La révolution des corps

0
141
©Richard Sprang - Architecte : Jean-Paul Meyran - Profils Systèmes
©Richard Sprang - Architecte : Jean-Paul Meyran - Profils Systèmes

Inauguré en septembre 2014 à Montpellier, R-Révolution Santé, premier centre d’optimisation de santé en France, se veut être un concept novateur en matière de prévention des maladies. Etre à l’écoute de son corps, prévenir l’apparition de certaines maladies chroniques, vivre plus longtemps…

Tout sauf une chimère, selon Yann Desplan, directeur général du groupe catalan Fontalvie. Au “bien-être”, expression trop souvent galvaudée, ce dernier préfère la formule “être mieux”, qui colle exactement à la philosophie de R-Révolution Santé, premier centre d’optimisation santé de France.

Ce site pilote, basé à Montpellier, part d’un constat presque paradoxal : l’Etat providence, parce qu’il prend à sa charge l’ensemble des frais médicaux du malade, déresponsabiliserait les citoyens/patients concernant leur propre santé. Autrement dit, nous n’irions voir le médecin qu’une fois survenue l’apparition des premiers symptômes. Pas faux, pour certains.

« Il n’y a pourtant pas de fatalité », insiste M. Desplan. « A condition de travailler dans un cadre préventif », renchérit Audrey Brun, directrice du développement et psychologue de formation. Ambitionnant de renverser le circuit traditionnel, R-Révolution Santé se veut un rempart à la mauvaise hygiène de vie, « ce qui est la vocation de la médecine préventive », soulignent-ils.

Le patron fixe les objectifs : « Nous faisons des bilans du mode de vie, à la fois environnementaux, physiologiques, psychologiques… Nous ne recherchons pas une maladie, au contraire, nous voulons être prédictifs, en observant les facteurs de risque et de protection de la personne. Il est fondamental de pouvoir les situer dans leur environnement (antécédents familiaux, pratique du sport, nutrition, sédentarité, génétique…). A partir de là, on propose des stratégies de santé, un plan d’action qu’on met en pratique à R-Révolution Santé. On ne s’arrête pas au diagnostic », explique Yann Desplan.

Le bâtiment vit différemment selon les heures de la journée

Cas pratique exemplaire : un fumeur patenté soucieux de se libérer de son addiction sera accompagné tout au long de sa démarche, de trois à six mois en moyenne. Avec, pour levier principal, sa motivation, mais aussi la qualité de son sommeil, de son alimentation…

« Il n’y a pas que la dimension de l’activité physique. Nous aidons la personne à retrouver un autre stimuli de plaisir afin de contrecarrer son addiction. Toutes les techniques que nous développons ont été validées scientifiquement », précise la direction. Et de citer l’ensemble des spécialisations regroupées au sein de l’établissement : kinésithérapeutes, psychologues, nutritionnistes, ostéopathes, naturopathes…

L’équipement matériel est au diapason, fort de dizaine d’appareils dernier cri de remise en forme et d’évaluation à rendre jaloux n’importe quelle salle de gym. Sans oublier la partie sauna, hammam, jacuzzi, rivière de galets, salles de massage aux allures de spa.

Cette pluridisciplinarité, véritable marque de fabrique du groupe, essence même du projet R-Révolution Santé, se décline tout au long de la montée des quatre étages, lumineux et si apaisants. Car il fallait une architecture novatrice, ambitieuse, presque iconoclaste pour donner vie, optimisme et énergie à ce projet. Boulevard Pénélope, en lisière du quartier Odysseum.

Impossible de le rater. L’édifice en impose, vaisseau rectangulaire couvert de points de couleurs matérialisés par des hublots bleus, roses, violets, jaunes, rouges et orangés. Classique et punchy. Ces derniers, visibles à toute heure du cadran solaire, reflètent une sensation chaude et rassurante, un bien-être spontané.

Les codes de la santé demeurent néanmoins présents : le blanc immaculé règne à l’intérieur, relevé par un mobilier bleu/vert propre aux établissements de santé. Mais il se teinte d’une couleur différente, selon qu’il s’agisse d’une salle de détente, de remise en forme ou de consultation. Comme une matière organique. « L’immeuble vit en fonction de l’heure. Les faisceaux lumineux ne sont pas les mêmes le matin ou le soir. Ça donne une atmosphère très particulière. » D’autant qu’au loin, se découvre la Méditerranée…

Privilégier la prévention, en complémentarité avec la médecine traditionnelle

Inauguré en septembre 2014, R-Révolution Santé a visiblement gagné le pari des présentations. Yann Desplan ne peut cacher son enthousiasme : « La première impression est capitale. On voulait un immeuble accueillant et ouvert sur l’extérieur qui, en même temps évoque un cocon où on se sente bien.

Venir chez nous, c’est rencontrer un contexte agréable et entraînant. » Un concept architectural innovant qui a séduit Marrakech, endroit où il fait bon vivre et théâtre de l’ouverture d’un deuxième centre en novembre 2015. Là aussi, Fontalvie mise sur un édifice haut de gamme de plus de 1000 m2 avec piscine et tout le toutim.

Il faut y voir le fruit de l’expérience. Ainsi, avant de prendre le virage de la médecine préventive, la famille Desplan a, durant plus de vingt ans, misé sur ses “Cliniques du Souffle”, créées en 1991 et vendues au printemps dernier au fonds d’investissement Parquest Capital.

« A l’époque, on avait mis en place une technique de réhabilitation santé, c’est-à-dire qu’on répondait aux besoins spécifiques des pathologies respiratoires (asthme, tabaccologie, problèmes cardiovasculaires…). Mais on s’est rendu compte qu’on arrivait extrêmement tard dans le processus, la maladie était déjà installée.

C’est pourquoi, on privilégie désormais une démarche de prévention primaire et secondaire », expose Audrey Brun. Engagé le 7 janvier dans une procédure de sauvegarde, Fontalvie, qui possède en outre les Halles Solanid, s’est donc naturellement recentré sur ses activités alimentation santé et optimisation santé, nanti d’un chiffre d’affaires annuel de 5 millions d’euros.

Alors que le quatrième étage abrite le cabinet médical MS4P- indépendant de R-Révolution Santé -, le rez-de-chaussée affiche directement la couleur, en exposant un restaurant alimentation. Produits frais, de saison, fait main, tout est fait pour réhabiliter plaisir et équilibre, et donc, séduire le client avide de changement. Ultra-tendance, à l’exemple de ce qui se fait déjà en Amérique du Nord, R-Révolution Santé s’enorgueillit d’accompagner une population de tous âges et tous milieux sociaux, y compris, à l’occasion, des sportifs de haut niveau.

Reste maintenant à pérenniser le concept et à faire florès en France. Jacques Desplan, médecin pneumologue, président et fondateur de Fontalvie et accessoirement grand sportif devant l’éternel (il a défié l’Himalaya), en est persuadé : R-Révolution Santé est un projet visionnaire qui s’inscrit dans un nouveau rapport des Français avec leur santé. Connais-toi toi-même…

Le précepte des philosophes reste d’actualité, selon Yann Desplan : « Dans la médecine curative traditionnelle, on ne soigne pas un malade mais une maladie. Nous, on se situe en amont de la maladie, donc le but est que les gens viennent chez nous pour éviter d’être rattrapés par la médecine traditionnelle. Notre démarche est complémentaire. »

Questions à… Jean-Paul Meyran (Montpellier), architecte du centre d’optimisation santé R-Révolution

Quelle est l’originalité de ce bâtiment ?

La symbolique de R-Révolution Santé s’est développée autour d’une idée directrice : la respiration. D’où le système de façades ventilées pour incarner la peau du bâtiment. Lequel a une morphologie particulière, jouant sur les formes de carré et de trapèze.

Les volumes du bâtiment prennent racine dans le sol. Ces volumes, qui sont la structure du bâtiment, symbolisent la matière au repos. Les médecins eux-mêmes sont intervenus sur les formes du bâtiment !

Les verres sont colorés du 2ème au 4ème étage. Pourquoi ?

L’idée est d’avoir dans les salles des couleurs liées à l’activité : le rouge pour la puissance, le vert pour le repos… C’est le premier bâtiment conçu avec des vitrages agissant comme des vitraux. La technologie de Profils Systèmes a permis cette prouesse.

Les volumes montent avec des perforations colorées, évoquant les poumons – les médecins de R-Révolution Santé sont des pneumologues et des cardiologues. Le jeu des couleurs bat au rythme d’un coeur et donne une musicalité à l’ouvrage.

Les vitraux colorés rappellent les pores de la peau. Au 3ème étage, une passerelle, sorte d’artère, passe au milieu de ce coeur-bâtiment et relie les deux volumes. On peut voir les gens l’emprunter dans un halo de lumière. La dimension artistique est très forte.

Pourquoi un grand mur-rideau à l’entrée ?

Le rez-de-chaussée et le premier étage sont en effet composés de murs-rideaux, de façon à faire décoller la respiration au-dessus des volumes. Les planchers sont très hauts, pour faire entrer la lumière dans le hall d’accueil et la balnéothérapie.

Quel rôle jouent les profilés dans cette recherche ?

Les profilés sont des ouvrants cachés, pour que les couleurs soient au même niveau que la peau de la façade. Il y a plusieurs types d’ouvrants – battants, fixes, oscillo-battants. Il a fallu créer des cubes de différentes tailles, fabriqués en bois, dans lesquels on a installé les profilés. Les isolants et la double peau les cachent.

Cela fut compliqué à mettre en œuvre, notamment pour l’étanchéité et l’isolation des cubes. Tous les cubes de la façade Est sont conçus comme des tableaux. Quelles sont les caractéristiques techniques de l’immeuble R-Révolution Santé ? Le bâtiment développe 4 étages, avec un parc de stationnement en sous-sol. Sa surface de plancher est de 3 321 m².

Le projet est constitué de deux corps de bâtiment de formes trapézoïdales, reliés par une terrasse, une passerelle ou une circulation vitrée suivant les niveaux. La structure et l’enveloppe sont en béton banché. L’évidement apporte de la lumière naturelle et du soleil au centre du projet. La sur-isolation du bâtiment, les façades ventilées, la production d’énergie par pompe à chaleur, l’installation de panneaux solaires assurant l’eau chaude sanitaire aboutissent à un bâtiment à énergie positive – démarche HQE, conforme au label BBC.

LAISSER UN COMMENTAIRE