ademe annonce ses principales missions en  2013 : porter les scénarios dans le débat national sur la transition énergétique, en droite ligne avec l’élaboration de sa vision énergétique, cohérente et transversale, d’une société durable.

Celle-ci devrait permettre à la France d’aller vers un nouveau modèle de développement prenant notamment en compte les défis du changement climatique et de la raréfaction des ressources naturelles.

Depuis plus de 20 ans, l’Ademe met au service des pouvoirs publics, des collectivités, des professionnels et du grand public son expertise sur toutes les problématiques environnementales et énergétiques, ainsi que sa capacité d’intervention sur l’ensemble du territoire national.

« Chacun peut agir, individuellement, comme à l’échelle de l’entreprise ou de la collectivité. Les solutions concrètes existent déjà. Les démarches exemplaires se diffusent sur notre territoire.

Il faut à présent les démultiplier.

Il faut éclairer par l’exemple, montrer que des changements s’opèrent, rassembler toutes les énergies et apprendre ensemble, ce sont les « indispensables » pour appréhender les 20 prochaines années avec des perspectives durables » affirme François Loos, Président de l’Ademe.

Ainsi, l’ensemble des services de l’Agence s’est mobilisé dans le cadre d’un exercice inédit de prospective énergétique à échéances 2030 et 2050 dans différents secteurs d’activités (bâtiments et organisation urbaine, … ) face à la question de la demande d’énergie et aux possibilités de réduire cette demande, et de notamment parvenir à une réduction par quatre des émissions de gaz à effet de serre du pays.

en 2013, ce travail sera enrichi d’un volet macroéconomique afin de mettre en lumière les investissements nécessaires et les impacts sur l’économie.

L’Ademe contribuera de manière active au débat sur la transition énergétique à la fois au niveau national et local en apportant son expertise, notamment l’analyse formalisée dans le cadre de ses scénarios.

Elle soutiendra les actions d’information et de mobilisation de tous les acteurs sur le débat.

Autour de 2 leviers essentiels, l’innovation et l’action territoriale pour le secteur stratégique du bâtiment, l’Agence a accompagné à ce jour près de 80 projets dans les domaines stratégiques où la France a l’opportunité de développer des filières industrielles solides et compétitives : transport/mobilité, énergie, bâtiment, réseaux électriques et économie circulaire, procédés industriels.

L’Ademe a ainsi intensifié son action dans les territoires, en accompagnant la mise en place des Plans- Climat-Energie-Territoriaux (PCET).

Ces projets territoriaux ont deux finalités : la réduction des émissions de gaz à effet de serre (ou atténuation) et l’adaptation aux évolutions du climat (modification de la politique territoriale sur le long terme). 458 PCET sont en cours de réalisation. On en comptait 210 en 2010. 61 de ces collectivités – soit près de 7 millions d’habitants – sont aujourd’hui engagées dans une démarche Cit’ergie® pour structurer leur PCET, et elles devraient être 100 à fin 2013 (20 en 2010).

15 de ces 61 collectivités ont d’ores et déjà obtenu le Label Cit’ergie®.

Un secteur stratégique : le bâtiment

La Conférence environnementale a fixé la priorité des mois à venir : le secteur du bâtiment ; il est à lui seul responsable de la consommation de 43% de l’énergie finale et de 25% des émissions de CO2.

La France a fait des progrès significatifs en matière de performance énergétique dans le domaine de la construction. Mais les efforts doivent maintenant se concentrer sur le parc existant avec un plan ambitieux en faveur de la rénovation thermique.

La stratégie gouvernementale devrait renforcer le niveau des objectifs et les moyens à mettre à oeuvre pour améliorer les performances du parc immobilier et réduire la vulnérabilité des Français face à la volatilité des prix de l’énergie.

En 2013, dans le cadre des orientations gouvernementales, l’Ademe continuera à favoriser la mise en place de nouveaux dispositifs d’aide aux particuliers, aux entreprises et aux collectivités pour améliorer la performance environnementale des bâtiments.

L’un des axes prioritaires de son intervention portera sur l’accompagnement des particuliers dans leurs démarches de rénovation par le biais de « plateformes locales de rénovation thermique » regroupant l’ensemble des parties prenantes de la rénovation thermique : les collectivités, les professionnels du bâtiment, le grand public et le milieu bancaire.

Elle poursuivra par ailleurs son action en faveur de la mobilisation et de la formation des professionnels avec en particulier la mention « Reconnu Grenelle Environnement » (RGE) et le travail de pilotage du projet européen Build Up Skills initié en 2012 pour dessiner les priorités de la formation des professionnels du bâtiment à horizon 2020.

L’amélioration de la performance du logement est une priorité, mais demande un investissement en temps et en argent aux particuliers, collectivités, entreprises et bailleurs sociaux.

Avec la RT 2012, tous les bâtiments nouvellement construits doivent être à basse consommation d’énergie (BBC). Tous ceux construits à partir de 2020 devront être à « énergie positive » (BEPOS), c’est-à-dire qu’ils produiront plus d’énergie qu’ils n’en consomment. En cohérence avec la feuille de route fixée lors de la Conférence environnementale, l’Ademe travaille sur les innovations techniques et les moyens humains à mettre en oeuvre pour construire le secteur du bâtiment de demain.

LAISSER UN COMMENTAIRE