La digitalisation du secteur… en marche !

0
107
SmartConfigurator développé par Techform, standardise les applications e-chiffrage et commandes sur internet ©Techform
SmartConfigurator développé par Techform, standardise les applications e-chiffrage et commandes sur internet ©Techform

Transition numérique oblige, les éditeurs multiplient les fonctionnalités – saisie unique, automatisation des flux – et gagnent en agilité avec des plateformes 100 % Web…

Deux grandes tendances « secouent » le secteur de la menuiserie et miroiterie d’un point de vue technologique. Les acteurs du marché font leurs premiers pas sur le chemin de l’omnicanal, lorgnent du côté du e-commerce et mettent le cap vers l’entreprise 4.0 avec des plateformes Web qui apportent une nouvelle souplesse.

Si les demandes sont encore timides, les éditeurs, à l’écoute, y voient un mouvement de fond, qui d’ailleurs va dans le sens global d’une économie plus numérique. Simulation, chiffrage, production, vente en ligne… la poussée du Web investit toutes les étapes jusqu’à la livraison des produits.

Saisie unique

« Nous ressentons une forte demande en solution Web depuis l’automne dernier », se réjouit Steve Arlaud, directeur opérationnel de 360 Innovations. « Notre offre, avec sa large couverture fonctionnelle (configurateur de produits, simulateur de projets, logiciel de chiffrage et ERP) reposant sur un seul et unique configurateur, PC360 – qui dessine les produits à l’échelle – permet in fine, de supprimer la ressaisie », commente-t-il.

Le chemin vers l’optimisation des process ! 3 LI Business Solutions, intégrateur des ERP et CRM de Microsoft Dynamics pousse dans le même sens : « notre solution est connectée à Techform, éditeur de SmartConfigurator, les éléments de la commande sont donc intégrés dans l’ERP et envoyés dans le configurateur technique sans ressaisie », assure Philippe Maingot, chargé d’affaires 3 LI.

Se positionnant comme proche d’un ERP, Ramasoft.Net remplace peu à peu Easy Win. « Notre nouveau logiciel supprime la ressaisie en automatisant les process, du devis à la facturation, et améliore la visualisation avec les usinages en 3D », se félicite Guillaume Revillon, responsable technique de Ramasoft.

Cet éditeur propose également Checkpoint, dédié au suivi de la production dans l’atelier. « Grâce à un accès Web, le client consulte l’état d’avancement de la commande, la date programmée de livraison, etc. », ajoute Guillaume Revillon.

Production « 4.0 »

« Nous avons engagé la transformation de nos outils afin qu’ils fonctionnent sur Internet et qu’ils soient accessibles à partir de tous les écrans, quel que soit le système d’exploitation », déclare Sébastien Wauquier, directeur R&D de Cover Group. Exit les installations lourdes !

Hébergés dans le Cloud, les outils gagnent en légèreté. L’entreprise 4.0 robotisée, automatisée, pourra ainsi optimiser ses coûts, notamment en diminuant les erreurs. Les nouveaux outils, « machine to machine », devraient gérer, sans intervention humaine, le process de production, le planning, la répartition des tâches… grâce à un algorithme recalculant la donne et faisant basculer les flux d’un poste à un autre en cas d’alerte.

Cover Group présentera lors du prochain Batimat la refonte de son outil destiné aux châssis (portes et fenêtres). « Une solution innovante, disponible dans le Cloud, prête pour la RT 2020 », annonce Sébastien Wauquier. D’autres versions devraient suivre, intégrant les modules véranda, portail, garde-corps, abris de piscine, etc.

« Les ateliers pourront maîtriser totalement leur flux, du devis – que le particulier pourra saisir lui-même et qui sera peaufiné par le commercial après la prise de cote – jusqu’à l’estimation du temps de production », précise Sébastien Wauquier.

Chez Orgadata, la version 11 de LogiKal introduit plusieurs nouveautés comme un assistant pour le choix des serrures ou encore des passerelles vers d’autres outils. En complément, « nous commercialisons la solution de digitalisation Info-Server, pour une production sans papier. Souple et modulable, elle s’adapte à chaque organisation », commente Emmanuel Rohmer, directeur France d’Orgadata.

Dans le secteur de la métallerie, serrurerie et ferronnerie aussi, l’automatisation est en marche. « MetalCad automatise la découpe de la tôle et génère les plans de coupe lisibles par les machines, ce qui permet de gagner du temps », annonce Marion Girard, conseillère clientèle Media Softs. L’éditeur, qui dispose d’une équipe R&D en interne, travaille au développement de sa bibliothèque.

Chiffrage en ligne

Une des facettes de la digitalisation se traduit par la mise en ligne des outils de chiffrage. Editeur de logiciel de gestion commerciale et de production pour les miroiteries et transformateurs du verre, Cilpak a développé un portail Web permettant entre autre de composer et chiffrer les produits verriers.

« Nous travaillons à la mise au point d’une plateforme Web permettant le chiffrage, le devis, les contrats, les CGV, les commandes et le suivi de production jusqu’à la livraison », commente Jean du Chayla, président de Cilpak. Herculepro propose une solution full web depuis 2014, accessible depuis les supports mobiles et capable de communiquer avec la fabrication.

« Une liaison EDI permet de transférer les données, codifiées pour être lues par les configurateurs techniques », indique Olivier Bernard, responsable commercial d’Herculepro. A côté de ProDevis, logiciel installé sur ordinateur, Elcia a développé une application de chiffrage 100 % en ligne, MyPricer, lancée fin 2016. Elle est basée sur le nouveau configurateur Web d’Elcia.

« Avant la fin de l’année, ProDevis appellera également ce configurateur Web afin de regrouper un scénario unique pour l’ensemble des clients des industriels : ProDevis, une solution complète de gestion commerciale pour les installateurs et le négoce, et MyPricer, centré sur le chiffrage et la commande pour les petits artisans », précise Nicolas Maritan, directeur marketing et communication du groupe Elcia.

Le groupe franchira un nouveau cap fin 2017 en proposant une passerelle entre l’ERP Diapason et le chiffrage afin d’envoyer le statut de la commande. La digitalisation est en marche, mais remarque Donatien Celia, responsable du développement d’Adjustem, éditeur d’une solution de chiffrage dédiée au négoce, « le Cloud n’est pas la priorité de nos clients ».

Adjustem a mis en place un extranet pour leur permettre de consulter la documentation du produit chiffré. « L’idée est d’améliorer la communication entre le fournisseur et le négoce », précise-t-il.

« User Experience »

En marketing, l’heure est à « l’expérience utilisateur ». « S’équiper en configurateur est un projet orienté client, l’outil aide les commerciaux à vendre, le marketing à lancer les nouveaux produits, etc. », déclare Francis Rivière, directeur commercial et marketing de Techform.

Après 4 années de R&D, Techform lance sur le marché la 3e génération de configurateur commercial (SmartConfigurator) avec aide au choix dans le catalogue de produits sur-mesure, contrôle de la faisabilité technique du projet, rendu réaliste, chiffrage passage du devis en commande sans ressaisie, et transfert automatisé vers l’ERP.

« Le fabricant achète une licence, customise le configurateur avant de le mettre à la disposition de ses clients sur sa plateforme Web », ajoute Francis Rivière.

Chez A+W, Alfred Cortisse, directeur des ventes, l’affirme : « l’outil de configuration basé sur un navigateur, fiable et facile à utiliser, est un outil de vente pertinent car les devis et commandes ne sont pas seulement traités plus rapidement, mais aussi de façon plus sécurisée ».

Un configurateur Web A+W est actuellement en phase pilote. L’outil guide l’utilisateur intuitivement à travers le processus jusqu’à l’obtention d’un devis chiffré comprenant un dessin. Grâce à son intégration dans le système A+W ERP, les produits, prix, remises et restrictions sont mises à jour.

« L’entreprise propose ainsi à ses clients un système de commande 24h/24 et 7J/7 comme dans le secteur BtoC », ajoute Alfred Cortisse. A+W développe également une solution dédiée aux PME : A+W Business Pro, avec commande et planification de la production intégrées.

e-commerce & digital store

« La fenêtre, produit de plus en plus personnalisé et customisé, exige de la flexibilité », observe Nicolas Maritan. Klaes, l’éditeur allemand qui met les bouchées doubles sur le marché français, prend une longueur d’avance en démontrant qu’il est possible de mettre en ligne un site e-commerce dédié à la menuiserie.

« Le webshop permet de faire du BtoB ou du BtoC », précise Gabriel Kropp, directeur des ventes France de Klaes. Un de ses clients – L’Hôte Antic Project – dispose d’un site expo (www.fentere54.fr)qui en témoigne. Chez 3 E France, Christian Volk, gérant, le confirme, « les solutions Web se mettent en place, c’est vrai pour la vente, et dans une moindre mesure, pour la production, l’idée étant de tout connecter ».

Néanmoins, « les plateformes e-commerce doivent créer des scenarios jalonnés de questions/réponses pour guider les choix » ; précise-t-il. Poursuivant son chemin vers la digitalisation des process, Olivier Bernard annonce qu’Herculepro « travaille au développement d’un circuit court via une boutique en ligne d’accessoires ». Les industriels passent à la vitesse supérieure pour soigner l’expérience client BtoB. SFS intec a ainsi ouvert une plateforme Web e-Logistics laquelle reçoit les commandes en continu, les transmet et déclenche la livraison.

« Notre objectif est double : aider nos clients à optimiser le niveau de leurs stock et à gagner du temps sur la transmission des commandes », commente Christophe Salique, responsable e-Logistics. La gestion des produits à faible valeur étant complexe et coûteuse, SFS intec entend la simplifier au maximum.

Le fabricant fournit donc, outre l’accès à la plateforme, hébergée en interne, un système logistique modulaire (balance de pesage, boîtier, bac). « Emaplast, fabricant de menuiserie PVC, l’a testé, et a pu en vérifier l’efficacité », ajoute Christophe Salique.

Un audit est réalisé afin d’identifier les coûts cachés et d’estimer la profitabilité du système. Enfin, à l’heure où les enseignes du retail se digitalisent, Homkia équipe ses points de vente de concept store en réalité virtuelle.

« L’objectif est de permettre au client final de visualiser les produits en taille réelle et de rendre possible la visite du showroom à distance », explique Nikolas Seferiadis, président d’Homkia. La marque teste également un CRM « maison » pour soutenir ses ventes.

Les calculs de performances dématérialisés

Cover Group lance deux nouvelles solutions pour soutenir le marché des vérandas : un outil de vérification permettant de déterminer une valeur thermique selon la superficie de la paroi, le type de profil, son degré d’isolation, le type de vitrage, son intercalaire et un outil de calcul de la consommation énergétique de la véranda (prenant en compte l’isolation de la dalle, l’ajout de protection solaire, le système de chauffage, par exemple).

Pour le vitrage, parmi ses nouvelles fonctionnalités, Caluwin, l’application de Swisspacer®, propose le calcul des économies d’énergie potentielles en comparant les résultats de la solution retenue avec ceux d’un simple vitrage.

« Véritable outil d’aide à la vente pour les fabricants de fenêtres, Caluwin permet aussi d’enregistrer un projet et d’envoyer le Pdf au client », précise Fabrice Keller, directeur commercial et marketing.

Les résultats des calculs thermiques sont des données à valeur ajoutée. BBS Développement, éditeur spécialisé réalisant la gamme Physalis, mesure l’importance de l’implication des industriels de la fenêtre pour un véritable calcul thermique du bâtiment.

Des avancées ont été réalisées. Ainsi, des catalogues de fenêtres BIMObject sont disponibles dans les maquettes numérique Revit et Archicad. D’après Lise Slama, gérante de BBS développement, « la prochaine étape sera de compléter ces BIMobjects afin de recalculer les facteurs solaire en fonction de la dimension dans l’interface BIM ».

 

E-marketing : aspirer des leads !

Infographie : les tops et les flops du lead management : pour une approche orientée clients ©Le Phare
Infographie : les tops et les flops du lead management : pour une approche orientée clients ©Le Phare

« Les industriels doivent parler aux consommateurs », martèle Jean-Lou Racine, directeur général Le Phare, éditeur de solution marketing. C’est pourquoi Le Phare leur propose des sites Internet conçus pour capter des contacts et des extranets pour gérer et animer leur réseau.

Le client est au centre du dispositif : le site Web ne se contente pas de présenter l’offre, au contraire il enquête sur la demande. « Le Phare fournit des solutions sur-mesure à chaque industriel », ajoute Jean-Lou Racine. L’éditeur multiplie les API pour faciliter les interactions entre les systèmes.

LAISSER UN COMMENTAIRE