Green attitude : des stratégies durables

0
2100
Certifiée PassivHaus, la façade Schüco FWS 35 PD atteint des performances thermiques jusqu'à un coefficient Uf 0,90 W/m².K ©Schüco

Loin du greenwashing, les industriels du secteur multiplient les initiatives en faveur de la protection de l’environnement : des produits dédiés aux exigences les plus fortes… ou aux positionnements plus « corporate ». Le point en 4 questions.

Quelques 4 617 menuiseries mixtes bois-aluminium MC France équipent les logements de Villages Nature® Paris (groupes Euro Disney SCA et Pierre & Vacances-Center Parcs) et répondent aux exigences d’efficacité énergétique de la RT 2012 requis par l’engagement Développement Durable du site ©Crédit Photo : Cottages Bulle lacustre © T.Huau/Interscène ; Jean de Gastines Architecte ; Kreaction
Quelques 4 617 menuiseries mixtes bois-aluminium MC France équipent les logements de Villages Nature® Paris (groupes Euro Disney SCA et Pierre & Vacances-Center Parcs) et répondent aux exigences d’efficacité énergétique de la RT 2012 requis par l’engagement Développement Durable du site ©Crédit Photo : Cottages Bulle lacustre © T.Huau/Interscène ; Jean de Gastines Architecte ; Kreaction

ISOLATION & PERFORMANCE : OÙ EN EST LE MARCHÉ ?

Dépassé le BBC ? Plutôt devenu un standard, répondent les industriels qui ne l’évoquent plus et sont passés à l’étape suivante : la maison passive ou le bâtiment à énergie positive. « Le débat actuel porte davantage sur l’imperméabilité à l’air du bâtiment basse consommation », précise Marion Villard, Responsable marketing de Technal.

Le marché évolue. « Les solutions Passivhaus ont déjà donné lieu à des installations en Allemagne, où le marché est en avance sur la France, et où la demande ne provient que des régions situées à l’Est et ayant une culture germanique », affirme Cédric Puyou, Chef de produit marché façades Schüco. Le bureau d’études de MC France a déjà mis au point un ouvrant motorisé dédié aux bâtiments à énergie positive : « grâce à un système de ventilation maîtrisé par la fenêtre et piloté par le GTB du bâtiment », précise Laurence Liébot, Directrice de la communication de MC France.

« Nous pensons que la maison connectée avec un système d’horloge pour la piloter permet de gagner des points en matière énergétique », assure Olivier Simonin, Chef de produit K•Line. Dans le tertiaire, « notre activité R&D consiste à rechercher l’efficacité énergétique, c’est devenu le fil rouge du bâtiment intelligent », confirme Sandrine Garcia, Responsable marketing et communication de Reynaers. « En outre, pour l’habitat, la prochaine RT 2020 devrait comporter quelques évolutions intéressantes avec une prise en compte plus fine des apports solaires », ajoute Olivier Simonin.

QUELLES FILIÈRES POUR LA RECYCLABILITÉ DES PRODUITS ?

« Nous communiquons beaucoup sur le fait que l’aluminium est recyclable à 100 %, nous laquons nos couleurs sans chrome et nous traitons les déchets de production », résume Martin Renaud, Chargé de marketing Sepalumic. « Le green building implique la recyclabilité des éléments, en ce sens l’aluminium est bien placé, mais nos châssis sont également composés de joints, c’est pourquoi nous travaillons pour les nouvelles façades avec des intercalaires en PVC recyclés », indique Marion Villard.

D’ailleurs, « le BIM facilite le suivi de la vie du bâtiment grâce à l’intégration des données liées à la recyclabilité des menuiseries afin qu’elles soient prises en compte en fin de vie », ajoute Marion Villard. De son côté, Wicona s’est fixé des objectifs clairs : intégrer des barrettes en polyamide recyclé comme isolant thermique. « L’utilisation de ces barrettes concernent déjà 50 % des volumes et les clients peuvent bénéficier de cette solution sans surcoût », explique Pierre Dammé, Responsable marketing de Wicona France.

Wicline 115 AFS de Wicona, fenêtre thermo-acoustique respirante qui élimine la condensation et l’embuage ©Wicona
Wicline 115 AFS de Wicona, fenêtre thermo-acoustique respirante qui élimine la condensation et l’embuage ©Wicona

Un accord a été conclu avec un fournisseur pour absorber sa production. « Nous sommes le seul gammiste à avoir pris un tel engagement » se félicite-t-il. Le polyamide recyclé provient de l’industrie automobile. Le matériau est transformé en granulat et valorisé. Pour Cédric Puyou aussi, « le travail commence dès le sourcing, avec l’intégration de produits verts, comme des joints à base de chanvre ». Schüco se positionne depuis longtemps « sur une thématique qui fait partie de l’ADN de la marque : utilisation de rouleaux de joint avec des bobines consignées, reconditionnement des accessoires, gestion des déchets d’emballage, optimisation des transports avec la réduction des kilomètres parcourus par nos partenaires, etc. », détaille Skander Matti, Chef de produit marché fenêtres Schüco. Chez Reynaers, Sandrine Garcia assure que le gammiste « sensibilise ses clients à la recyclabilité de l’aluminium et a mis en place une filière avec des partenaires dédiés afin de recycler les anciens châssis ».

De son côté Aymeric Reinert, Directeur général adjoint de Profils Systèmes rappelle : « Profils Systèmes a été le premier dès 2003 à ne plus utiliser le chrome dans le process du laquage ». Pour autant, regrette Aymeric Reinert, « si techniquement, il est possible de substituer certains composants par des produits plus écologiques, le marché ne suit pas, les coûts sont trop élevés ; néanmoins nous sommes prêts et nous pouvons répondre à la demande ».

COMMENT LES INDUSTRIELS « VERDISSENT-ILS » LEURS INVESTISSEMENTS ?

Chez Hörmann, « la green attitude commence dès la production dans les usines et la démarche est complète ; la liste des produits certifiés durables et recyclables est nombreuse, surtout, Hörmann s’efforce de rendre sa marque accessible au plus grand nombre », résume Christophe Coutand, Directeur national des ventes habitat. En Belgique, « le bâtiment du siège social de Reynaers intègre 7 047 panneaux solaires qui produisent 550 000 kW par an ; cette installation qui alimente le bâtiment couvre 80 % de ses propres besoins », indique Sandrine Garcia.

Barette polyamide recyclée ©Wicona
Barette polyamide recyclée ©Wicona

Et ce n’est pas tout, « dans notre cahier des charges, nous cherchons à optimiser la longueur des barres afin d’éviter au maximum les chutes, à gérer le conditionnement des produits et des accessoires pour limiter l’emploi de sachets plastique », précise Elsa Michaudel, Chef de produit Reynaers. « Nous nous inscrivons depuis des années dans des démarches de Développement Durable, notre futur siège social France sera d’ailleurs un exemple en matière de traitement et de respect de l’environnement », annonce Bertrand Lafaye, Responsable marketing et communication Sud Europe de Kawneer.

Le groupe GMI, reconnu pour son implication historique dans le Développement Durable, offre une réponse structurelle, organisationnelle et d’innovation produit en faveur de l’environnement, de l’écoconception et des constructions passives… jusqu’à l’installation en 2015 de 5 ruches produisant du miel "maison". Une dynamique de progrès… naturel pour l’entreprise ©GMI
Le groupe GMI, reconnu pour son implication historique dans le Développement Durable, offre une réponse structurelle, organisationnelle et d’innovation produit en faveur de l’environnement, de l’écoconception et des constructions passives… jusqu’à l’installation en 2015 de 5 ruches produisant du miel « maison ». Une dynamique de progrès… naturel pour l’entreprise ©GMI

Le green représente un axe important de développement pour MC France. Ainsi témoigne Laurence Liébot, « la nouvelle usine construite en 2012 prend en compte la dimension environnementale, nous récupérons les déchets bois pour chauffer l’usine, tous les déchets d’activité sont triés et recyclés ». Même discours chez Millet : « chaque développement de produit ou de service soulève la question et se traduit par une réponse environnementale », précise Florent Ardouin, Directeur marketing & communication du groupe GMI. Sans compter les nombreuses initiatives « vertes », comme l’édition de meubles ou la production de miel, grâce aux ruches du groupe…

Tremco illbruck développe une technologie hybride, sans isocyanates cancérigènes ©Temco Illbruck
Tremco illbruck développe une technologie hybride, sans isocyanates cancérigènes ©Tremco Illbruck

COMMENT CONJUGUER MOUSSE D’ÉTANCHÉITÉ ET PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT ?

Produit chimique par excellence, les mousses d’étanchéité participent à l’isolation du bâti. « Les exigences se durcissent en matière d’étanchéité », déclare Frank Müller, Directeur commercial d’ISO-Chemie, qui confie y préparer ses produits et faire certifier ses composants. Ainsi en novembre 2015, ISO-Chemie a pu annoncer que l’Institut de la maison passive (PHI, Passivhaus Institut) a accordé au système de précadre mural ISO-Top Winframer, la certification produit « composant de maison passive » en tant que raccordement de fenêtre. Le fabricant a également obtenu la certification pour la mousse d’étanchéité multifonctions ISO-Bloco One (étanchéité à la pluie battante extérieure, à l’air à l’intérieur et isolation thermique et acoustique).

Chez ISO-Chemie, le système photovoltaïque installé sur le toit de l’immeuble produit en moyenne à l'année 1/5ème de la consommation en électricité ©ISO-Chemie
Chez ISO-Chemie, le système photovoltaïque installé sur le toit de l’immeuble produit en moyenne à l’année 1/5ème de la consommation en électricité ©ISO-Chemie

Quant à Tremco Illbruck, le fabricant a investi 4 M€ dans son usine de production de mousse d’imprégnation, installée près de Munich (et 4 autres millions devraient être investis dans 2 ans), afin de réduire la consommation d’énergie, notamment en récupérant la chaleur utilisée lors du process de fabrication de la mousse pour chauffer l’usine. Le système de mousse imprégnée préconisé pour sa capacité à laisser le bâtiment respirer, s’enrichit d’une solution multifonction dédiée à la pose en applique (illmod TP 615). « Au niveau technologique, nous avons travaillé sur la formulation d’une technologie hybride, sans isocyanates », indique Géraldine Sabbadin, Directrice marketing Sud, déployée sur les différentes gammes… un projet mené à long terme.

ISO-Bloco One : mousse d’étanchéité certifiée pour les maisons passives ©ISO-Chemie
ISO-Bloco One : mousse d’étanchéité certifiée pour les maisons passives ©ISO-Chemie

Les apports du brise-soleil par Angelo Jacquet, Chargé de communication Tellier Brise-Soleil

« Les brise-soleil sont de plus en plus plébiscités dans la conception de bâtiments à haute qualité environnementale (HQE) et/ou à basse consommation d’énergie (BBC). Les gammes répondent en effet aux exigences thermiques et environnementales des bâtiments HQE et BBC. Dispositifs externes, fixes ou orientables, limitant les effets des rayons du soleil sur une façade vitrée, ils contribuent à diminuer l’inconfort lié au rayonnement solaire. L’installation d’un brise-soleil préserve donc le bâtiment de la forte chaleur et de l’éblouissement, tout en tirant bénéfice, l’hiver, des apports solaires. Il s’agit donc d’une solution efficace, économique, écologique et esthétique ».

LAISSER UN COMMENTAIRE