La menuiserie industrielle en danger, info ou intox ?

0
416

Suite à la publication des résultats d’une enquête sur le sort de la menuiserie industrielle française pour l’année en cours, nous avons souhaité recueillir le point de vue d’un syndicat professionnel, proche du terrain et reflet d’un secteur… Philippe Macquart, délégué général de l’UFME*, a bien voulu répondre à nos questions.

vma : Pensez-vous que la menuiserie industrielle doive craindre "une année 2008 à risque" ?

PM : « Jusqu’à fin 2007, le neuf tirait énormément la production. Depuis le début de l’année, on constate que les permis de construire sont en baisse, donc la conséquence pour nous, c’est une production de fenêtres en baisse également. Deuxième point : la rénovation. Les gens n’ont pas des budgets extensibles, c’est certain, mais la rénovation continue d’avoir un bon rythme. Il est probable qu’il n’y ait pas beaucoup d’augmentation de production sur l’année 2008, ce sera une "petite" année, certainement pas comparable à 2007 ou 2006 ».

vma : Mais d’après vous, donc, pas de signes annonciateurs d’une "catastrophe" pour le secteur ?

PM : « Au moment où nous nous parlons, nous n’observons pas de signaux d’alarme dans le bâtiment. Certes, il y a un ralentissement général de l’activité, et donc une stagnation dans le secteur aussi, mais globalement, je n’ai entendu aucun des adhérents de l’UFME ou d’autres industriels nous faire part d’intentions de licenciement ou autres faits de ce genre. De plus, avec les enjeux du Grenelle de l’environnement et les enjeux thermiques que nous allons avoir à affronter, les fabricants, qui sont prêts, pour la plupart, voient le marché plutôt porteur pour les années à venir. Le ralentissement, qui touche l’économie en général actuellement est présent, on observe un tassement qui n’est pas habituel, mais là encore, il est difficile à quantifier et encore plus difficile à généraliser. Certains fabricants voient leur production baisser et d’autres n’arrivent pas à produire… ce n’est pas révélateur et difficilement applicable au secteur dans son ensemble. Le ralentissement est surtout dû au fléchissement du secteur du neuf et au coût des matières premières, et plus particulièrement le prix du verre ».

vma : Que pensez-vous de la concurrence de certains pays d’Europe de l’Est, notamment, qui pénètrent de plus en plus le marché français ?

PM : « C’est un fait, la part d’importation est en hausse, mais cela n’implique pas nécessairement la baisse de la production française… Au contraire, je pense qu’elle va augmenter ! Les producteurs français devront se battre commercialement pour rivaliser avec des prix moins élevés. De plus, d’après moi, la production reste majoritairement locale, et le prix du carburant qui augmente risque de peser sur les importations ».

vma : Comment voyez-vous l’évolution du secteur ?

PM : « Globalement ce sera en effet une petite année, mais pas de feu clignotant rouge ou orange ! C’est un avis basé sur les discussions que j’ai quotidiennement avec les adhérents et qui ne m’en ont jamais parlé en des termes catastrophistes ; leurs carnets de commandes sont correctement remplis. Aujourd’hui le principal problème du secteur reste le recrutement et la formation. Les arrêtés, qui concernent la réglementation thermique de l’existant notamment, imposent des fenêtres sophistiquées, les solutions sont là, quel que soit le matériau et cela demande de maîtriser d’autres technologies, d’où des formations différentes et adaptées. Je pense que cela va tirer le marché vers le haut… Ce marché, qui d’après moi, est au bord d’un changement de paradigme ; il va sans doute y avoir une rupture dans les habitudes, et il va falloir prendre ce virage, la plupart des fabricants sont prêts ! De toutes façons, il n’y a pas le choix, si les réglementations et la loi imposent certains produits via la conception et la consommation énergétique du bâtiment, il faut suivre. Pour un mieux ».

C.J.

*L’UFME (l’Union des fabricants de menuiseries extérieures) a été créée suite à la fusion de l’UF PVC Composites (Syndicat national de la menuiserie PVC Composites) et le SNFMI (Syndicat national des fabricants de menuiseries industrielles).L’UFME est ouverte aux fabricants et concepteurs de menuiseries extérieures ainsi qu’aux professionnels associés à ce métier, quel que soit le matériau (bois, aluminium ou PVC).

LAISSER UN COMMENTAIRE