Emmegi s’installe en France

0
193
Emmegi dispose de trois usines, deux en Italie, une en Chine, plus le centre de développement de Pesaro (Italie) ; ici le siège d’Emmegi à Limidi di Soliera en Italie ©Emmegi
Emmegi dispose de trois usines, deux en Italie, une en Chine, plus le centre de développement de Pesaro (Italie) ; ici le siège d’Emmegi à Limidi di Soliera en Italie ©Emmegi

Le groupe italien qui a réalisé un chiffre d’affaires de 115 M€ en 2016, développe une stratégie basée sur l’innovation. Et a ouvert sa onzième filiale en France l’an dernier.

A l’instar de celle d’Apple, l’histoire d’Emmegi commence en 1972 dans le garage de son fondateur, Giuseppe Caiumi à Limidi de Soliera, près de Modène (Italie). Rapidement et grâce à l’envolée des fenêtres en aluminium, l’entreprise développe différentes machines de coupe, principalement pour le marché italien.

A partir de 1985, elle organise à la fois, son réseau commercial à l’étranger et des tronçonneuses double tête électroniques. Puis plus tard, Emmegi lance les centres d’usinage à commande numérique Quadra. Un modèle constamment amélioré, qui existe toujours. « Depuis, nous n’avons jamais cessé de lancer de nouvelles machines-outils, tous les trois puis deux ans », relève Marco Belluci, dirigeant d’Emmegi France.

Un positionnement haut de gamme

L’industriel italien se démarque par la conception et la fabrication de machines-outils de haute performance pour l’usinage des profilés en aluminium, PVC et acier pour les menuiseries (70 %) et des applications industrielles. Il emploie 500 personnes, a réalisé un CA de 115 M€ l’an dernier (105 M€ en 2015) et détient 20 % de part de marché mondial.

« Tous nos efforts convergent, tant sur la qualité et la fiabilité, que sur l’ergonomie et le design », souligne Marco Bellucci. « Récemment, nous avons ainsi mis au point une ligne de tronçonnage double tête au design révolutionnaire, et aussi ergonomique. Mais surtout, nous misons sur l’innovation ».

C’est le cas de la gamme Précision, le dernier modèle qui sera présenté à Batimat en novembre prochain. « Pour répondre à la tendance actuelle des grands profilés, nous proposons d’intégrer une lame de 600 mm avec un système de coupe différent », indique Marco Bellucci. « Autre nouveauté, un système de coupe différent ».

Des unités spécialisées

Côté industriel, Emmegi dispose de trois usines, deux en Italie, la troisième en Chine, auxquelles s’ajoute le centre de développement de Pesaro (Italie). Proche du siège social, l’unité de Limidi de Soliera emploie quelque 320 personnes et fabrique des centres de coupe et des tronçonneuses, ainsi que plusieurs modèles de centres d’usinage ; à Ponte Dell’Olio (80 salariés), l’unité de production traite les autres gammes d’équipement.

« 98 % de la production est assurée en Italie », explique Marco Bellucci. « Pour sa part, l’usine chinoise, adossée à la filiale commerciale, produit des bancs d’assemblage ». La firme italienne s’appuie également sur ses sociétés « soeurs ». Emmegisoft par exemple. Celle-ci développe des logiciels et des techniques pour le SAV dédiés aux centres d’usinage et des logiciels pour les menuisiers. Ou encore Tekna, qui fabrique des centres d’usinage de conception différente.

Si à ses débuts, Emmegi s’est principalement développé en Italie, l’export représente aujourd’hui 75 % de son activité. Le groupe affirme sa présence dans plus de 60 pays et compte onze filiales (Italie, Suisse, Espagne, France, Allemagne, Grande-Bretagne, Suède, Turquie, Chine, Brésil, Etats-Unis), de la première en Suisse en 1999 jusqu’à la dernière en France l’an dernier.

« Nous sommes encore peu présents en Inde et au Japon, mais les Etats-Unis représentent notre marché export numéro un », précise Marco Bellucci. « Pour l’heure, nous n’avons pas de projet de nouvelles filiales, car nous couvrons les marchés principaux, mais nous sommes toujours soucieux de développer notre présence sur les marchés, et donc, restons ouverts sur l’avenir ».

Emmegi France fête son premier anniversaire

Présent sur le marché français depuis plus de 30 ans au travers de son distributeur Eismo, Emmegi a ouvert en mai 2016, sa propre filiale, dirigée par Marco Bellucci et emploie six personnes. « La France est pour nous un marché majeur », indique-t-il. « Notre objectif est de nous rapprocher de nos clients, de les accompagner avec les meilleurs offres et services possible, et de disposer d’une équipe dédiée à 100 % à notre marque ».

Située à Vulaines-sur-Seine (77), elle réunit 150 m² de bureaux et une salle d’exposition de 250 m², où sont exposés certains modèles des gammes Emmegi et Tekna. Des machines mises à la disposition des clients pour des sessions de démonstration et/ou de formation.

Qu’en est-il au bout d’un an ?

« D’ores et déjà, nous enregistrons des changements positifs dans les résultats qui ont doublé », se réjouit Marco Belluci. « Et nous prévoyons encore mieux ! »

 

Les autres marques du groupe Cifin

Outre Emmegi, Emmegisoft et Tekna, le groupe Cifin intègre également les marques Voilàp, société digitale qui a mis au point un portail Internet, showroom virtuel avec possibilité de configurer les produits en temps réel, et Keraglass, spécialisée dans la production de machines-outils pour le verre.

Enfin, l’an dernier, le groupe a acheté Elumatec, 700 personnes, 125/130 M€ de chiffre d’affaires. Activités complémentaires avec la fabrication de produits similaires, les deux entités Emmegi et Elumatec déploient ainsi des synergies en termes de développement et fonctionnent indépendamment, à l’instar du milieu automobile avec Peugeot et Citroën.

LAISSER UN COMMENTAIRE