La performance des vitrages en ligne de mire

0
395

Les produits verriers se doivent aujourd’hui d’être performants en matière thermique, en acoustique mais aussi en matière de sécurité et Cekal, l’organisme certificateur des vitrages en France, compte bien accompagner les professionnels dans cette voie.

L’organisme avait invité ses clients et partenaires à venir assister à une conférence dans le cadre d’Equip’Baie, cette année consacrée à la sécurité. Pour en débattre, la présidente de Cekal, Martine Ollivier, avait réuni autour d’elle Frédéric Valem, ingénieur à la direction des techniques et méthodes de la Socotec, Gérard Delsahut, ingénieur principal à la division des baies et vitrages du CSTB, Nathalie Coquard, ingénieur au département certification du CNNP et Jean-Clément Nugue, président de la commission vitrage feuilleté de Cekal. De plus, l’organisme annonce une nouvelle qualification, dédiée au triple vitrage.

La certification des vitrages de sécurité

Le verre feuilleté est utilisé pour limiter les risques de chute de personnes en cas de heurts, et le risque de chute de morceaux de verre. Il peut le cas échéant, selon sa composition, servir de retardateur d’effraction ou de protection contre les tirs d’arme à feu. La durabilité est évaluée par des essais de sa tenue à haute température, des tests d’humidité et des essais de rayonnement. L’évaluation de ses performances repose sur une classification européenne, et deux types d’essais (EN 12600 doubles pneus et EN 356 chute de bille). La certification de Cekal va plus loin en matière d’exigences quant à la durabilité.Les vitrages trempés ne rencontrent à priori aucun problème de durabilité, mais des anomalies peuvent néanmoins apparaître. L’important pour le vitrage trempé est le niveau de trempe qui doit être suffisant pour assurer notamment une résistance satisfaisante. « CEKAL met en place les dispositions pour s’assurer de la constance de performance des produits fabriqués et par ailleurs a des exigences plus serrées en ce qui concerne les caractéristiques géométriques et déformation des produits fabriqués » explique Gérard Delsahut.

À partir de 2009, les fabricants de vitrages isolants certifiés pourront, dans le marquage des produits certifiés, indiquer le niveau de performance aux impacts des produits certifiés. Pour les vitrages feuilletés, la certification Cekal se résume par le « renforcement des exigences en matière de leur tenue au vieillissement, la justification des déclarations de performances sur la base d’une évaluation et d’un suivi des caractéristiques des éléments constitutifs et la mise en place de contrôles internes stricts exécutés périodiquement » indique Jean-Clément Nugue. Pour les vitrages trempés, elle passe par des contrôles internes basés sur la mesure des contraintes de surface.

Une qualification pour les triples vitrages

Enfin, en marge de la conférence, Cekal a annoncé dès l’été dernier l’arrivée d’une nouvelle qualification dédiée aux triples vitrages. Malgré les controverses que l’on entend ici ou là, le triple vitrage apporte une réponse aux exigences de la RT 2010 (réduction de la consommation d’énergie de 15 %) car il est plus isolant. Son utilisation augmente la performance du coefficient Ug de plus de 40 %. Composé de trois verres, dont deux avec des couches faiblement émissives, séparées par deux lames de gaz, le triple vitrage obtient un coefficient Ug de l’ordre de 0,8 W/m2.K lorsqu’un double vitrage se limite à 1,1 W/m2.K. La qualification "complémentaire" Cekal, désignée "triples vitrages à gaz", est attribuée aux sites de production dont les compétences ou aptitudes sont validées à l’issue d’une visite d’inspection au cours de la laquelle la fabrication et les contrôles sont examinés. Une attention spécifique est portée sur les vérifications de compositions et les contrôles de remplissage gaz. Une quinzaine de sites sont d’ores et déjà titulaires de cette qualification complémentaire et donc aptes à proposer des triples vitrages certifiés Cekal. Un atout car, comme le martèle Martine Ollivier, « l’arrivée du triple vitrage risque de révolutionner le travail des concepteurs de bâtiment et des menuisiers, qui devront réfléchir au choix du vitrage en fonction de l’exposition de la fenêtre ». Et donc mettre en œuvre des produits différents selon les façades concernées.

V.M.

LAISSER UN COMMENTAIRE