Fermetures : le volet, un produit qui se diversifie.

0
377
Volet pliant à pantographes, une offre alternative proposée par Griesser pour des conceptions architecturales originales ©Griesser
Volet pliant à pantographes, une offre alternative proposée par Griesser pour des conceptions architecturales originales ©Griesser

Tout en cultivant ses propriétés en matière d’isolation thermique et d’élément esthétique, le volet s’intéresse désormais à l’acoustique, multiplie ses fonctions… et passe de la motorisation à la domotique.

Volets à panneaux battants et coulissants: deux marchés bien distincts.

Les consommateurs recherchent des volets isolants, éligibles au crédit d’impôt et esthétiques », constate Vincent Aprin, président de AV Composites, qui fabrique des panneaux thermolaquables, permettant à ses clients de les personnaliser à l’envi.

D’ailleurs, « dans le neuf, la demande est portée par le désir des architectes qui habillent les logements collectifs de coulissants, alors que sur le marché de la rénovation, le point d’entrée reste la  performance énergétique », résume Dominique Hallouin, directeur commercial du Groupe Maine.

« Le volet battant rajeunit à la faveur des modèles coulissants choisis par les architectes pour habiller les façades », confirme Yann de Bénazé, président de Profine, « néanmoins ces produits ne génèrent que des petits volumes de vente ».

Sepalumic se positionne avec ses volets battants et coulissants Signatures afin, explique Martin Renaud, chargé de marketing et communication, « d’aider nos clients à proposer des solutions cohérentes en mixant les produits ».

La persienne coulissante recouvre ses lettres de noblesse selon Dominique Hallouin : « outre ses atouts esthétiques, le produit est facile à mettre en œuvre, et économique en termes de maintenance ».

Pleins ou persiennes, les volets Varangue de la gamme Tellier s’adapte à l’ensemble des ouvertures, y compris celles de grandes dimensions. Modulable, cette gamme dispose d’une large variété de remplissages (plein, persienne, découpe laser), de matériaux (aluminium, bois, etc.) et de finitions (lasurées, anodisées, thermolaquées et imitations ton bois).

Collant aux tendances esthétiques contemporaines, DC Production a développé un cadre mécanique – pour coulissant ou battant – permettant d’intégrer des profils aluminium ou des tôles décoratives. « Nous allons proposer un volet en aluminium doté de lames horizontales large (150 mm) », glisse Margaux Chaplet, responsable communication de DC Production.

Autre tendance, « le volet pliant coulissant séduit le marché du neuf, dans certaines régions, comme à Lyon, nous réalisons quelques gros chantiers dans le secteur du logement collectif », déclare Stéphane Briot, chef des ventes France de Mantion. « Notre filiale travaille actuellement à la motorisation du pliant coulissant », indique-t-il.

Enfin, deux ans après son lancement, le volet battant à lames orientables du groupe Maine commence à percer. En rénovation, les industriels cherchent à faciliter la pose.

Chez Griesser, « où la fabrication de volet battant aluminium est dédiée à 25 % au marché du neuf contre 75 % à la réhabilitation », selon Jean-Marc Millord, directeur commercial, l’accent est mis sur deux axes : faciliter la pose en fournissant un système de précadre et proposer des pentures réglables aux autres chantiers.

« Le choix appartient au consommateur final, le précadre est plus simple, mais nos clients doivent pouvoir proposer les deux solutions », ajoute Jean-Marc Millord. DC Production a également développé des pentures réglables : « nous les prémontons en usine pour une pose plus rapide, et la fixation du nœud s’opère par un seul perçage sur la penture, une fois le réglage effectué, pour une pose plus facile », commente Margaux Chaplet.

Les volets roulants : un produit abouti sur un marché concurrentiel.

Le volet roulant domine le marché en France, où d’ailleurs le BSO peine à percer, même s’il progresse chaque année. « Nous y croyons fortement, le BSO représente un très bon relais de croissance » souligne Didier Simon, président du groupe Stella (La Toulousaine, Profalux, Eveno). « Globalement, le marché du volet roulant en rénovation s’est maintenu, alors que le neuf a davantage souffert, néanmoins les clignotants sont au vert pour 2017 », déclare Renaud Pfalzgraf, responsable marketing produits de Soprofen.

Le marché ne souffrirait pas de la concurrence des produits alternatifs – comme les BSO – et le volet roulant ne s’est pas ringardisé, comme d’aucuns auraient pu le craindre. D’ailleurs, il s’adapte aux nouvelles normes et aux modes constructifs contemporains (ossature bois, ITE). « Nous constatons une grosse diversité de la demande aujourd’hui, à laquelle nous répondons avec des solutions spécifiques », ajoute Renaud Pfalzgraf.

L’ITE progresse. « Nous disposons d’une gamme complète conçue pour l’ITE, très répandue en Allemagne », note Patrick Beck, dirigeant de Roma France, qui a récemment présenté le bloc-baie Puro2 pour volet roulant et BSO. Chez Geplast, Yvonnick Liaigre, ingénieur produit, observe « une forte progression du demi-linteau, très demandé dans le secteur pavillonnaire car performant, facile à monter et à poser ».

Un avis que partage Laurent Ternon,  responsable marketing et communication de Bouvet : « le demilinteau se généralise, car il est esthétique et très performant, puisque nous assurons l’étanchéité industriellement ».

France Fermetures a également lancé son volet roulant pour coffre demi-linteau en janvier. Sur ce marché fortement concurrentiel, chacun innove à sa façon. Geplast se démarque par ses performances (le coffre intérieur GVRi présente un Uc = 0,8 W/m2.K, une étanchéité à l’air classe C4) et en mixant les matériaux avec des coffres PVC dotés de plaquage aluminium, assortis aux menuiseries.

Profialis cible le marché de la rénovation avec un coffre à enroulement extérieur (CRX). « Conçu comme un coffre monobloc, il permet la pose de la fermeture en même temps que le remplacement de la menuiserie. Tous les travaux se font de l’intérieur, lors de la pose comme lors des opérations de maintenance grâce à la présence d’une discrète trappe de visite intérieure. De plus et par sa conception, le déport de l’enroulement extérieur permet de réduire l’emprise de la fermeture, et donc de maximiser le clair de jour », précise Sylvain Gaudard, responsable communication de Profialis.

Lakal se positionne avec un nouveau produit pour le neuf comme pour l’existant. « Nous avons mis tout notre savoir-faire afin de proposer un volet premium à un tarif préférentiel et nous démarquer ainsi sur le marché », déclare Philippe Gertz, directeur marketing de Lakal. Ce produit – garanti 10 ans – qui embarque un moteur Somfy, est livré en lames dures (350 kg/m3), etc. « En rénovation, il s’adapte à toutes nos formes de caissons, sans plus-value », ajoute Philippe Gertz. Enfin, l’esthétique est privilégiée avec dix-huit coloris.

Nouvelles fonctions.

Après l’isolation thermique et l’étanchéité à l’air, les fabricants se préoccupent aujourd’hui de l’acoustique. « La demande est forte », souligne Yvonnick Liaigre, « nous présenterons à Batimat une nouvelle gamme de coffres avec des solutions acoustiques révolutionnaires », annonce-t-il.

Chez Bouvet, Laurent Ternon promet aussi pour la fin de l’année, « un coffre intérieur monobloc plus performant au niveau acoustique et thermique ». L’acoustique  apparaît également comme le sujet à traiter chez SPPF, où Simon Le Goff, responsable marketing technique, confie : « nous travaillons au développement de coffres conciliant isolation acoustique en pose sur linteau et ventilation ».

Enfin, sur le créneau des volets roulants à lames orientables, Zürfluh Feller se distingue par l’intégration du mécanisme dans les coulisses, « plus esthétique puisqu’invisible », commente Thierry Gemsa, directeur commercial et marketing.

Les prochaines générations de volets devront tenir compte des problématiques de ventilation. « C’est pourquoi, nous travaillons sur le concept du système de volet verrouillé ajouré (VVA) intégré dans les coulisses, qui règle la question de la ventilation tout en garantissant la sécurité », annonce Thierry Gemsa.

Cap sur la domotique.

Si le volet roulant motorisé a su se démocratiser, aujourd’hui il s’inscrit clairement dans les systèmes domotiques. Du moins, dans le neuf. « Le solaire, qui ne nécessite aucun câblage, est de plus en plus sollicité, notre produit présente à ce titre, une aisance au démontage de la batterie, qui séduit », assure Didier Simon.

Chez SPPF, Simon Le Goff, indique « un taux de motorisation qui atteint 70 % et montre bien que la motorisation est devenu le standard. Le choix se fait maintenant sur le type de motorisation (filaire, radio, radio compatible  domotique) ».

France Fermetures a développé des kits de motorisation, afin de « faciliter le remplacement d’un moteur existant ou d’installer une motorisation sur un volet qui n’en était pas équipé », explique Pauline Viaud, chef de produit. Les trois kits couvrent l’ensemble des demandes, quelle que soit la marque en neuf et en rénovation.

Plus globalement, estime Pierre Bilan, responsable commercial de Sofermi, « la domotique va prendre le pas, nous nous positionnons grâce à notre partenaire Somfy, les retours d’expériences sont positifs, mais d’autres protocoles vont apparaître ».

Posant la question de la compatibilité des solutions… « grâce au protocole Zigbee ouvert, nos clients choisissent eux-mêmes leur box, une liberté importante car nous sommes convaincus que d’autres acteurs comme Apple ou Google vont arriver sur ce marché », conclut Didier Simon.

Les ferrures Torbel passent en mode design

L’entreprise donne un coup de fouet au secteur en mettant le cap sur le design. « La démarche d’intégrer systématiquement du design dans nos accessoires nous amène à travailler avec un cabinet spécialisé et qui se traduit par de nouvelles offres », commente Agnès Tordo, responsable de la communication.

Trois modèles d’espagnolettes ont ainsi été présentés à Equibaie, qui conjuguent design et innovations techniques et seront commercialisés au mois de mai : l’espagnolette Hélice avec ses lignes fluides, l’espagnolette Archi qui joue la carte de la bicoloration avec un panneton noir et une poignée grise, et enfin l’espagnolette Square, qui revisite totalement le concept.

D’autres produits devraient voir le jour par la suite. Un modèle de volet coulissant autoportant, sans rail apparent lorsqu’il est fermé, est également lancé.

3 questions à Yaël Roudanès, directeur industriel de Loubat Fermetures

Yaël Roudanès, directeur industriel de Loubat Fermetures ©Loubat Fermetures
Yaël Roudanès, directeur industriel de Loubat Fermetures ©Loubat Fermetures

Comment une PME familiale peut-elle se démarquer sur le marché du volet en France ?

Nous avons crée un bureau d’études en 2008 afin de porter l’innovation. Nous avons travaillé à la mise au point d’un précadre pour notre volet battant par exemple, qui représente aujourd’hui de 25 à 30 % des ventes. Nous avons également entrepris une démarche de certification des volets roulants, puis des volets battants.

Loubat est justement la première entreprise à avoir obtenu la certification NF Fermetures pour ses volets battants, expliquez-nous en quoi elle consiste ?

Nous avons en effet décidé de défricher de nouvelles pistes en initiant une démarche de certification des volets battants. Notre collaboration avec le CSTB a permis la mise en place d’un référentiel spécifique et nous nous sommes équipés d’un banc d’essais dédié, puisque les essais de cycles d’ouverture/fermeture diffèrent de ceux des volets roulants. La marque NF Fermetures garantie l’aptitude à l’usage et la durabilité des produits, elle est également un garant de la qualité et de constance de la fabrication.

Quels en sont les résultats ?

Les effets sont positifs, d’ailleurs nous enregistrons une progression à 2 chiffres qui l’atteste.

Questions à Florian Bender, gérant de Futurol

Le volet souffre-t-il de la concurrence des solutions alternatives (BSO, store) ?

Le marché du volet est stable. Il ne souffre pas de la concurrence des solutions alternatives car ce sont des produits ayant des fonctions et des propriétés différentes. Le volet roulant n’est pas phagocyté par d’autres produits. Il est associé à la fermeture et les BSO, à la gestion de la luminosité et de l’apport thermique. L’année dernière en France ont été produits environ 4 millions de volets roulants et 200 000 BSO. La solution idéale serait d’allier les deux produits.

Quelles sont les tendances en matière d’innovation ?

Le volet roulant peut s’orienter vers un système de fonctionnement autonome avec un panneau photovoltaïque intégré.

Le volet roulant est aujourd’hui motorisé, est-ce-que la domotique prend le pas ?

Oui en effet, la domotique est de plus en plus utilisée. Les solutions connectées permettent de gérer l’habitat en toute simplicité et avec beaucoup de liberté : motorisation de fermetures et protections solaires, programmes de sécurité pour veiller sur votre habitation ou vos proches à distance, contrôles des accès… Des concepts globaux existent désormais pour tout piloter à distance.

Flip, le spécialiste de la fermeture et de la protection solaire, a bien compris l’engouement pour la couleur sur le marché français

Déjà équipée d’une machine de laquage poudre pour colorer les coffres, coulisses et lames finales en aluminium, la société nordiste a notamment investi il y a trois ans dans deux nouvelles cabines de laquage liquide pour travailler les produits en PVC.

Mimétis ou l'art de l'harmonisation totale entre volet roulant et menuiserie ©VRS
Coffre PVC Roll-In laqué (gris quartz 7039) harmonisé ton sur ton sur une menuiserie grise plus clair ©Flip

« Avec cette capacité de laquage sur les deux matières, Flip gère en interne tout le process de fabrication pour offrir à ses clients plus de souplesse et de réactivité. Nous gagnons, non seulement en temps de fabrication, mais aussi en personnalisation pour au final, permettre au particulier de ne plus se cantonner à quelques coloris pour sa solution de fermeture », relève Charlotte Berger, responsable marketing et communication Flip.

Pour accompagner le laquage des coffres et coulisses du bloc-baie, Flip propose jusqu’à 19 coloris de lames. Et pour limiter son empreinte écologique – un centre de laquage consommant environ 10 000 litres d’eau par mois – le fabricant a décidé d’investir dans un récupérateur d’eau de pluie et n’utilise donc pas d’eau potable pour la réalisation de ses laquages.

Côté mise en oeuvre des volets roulants PVC, Flip met également à disposition une gamme d’adaptateurs très complète pour l’ensemble des menuiseries PVC et aluminium du marché. « Ces adaptateurs ont pour but de faciliter le montage du coffre sur le châssis et ainsi faire gagner du temps à son utilisateur », précise Charlotte Berger.

Rénovation : volet roulant intégré chez VRS

Avec ses capacités d’enroulement exceptionnelles malgré 9 cm d’emprise à l’intérieur et un clair de jour préservé, le volet roulant Mimétis, intégré à la menuiserie signé VRS a plus d’un atout.

Son concept, innovant, autorise des finitions extérieures identiques à celles d’une fenêtre rénovation sans volet roulant intégré. Un must. Pour les pros, l’entreprise de Gilles Tellier n’oublie pas de rendre la maintenance accessible avec un accès intérieur et extérieur.

Premier bloc-baie sous Avis Technique, Mimétis fait partie de la gamme de blocs-baies entièrement renouvelée ces deux dernières années par le fabricant. Précurseur de la motorisation solaire autonome avec Sol’R, VRS annonce également l’élargissement de sa gamme de volets battants.

LAISSER UN COMMENTAIRE